Récit de la course : Le Clair de Lune 2007, par Tortue géniale

L'auteur : Tortue géniale

La course : Le Clair de Lune

Date : 27/10/2007

Lieu : Bourg De Peage (Drôme)

Affichage : 708 vues

Distance : 56km

Matos : Casquette Kikourou, haut polaire + sous vêtement ODLO, collant ODLO, chaussettes TOE, sac raidlight + ventrail, chaussures Montrail Hardrock.

Objectif : Balade

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Clair de lune 2007 : destins croisés.

Avec une année assez chaotique d’un point de vue sportif, je ne voulais pas la terminer dans avoir passé au moins une fois le cap du marathon.

Je décidais il y a quelques semaines de refaire la «  clair de lune » sachant que cette année elle partait de BOURG DE PEAGE et non pas de ROMANS SUR ISERE.

Thunder voulant parfaire sa prépa’ se joignait alors à moi, Rodo26 ne pouvant pas car en pleine convalescence.

Je décidais donc de m’entraîner sans plan spécifique avec l’intention de jauger on état de forme du moment, afin de connaître au mieux  les points positifs et négatifs de ma santé  physique et mentale. J’entreprenais au minimum 03 séances par semaine avec une séance de fractionné long ou court, du fartlek et une sortie longue avec une véritable reprise d’entraînement début septembre après 02 mois sans rien dans les jambes ! Le plaisir de courir était vraiment présent, mais le fait de tenir la distance allait- il être présent, c’est bien une question que je me suis posé pas mal de fois !Dans un souci de préparation «  à du plus gros » , j’envisageais alors de courir la clair de lune avec mon sac à dos et Camelbak + mon sac ventral afin de mieux m’équilibrer, et de m’alourdir un peu !  Pesée perso le 27/10/2007 : 75,5 kilos ! mais où sont- ils ? Thunder me rejoint donc le soir de l’épreuve à la maison, toujours accompagné de ses sacs et autres gadgets pas possibles ! On prend la route à 20h20 et nous voilà à BOURG DE PEAGE une heure plus tard, avec la sympathique présence de Rodo en spectateur local. On prend de nos nouvelles assez rapidement et on fonce vers la salle toute proche pour nous inscrire.10 minutes plus tard, on part se changer en pleine rue histoire de ressembler à quelque chose. J’opte alors pour mes pompes de trail sans prendre mes bâtons, Thunder quant à lui reste plus prudent et prend les siens … et il n’aura pas tord … J’ai l’impression d’avoir oublié quelque chose, mais avec mon Camel dans le dos et mon ventral à l’avant, j’ai l’impression de partir pour le G.R.R. !!! Je préfère m’alourdir un peu pour justement apprécier cette surcharge pour mes futures courses …

Nous revenons dans la salle à 21h50, où l‘on croise Rodo assez rapidement avant de nous engouffrer dans la sortie qui mène au départ. Un goulet d’étranglement nous immobilise quelque secondes puis nous passons par un champ avant de débouler sur une rue qui je pense est le point de départ.

 On s’arrête quelques secondes pour évacuer le pipi de la peur et à peine fini, on commence tout de suite à trottiner, ‘y a même plus un « pouet pouet » de départ cette année ! eh bé !Nous commençons à remonter le flot continu de randonneurs, où l’on constate que cette année de nombreux coureurs sont présents, because Kikourou ? Dieu seul le sait !

Je remarque à l’allure de Thunder que notre allure débonnaire de l’année dernière est définitivement enterrée, je pars à mon allure sans me mettre dans le rouge, c’est pas un 10 bornes qu’on fait quand même !!! Nous traversons quelques rues de BOURG DE PEAGE avant de croiser une dernière fois notre Rodo qui nous attendait dans un virage, trop sympa ce Rodo ! On se quitte pour pénétrer tout doucement dans la campagne environnante après une petite montée tranquille. Après avoir bifurqué à gauche, nous nous retrouvons tous les deux sur un plateau, au clair de lune, sans la frontale … c’est alors que se créent ces petits instants de bonheur et j’en vis un : la Nature est belle, calme, offerte …Calme rapidement maltraité par quelques émanations de la part du jeune, suite à un couscous de toute beauté mangé le midi, dans le genre light, on ne peut pas faire mieux !

Nous empruntons alors des petites routes qui serpentent avant d’entrer dans des champs de patates récemment cueillies, pas top pour les appuis mais le rythme est bon. On papote, on se raconte des conneries et j’en profite alors pour mettre en marche mon mp3 en mettant les écouteurs sur mon sac et la son à fond histoire de faire partager mes goûts musicaux, hum !… encore une bonne raison de se marrer un peu !

Chemin faisant, nous restons sur des portions plutôt roulantes, où je m’étonne presque de ma vitesse ! Au bout d’une bonne heure et demie, nous arrivons au pied d’une bonne bosse que nous prenons en marche active histoire de rester chaud et de ne pas de griller. D’après mes souvenirs, le premier ravito se fait vers le 18ème kilomètre ce qu’il n’est pas près du tout sachant qu’un morceau est à passer juste avant … et notre bosse n’est pas le morceau en question, donc prudence … J’en profite pour étréner mon petit paquet de Dragibus histoire de voir ce que ça donne et effectivement, c’est plutôt intéressant au goût histoire de casser avec les gels …merci Agnès ! Nous revenons sur une route qui nous fait monter peu à peu vers les contreforts du Vercors juste en face de nous, impressionnant !

Nous avons à Meymans que nous passons gentiment avant de grimper dans la forêt à la sortie du village, je trouve que mon rythme est soutenu mais j’en ai sous les pieds, je le sens, mais je reste perplexe sur mon état de santé d’ici quelques heures vu qu’une telle distance n’a pas été faite depuis longtemps, j’espère que les entraînements effectués sans plan vont donner quelque chose …Une fois sur la crête, le chemin se stabilise quelques instants pour dégringoler très rapidement. Je pense et espère alors que le ravito se pointe car j’ai envie d’un peu de chaleur. Thunder de son côté utilise de suite ses bâtons pour assurer un bon équilibre et pour ne pas entacher sa préparation en se grillant trop. Une fois la descente terminée, nous remontons une petite route qui nous mène enfin au bout de 02h30’ au ravito ! Je ne pense pas qu’on pouvait avoir été aussi lents finalement, mais bon …

J’enlève alors mon pull chaud histoire de ne pas avoir trop froid en ressortant, je change les piles de mon mp3 et m’enfile des thés chauds, 02 casses- croûte au sauciflard et un au pâté. Les bénévoles sont toujours aussi gentils avec nous et aux petits soins. Après 15- 20 minutes, nous repartons ragaillardis par tant de bonnes choses.

Une fois sortis du village, je laisse partir Thunder histoire de démêler les fils des écouteurs du mp3, pas facile à 01h00 du mat’ et sous le clair de lune, mais avec la frontale allumée, c’est quand même mieux …Pour la première fois, j’écoute seul de la musique en courant, quel pied ! Thunder de son côté en fait de même, tous nos compteurs sont au vert. Face à nous se pointe une grosse montagne, on va quand même pas monter tout là– haut ? Nous poursuivons notre chemin dans des vergers, où nous faisons le yo- yo avec un randonneur qui randonne vachement vite ! On tape la discute avec lui, ça fait la 10ème année qu’il fait la clair de lune et paraît toujours aussi content de la faire, que je le comprends. Nous entrons dans un village paumé dans la cambrousse avec un bar en plein milieu, visiblement, des randonneurs ont décidé de s’arrêter dedans, y’en a vraiment qui avaient pensé à tout !!!

Nous partons ensuite sur un petit chemin qui monte assez vite puis qui se calme par la suite … à ma grande surprise, je fais office de meneur d’allure à 3km/h … Je m’aperçois finalement que notre itinéraire ne va pas être aussi abrupt que cela et en profite pour manger un peu. Thunder passe ses S.M.S. puis nous repartons tranquilou sur les chemins. On croise à un moment deux bénévoles garés sur le côté près d’un joli feu de camp et la bouteille aux ¾ vide de jaja posée sur la table, bon esprit ! Peu de temps après nous repartons  plein ouest, ce qui signifie que nous devons être à la moitié du parcours, bizarre car j’ai vraiment l’impression d’avoir bien plus de 25 bornes dans les pattes.

Le second ravito arrive assez rapidement, ce qui signifie pour moi que je vais pouvoir prendre de la bonne souplette. J’en profite pour refaire les niveaux, Thunder s’étire car un de ses genoux tire un peu la gueule.

On reste pas mal de temps à l’intérieur car dehors, ça commence vraiment à peler ! Et on n’a pas tord car une fois la frimousse à l’air, on se pèle vraiment le jonc, donc pas de temps à perdre, il faut repartir et vite !

 Au bout de quelques minutes, je ressens alors comme une sensation bizarre au niveau de l’entrejambe, vérification faite dans l’instant, le constat est inquiétant : mes cuisses ont pris du volume avec ma surcharge pondérale, lesquelles ont encore plus gonflé avec l’activité physique du moment, résultat : les cuisses en courant frottent une contre l’autre et les coutures de mon collant en font de même, d’où ben une déchirure de la maille qui va forcément aller en s’aggravant, le tout faisant prendre l’air à ma veuve et aux deux orphelines ! Et voilà ce que j’ai oublié au départ : me mettre de la NOK !!!!Heureusement que Saint boxer en lycra existe.

Bon, après un sacré fou rire sur un sujet que vous devinez peut être, nous continuons cahin caha …

Thunder au fur et à mesure du temps ressent des douleurs de plus en plus aiguës au niveau de son genou et ralentit l’allure. Il ne savait pas s’il allait arrêter au ravito 2, là c’est sûr, il s’arrêtera au 3.

De mon côté, j’en ai encore sous le pied, sachant bien que si le jeunot n’avait pas cela, on irait beaucoup plus vite, où j’en chierais bien plus ! Une fois les vergers passés, nous restons quelques minutes sur un chemin, où nous marchons alors, visiblement, ça ne va plus trop chez Matthieu, j’espère que ça n’est pas trop grave pour lui. A peine le temps de dire ouf que nous grimpons par une route sur la montagne que nous avions gravi avant de descendre sur Jaillans, le ravito 1. Là, ça grimpe pas mal, je force un peu sur mes jambes pour voir que qu’elles me racontent et Dieu que leurs paroles sont belles, le souffle est court mais les jambes tournent rond !

Je monte à mon allure et distançant Thunder qui refait bon usage des bâtons, où je m’arrête à quelques reprises histoire de prendre de ses nouvelles.

 Il est dans sa bulle je crois.

La bonne montée terminée laisse place à une courte portion de plat qui donne ensuite sur un pierrier très intéressant qui dégringole puis un chemin que nous prenons avec toutes les précautions d’usage. Arrivé en bas, je sens que je suis bien mais je me refroidis très vite. Thunder arrive peu après, où nous mettons nos coupe- vent respectifs. Une borne indique alors que l’arrivée est à 10 kil’ ce qui indique que nous avons fait 40 bornes : pas possible ! je suis sûr que nous en avons fait bien plus, où même la montre de Thunder indique je ne sais plus combien, mais plus ! A peine le temps de franchir une montée par la route que nous arrivons à Meymans, lieu du ravito 3.

Nous entrons dans la salle, Matthieu décide de stopper son effort pour mieux repartir une autre fois, que je le comprends. Il demande alors à l’orga quand est- ce que le car part du ravito pour l’arrivée, où on lui répond A 07H30’ DU MAT !!!! Et il doit être 04h00 …

Dans ma tête, tout se joue très vite :

 Je suis bien.J’en ai sous les pompes.J’ai pas envie d’attendre comme ça sans rien faire.J’ai pas envie d’attendre 07h30 du mat pour être à la maison à je ne sais quelle heure.

Je veux pas laisser Thunder comme ça.

( on dirait que je vais jouer ma vie sur ce coup- là ! pffff !! )

 Un gars me dit alors que le final est facile et qu’il reste « que » 10 bornes …

Dès lors, j’indique à Matthieu que je vais finir en buvant le thé qui va bien et me voilà parti seul in the night.

 

En mon for intérieur, je voulais que cela se passe comme ça, que je finisse seul pour savoir si j’étais capable de finir fort après au moins un marathon dans les jambes.

 Je sais que la première partie de fait sur une portion que nous avions pris et qui se fait alors en descente, donc j’allume. Je rattrape une bonne dizaine de coureurs alors en train de marcher, j’ai l’impression qu’ils sont autant étonnés que moi de me voir si frais !La route repart en montée, où j’opte pour une marche forcée durant 10 minutes, seul dans le noir.La montée passée laisse place à une chemin sur la droite que j’enquille Martel en tête, je sens que je suis bien et j’envoie le bois.

Un faux- plat montant laisse ensuite place à une descente que j’empreinte avec une bonne allure.

J’arrive ensuite sur une route, je pense à ma femme mon fils en train de dormir, à Matthieu pas très bien, où j’appuie encore plus ma foulée.

Je devine au loin les lueurs de BOURG DE PEAGE en continuant à dépasser des gens. Sur une portion en montée sur 500m, je me permet même de la faire en courant, advienne que pourra … je continue de déposer des gars, je n’en reviens pas.

La route part ensuite sur la gauche, où je sens que je me rapproche de l’arrivée. J’appuie de plus en plus sur les guiboles, j’ai l’impression de faire du 13 km/ h !! mais à combien suis- je vraiment ?

 

Peu à peu, j’entre dans les faubourgs de la ville puis arrive sur des rues éclairées.

J’ai déjà l’impression d’avoir fait 10 bornes, mais je garde le même rythme pensant que la fin est proche, grave erreur, nous faisons alors des zig- zag dans les rues interminables où il faut un peu puiser dans le mental, pas de problème, j’en ai à revendre !

Je reviens sur une portion du départ, où je sais que l’arrivée n’est plus très loin.

 

A peine le temps de dire cela qu’un gars part sur la droite comme pour pisser. Je continue ma course et comprends alors qu’il se dirige en fait dans la salle juste à côté !

 

Le gros naze que je suis au lieu de faire demi- tour pour faire de même poursuis son effort en faisant un tout d’honneur dans les rues de BOURG avant d’entrée dans la salle.

Je coupe alors le cardio, je suis content de moi, 07h00 et des brouettes avec une gnak pas possible.

 

Mon collant est H.S. entre les cuisses ! Je prends un thé rapidos même si je suis bien chaud puis j’appelle Thunder. Il ne dit qu’il arrive et raccroche. Même pas le temps de lui dire que je n’étais qu’à l’arrivée, pas au ravito !!!

 

Je quitte rapidement la salle pour la voiture. Je change juste de pompes et fonce à Meymans en 15 minutes. Je retrouve Matthieu qui va plutôt bien et qui me dit qu’il vient d’avoir affaire au Docteur Folamour pour son genou.

 On rentre alors en prenant au passage 02 randonneurs pour les déposer à l’arrivée.

J’indique à tout le monde la fin du parcours qu’il fallait prendre sachant qu’on passe dessus en bagnole par endroits …

 

BOURG passé, je fonce alors sur LYON, Thunder tient un peu la conversation, mais nous sommes tous les deux déchenillés

 

Je dépose Thunder devant chez lui en espérant que tout ira pour le mieux et rentre vite à la maison où je retrouve ma petite famille en plein sommeil. A peine le temps de me doucher et de me pieuter qu’ils se réveillent !

 

Les jours suivants se passent bien avec de légères courbatures dans les jambes vite estompées.

 Cette année est vraiment bizarre avec des hauts aussi géants que les bas, mon arrêt malgré moi cet été à l‘air de ma faire effet désormais ! Je suis content d’avoir franchi la barre du marathon encore une fois, mais je garde au fond un éventuel coup dur à gérer, on ne sait jamais.

Comparée à l’année dernière, j’ai trouvé cette clair de lune un peu plus difficile car un peu plus technique mais toujours aussi sympa ! Cela reste une excellente prépa aux grands rendez- vous de fin d’année. Par contre elle devait être plus proche des 56 bornes de des 50 !  Rodo, Thunder, ce ptit récit est pour vous : Rodo, au plaisir de la refaire avec toi une prochaine fois sachant que je suis de tout cœur avec toi pour t’y remettre.
Thunder, quant à toi, garde du jus et repose- toi un peu, ‘y paraît que ça fait des miracles, tu penseras à moi d’ici quelques semaines …
En un an, de l’eau a coulé sous les ponts, nos routes se sont un peu écartées mais l’envie de se retrouver restera la plus forte pour un prochain tour …

 

11 commentaires

Commentaire de Baobab posté le 09-11-2007 à 16:38:00

Ça fait plaisir à lire ce CR nom d'une pipe !
Biru revient et il a envie de se (re)faire les dents. quelques kilos en moins et la même patate, tu vas faire péter les scores en 2008! Finalement le repos forcé peut avoir du bon on dirait !

Bonne continuation, et au plaisir de te revoir sur une course.

Commentaire de Mustang posté le 09-11-2007 à 21:21:00

Passionnant récit, haut en couleurs!!!

Bravo, bravo!!!

Commentaire de JLW posté le 09-11-2007 à 22:33:00

Ah mon biru, quelle patate.
Ton arrêt forcé de cet été n'a pas entamé ta gniak et maintenant que tu as repris du "poil de la bête" il n'y a plus de raison de t'arrêter en si bon chemin.
J'attends avec impatience tes prochains récits.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-11-2007 à 22:33:00

Beau récit et grosse police pour les vieux : Merci !
Ça vaut bien une bière !

Commentaire de titifb posté le 10-11-2007 à 15:54:00

Ah, ça fait plaisir de te voir aussi conquérant Pierre...tu es sur le bon chemin. Maintenant, ne te grille pas !
Bravo pour ton CR ! Mais dommage pour Thunder...

Commentaire de akunamatata posté le 10-11-2007 à 19:01:00

et une biru en ton honneur !

Commentaire de thunder posté le 10-11-2007 à 21:41:00

espèce d'enfoiré, à te lire on dirait que j'étais à l'agonie ! bon j'avais le moral sous les semelles et le genou qui pliait pas mais les infirmières étaient sympa et puis toi t'étais pressé de rentrer à lyon tssss nan mais je vous jure.
Enfin même si la fin de parcours a été longue on dirait que tu as bien la patate

Commentaire de rodo26 posté le 12-11-2007 à 08:50:00

Merci Birun de me faire vivre ce Clair de Lune, que je n'ai pu courir. J'ai bien pensé à vous deux cette nuit là, après vous avoir quitté.
J'espère de tout coeur le faire ensemble l'année prochaine, cette course de fin d'année restera ma priorité pour 2008.
Bonne saison à toi et à bientôt.

Le Sherpa Romanais

Commentaire de Khanardô posté le 12-11-2007 à 11:19:00

Bien sympa ce récit. Ca fait plaisir de voir que les affaires reprennent pour toi, et que tu finis en en ayant encore sous le pied !
On va bien finir par se voir un de ces quatre, non ?
A bientôt alors !
Alain

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 12-11-2007 à 13:40:00

Joli Clair de Lune, Pierre ! Un road movie à 2 assez intimiste...
Très sympa à lire. Et bravo pour ton beau retour parmi les (ki)coureurs !

Plein de bises - L'esc@rgot

Commentaire de thunder posté le 17-11-2007 à 08:53:00

Mon cher Pierre

Au calme je relis ton CR, Oui notre petit groupe s'est un peu distendu mais le plaisir de cette nuit ensemble de 2006, cette toute première nuit, et surtout la bonne humeur qui t'anime, ton sens inné pour l'auto dérision, tout cela fait qu'aligner les kilomètres à tes cotés reste toujours agréable même si les abdos trinquent un peu ;)
A bientôt sur d'autre chemin et là tu finiras seul car je te pourrirais.

Amitiés

Matthieu_qui_sans_toi_ne_serai_jamais_allé_aussi_loin_depuis_2006

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !