Récit de la course : L'Echappée Belle - Traversée Nord - 85 km 2016, par Cheville de Miel

L'auteur : Cheville de Miel

La course : L'Echappée Belle - Traversée Nord - 85 km

Date : 27/8/2016

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 1814 vues

Distance : 85km

Matos : De Pro!

Objectif : Terminer

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

95 autres récits :

Qui part tel le vent, au soleil se crame comme un gland! Mais quand la nuit fut arrivée avec la fraicheur se met à rêver.

 

Préam (bu)bule

Il y a un an le mot « trail » m’était presque inconnue, il y a un an je recommençais juste à trottiner deux fois 10km par semaine après 15 sans activité sportive. Il y a un an j’ai juste repris le courage d’enfiler un short.

J’avais juste un ami fou, Pierre Yves, qui courrait des journées entières dans les montagnes des Alpes, des Pyrénées et jusqu’à la réunion. Un truc de dingue, qui me faisait envie mais qui me paraissait totalement surhumain.

Fin octobre une randonnée est organisée dans mon village, je me lève tôt et fais la boucle de 14km en mode footing, en rentrant à la maison je croise un couple d’ami qui part sur le 7km, et si je les accompagnais ? Je cours donc mes premiers 20Km par hasard et surtout sans trop de douleur.

Les aventures de Pierre-Yves étaient toujours dans un coin de mon cerveau, et si j’en étais capable…. (A ce moment je ne me rends absolument pas compte là où je mets les pieds, un mélange d’envie, de vanité et surtout de totale inconscience) Je m’inscris dans la foulée à  ma première course. Ce sera le trail des Caboués, 23km, 600D+ fin novembre. Malgré l’oublie des baskets (première leçon, je prépare mes affaires en avance et pas à l’arrache avant de partir), la météo pourrie et le terrain boueux (conditions qui m’accompagneront sur l’ensemble de mes courses 2016, chat noir) je prendrais du plaisir à courir et à souffrir sur les chemins et autre « single » et m’en sortirais pas trop mal. Mais c’est surtout autre chose qui c’est enclenché dans ma tête………

Compte rendu à Pierre-Yves. Il va descendre de sa terre Parisienne pour faire la Maxi-Race et si je l’accompagnais en faisant la « petite » ? La marathon race sera donc mon Objectif 2016. En début d’année il m’envoie un plan d’entrainement et je me programme un planning de course. Je m’inscris aussi sur ses conseils à Kikourou pour avoir des conseils et pour lire les CR. Ma chérie m’achète une montre GPS pour noël et je commence les dépenses pour ressembler à un PRO !!!

 J’enchaine donc les courses au rythme d’une par mois pour monter en distance et en déniveler au fur et à mesure. Les 30km 1100D+ des Coursières en janvier (Neige/Grésil/boue, entorse à mi parcours et rencontre d’Arclusaz), Trail des givrés de Montanay 23Km 440D+ (Déluge de flotte) en février, Trail des Cabornis  40km  2000D+ en mars (Boue et grésil).

Compte rendu régulier à Pierre-Yves, voyant au vert,  ambition revue à la hausse, enflammage totale. Et si je m’inscrivais à une autre course……à une VRAI en montagne comme celle que font les Kikous dont je bois les CR, comme les PRO dont j’ai l’équipement mais pas le reste. Pierre-Yves attends le verdict du tirage au sort de l’UTMB, j’en profite pour me faire adopter par une buse lors de mes parcours « locaux » (4 attaques dont une « sanglante »).

Malheureusement pour lui et heureusement pour moi, Pierre-Yves ne sera pas du voyage à Chamonix. TAR, Montagn’Hard, Echappée Belle. Il hésite. Ce sera l’Echappée Belle Adulte pour lui, l’enfant pour moi.

Je continue mon rythme de course, Fin mars les foulées Ruy-Montoise, 25Km 800D+ sur « mes »  chemins ou je trouverais le moyen de réveiller un début d’arthrose au genou que je traîne toujours en bourrinant sur du goudron. Trail de Paladru fin mars pour mon premier 50 (en fait 45….) et 1500D+. Comme je suis inconscient (Pierre-Yves m’a dit que c’était beau…et les CR de Vik et Bubulle ont fini de me convaincre), je m’inscris aussi à la Montagn’hard 60 comme préparation à l’EB.(Débile le type, comme si la Montagn’hard était une « prépa »)

J’achète mes bâtons de PRO et change de programme d’entrainement toujours coaché par Pierre-Yves, moins de VMA, plus d’endurance fondamentale et sortie longue en rando/Course.

Le printemps se poursuit, La Marathon Race se passe bien mais elle a été raccourcie à cause des orages (bizarre non ?), au final 39km et 2200D+ en finissant « propre » mais j’ai vraiment hâte de sortir de la forêt.

Le bilan de cette première partie de saison : J’avance bien en montée et sur le plat faux plat, mais ma trouille et mes chevilles pourries me limitent fortement en descente (surtout la trouille je pense, les chevilles c’est pour l’excuse). Quelques crampes que j’ai résolu par l’hydratation, pas de soucis de bouffe, juste le genou qui tire un peu quand je « force » sur surface dure. Pas mauvais sur du court (premier tiers) moins sur du long (dernier tiers). N’empêche qu’au fil des CR de l’Echappée Belle, Je commence à me rendre compte de la difficulté (en fait c’est beaucoup plus que ça) et me demande comment me préparer à l’échéance. Heureusement un Kikou, et non des moindres, en la personne de Vik organise un OFF sur 4 jours. Je m’incruste sur 2 jours en espérant revenir vivant (je fais le kéké, mais j’avais vraiment la trouille d’être à la rue). C’est une dizaine de jour après la Montagn’hard, et vue mon expérience sur ce type course, aucune, je me demande a quel sauce je vais être mangé.

Arrive la Montagn’hard, l’occasion de croiser plein de Kikou, et de discuter avec Vik, Arclusaz, Madame Bubulle et même de faire un bout de course avec Franck, Namtar et Mazout et d’autres dont je me souviens plus du pseudo. J’en prends plein les guibolles (pas plein les yeux, devinez le temps……) mais finalement à aucun moment je n’ai pensé arrêter et à part le genou qui tire un peu rien de grave. Pour mon premier vrai trail de montagne j’ai presque réussi à gérer, sauf la transition au conta (le mental voulait plus courir) et la descente final (ni le mental, ni les jambes ne voulaient).

Sans suit la reco de l’Echapée Belle avec Vik, Laila et André (c’est courable ? Non ?), version enfant pour moi, 80km pour 5000D+ environ (la partie que je ne ferais pas en course, PRO le type). Enfin des superbes paysages et des supers moments avec les loustiques. Bon ils ont voulus m’abandonner plusieurs fois en descente, mais la pitié ou la peur de finir en prison ont fais qu’ils mont permis de les suivre plus ou moins bien selon les moments (je pense en fait c’était pour le kilo de fromage et de charcuteries corses que j’avais dans mon sac). En plus les Busards Belledonniens raffolent moins de ma coupe de cheveux que les Berjaliens. Milles Merci à Vik pour cette sortie. Finalement le terrain « technique » me convient pas trop mal, moins c’est courable en descente plus ça m’arrange et je me sens plutôt à l’aise dans les caillasses. Je profite de la fatigue pour lui demandé s’il veut m’accompagner pour une sortie de nuit dans Belledonne début Aout, on sait jamais sur un malentendu. Il accepte, alors ça si ce n’est pas de la prépa de PRO !!!!!! (Si vous en êtes là c’est que vous avez lu depuis le début, quel courage, et donc vous avez bien compris que j’ai jamais couru de nuit et encore moins en montagne…..)

 

La reco qui va bien.

Une petite semaine de vacance pour faire du D0 et vérifier si les goélands sont sympas. Pas d’attaque à signaler, même pas une petite fiente, limite déçu.

Le 10 août, dernière grosse sortie, Vik nous a contacté un petit programme  48Km, 4500D+ départ 20H au Pinsot. Son message « Pas mal de forêt pour commencer, pour monter+descendre fort car c'est pas technique donc on se fatigue à bon rythme en faisant du volume et de l'intensif.
Puis on se tape le col de moretan.
Puis on se tape la méga descente qui ruine.
Puis on fais de la bosselette pour rentrer au parking.

Avec un peu de chance la boulangerie est ouverte et on se fait un ptidej frais »

Il est fou le type, a même pas 20 jours de la course ! Bon d’accords. Au final on zappera une boucle « d’échauffement » pour finir à 40km 3500D+. Encore une chouette sortie ou je n’aurais pas été dedans durant un moment avant de vraiment prendre du plaisir dans le « Vrai » Belledonne. Ça m’a permis le vérifié la frontale PRO mais local et de voir Vik dormir au retour (ouf il est humain). Pas de chance, y’a pas de Boulangerie au Pinsot, donc pas Croissant, 1-1, je me suis perdu avec le GPS à l’aller.

J’arrive donc à l’Echappée avec un peu de 1600Km au compteur et 41000D+. Les chiffres c’est fait pour me rassurer, mais au fond de moi et grâce à vos CR, je sais que ce n’est pas l’essentiel, que cette course se joue ailleurs. Est-ce que je suis VRAIMENT prêt ???

La coursette :

J’arrive un peu à l’arrache le vendredi soir, mais comme un PRO, cela fait une semaine que j’ai tout rangé, les affaires de courses, le sac à dos, le sac d’allègement. Quinze jour que je me tartine les pieds de jus de citron tous les matins (Bio, il est fou le type), Tano le midi et Nok le soir, comme les PRO. Une semaine où j’essaye de dormir le plus possible, de faire des siestes quand c’est possible. Essayer de maitriser tout ce qui est maitrisable…….

Bref en prenant mon dossard un gars me tape sur l’épaule ! Cédric, un collègue de boulot ! Il est inscrit sur la version bébé (il finit 1er V1…..Avion de chasse). C’est cool de pas passer la soirée seul. Pasta party (rapide pour moi pour essayer de prendre un dossard pour un Kikou retardataire, dont je ne sais pas s’il est parti au final le retrait étant fermer) puis tentative de dodo. La belle étoile, c’est bien en montagne ou à la pêche, pas sur le parking d’Aiguebelle. Bref je m’endors péniblement à plus de minuit pour un réveil à 3H00….Reveil/Café/Caca/habillement/Nokage des pieds et du reste/Navette (j’ai trouvé ça long) et départ un peu à la bourre dans l’attente d’une navette.

J’ai deux stratégies en tête, une gestion/gestion/gestion conseillé par mes « coach » et une nawak style ou je pars dans le premier tiers pour voir. Il est évident qu’un PRO ne pouvait choisir que la deuxième……

Pleynet/Gleyzin 18km 3H17.

Le Pro lâche les poneys (les chevaux ça faisaient trop quand même)

Ça y est c’est partie pour au final une boucle sans grand intérêt à par d’être très roulane pour redescendre à fond de France, je cours tout du long, le cardio monte pas à plus de 140, il fait frais, je suis bien……… puis la monté au Chalet de Tigneux démarre. On est à la queue leu mais sur un bon rythme et sans bouchon, les jambes sont là et je pousse un peu sur les bâtons. 1000D+ de dénivelé avaler comme si de rien n’étais, enfin c’est ce que je crois à ce moment. La descente derrière est roulante et à part un ou deux avions de chasse, je ne me fais pas doubler ce qui pour moi est exceptionnel. Je m’alimente et bois régulièrement. Le cardio est un peu haut mais ça m’inquiète pas plus que ça.

J’arrive au ravito de Gleyzin frais comme un gardon, fait le plein des gourdes (qui étaient vide au départ, je gérais avec la poche à eau pour ensuite me chargé avec la chaleur annoncée) et file aussi vite.

Gleyzin/Col du Moretan 6,1km, 3H00

Qui fait le Malin à Gleyzin ce mord le gland à Moretan.

A vrai dire j’avais vraiment hâte de retrouver le Moretan. Sa montée m’avait bien plus lors de la reco….Mais c’étais de nuit et par 5°c. Là on trouve le soleil rapidement et je me dis qu’il y a un hic. Les guibolles vont biens mais ça va pas. La première partie se passe bien mais quand je regarde le cardio, il oscille entre 155 et 165. Quel con je me suis mis dans le rouge tout seul comme un gland. Je m’arrête et il ne descend pas, je continue plus lentement, il ne descend pas, je commence à avoir la tête qui tourne et je suis obligé de me poser 10/15 minutes justes au dessus du refuge de l’Oule à l’ombre. J’ai des paillettes dans les yeux et la tête qui tourne, moins une d’un malaise……trop fort le PRO. Je fini la montée en me posant dès que le cardio passe les 150 et fais 5 minutes de pause en haut à discuter avec bénévoles.

Moretan/Périoule, 3,6km, 1H13

 

Posé sous un rocher à l'ombre, juste au dessus du refuge de l'oule

Il naviguait tranquillement vers les grandes mares des Moretan

Là ce n’est pas roulane du tout comme descente mais je l’a connais et redouble (un peu) sur le névé et me marre tout seul en faisant des dérapages. Sur l’arrête  je ne fais pas le malin non plus mais gère peinard je fini sur le plateau en trottinage léger. On l’a fait de nuit et sans corde, on est de jour et sécurisé. J’arrive un peu refroidi par mon gros coup de chaud au ravito de Périoule, fini les conneries on se pose. Changement de chaussette, pieds à l’air, soupe, saucissons, recharge des gourdes, conneries échanger avec les bénévoles, j’y passe bien 15 minutes. Mon chargeur de Tel déconne (pas pro de pas tester avant….) et taille la bavette avec des gars du 144 dont un Anglais (Harry ?) bien sympa.

 

Petite pause en haut de Moretan.

 

Périoule/Super Collet 9,8Km, 3H30

La buse est désailé.

Ça parait simple sur le papier ça descends pas mal sur un chemin presque courable et ça remonte direct aussi sec sur un chemin en plein cagnât. Deuxième coup de chaud dans la descente, limite encore une fois à tomber dans les vapes. Arrêt. Plus moyen de boire, plus moyen de manger et le genou qui commence à couiner et la transpiration qui me crament le dos et le ventre, et mes chaussures elles sont trop petites, et la neige elle est trop molle…….faut repartir et ça remonte je n’avance pas le cardio s’emballe encore. D’un coup black out, quelqu’un à appuyer sur OFF, se poser à l’ombre le plus vite possible. Manger/Boire/Souffler mais pas envie. Je me rappelle que ma fille m’a donné deux bonbons au caramel au beurre salé. J’en prends un, ça passe, je bois, me force à manger un gel, une compote, c’est dégueulasse j’ai des haut le cœur mais ça passe. Je pars doucement, tout doucement, il faut arriver à Super Collet. Je me traine jusqu’au refuge de la Pierre du Carre et entame la descente, 3km horrible ou je ne fais que marcher même pas vite. A 1km de la base de vie que je voie en contre bas, re Hypo, scotché au bord du chemin, rebonbon, compote que je dois posé par micro bout sur les lèvres pour l’avaler. Finir, abandonné rapidement ce truc qu’est pas pour moi. J’arrive tant bien que mal, me pose sur un banc, c’est 17H27, la BH est dans une demie heure. Dans ma tête je pense que je dois partir à 18H00, j’ai pas le temps, j’avais prévu de me poser une heure pour recharger la montre, le tel, le sac, changé les chaussures, les chaussettes, la bouffe, la poche à eau, j’avais tout prévu comme un pro que je ne suis pas…..tout le monde abandonne autour de moi, c’est l’hécatombe, la buse c’est prise pour un aigle et c’est ramassé tel un faisan lâché la veille le jour de l’ouverture de la chasse. Moche. Quelques gars arrivent encore au compte goutes dont des 144km, je les admire, moi j’en peux plus. J’essaye de manger salé, même pas moyen d’avaler un TUC, je grignote tant bien que mal un mini saucisson et une paire de noix de cajou. Je comprends qu’en fait je devais arriver avant 18H00 et qu’après je peux partir plus tard, puis rechangement, à 18H20 ils arrêtent tous les départ.

Plus d’un coup, sans raison, je me suis en mode automatique, j’ai ouvert mon sac d’allègement, pris mes affaires propres et fait tout ce que j’avais prévu de faire. A 18H10 je suis partie, tout neuf, tout propre, plein de Nok des pieds à la tête, la monté droit dans le pentu en plein cagnard me faisant même pas peur. On se regroupe à une quinzaine, 85 et 144 mélangé en gruppetto, la montre à juste l’heure, arrivé avant 2H à Val Pelouse, plus rien d’autre ne compte.

Super Collet/refuge des Férices 9,2Km, 3H00.

Le Pro à les BH qui lui chatouille le derrière.

Plus question de taper dedans, il fait encore chaud et chacun monte comme il peut. Je sème finalement le groupe assez vite même en mode hyper lent. Il commence à tomber quelques gouttes, je les ai maudits si souvent et là elles me font tellement de bien. La fraicheur arrive peu à peu et les bobos ne comptent plus, avancer tout simplement. Je ne m’occupe que de moi, prends des photos, prends le temps d’apprécier ce qui m’entoure. Depuis Super Collet je me force  à manger et à boire toutes les demi-heures, ça passe difficilement mais ça passe, il y a largement pire que moi, et dés qu’une montée se profil je double petit groupe par petit groupe. L’orage grondent arrivé au refuge mais les bénévoles nous dise que ce n’est pas pour nous. Ne pas réfléchir, repartir, 2H00 à Val Pelouse……

 

Au col de Claran, profitez de l'instant.

Refuge des Férices/Val Pelouse, 7,8Km, 3H00

La Buse se (re)prends une Ball(ise)

La fraicheur est enfin arrivée avec la nuit. Je suis bien, vais à mon rythme, accélère quand je veux, je m’amuse, prends du plaisir. Je ne sais pas du tout ou j’en suis mais je me dis que j’ai doublé (un peu) et qu’il y a encore du monde derrière moi. Je profite du vent des crêtes, un pur moment de bonheur. Bien sur c’est à ce moment là ou je ne vois pas une balise et demande au mec que je viens de doubler et qui est au dessus d’éclairer pour trouver le chemin, tournage de tête et paf la cheville qui craque dans un trou. Même pas mal (enfin sur le coup un peu quand même). Elle croit qu’elle va me piquer mon dossard cette courssette ! ça tire un peu une dizaine de minutes mais je compense en évitant de poser le talon, ça ira bien jusqu’à Val pelouse. C’est un peu plus de minuit quand j’arrive, j’ai gratté 2H sur la BH, c’est toujours ça de pris. Petit pause, je mange 1/3 de soupe pâte par pâte, me soulage le bide, bois du coca et deux bricoles. Je vais voir les Kinés qui me strapent la chevilles avec mes bandes pré-découpés de PRO (de l’entorse). Ce ravito est rempli de zombie du 144 et du 85, je ne sais pas comment ils font pour repartir vus l’état de certain. Au final je reste ½ heure changement de chaussette inclus. Je ne pouvais pas faire moins vite.

La fraicheur arrive enfin.

Val Pelouse/Le Pontet 16,8Km, 6H00

Le Bonheur c’est simple comme une frontale dans la nuit

Ça monte et ça descends, le ballet des frontales dans la nuit est magique, on les voit monter, redescendre, repartir et cela me fait sourire tout seul comme un couillon. Le terrain est pas trop compliqué, la montagne est belle, je profite. J’essaye de pousser sur les bâtons en monter ou je double finalement pas mal. Sur le plat et la descente j’alterne marche rapide et trottinage. Je suis toujours tout seul et ça me plait, je sais que je serais dans la prochaine BH, pas de pression. Je récupère un copain de descente, Pierre,  il est encore plus nul que moi (si ça existe), il a fait l’UTMB je sais plus combien de fois mais n’a jamais vu une course aussi dur. On discute un peu et je lui ouvrirai la route jusqu’à la ligne d’arrivée, je sais que je vais y arriver. J’aurais juste un petit coup de mou d’endormissement sur les bâtons entre 5H et 6H00, il était temps que le jour arrive mais que la nuit fut belle. J’arrive de nouveau à m’alimenter sans dégout et m’enfile une grosse soupe et du fromage. Dernier ravito et déjà nostalgique.

 Seul sur les chemins......

Le Pontet/Aiguebelle 16,3Km, 3H45

Point Final.

C’est long, c’est chiant mais faut le faire, alors on le fait. J’ai encore suffisamment de jus dans la dernière bosse pour appuyer fort sur les bâtons, je prends un dernier plaisir, après je subi un peu le chemin jusqu’à l’arrivée en marche rapide, ni plus, ni moins. Les cuisses font mal et ne n’arrive plus à courir jusqu’au 300 mètres de l’arrivée ou une troupe nous arrive en trombe dessus. Pierre me pousse à accélérer, il veut garder sa place, je le fais mais sans plaisir, j’aurais préférer prendre mon temps pour savourer ces derniers hectomètres. Je sonne la cloche, Pierre Yves et là, je repense à son Embruman, finir coute que coute pour ne plus avoir à le refaire, à Bruno qui après 2 abandons est revenue tuer ses démons. J’ai fini. Ma femme et mes enfants arrivent peu après, je leur ai dis 11H00, je suis allé trop vite….. Prendre une douche, boire une bière, saluer Vik qui se réveille juste. Les remercier car sans eux je n’aurais jamais eu ce truc dans le coin de la tête, cette folie.

27H50 pour boucler cette belle promenade.

On est Mardi je fini d’écrire ce CR, écrire pour ne pas oublier. Pour aller ou après je ne sais pas. Se promener sur les crêtes, passer un col puis un autre, un lac, une prairie, une bière partager dans un endroit perdu. Ce truc c’est une folie……

24 commentaires

Commentaire de Vik posté le 31-08-2016 à 09:04:40

Excellent récit qui montre bien les frissons que découvre un novice qui se plonge corps et âme dans ce beau sport :)
Je me revois un an plus tôt.

Tu as géré comme un PRO.

Au plaisir de refaire des sorties avec toi. J'adore ta simplicité et ton optimisme. Pour ta lenteur en descente, l'engagement viendra en temps voulu. Tu as le temps de progresser, de prendre de l'assurance. Ta progression est déja sacrément violente !

A bientôt dans les cailloux !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 31-08-2016 à 09:13:42

Merci. Pour les caillasses je suis toujours partant. J'ai déjà les jambes qui me démangent, mais ce serais pas PRO! J’emmènerais le ravito!!!

Commentaire de chirov posté le 31-08-2016 à 09:06:12

Bravo, belle progression en 1 an !
On est du même coin, on a dû faire quelques courses en commun (foulées ruymontoises par exemple), au plaisir de se croiser !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 31-08-2016 à 09:12:03

Merci. Effectivement on est voisin!. Je trottine du côté de Montceau/Cessieu/Bois de Cessieu/Montcarra, à la maison ;-)

Commentaire de jano posté le 31-08-2016 à 09:33:18

très sympa ce CR et effectivement quelle progression !!
avec le mental et la lucidité même quand ça va pas, on sent bien que ça va pas s'arrêter là.

Commentaire de JuCB posté le 31-08-2016 à 09:54:37

Bravo Rémi !!
Je ne sais pas si bravo est suffisant... 10 mois entre le 1er 20km et la Traversée Nord, c'est du délire. Et quelle prépa ! pfff, du très très lourd.

Si tu cherches une liste de trail où l'on ne court pas en descente, fais moi signe ! ;-))

bonne récup et bon retour parmi les amateurs

Commentaire de Cheville de Miel posté le 05-09-2016 à 11:53:54

Merci. Je vais chercher une liste de trail à faire pour 2017, pas plus de 3/4 mais p'etre un poil plus long et toujours en Altitude!

Commentaire de Jean-Phi posté le 31-08-2016 à 10:34:35

Jolie progression en 1 an ! Se lancer sur l'EB même 85kms c'est "couillu" ! Bravo à toi !

Commentaire de shef posté le 31-08-2016 à 11:27:34

Bravo, tu as su gerer tes passages a vides pour finir proprement !

Commentaire de Mazouth posté le 31-08-2016 à 12:38:51

Bravo ! T'es incroyable ! Ta positive attitude est top est tu as vraiment de la caisse comme un PRO (et un bonne paire de c...lles aussi) pour déjà t'envoyer des tels trails, chapeau !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 05-09-2016 à 11:52:38

Merci. Au plaisir de se croiser. Sur un OFF STL par exemple.....

Commentaire de philippe.u posté le 31-08-2016 à 12:59:52

Avec Pierre-Yves comme coach, ça ne pouvait que bien se passer ! J'ai l'impression que ton mental va te permettre d'en finir encore un paquet des ultras dans les mois/années à venir, profite !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 31-08-2016 à 14:56:37

Dommage qu'il laisse de côté le trail! Mais c'est un coach excellent avec une grosse expérience des Ultra.Au plaisir!

Commentaire de Arclusaz posté le 31-08-2016 à 14:34:42

Bravo le Pro. Très très chouette CR.
En plus des louanges (méritées) sur ton incroyable progression (remarque on ne sait pas si tu as progressé, tu es peut être tout simplement ultra-doué), je suis épaté par la souplesse dont tu as fait preuve au Moretan après avoir fait le malin à Gleyzin. Je ne sais pas si j'oserais te demander une démonstration lors de notre prochaine rencontre....

Commentaire de Cheville de Miel posté le 31-08-2016 à 14:57:25

Ou alors c'est que l'on m'appelle Mutumbo! Nan, très très très souple.

Commentaire de Yan 44 posté le 31-08-2016 à 16:44:41

Bravo à toi, je fini aussi cette magnifique course (22h30) mais respect pour avoir acquis ce niveau aussi rapidement !!

Commentaire de franck de Brignais posté le 01-09-2016 à 16:23:44

Un grand Bravro. Elle est dure, je la connais bien et pour un p'tit nouveau tu es sans scrupules (et tu as raison !) tu arrives bien devant de sacrés briscards !! Bonne récup'

Commentaire de Cheville de Miel posté le 05-09-2016 à 11:54:28

Merci Franck! Au plaisir sur une coursette!

Commentaire de bipbip73 posté le 01-09-2016 à 17:37:09

Bravo. Une progression incroyable. Superbe esprit de course, c'est formidable de voir des gars qui en bavent mais qui continu à prendre leur pied même avec plus de 27h de course.encore bravo

Commentaire de le_kéké posté le 02-09-2016 à 16:15:19

Quel progression et quel courage, quand je vois le temps qu'il m'a fallu pour oser affronter ce genre de morceau, bravo

Commentaire de Cheville de Miel posté le 05-09-2016 à 11:55:51

Merci, un peu d'inconscience aussi.....

Commentaire de courotaf posté le 02-09-2016 à 18:32:57

Bravo pour cette réussite dans des délais de prépa plus que serrés!
Au plaisir de se croisé dans le nord Isère!
Et sinon, rendez vous à Vizille en 2017

Commentaire de Cheville de Miel posté le 05-09-2016 à 11:55:27

Merci. Pour 2017 c'est vraiment tentant.....A moins que je sois raisonnable est passe par la case CCC.

Commentaire de Davitw posté le 04-09-2016 à 19:44:17

J'ai adoré ton CR, et cette découverte que tu racontes si bien...
Bravo pour ta perf, de PRO ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.28 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !