Récit de la course : Trail Matheysin 2015, par the dude

L'auteur : the dude

La course : Trail Matheysin

Date : 8/5/2015

Lieu : St Honore (Isère)

Affichage : 854 vues

Distance : 29km

Objectif : Pas d'objectif

23 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Money Money Money...must be funny

Trail Matheysin

 

Après un hiver compliqué au niveau CaP – comme tous les hivers depuis 3 ans – agrémenté de blessures et pépins physiques en tout genre, j’ai pu reprendre les choses vraiment sérieuses depuis un gros mois et demi. Et voici le premier dossard 2015 qui va permettre de voir un peu où j’en suis. Ce Trail Matheysin n’est peut-être pas le meilleur choix pour ce genre de test car d’une part le tracé est très costaud (2050m+ sur 31km) et l’attribution de primes importantes (600€ au vainqueur – homme et femme – et 600€ supplémentaires en cas de record battu) font que l’on se retrouve avec un plateau extrêmement costaud.


Money money money


Jugez vous-même : Nicolas Martin, Fabien Antolinos, Nicolas Hairon, Aurélien Brun, Maud Gobert, Céline Lafaye, Célia Chiron, Stéphanie Duc et j’en passe… On se croirait aux championnats de France !!!


N.Martin, futur vainqueur

Mais voilà ce week end de 3 jours était propice à aller passer une matinée à gambader, j’avais aussi  envie d’aller voir un peu dans ce coin que je ne fréquente que rarement et puis surtout mon pote Samsam était dispo et motivé pour un petit duel. Duel dont l’issue ne fait pas trop de doute vu que ce petit malin a passé l’hiver à crapahuter entre ski de rando et trail.

Et donc en ce jour d’armistice, j’embarque à 7H00 du matin dans la Sam voiture direction St Honoré.

Le temps est assez ensoleillé et relativement frais.

Arrivés sur place, pas mal de monde c’est un peu le bazar pour récupérer les dossards bien que nous soyons pré-inscrits. Nous retrouvons avec plaisir l’Ami Ricoré, qui enchaine sa 3ième course en 3 week-ends,  encore un gros concurrent pour nous ; ainsi que Marie Laure du No Limit Team. On aperçoit bien évidemment Michel – The Legend – Riondet inscrit sur le petit parcours.


Costaud

Le départ est donné avec une demi-heure de retard, Sam et moi sommes en milieu de peloton mais très vite Sam commence à slalomer entre les concurrents qui partent – trop – prudemment.

Nous allons monter pendant 10.5 km pour atteindre 2183m au sommet du Perolier, soit 1200 de D+ d’un coup. Le début est assez roulant, la pente est régulière et nous avançons bien. Mon objectif est de ne pas laisser Sam partir trop loin de moi dans la montée pour pouvoir le reprendre dans la descente, qui est son point faible. Au bout de 15-20 minutes nous apercevons l’Ami Ricoré qui a environ 30 secondes d’avance.

 

 

Après un beau et long passage sur un large chemin agricole qui offre une belle vue sur la campagne environnante et sur les sommets qui nous attendent, nous entrons dans les bois et la pente devient plus forte, je commence à souffrir un peu mais suis toujours bien dans la foulée de Sam et nous continuons à reprendre du monde.

Puis après une légère descente, ça grimpe de nouveau assez fort et nous revenons sur un trio dans lequel se trouve l’Ami Ricoré, enfin. On échange quelques mots, mais à peine le temps de rependre notre souffle nous attaquons enfin le fameux sentier du diable, qui porte  bien son nom.

Place à un joli single bien raide – mais « courable »  - sur lequel je commence à bien souffrir.

L’Ami Ricoré part devant, Sam me passe à son tour et commence à accélérer le train, je sais qu’à un moment il me faudra le laisser partir mais là on est encore un peu loin du sommet, donc je sers les dents et je m‘accroche.

Au bout d’une dizaine de minutes cependant je sens que l’écart se creuse inexorablement : on alterne lacets très raides et passages plus roulants, et j’ai du mal à relancer en sortant des lacets.

Et puis juste au moment où je suis prêt à lâcher l’affaire, le terrain me devient favorable : la pente se durcit, on est obligé de marcher tout le temps, conséquence je fais de nouveau jeu égal avec Sam.

Je prends des temps intermédiaires à chaque lacet et l’écart est incroyablement stable autour de 10 secondes.

Devant Sam on aperçoit Mickael – alias l’Ami Ricoré  - et derrière moi un petit écart s’est creusé avec les suivants. On aperçoit au-dessus de nous la multitude impressionnante de lacets qui semblent ne jamais finir et juste en face dans les névés on voit les premiers qui descendent déjà.

Les jambes commencent à être bien dures et j’en bave, mais le moral est bon car je vois que je suis toujours aussi proche de Sam et on reprend même du temps sur ceux de devant.



Les premiers arrivent au sommet

Quelques lacets

Enfin à 300m du sommet on passe un névé équipé d’une corde dans lequel des marches ont été taillées, et c’est là sur ces quelques marches que je craque, d’un coup j’arrive plus du tout à avancer, devant je vois Sam qui s’envole et va rejoindre  Mickael avant le sommet, je me dis que ce n’est pas très grave car j’ai très bien résisté dans la montée et de toute façon maintenant il ne va pas creuser un gros écart. Néanmoins je passe la croix sommitale au bout d’1H30 de course, avec 30 secondes de retard, un peu rageant après avoir limité la casse aussi longtemps.

Et puis de toute façon je vais me refaire dans la descente, sauf que …sauf que passé le sommet souffle un vent violent et réellement glacial, sauf que le début de la descente est ultra raide et technique, sauf qu’avec la fatigue j’ai perdu pas mal de lucidité et enfin avec ce vent j’ai les yeux qui pleurent et je ne vois rien.

Résultat sur la première partie je ne reprends pas une seule seconde, et comme la suite est très roulante ça va être dur de gratter du temps, d’autant que je ne vois même plus Sam, quant à Mickael il est carrément intouchable. Mais je tente quand même d’envoyer tout ce que je peux on ne sait jamais, et puis aussi parce qu’il y a du monde qui revient de l’arrière et que je perds quelques places sur cette partie. Enfin ça redevient un tout petit peu technique avec quelques passages de pierres et des ruisseaux à traverser, je prends tous les risques dans ces passages-là, et petit à petit Sam n’est plus si loin. Et à force d’insister je reviens enfin sur lui, mais impossible de le lâcher. Et Finalement nous arrivons assez vite au deuxième ravito, qui annonce le début de la seconde montée.

 

La pose est courte et nous repartons ensemble sur un large sentier herbeux, faiblement pentu et assez roulant. Je comprends, mais un peu tard, que depuis le début de la course j’ai passé mon temps à me mettre dans le rouge pour suivre Sam et maintenant je vais payer l’addition, je suis C-R-A-M-E. Et tandis que Sam repart en trottinant facilement sur ce gentil sentier, je ne peux que le regarder partir en marchant, et maugréer sur ma vanité d’avoir voulu le suivre sur un parcours aussi exigeant, et sur ces maudits ultras qui transforment le vaillant coureur au saucisson en grosse feignasse qui n’est capable que de marcher dès que la course dure plus d’une heure et que la pente devient positive .

 C’est le moment où dans les films Holywoodiens le héros se retrouve au fond du gouffre : la femme qu’il aime s’est barrée avec le méchant, il a perdu tous ses amis et son chef lui retire sa plaque et son Colt (le héros est souvent flic dans les films Holywoodiens) ; mais on sait tous qu’à la fin il revient plus fort et tout s’arrange. Ça c’est dans les films, parce que dans le trail y a juste le Dude qui en bave encore et encore, qui se fait doubler, et qui sait qu’il ne reverra jamais le méchant Sam qui se fait la belle avec la charmante Corail.



Adieu Samsam

Evidemment, plus sympa de courir avec elle...

 

Bref vous l’aurez compris cette seconde ascension est pénible et longue (tout de même 600m+), on termine par une belle partie en crête avant d’atteindre le piquet de Nantes, point culminant de la course avec ses 2216m. Sur cette portion le vent est encore plus glacial, je suis gelé. 200m devant moi un groupe de 5 s’est formé : 3 maillots bleus, un jaune, un blanc.


Poor lonesome Dude

Lorsqu’enfin je bascule dans la descente, les premiers du groupe ont disparu, seul un gars en bleu est encore visible et semble peu à l’aise. Le début de cette descente ressemble à la précédente : extrêmement technique et très exposé au vent, conséquence je n’avance pas plus que dans la première. Mais après cette première partie on enchaine sur un single tout en lacets très roulant sur lequel je peux me lâcher. Les jambes vont un peu mieux et rapidement je rejoins et passe le maillot bleu.

Et puis voilà une double bonne surprise, d’abord le dernier ravito, et ensuite 2 coureurs (maillot jaune et maillot blanc) qui se sont arrêtés. Bien sûr ils repartent dès que j’arrive mais il y a peut-être quelque chose à jouer. Je fais une courte pause et discute avec les bénévoles très sympa, puis repars avec maillot bleu qui m’a rejoint. Je file bon train et le lâche de nouveau mais pas de trace visible des 2 autres coureurs.

Le chemin devient plus technique et vers le km 24, une ultime montée se présente à moi. Oh pas grand-chose, juste 100m+, mais qui font très mal; conséquence maillot bleu qui n’était pas si loin me repasse et creuse un petit écart, et pire j’aperçois derrière un maillot rouge qui revient très vite.

On finit par basculer dans la dernière descente mais il reste encore 5 bons km. Assez vite maillot rouge me rejoint, et je fais un gros effort pour rester dans sa foulée ; puis nous rejoignons maillot bleu qui s’accroche un peu avant de se faire distancer. Le chemin est très roulant et nous allons vite, j’ai de plus en plus de mal à rester au contact. Et puis surprise, alors que je n’y croyais plus nous reprenons maillot jaune, mais celui-ci ne décroche pas  et se bat comme un beau diable dans une portion qui est devenue plus technique. Nouvelle surprise, lorsque nous passons en trombe devant maillot blanc qui s’est arrêté pour une pause pipi, si près de l’arrivée c’est dommage pour lui, mais pas de pitié.

A environ 2 km de la fin, le chemin emprunte une portion de route qui remonte un peu, seulement quelques petits m+ sur 50 m de long, mais c’en est trop pour maillot jaune qui nous laisse prendre une dizaine de mètres.

Les 2 derniers km se font à balle sur le chemin de l’aller, légèrement boueux, maillot rouge finit par me lâcher et je ne me bats plus que pour éviter le retour de maillot jaune.

Mission accomplie en 03H51, tandis que Sam est déjà arrivé depuis 9 minutes et Mickael depuis 12.

Le bilan est bien sûr mitigé entre la satisfaction d’une première partie où j’ai bien résisté et un coulage de bielle dans la seconde montée, avant de finir pas trop mal. Il ne fallait sans doute pas attendre mieux vu la difficulté du parcours, et puis j’ai une belle revanche à prendre sur Mister Sam, ça promet une belle bagarre sur les pentes de Chartreuse fin juin.

 

23 commentaires

Commentaire de richard192 posté le 20-05-2015 à 12:42:28

Effectivement, ça avait l'air drôlement difficile. J'espère que Samuel t'a bien chambré à l'arrivée et qu'il va continuer à le faire jusqu'au dernier dimanche de juin!
Pour une reprise ce n'était pas si mal.

Commentaire de the dude posté le 20-05-2015 à 13:08:33

Sam l'a plutôt joué modeste, mais ne t'inquiète pas ça ne m'empêchera pas d'avoir l’œil du tigre le 28 juin ;o)

Commentaire de elnumaa[X] posté le 20-05-2015 à 13:22:51

"arrêté pour une pause pipi, si près de l’arrivée c’est dommage pour lui, mais pas de pitié " ;-))
c'est marrant ton récit me rapelle étrangement mon dernier run ( nivolet revard 2015) ou je testais ma nouvelle stratégie ( " partir vite , accélérer , finir a fond ) qui se révélait défectueuse en phase 2 . & ou je terminame C.R.A.M.E de chez Monsiuer et Madame n'ont plus de fils depuis qu'il fait du trail . bref /


on se voit au grand duc alors ! jserai en mode ptit joueur ( duo sur la 1ère section ) / mais avant ça y'a les 80kil du verdon qui seront passés par là ;-)

manu

Commentaire de the dude posté le 20-05-2015 à 13:56:53

Merci pour ton comm'
Oui je confirme: on a bien la même stratégie; la phase 1 est au point, il reste plus qu'à améliorer les 2 et 3 ;o)

Bonne chance pour le Verdon, celle-là aussi ça fait qques années qu'elle me fait les yeux doux; mais pas la courage de la faire avant un Grand Duc, même si moi aussi je serai en duo 1ière section.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 20-05-2015 à 14:43:34

Merci pour ce doux récit qui me rappelle de très bons souvenirs.
Rigolo de constater qu'une "course de reprise" pour toi est un "ultra" pour moi !! Si le kéké passe par là il dira juste que je suis nul !

En tout cas beau combat !

Commentaire de the dude posté le 20-05-2015 à 15:08:35

Alors rdv dimanche pour un ultra ;o)
Et ne te laisse pas influencer par le kéké, il bluffe, il a trop peur que tu retrouves ton mojo!

Commentaire de le_kéké posté le 20-05-2015 à 16:01:02

Effectivement le bouk tu es nul ;-) et un kéké n'a peur de rien

Commentaire de le_kéké posté le 20-05-2015 à 16:08:43

Sinon l'esprit du trail a quand même plus l'esprit saucisson, à batailler comme un mort de faim pour la moindre place, un peu plus et la prime elle était pour lui. En tout cas cette course a vraiment l'air sympa avec un parcours comme j'aime (même si c'est pas en Chartreuse). Content que la forme revienne et que les douleurs soient oubliées c'est repartit pour un tour (mais un tour de quoi d'ailleurs ??)

Commentaire de the dude posté le 20-05-2015 à 16:44:28

Oui c'est une belle course, vraiment dure du début à la fin.
Et oui j'espère bien que c'est reparti pour un tour, un tour en Chartreuse le 28 juin par exemple: en + cette année les duos partent seulement une demi heure après les solos, donc il ne te faudra pas attendre longtemps avant de sentir mon souffle dans ton dos ;o)

Commentaire de le_kéké posté le 20-05-2015 à 16:48:29

Même pas peur, je te connais maintenant tu pars toujours trop vite et après ça cale. Alors tu me rattrapes au bout de 1h30 de course et je te reprends 1h après avec la main aux fesses qui va bien agonisant entre 2 lapiaz :-)

Commentaire de richard192 posté le 20-05-2015 à 20:57:37

Vas y kéké, mets lui bien pression! L'esprit du Trail (Bruno tu devrais d'ailleurs changer ton pseudo) va te bouffer tout cru le 28 juin. Le tout est désormais de savoir à quelle heure! Le plus tôt sera le mieux.

Commentaire de the dude posté le 21-05-2015 à 07:59:44

T'inquiète, je suis sûr que le kéké fait déjà du gainage pour se préparer à recevoir la claque sur les fesses qu'il va se prendre au passage :))

Commentaire de Albacor38 posté le 20-05-2015 à 22:29:59

Un tour des Coulmes peut être ? Dude on te voit dimanche à Rencurel j'espère ?!?

Commentaire de the dude posté le 21-05-2015 à 07:55:47

Inscrit!

Commentaire de stphane posté le 20-05-2015 à 18:00:32

beau CR pour une jolie course, sinon des infos sur le dossard numéro 107??? , il est fort le dude quand même....

Commentaire de the dude posté le 20-05-2015 à 18:07:03

Merci pour le comm'.
Si j'avais des infos sur le dossard 107, il va de soit que je les garderais pour moi...

Commentaire de Albacor38 posté le 20-05-2015 à 22:45:21

Ma curiosité a été piquée au vif ... Non seulement elle est drôlement mimi mais son chrono est canon aussi. Elle arrive juste devant toi Dude... Autant dire que tu la marquais à la culotte. Autant dire que c'est suspect. Autant dire qu'on est d'accord que j'en parle pas a ta femme si je la croise Dimanche ?

Commentaire de the dude posté le 21-05-2015 à 07:56:59

Bien sûr qu'elle fait un bon chrono, elle avait un gros Dude transpirant derrière elle, elle n'a pas eu envie de traîner en route!!!

Commentaire de loiseau posté le 20-05-2015 à 20:35:56

Bravo Mr. Dude, je suis content de voir que la forme revient ! Finalement j'ai eu la flemme d'y aller, je regrette en voyant les photos (j'adore ce coin)...
A bientôt sur une course, dans un magasin ou sur le Rachais :-) !

Commentaire de Albacor38 posté le 20-05-2015 à 22:32:24

Quelle coquin ce Loiseau ! Il a vu la photo du N° 107...

Commentaire de the dude posté le 21-05-2015 à 07:58:26

Oui c'est vrai que statistiquement tu as plus de chance de me croiser en ville que sur une course :)
Mais j'espère quand même bien te croiser un de ces 4, avec un dossard.

Commentaire de Albacor38 posté le 20-05-2015 à 22:31:35

Un récit du Dude tu m'étonnes qu'il neige une mi-mai... :)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 21-05-2015 à 08:53:06

C'est Corail Bugnard bande de crevards et c'est chasse gardée !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !