Récit de la course : 100 km de Vendée 2007, par taz28

L'auteur : taz28

La course : 100 km de Vendée

Date : 19/5/2007

Lieu : Chavagnes En Paillers (Vendée)

Affichage : 1734 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

En passant par la Vendée avec mon vélo !!!

Le petit train s’en va dans la campagne …

 

Vendredi midi, Epernon, je suis fin prête pour ce week-end de cent bornards, on reprend l’aventure en binôme, un duo infernal que Vincent, notre célèbre Confetti et moi-même reformons après les 100 km de Millau…Clin d'oeil

 

Je vérifie mon sac, je ne dois rien oublier de mon équipement de suiveuse, tout y est, même ma selle de vélo grand confort (je n’emmène pas mon VTT, train oblige, mais au moins mes fesses seront assurément à l’aise sur ma selle habituelle…)

 

Je prends donc mon train direction Paris Montparnasse, chargée comme une mule, le paysage défile, je quitte ma campagne, je rejoins la capitale, le soleil domine, j’avale un sandwich vite fait sur le parvis, et j’attends que Vincent arrive de la gare de Lyon.

Un coup de fil pour me prévenir qu’il sera bientôt là, je me décide à l’attendre à la sortie du métro, il ne tarde pas, tout va bien, il a l’air zen, serein, et…comme à son habitude, super souriant !!!

Nous nous dirigeons vers la voie du TGV Paris Nantes, nous serons en voiture de tête, déjà quelques personnes sont installées, et étonnamment, on se retrouve dans ce wagon, avec des sportifs munis de sacs noirs des 100 km de Millau, ça sent le cent bornards à plein nez ici… !!Moqueur

Berdaguer, kikoureur connu à Vincennes fait même partie de nos voisins de voyage…

Le trajet va vite passer, 2 h de route pour rejoindre Nantes et notre grand ami Noël avec sa tite Patate.

Noël nous récupère dès notre arrivée, un petit coup à boire en terrasse, et on part vers sa voiture, petit coup d’œil au futur vélo qui m’attend, bon, il n’a pas l’air si mal au premier regard, mais en s’approchant, la chaîne est rouillée, bel et bien rouillée, bon, on verra bien, je le testerai de toutes façons….( Noël ayant déjà eu la gentillesse de demander à une collègue de me prêter ce vélo, je ne vais pas faire ma difficile)

 

 De Nantes à Montaigu …. 

 

Noël branche son GPS pour nous emmener vers nos hôtels à Montaigu, c’est étonnant comme un GPS peut vous faire faire un circuit touristique remarquable, chemin des vignobles Nantais, petites routes sinueuses qui vont nous engendrer de beaux fous rires !!!

On pensait que ce serait direct, mais au moins on visite, la campagne est belle, les vignes se dressent, les vaches paissent tranquillement dans leurs champs ….et …tite Patate, vautrée tranquille sur moi me laisse des tonnes de poils sur mon pantalon noir !! Mais elle est une star, donc, je ne dirai rien sur ma condition de poilue à mon insu !!!

Petite pause à l’hôtel pour préparer les affaires de course pour le lendemain.

Et on repart pour Chavagnes, bourgade de Vendée en pleine effervescence à l’occasion de cette fête annuelle qui combine tout en même temps : le comice agricole, la fête à la brioche, le 10 km, le marathon, le 100 km, et la soirée dansante !!!

Le rendez vous des copains et copines va être mémorable, Mico arrive vers nous, puis ce sera au tour de Tot et Alex, Momo mon vétéran préféré, Poussman, Anne Cécile, Stef 34, Charlie, Momo, Alain 47, Fab100km, Jean Marc et Line, et enfin Massadawarrior (une autre Sandrine) et son Ironman…Je croiserai également avec plaisir et par hasard, mon cousin de Raztazboule (alias l’hippo)

La pasta party est toute simple, les discussions tournent forcément autour de la course, Dominique Chauvelier vient nous faire un petit coucou fort sympathique, l’ambiance est agréable, mais la nuit va être courte, on se sépare donc tous, pour aller reposer les corps et les yeux !!  En Arrivant à l’hôtel, on descend le vélo, on regonfle les pneus, on tente un enlèvement de selle de mon futur vélo, pour un remplacement par ma selle confort, il faudra s’y mettre à 3, pour en venir à bout, là encore, grosse crise de fou rire, pour s’apercevoir que le diamètre de ma selle ne rentre pas du tout sur ce fichu vélo !!! grrrrrrrrr….pourvu que ça le fesses, euh non, pourvu que ça le fasse !!   

 

En passant par la Vendée avec mon vélo …

 

3 h 15 réveil !!!!

Déjà, rien que ça, ça calme.

 

Et l’hôtel accueillant d’autres coureurs, il y a du monde dans les couloirs, on file dans la voiture, on rejoint Chavagnes que l’on pourrait croire endormie, mais non, c’est l’erreur, les habitants sont dehors, jeunes et moins jeunes, ils viennent voir à quoi ressemblent ces fous furieux qui vont partir pour 100 km sur leurs terres Vendéennes….Ils chantent, crient, nous balancent quelques mots d’encouragement, ils ont l’air ma foi, très heureux de participer à cette belle fête !!!

 

 Le petit déjeuner nous attend dans le gymnase, Mico est déjà là, on se sert nos jus d’orange, nos chocolats, nos tranches de brioche (eh oui on est quand même dans LE pays de la brioche !!!), et comme musique douce de réveil, on va même avoir le droit aux bandas un peu assourdissantes …mais pour sûr, il y a de l’ambiance, on serait dans un after que ça ne serait pas pire !!

Vincent a hâte d’en découdre avec cette course, il est super bien, ça se voit et ça me rassure.

 

Dernier tour à la voiture pour prendre les vélos, Noël prend le sien pour accompagner Mico, et moi j’essaie celui qui va être mon compagnon de route pendant 100 km ….Aie aie, je m’asseois sur la selle, et déjà je sais qu’elle est dure et qu’elle ne va pas me faire que du bien à mon postérieur !!!

Les vitesses passent difficilement, ça coince, ça grince, Vincent essaie de régler, mais c’est pas gagné.

Je ferai avec, de toutes façons, je ne peux pas faire autrement !!!

 

4 H 30, à notre grande surprise, un feu d’artifice démarre, bon, pour les Chavagnais qui dormaient encore, c’est un peu fichu !!! 

 

L’heure du départ arrive, un bisou d’encouragement à Vincent, que je rejoindrai dans 10 km, il part vers la ligne de départ, Noël et moi partons vers le cortège de suiveurs en vélos….

 

Il fait nuit noire, évidemment mon vélo n’est pas équipé de lumière, j’espère que je verrai un peu où je mets les roues …

 

Nous partons derrière un véhicule de l’organisation, la magie de l’instant est palpable, chacun prend sa place, les uns derrière les autres, et nous roulons sur cette route déserte à 5 h du matin, les phares se mêlent, le silence est impressionnant, seuls les bruits de l’air  s’engouffrant dans les rayons vient troubler ce silence !!!

 

On quitte les lumières de la ville pour affronter l’obscurité de la campagne, je ne vois rien dans cette nuit totale, je distingue juste les petites lueurs des vélos devant moi, je ne vois pas la route, ni ce qui pourrait se présenter devant moi, je pense alors aux sangliers de May, à cette heure, le gibier aime traverser, c’est bien connu, je me fais un film, il y a des descentes où je file, et des petites montées qui me gênent un peu, car les vitesses de mon vélo n’ont pas l’air super fiables et je vais le vérifier plus tard !!

 

Pour l’instant, je ne pense qu’à une chose, rejoindre le point de rendez vous avec nos coureurs, je ne dois pas traîner, mais j’ai un peu de marge, je le sais.

Nous y voici enfin, un carrefour éclairé, un point de futur ravitaillement, ils vont arriver, je demande à Noël de vérifier mon vélo qui fait du bruit, il jette un œil, mais ne voit rien d’anormal, on part se positionner dans l’attente de nos coureurs, et là, bing, je déraille, c’est pas le moment, Vincent risque d’arriver très vite, les premiers sont déjà passés, un monsieur charmant me remet ma chaîne (faut dire je suis une bille dans ce genre de trucs !!)Mécontent

 

Je me mets en place, sans toutefois avoir vérifié si ma chaîne était vraiment remise, j’essaie de reconnaître Vincent dans tous ces coureurs, chacun crie le nom de son suiveur, je n’entends pas Confetti qui réclame le Taz !!! C’est Noël qui me crie « Sandrine, Vincent vient de passer, vas y !!! » Les autres suiveurs me crient « Allez Sandrine, allez Sandrine »…j’enclenche la première, mais là, comme dans un mauvais film, je re-déraille !!!! Panique à bord, me voici bloquée avec ce P#### de vélo !!!! Je crois que je jure intérieurement, mais je me reprends vite, je demande à un cycliste présent de me dépanner et vite !!! Un monsieur charmant que je remercie vivement, me remet mon dérailleur, en me disant, il est pourri votre vélo, faudra rester toujours sur la même vitesse !!!!! ça promet, heureusement que c’est pas Millau sinon je mourrais sur place !!

 

Je pars comme une folle, car le Vincent il court vite aujourd’hui, j’ai peur de ne pas le rattraper, il manquerait plus que ça !!! Je pédale, mais je n’avance pas, c’est une folie, allez avance Sandrine, avance, il est devant Vincent, allez, vite !! Je m’encourage toute seule, j’encourage les coureurs que je double, et comme je ne distingue rien dans cette pénombre, je crie Vincent, mais pas de réponse…. Le temps me paraît bien long !!! Je continue de pédaler comme une folle…

 

Je guette son dossard, enfin, le voilà !!! Déjà un petit groupe s’est formé, et je vois une féminine devant Vincent, la première féminine, et pas n’importe laquelle, Karine Herry est là juste devant nous !!!

La concentration est maximale, ça ne parle pas, ça ne rigole pas, cette ambiance m’impressionne, grâce à Vincent, je côtoie les grands cent bornards, je me sens toute toute petite,  la première boucle se fait sans encombre, Confetti a une moyenne de 12.5, je lui demande s’il ne va pas trop vite, cela m’inquiète un peu, je ne voudrais pas qu’il explose en route…. Mais il m’assure que tout va bien, je le crois volontiers, sa foulée est légère, il est bien, il boit régulièrement, les nuages sont nombreux, empêchant le soleil de percer …Le mari / entraineur de Karine Herry lui parle sans arrêt, j’écoute tout et cela me subjugue, ma roue de vélo est à quelques mètres de cette grande dame de la course !!! Je n’en reviens pas !!

 

Ce petit groupe soudé continue pendant de longs kilomètres, j’ai un mal de fesses incroyable, je maudis cette selle infernale, je serre les dents, pas question d’affoler Vincent, notre duo fonctionne, je remplis les bidons, je le soutiens moralement comme je peux, on ne parle pas beaucoup, je sais qu’il n’en a pas envie, il est dans sa bulle, et je ne veux pas l’en sortir.

 

Domi m’appelle, je lui explique où on en est, ça me fait du bien d’entendre sa voix, il va essayer de mettre en ligne le fil de la course.

 

Dès que ça grimpe un peu, je pédale dans la semoule, je ne peux pas changer de vitesse, pas envie de dérailler, si je m’arrête au ravito ou pour me changer, je perds des précieuses minutes à rattraper ce groupe qui court si vite !!!!

On passe au marathon en 3 H 20, ce que Vincent est en train de faire est énorme, il est sur des bases de folie, mais tout va bien, quant à moi, ça fait un moment que l’aine me tire, ma pubalgie se réveillerait-elle ???? J’ai de plus en plus de douleurs à pédaler, je ne dis rien, j’essaie parfois de m’étirer, mais cela devient intenable, j’ai mal, et je déteste ça. Que faire ? Que dire ? Continuer ? Arrêter ??

 

Je cogite dur, il va falloir que je m’arrête absolument, alors j’en parle à Vincent, je vais le laisser là au 48e kilomètre, et je le reprendrai pour la dernière boucle au 75e…. Il me dit OK, je sais que moralement, ce n’est pas bon pour lui, mais je lui promets de finir avec lui, je lui laisse des gels, pour la 3e boucle qu’il fera sans moi. Je le regarde partir le cœur gros, mais je ne veux pas m’abîmer plus, j’ai déjà 2 mois d’arrêt derrière moi .

 

Domi m’appelle, je lui dis que je vais arrêter, je lui explique ma douleur, Jean-Marc, notre Cyrano passe à ce moment devant moi, je quitte Domi au phone, et rattrape Jean-Marc que je vais accompagner jusqu’au 50e. Lui aussi est super bien, il fait une belle course, il me fait rire en me disant qu’il va se changer pour se faire beau pour les photographes et autres supporters, nouvelle casquette, nouveau maillot …Je lui souhaite une belle course et là, je m’arrête, je descends de mon vélo, je m’étire comme je peux, je bois, je mange un peu, je me mets près du passage des coureurs sous l’arche, je pourrai ainsi voir les copains et copines courir, et donner des infos à mon journaliste chéri resté à Plaisir.

 

Je les vois tous et toutes passer, certains en forme, d’autres qui me font signe que ça ne va plus …

 

Je vais remplir les bidons de Vincent, car je ne perds pas de vue que je repartirai, malgré la douleur toujours présente même au repos, je reviens sur le bord du stabilisé, je m’asseois par terre, Régis Lacombe passe, une de ses amies l’encourage, je lui demande sur quelles bases il est, elle me répond sur les bases de 7h, il me reste donc une bonne heure à attendre, mais le temps passe vite à encourager tout le monde.

En fait, Vincent est facile à repérer, il me suffit de voir la première féminine pour le guetter pas loin derrière, ce que je fais donc.

Luigi me reconnaît et on prend le temps de discuter un peu, je suis heureuse de rencontrer « mon champion ».

 

Je vois Mico arriver, elle a l’air fatigué et pas au mieux, je comprends qu’elle va arrêter, je veux aller la voir, mais au même moment Karine Herry passe, et Vincent, comme prévu n’est pas loin derrière !!

Je remonte vite sur mon vélo, et j’attends après le ravitaillement, je vois alors arriver Noël aux côtés de Vincent, Mico a abandonné et Noël, toujours aussi généreux, décide de le suivre aussi, je réfléchis quelques secondes, soit je repars avec eux, ce qui est faisable, soit je reste, mais la douleur étant toujours présente, je décide d’en rester là puisque Vincent ne sera pas seul pour terminer, on fait un transfert rapide de ravito avec Noël, je lui laisse gourde, bidons, compotes, gels, tout ce dont Vincent a besoin, et je les laisse s’éloigner. Confetti est entre de bonnes mains, je ne suis pas inquiète.

Je m’installe dans les tribunes donnant sur l’arrivée, là, je serai aux premières loges pour applaudir tous ces champions !!!

 

Mico me rejoint, on va faire les fans de première heure !!!

L’ambiance est extraordinaire, le vainqueur de ce cent bornes est du pays, il est vendéen, il franchit la ligne en 6h53 avec son bébé que lui tend sa femme, c’est Bernard Bretaud, ola dans les tribunes, public déchainé, on se croirait à un match !!! Un bonheur qui inonde la foule !

Régis Lacombe suit juste derrière, plus marqué, et tout va s’enchaîner à une vitesse folle….

 

Je suis au téléphone avec Domi, qui fait un boulot de fou en mettant tous les résultats en ligne au fur et à mesure des arrivées ….Il n’est pas présent, mais il est avec moi, je le sais !!! Je fais donc radio Taz pendant des heures, et ça me plaît bien, journaliste sportive !!

 

Une bagarre entre les deux premières féminines fait rage, personne ne peut présager de qui va remporter le titre de championne de France, le suspense est à son comble, mais Karine Herry gardera son avance de 3 minutes à la fin, sur la seconde féminine, sur le temps incroyable de 8h10 !!!

 

Mico et moi nous préparons psychologiquement, notre Vincent a-t-il gardé son cap, va-t-il arriver après ces premières dames, 9 petites minutes vont suffire pour nous conforter dans notre grand espoir !!!

Vincent, Confetti, arrive au loin !!!

On n’en revient pas, il a gardé son allure, il sourit, il lève le poing, on descend des tribunes, je cours pour aller l’acclamer au plus près, on hurle son prénom !!! A ce moment, je crois que j’aurais vraiment aimé être sur mon vélo à ses côtés, Noël lui a laissé savourer son bonheur seul, Je ne sais même pas comment j’arriverai à prendre une photo tellement je suis excitée !!!

 

Il franchit la ligne d’arrivée : 8 h 19 !!!

 

Il vient d’exploser son record, on le rejoint vite derrière les barrières, il n’est pas au mieux, mais il a tout donné, il pleure de joie, ou de fatigue, ou de bonheur, on ne saura finalement jamais, mais c’est là le secret des grands champions !!!

On l’entoure, on le félicite, après un bref passage aux soins de massage et de podologie, on revient à l’arche d’arriver pour voir tous les copains et copines du forum. Mon Ourson préféré est là avec sa dame,, comme d'habitude nous serons très heureux de nous revoir !!!

C’est une journée réussie pour beaucoup (même si je n’oublie pas les abandons de Alain, Mico, ou Momo), Tot nous pète un  record de 9h30, Poussman en 8h56, Cyrano en 9h45, Anne Cé et Stef en 9H30…je ne les citerai pas tous !!

 

Je vais devoir conclure ce récit, avant que vous ne dormiez devant votre écran, mais le week-end a continué dans cette ambiance amicale et fraternelle, moi qui suis fille unique, je crois que j’ai trouvé une immense famille !!!!!

 

Merci à tous pour ces deux journées de folie, merci Vincent pour cette générosité que tu as, promis je ne ferai plus ta suiveuse (ou alors Chavagnes et sur MON vélo !!!!!) merci Noël pour tout ce que tu as fait pour nous, merci Momo pour ton espièglerie (oui oui je le remettrai mon haut rouge !!) merci Mico pour ta compagnie charmante, merci Alain pour ton sourire et ta discrétion, merci Tot et Alex pour votre entrain et votre bonne humeur, merci Poussman pour ton humour (dommage pour le rateau avec tite Patate) merci Massadawarrior d’avoir partagé mes douleurs de fessiers !! Merci Stef et Anne Cécile pour votre dynamisme habituel, merci Fab, Charlie, Momo, Ironman, Luigi, L’hippo, Robin, et tous ceux que j’oublie forcément !! La famille est un peu grande en fait !!

Merci spécial à Dominique Chauvelier qui m’a baptisée Faz, Dak, Tak, et puis finalement qui a retenu mon prénom ….

 

Merci à Domi tout simplement, il comprendra.

         

 

            

17 commentaires

Commentaire de Say posté le 21-05-2007 à 23:24:00

C'est vraiment une belle famille que tu nous décris là! On reconnait des kikous/ADDM/UFO stars et surtout, tu es toi même une star au milieu de tout ce monde! :-)

Merci Sand' pour ce bon moment.

Bizz

Coli

Commentaire de gdraid posté le 21-05-2007 à 23:34:00

Bravo Tazounette !
Ton récit m'a rempli d'émotion .
Le travail fait, pour suivre un coureur, est immense.
Quelle responsabilité !
De nuit et sans lumière, les fesses si douloureuses, sur un vélo casse Q !
Tout se termine bien heureusement.
Ton champion est content en 8h19', derrière une grande championne en 8h10'
Quelle mérite Sandrine, de suivre et servir si longtemps sur la route, des coureurs méritants, qui dépendent de vous !
Prends bien soin de tes fesses, Sandrine, la prochaine fois, emmène un couvre selle en mousse !
Ou trouve un bon kiné ...
Bises
JC


Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 21-05-2007 à 23:34:00

Promis, juré : j'me suis pô endormie devant ton récit !
Bravo Taz-suiveuse-de-100bornards qui a les fesses
bien talées maintenant ! Mais quel bonheur dans ton récit...
Merci de nous avoir fait partager cette émotion !

NoNo_dans_1_mois_la_Transbaie_Yessssssssssssss !

Commentaire de Souris posté le 22-05-2007 à 00:22:00

Bien joué Sandrine au grand coeur!!! et merci pour le CR, le finish on s'y croirait vraiment :-))) Que d'émotions!!
Bravo d'avoir su gérer votre duo avec Confetti, être là tout en respectant sa bulle!, c'est subtil, c'est un boulot!.

A bientôt
Bizzz

Commentaire de may posté le 22-05-2007 à 10:43:00

héhé!!!!! tu sais que c'est vilain d'écrire des CR aussi palpitants que celui que tu viens d'écrire???? oui oui Taz c'est trèèèèèèès trèèèèès vilain!!!! mes jambes fourmillent subitement!!!!!
merci pour ton récit qui m'a vraiment donné envie d'être parmi vous... ce sera sur un autre 100km.
bizzz
May

Commentaire de Olycos posté le 22-05-2007 à 13:43:00

Waouuuuuuuuuuu !
Quel récit !
Superbe !
Taz, bravo à toi en tant que suiveuse de choc...

Bravo à tous pour vos differces performances....

Ca fait rêver, ca donne envie de s'y mettre !

A+
Oly

Commentaire de domdom g posté le 22-05-2007 à 16:25:00

bravo taz et merci pour ce beau reci tres agreable a lire

Commentaire de rapace74 posté le 23-05-2007 à 01:32:00

bravo grande soeur pour ton superbe recit a la fois hilarant et emouvant !! je me suis vraiment régalé en le lisant .avec ton CR on se rends vraiment compte que la famille est belle et grande....
je vais demander si je peux avoir une suiveuse sur le mercantour!!!!!!! tu viens avec moua!???
bises a tres tres bientôt

manu

Commentaire de L'Castor Junior posté le 23-05-2007 à 10:46:00

Superbe CR, comme toujours, qui nous permet de vivre la course de l'intérieur avec les mêmes sensations que toi : c'est du pur bonheur !!!
Sage décision que d'arrêter avant de te détruire trop : on a tous envie de te retrouver sur les courses à venir !
Belle course, bien sûr, du potonimois (quel talent !), et une ambiance qui fait regretter de ne pas avoir été de la fête.
Personnellement, à force de lire tes CRs, je crois que je vais finir par m'aligner au départ d'un 100 km ;-))
Bises,
L'Castor Junior

Commentaire de eric41 posté le 23-05-2007 à 15:53:00

Merci Sandrine pour ce CR.
Tu m'as fait revivre mon Chavagnes 2005.
Décidemment on ne s'ennuit pas avec toi sur un vélo.
Soigne toi bien.
Bises.
Eric

Commentaire de agnès78 posté le 23-05-2007 à 21:22:00

Ma ptite chérie!!!
Quel beau récit!
Plein d'humour qui te caractérise et plein d'émotions fidèle à ta sensiblité et ta générosité...
BRAVO pour ce que tu as fait et BRAVO à Vince que tu as su MO-TI-VER!!!;-))))
Merci pour ton ptit coup de fil de La Beaujoire, cela m'a fait un immense plaisir!
Gros gros gros gros et gros bisous
Et à très bientôt
agnès

Commentaire de béné38 posté le 23-05-2007 à 21:39:00

Bravo Taz !
Merci pour ce beau récit, moi qui fait un peu de vélo, ça doit être sympa de faire suiveur sur un 100.
Un jour peut-être en vélo.
Bizaplus
Béné38

Commentaire de lulubelle1010 posté le 24-05-2007 à 09:33:00

mais quel régal ce récit!!!
c' est bizarre, les vélos qui déraillent ça me rappelle quelque chose!!
En tout cas tu m' as donnée envie de faire suiveuse en vélo ça doit être super sympa!
mais bon j' espère que tu vas mieux à présent et que ta douleur c' est du passé!!!!
vivement la transbaie que tu puisses nous faire un récit comme tu sais si bien les faire!!! SURTOUT AVEC DES PHOTOS!!!!
Bravo à Vincent qui était en pleine forme en 8h19 il a bouclé son 100km !!! chapeau!!!
Bravo à toi pour ta bonne humeur, ta gentillesse,tes encouragements...ton récit, on s' y croirait!
BISOUS
lulubelle_fan_de taz


Commentaire de Olivier91 posté le 24-05-2007 à 11:47:00

Super ton CR, Sandrine. Je n'ai jamais fait de 100km et je vioens d'en vivre un par procuration.
Si tu as besoin de massages de récupération pour ton auguste popotin, fais-moi signe!! ;-))

Commentaire de l'ourson posté le 24-05-2007 à 23:17:00

Merci Taz ! Ton CR nous a fait partager l'émotion d'être dans la foulée des grandes championnes et des grands champions!! On s'y serait cru... Que du bonheur... Viendras-tu à la Transbaie avec un vélo moins pourri quand même ?!!..

L'Ourson_nan_j'rigole_le_vélo_dans_la_vase_..;-((

Commentaire de BERDAGUER posté le 27-05-2007 à 14:53:00

Bravo TAZ pour ton récit, on se retrouvait dans l'ambiance de la course. Merci pour ta bonne humeur et ton sourir. Je regrettes de ne pas vous avoir tous vus sur la course, là nos casquettes auraient été bien utiles pour nous reconnaitre. A bientôt peut être à MILLAU

Commentaire de Jihem posté le 30-06-2008 à 16:40:00

J'ai bien souri de tes malheurs. Pas très gentil. Ca m'a permis de revivre ma propre course un an plus tard.
Je n'avais pas remarqué qu'il y avait des côtes sur ce parcours, à part un pont. Qu'il est vivant ce récit ! comme toujours.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !