Récit de la course : Championnat de Rhone-Alpes de Cross - Vétérans 2009, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Championnat de Rhone-Alpes de Cross - Vétérans

Date : 8/2/2009

Lieu : Annonay (Ardèche)

Affichage : 1257 vues

Distance : 10.23km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Courir de boue

Courir de boue

 

T’as vu ce qui tombe ?

Y a bien 15 centimètres de neige.

Ca va être bien demain.

Avec Laurent nous sommes que deux vétérans à représenter le club au régional.

 

En approchant de l’Ardèche nous nous apercevons qu’il n’y a pas de neige ici.

Nous sommes à Annonay où on lieu les championnat Rhônes Alpes de cross country.

 

Ca commence bien, on n’est pas inscrits. L’année dernière, il fallait se désinscrire si on n’allait pas au régional, cette année en plus il faut confirmer notre venue.

 

Et bin nooonnn, vous n’êtes pas inscriiiiittts. Sympa la fille aux dossards, un peu moqueuse.

Direction les litiges. Le gars est de Bourg. Bon ça va bien se passer. Laurent pête tout d’un coup les plombs. Ouai c’est pas notre faute, c’est le club, c’est pas nous. Bref l’autre commence à perdre patience et nous sort que lui nous plus ce n’est son problème de nous réinscrire. Si tous les clubs font pareil, je m’en sors plus. Je calme Laurent. Une dame nous prend nos licences et nous avons un beau dossard.

   

Nous retournons à la voiture et partons s’échauffer.

Après renseignements, nous apprenons le parcours : une petite boucle, deux moyennes puis trois grandes.

 

 

 

 

Des parties sont blindées de boue et celle ci macule nos collants.

 

Les pointes sont déjà choisies, ce sera du 12 au moins.

Ca caille, le temps est assez couvert, il neigeotte et il y a un léger vent.

 

La petite demi heure d’échauffement m’a confirmé ma tactique. Avec les 10,230 kilomètres et le parcours assez dur, je ne vais pas me livrer de suite et partir molo molo.

 

Quelques lignes droites et nous nous rangeons derrière la ligne. Je suis avec les gars de Bourg et ceux de Balan. Ah le mal du département.

 

 

 

 

 

Le préposé au coup de départ en fait un peu trop avec les pieds bien derrière la ligne, etc etc.

Ca y est ça part..

Je suis derrière Didier avec qui j’ai couru aux papillotes. Il taille sur la gauche essayant de se frayer un chemin parmi ces 300 vétérans déchaînés.

Je le laisse partir car ce n’est pas ma stratégie.

Cela bouchonne et nous arrivons sur le demi tour près de l’arrivée. Tout ce beau peloton prend le virage bien serré les uns contre les autres tel un troupeau de moutons craignant les morsures du patou.

 

Nous longeons le terrain de sport et escaladons la petite butte et rentrons pour la première fois dans les écuries d’Augias : un vrai cauchemar, un pédiluve de boue.

 

 

 

Nous repartons ensuite sur la droite pour replonger dans un autre bourbier. Trois poutrelles sont superposées ensuite histoire de country.

 

 

Puis nous revenons sur la zone finale finissant donc la petite boucle.

 

Le demi tour est pris au frein à main. Je reste fidèle à mon choix et continue ma progression doucement mais sûrement.

Cela a souvent porté ses fruits ses derniers temps. Attendre telle une souris qui grignote son morceau de fromage ou une chimio qui rogne la tumeur.

La butte revient. Je prends la boue sur la gauche comme avant.

 

Les filles dans le bourbier

 

 

 

Nous bifurquons maintenant sur la gauche.

Une grosse montée et je tire sur les bras et double sans effort quelques coureurs.

 

 

 

C’est de suite à droite après l’arbre puis de nouveau à droite avec un virage en dévers.

Là les pointes font leur effet, les autres sans celles ci sont éjectés à l’extérieur du parcours.

Après la descente nous bifurquons de nouveau sur la gauche pour chercher une boucle supplémentaire.

 

 

C’est de nouveau la boue puis les poutres pour finir la première moyenne boucle.

Un gars compte : 190.

D’autres encouragent des copains de club, sympa.

Nous sommes tous à la queue leu leu.

J’aperçois pas loin devant Bernard et Didier encore plus loin.

 

 

 

Le troisième tour. Le speakeur annonce que les premiers sont déjà sur la grande boucle, oubliant qu’il y a deux moyennes boucles, ça fait rire certains.

 

Le passage dans la merdasse est de plus en plus dur pour les quilles. Certains cherchent à droite puis à gauche le meilleur itinéraire.

 

 

 

Les séniors dans la flaque

 

 

Après ce 3° passage dans la bérézina, la montée me fait rattraper Patrice un gars de Balan qui m’a battu et rebattu sur les derniers cross, Belleville, le Mamelon, etc, etc.

Je reste prudemment derrière guettant son état. Il n’est pas au top et j’en profite pour l’allumer. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Encore une montée dans laquelle je me régale et fini d’achever l’espoir de Patrice.

La descente, la boue, les poutres.

 

 

Les séniors dans la 2° marée basse

 

Bernard n’est pas loin devant, chacun son tour

 

Fini la rigolade, nous entamons la grande boucle.

Il neigeote toujours, la boue se colle de nouveau plus sur mes cuisses. Mon short est encore un peu bleu..

 

 

 

 

 

Je rattrape Didier et Bernard.. Nous sommes maintenant tous les 3.

Didier a un coup de moins bien et lâche petit à petit

Le parcours passe par une sorte de préau. On est dessous comme dans une cours de récré couverte.

 

 

Deux fois à gauche et nous prenons une butte en descente avant de revenir sur le bas du parcours. A gauche à raz de l’arbre et du banc. A droite on relance. De nouveau un gauche puis droite et c’est le bout de descente avant le deuxième bain. On fait de grandes foulées et on lève les jambes tel Louis de Funès dans le chewing gum de Rabbi Jacob. Mais rien y fait on s’enfonce on est marron.

Je suis toujours avec Bernard. On rattrape un autre gars de Balan, Hervé, qui m’avait gratté à Belleville. On est tous les trois les uns derrière les autres et je dis qu’on représente bien le 01 : un gars de Balan, un de Bourg et un d’Ambérieu.

Le virage final va voir Bernard faire une figure. Il accroche une pointe et manque de se rétamer. Il se rattrape en posant les mains au sol.

 

La deuxième grande boucle est entamée et nous remontons toujours des concurrents.

170 me dit un gars.

 

Combat de filles dans la boue

 

 

 

 

La montée me fait revenir au niveau de Bernard. Je tourne en même temps que lui et ensuite prend le dévers à l’extérieur. Il reste derrière moi.

La suite est idem et la boue est de plus en plus liquide.

 

J’entame donc la dernière boucle seul et le vent de face me taquine. Faut pas que je pense au zef, rester concentrer.

Je prends la 1° partie de boue tout sur la gauche comme d’hab, puis dans la montée je mets les gaz.

 

 

 

Laurent dans la bosse.

 

Les 3 premiers séniors

 

 

 

 

 

La montée suivante arrive et je mets le turbo doublant 4, 5 personnes. Deux vont me repasser avant le préau. Celui ci escaladé, je vois Bernard derrière en contrebas qui me lance un regard de tueur. Eh oui je suis devant. Bref c’est pas fini.

Je sers les crocs et tire sur les bras.

La petite descente avant la boue au taquet.

Je suis derrière un gars depuis le haut.

J’attends la dernière flaque de boue pour attaquer comme prévu à la reco.

 

Ca y est c’est parti.

Je double surprenant tout le monde de mon sprint final très prématuré.

C’est ainsi que je procède souvent et c’est très efficace.

J’arrive au demi tour que je prends au frein à main, puis c’est la ligne droite terminale dans laquelle je bats encore un autre gars au sprint.

 

Quelle patate.

Quel pied.

J’ai battu tout le monde.

I’m a crossman. 

Je suis 157°/291 mais je savoure ma course, ma tête baignant dans l’endomorphine.

J’ai gagné 2 places par rapport au départemental car je suis 6° de l’Ain.

 

Les autres arrivent.

On discute vite fait le bout de gras car ça caille.

 

La douche va nettoyer les jambes, la lactite à l’intérieur partira plus tard, l’ébullition du cerveau encore plus tard.

 

Un dernier petit regard sur ce parc de Déomas d’Annonay où a eu lieu ce magnifique cross avec son joli tracé.

 

 

Ainsi s’achève ma saison de cross.

Quel hiver, quelle gnack j’ai eu tout le temps.

J’vais arracher la moquette sur la route ce printemps puis les trails n’auront qu’à bien se tenir.

  

Gibus, l’homme qui dégaine son finish plus vite que tout le monde.

Photos ALV Voiron et ACO Firminy

14 commentaires

Commentaire de lule posté le 15-02-2009 à 18:00:00

Hello,
Bravo pour la course et merci du récit bien complet!
Où ça de la boue...?! =)
@+ lule

Commentaire de Francis31 posté le 15-02-2009 à 18:07:00

Sacré Gibus, toujours a tenter de nouvelles expériences.
Tu es maintenant fin prêt à venir gouter la bouillasse du trail des Citadelles ...
A très bientôt j'espère

Commentaire de franciss posté le 15-02-2009 à 19:01:00

Tu vas avoir un vrai teint de jeune fille avec toute cette boue !
Les photos illustrent bien ce que tu as pu goûté de près ! Bravo à toi une 6ème place méritée !!!

Commentaire de lulu posté le 15-02-2009 à 19:29:00

Bravo à toi !!!
Et comme d'hab, un CR très bien illustré. En plus, j'arrive toujours à te piquer une photo de quelqu'un que je connais...!

Commentaire de Pat'jambes posté le 15-02-2009 à 22:04:00

"Quelle patate.
Quel pied.
J’ai battu tout le monde.
I’m a crossman.
Je suis 157°/291 mais je savoure ma course"

;-D ;-D ;-D

Je me suis régalé de ton CR et des photos qui m'ont rappelé de bon souvenir. Merci!!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-02-2009 à 11:54:00

La grande classe, un vrai crossman, chapeau bas. BRAVO BRAVO, ça c'est de l'esprit de guerrier.
Merci pour ce super récit, l'impression d'y être et l'envie de se doucher, tu m'as éclaboussé.

Commentaire de Eric Kb posté le 16-02-2009 à 13:57:00

La boue n'attire pas que les sangliers !!!! Quelle course et quel CR ! Tout en finesse....

Commentaire de pedro38 posté le 16-02-2009 à 16:53:00

Eh beh! ton cr avec de belles photos me montre ce que j'ai loupé en partant en vacances!! Mes copains de club m'ont bien raconté mais tes photos sont encore plus parlantes! Vous aviez autant de boue que moi de poudreuse ce jour-là! Bravo pour ta course en tout cas!
Pedro38

Commentaire de Mamanpat posté le 17-02-2009 à 09:19:00

En plus de la patate et d'une gnak à toute épreuve tu dois avoir la peau toute douce avec toute ces bains de boue !!!!! ;-)

Au plaisir et ravie de te voir en si bonne forme !!!

Commentaire de quickquick posté le 17-02-2009 à 11:07:00

pour la saison prochaine, licencie toi dans le Nord... y'a moins de boue !!!!

Commentaire de taz28 posté le 18-02-2009 à 08:32:00

Superbes photos (les gros plans dans la boue sont magnifiques...) pour un très chouette récit !!
Bravo à toi et merci pour ces lignes !

Taz

Commentaire de thunder posté le 20-02-2009 à 16:35:00

magnifique CR qui me replonge dans le bain
Merci pour toutes ces images
@+

Commentaire de agnès78 posté le 24-02-2009 à 23:46:00

mince, je l'avais loupé... mais ces photos sont vraiment extraordinaires!!!
merci gilbert pour ce chouette récit

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 23-06-2012 à 08:39:50

Comment j'ai pu rater ça !!! Moi, un adepte du cross !
Très impressionnant !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !