Récit de la course : Verdon Canyon Challenge Ultrail - 102 km 2008, par forrest gump

L'auteur : forrest gump

La course : Verdon Canyon Challenge Ultrail - 102 km

Date : 28/6/2008

Lieu : Aiguines (Var)

Affichage : 2012 vues

Distance : 102km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une deception sans regret

Me voila ce vendredi midi à Aiguines pour participer à mon premier ultratrail et pour essayer d'obtenir les 3 points manquants afin de participer aux inscriptions pour l'UTMB.

Nous prenons place au camping de l'aigle où je fais connaissance de Joy. Retrait des dossards dans le courant de l'après-midi et nous restons tranquillement au camping afin de recharger un peu les batteries avant le départ. La nuit sera bonne car je n'ai aucun stress ( Comme d'habitude !!)

Levé samedi 7h, petit déjeuner et début des préparatifs pour le départ. Et la chose la plus importante et la préparation de mes pieds, chaque orteil est "emballée" individuellemtn afin d'éviter les frottements ( y a que ça qui marche )

 Et c'est le départ à 9h30 passé, petit étranglement au début de la première ascension ce que m'arrange car je voulai absolument partir doucement. Nous montons à 1600m en 1h25, je suis dans les temps prévus donc tout va bien. Mais dans la descente je chute et me retrouve avec une grosse bosse sur l'avant bras. Je m'aperçois que je n'arrive pas à courir sur les rochers et que je perds un temps incroyable par rapport aux autres qui ont l'habitude de pratiquer ce type de terrain. Je n'arrête pas de me tordre les chevilles et de taper dans les rochers car je ne lève pas assez mes pieds.

Premier ravitaillement, 2h07 de course. Il fait chaud mes je supporte très bien la chaleur. Mon père est là, il me dit de bien me ravitailler car sa cogne pas mal. Je mouille ma casquette, je rempls le bidon et le camelbag et je repars.

La portion entre le 1er et le 2ème ravitaillement me convient mieux, c'est roulant, pas de grosse pierre et en légère descente. Je prends mon rythme et double les traileurs sans forcer. Arrivée au 2ème ravitaillement, mon père est surpris de me voir si rapidement mais pourtant je suis vraiment cool. Ca va se corcer après.

Du 2ème ravito on descend dans le fond des gorges, pente importante, allure très lente mais je suis le groupe. Petit passage le long du verdon et on remonte par un sentier qui rejoint le 3ème ravito et là, dans ce sentier où la dénivélation est monstrueuse ( 40% de pente ! ), on monte à la corde, il me faut près de 40 minutes pour faire les 500m qui me rallie au ravito. J'arrive à ce ravito au bout de 4h30 pour 21km, j'ai mis 1h42 pour faire les 4,2 km entre le 2ème et 3ème ravitaillement soit 2,5km/h de moyenne !!! Bon, le morale quoi que déja bien entamé est encore bon car je vois que les autres sont dans le même état, ça me rassure un peu.

J'ai ensuite 7,4km à faire pour rejoindre le 4ème ravitaillement. La première portion se passe bien mais les 5 derniers km se font sur un terrain super accidenté, je me tords les pieds tout le temps, nous longeons les précipices et, là, la galère commence, j'avance pas, j'en ai marre. L'arrivée au rivitaillement ce fait en haut d'une côte de 1km pour 200 m de dénivellé, je suis un type qui donne l'allure, on monte pas à pas, tout doucement mais on ne sait pas aller plus vite, je pense à ces alpinistes qu'on voit à la télé et dont chaque pas est un effort incroyable. Et bien, à ce moment là, je suis un alpiniste. Je fini cette ascension complètement épuisé. J'ai mis 1h52 pour faire les 7,4km.

Après le ravitailement, une longue descente où je récupère bien. Les jambes vont bien donc je cours, passage au pont entre Aiguines est Moustier. Ensuite, longue montée étouffante car pas d'air. Je monte à mon allure, j'ai chaud mais ça va, J'arrive au ravito du 35ème km, rempli mes reerve liquide et reparts. Je reste un petit temps avec une dame qui vient de Pragues et nous débouchons sur une route  en légère descente. Quel Bonheur, mes habitudes de coureur sur route reprennent le dessus, je suis à petit pas mais à bonne allure et je double, je suis euphorique, c'est dingue ce qu'un peu de macadame peut faire. Arrivée au Km38 en 8h15.

Et nous attaquons, les 3km d'ascension pour plus de 600m de dénivelé positif, une montée monstrueuse, j'avais jamais vu ça. Je monte en marchant biensur, de toute façon même en marchant il faut que je m'arrête au bout de 20 minutes car je suis au bout du rouleau. Arrive alors un couple d'anglais, la dame est devant et elle impose un rythme que je décide de suivre. Nous sommes à trois à monter à une vitesse de 2KM/H !! Et on souffre, je peux vous assurer que cette allure est bien difficile à tenir. Ici on ne parle pas d'une montée de 5 ou 6 minutes comme on peut en voir par chez moi mais d'une montée à Plus de 20% pendant une heure et demie. Inconcevable par chez nous, Je montais et me disais que le mont le plus haut près de chez moi a un côté avec la même pente mais sur 100 m de long seulement. Eh bien, j'étais en train de le monter 30 fois d'affilée sans redescendre !!!

Arrivée en haut, un peu de plat donc je lache mes compagnons d'infortune et reprends ma course. Nous devons alors redescendre vers le Ravitaillement du 48ème km, La descente fait 1 bon km à 30%, il y a des rochers, ça glisse, je trébuche en arrière 7 fois dans cette descente et le doute voir la peur s'installe : " Et si je tombe en avant, qu'est-ce qui va se passer. Je risque de me faire très mal. En plus, il y a les ravins, et il va faire noir. Si je dois chercher ma route en regardant où je mets mes pieds, comment je vais faire ?"

J'arrive au Km48 et je decide d'abandonner. Un type me dit: " Aller, on part à deux tranquillement, tu n'as pas l'air fatiguer, il ne faut arrêter maintenant !! ". C'est vrai qu'il a raison, je ne suis pas fatiguer, mes jambes vont bien, c'est juste le terrain qui ne me convient pas, c'est trop escarpé, je trouve cela trop dangereux mais il m'a décidé et je reparts.

Malheureusement, impossible de suivre l'allure, il va trop vite dans les sentiers cassants, je n'arrive pas à passer les zones techniques aussi vite que lui donc, chaque fois, je dois faire le forcing pour revenir et au bout de 20 minutes il me lache. Je suis seul dans la nuit noire à chercher ma route. Mon collègue Nico m'appelle et je lui annonce que j'arrête là, le terrain a eu raison de mes ambitions. Par chance, deux traileurs arrivent et j'emboite le pas, nous arriverons à 3 au km54 et 13h42 après le départ.

C'est fini je rends mon dossards et décide d'abandonner. Nous devrons attendre 4 heures que l'on vienne nous chercher. A l'arrivée de l'organisateur, je fais éclater ma colère, lui expliquent que cela fait 4H que nous sommes sur le bord de la route et que ce n'est pas normal. L'organisateur ( si on peut appeler ça un organisateur ) me rétorque que si ça ne va pas je peut revenir à pied !!!

J'allucine, on a payer 70 euros pour des ravitaillements qui n'en étaient pas et on nous fait poiroter pendant 4 heures sans ravitaillement. Qu'est-ce que c'est que cette organisation de merde.

Quoi qu'il en soit et en conclusion. Je suis déçu de ne pas avoir terminé cette course mais je ne regrette pas d'avoir abandonné car je pense réellement que, nous, gens du plat pays ne sommes pas préparé à ce type de terrain, très escarpé, très cassant, dont les côtes ont des dénivelés que nous ne pouvons imaginer avec nos quelques terrils et monts environants. J'ai peut-être voulu taper trop haut en voulant faire ce trail mais je suis content de l'avoir fait quand même. Je reviendrai peut-être car je n'aime pas rester sur une défaite

 

5 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 05-07-2008 à 17:12:00

Ta déception est légitime, forrest gump, mais tu peux beaucoup mieux faire ...

Tu ne marques pas de points pour l'UTMB,
et en plus de ton intense fatigue,
ta colère l'emporte sur ton mental.

Alors, travaille en priorité ce mental, si important dans ces circonstances presque inhumaines

Finir de telles courses, cela se mérite, et ne réussit pas toutes les fois, même en acquittant 70 Euro d'inscription.

Bon courage, et bonne réussite pour ta sélection à l'UTMB.
JC

Commentaire de Stéphanos posté le 05-07-2008 à 20:07:00

merci de ton récit,je suis surpris de vos témoignages émouvants sur ce trail! bravo

Commentaire de Joe One posté le 05-07-2008 à 20:21:00

il est vrai que ce fut léger.... l'organisation pour récupérer ou rapatrier des coureurs en perdition.... POur avoir été 1 bonne heure avec 2 bénévoles venus me récupérer.... ils étaient appelés de partout... des petits malins avaient arrché la rubalise.... des gens perdus.... des abandons.... passé une certaine heure, il aurait presque fallu autant de bénévoles que de coureurs encore en course....
Bonne récup à toi...

Commentaire de al27 posté le 05-07-2008 à 20:29:00

Bravo,
Tout le monde est d'accord, l'organisation était merdique. J'ai fais un peu de chemin avec toi et tu es allée plus loin que moi,
A plus,
Al27

Commentaire de Stéphanos posté le 05-07-2008 à 23:56:00

merci de ton récit,je suis surpris de vos témoignages émouvants sur ce trail! bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !