Récit de la course : La Course de l'Algernon - 16 km 2011, par Bruno CATANIA

L'auteur : Bruno CATANIA

La course : La Course de l'Algernon - 16 km

Date : 9/10/2011

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 624 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

PARCE QUE DES FOIS LA PERFORMANCE NE COMPTE PLUS

Adolescent, j’avais emprunté à la bibliothèque de mon Lycée, une nouvelle d’un (pour moi obscur) auteur de Science-Fiction « Des fleurs pour Algernon », le titre me semblait encore hermétique que le nom de l’auteur.

Quel ne fut pas ma surprise de découvrir une œuvre pleine de vie où le héros, Charlie GORDON, un jeune handicapé mental voit ses capacités intellectuelles  augmentées par une expérience scientifique. Cette expérience ayant aussi réussi auprès d’une petite souris de laboratoire dénommée « Algernon », Malheureusement, la souris donne des signes inquiétants de dégénérescence cérébrale et finit par mourir. Charlie, qui sait fort bien que son sort est lié à celui d'Algernon, comprend qu'il va lui aussi régresser et s'empresse alors de reprendre tous les travaux scientifiques afin de trouver les erreurs de calcul permettant d'expliquer l'origine de cette dégénérescence.

L'intelligence est également l'enjeu d'un autre combat pour le nouveau Charlie Gordon : faire comprendre aux scientifiques que le premier Charlie Gordon, » l'attardé mental » au QI inférieur à 70, était une "personne" à part entière et non pas un semi-être humain heureusement ramené dans le cercle de l'humanité par les bienfaits de la science.

Ce sont ces leçons qui nous donnent à « penser » que tous les êtres humains ont leur place dans notre société, c’est aussi en utilisant cette parabole, que les organisateurs de cette course permettent à tous de se côtoyer dans la joie de la course à pieds et dans une forme de solidarité que ne connaît pas forcément notre vie de tous les jours.
Afin de donner plus d’ampleur à cette intégration entre valide et non valide les organisateurs ont décliné cette course en 3 formats 5 km -10 km -16 km
C’est donc en un Dimanche radieux, que je prends la route vers le départ du départ. Enfin, la route, la route c’est un peu exagéré (c’est mon coté Marseillais), un ¼ heure en voiture pour gagner la ligne d’arrivée et autant à la navette pour nous déposer sur la ligne de départ.

Dans la dite navette je rejoins Patrick (Patmar13) et nous conversons gaiement sur les affres de la météo et la fraîcheur matinale (en clair on papote de la pluie et du beau temps). Ah parce que j’avais oublié de vous dire, que Monsieur Mistral s’est invité dans notre belle région depuis deux jours et bien installé il s’époumone avec de belles rafales à 70-80 km/h.
En plus le parcours est fait de telle façon, on traverse une partie de Marseille du Sud vers Le Nord, que notre “alizé” va nous souffler dans le nez pendant les ¾ du parcours.

En parlant de nez, le mien est bien pris par une  “créve”carabinée et je vais devoir ventiler difficilement. Pour une autre course j’aurais déclaré forfait mais là, courir pour une cause, l’abandon pour un tel motif aurait été malvenu, voire indécent.

Donc peu protégé par un seyant sac poubelle, j’entame mon échauffement avec Patmars et GilouMontolivet (qui nous a rejoint), bientôt rejoint par Isabelle (Zazou22) qui a laissé son petit mari à la maison (et oui chacun son tour). Nous devisons gaiement en échangeant sur nos ambitions respectives (PatMars annonce plus de 10 km/h..). Pour ma part je suis assez partagé les conditions ne sont pas optimales, vent + “gros rube” et je sais que dans la dernière partie, au moment de la fusion des différents parcours, il y aura beaucoup, beaucoup de monde. D’un autre coté ce n’est pas le lieu pour une performance, mais bon si on peut joindre l’utile à l’agréable.

Bref, point de ce genre de considération lorsque le départ est donné. Les premiers handi athlètes se sont élancés, d’ores et déjà nous les reverrons plus (à moins d’être Kenyan...). Je suis dans le gros du peleton, et je dois un peu zigzagué pour rejoindre les coureurs qui ont la même vitesse que moi. Ce depart prudent est volontaire, ça évite de se brûler les ailes par une envolée trop précoce et puis remonter les participants cela a un coté grisant.

Km 1 : 4’15
Euh j’avais dit départ prudent, pourtant je n’ai pas la sensation de forcer. Certes on est en descente mais quand même...le peloton commence à s’étirer. Nous situant en surplomb par rapport aux premiers, j’ai tout le loisir d’apercevoir “la cabeza de peloton” comme on dit en Espagne.

Km 2 et 3 : 4’01 et 4’03
Et c’est parti, Mister Mistral se met de la partie, nous sommes vent debout et pas question de tirer des bords. Ce sera course avec ventilo mais bon il ne fait pas froid (j’ai de cruels souvenirs d’un 24 Heures quelque part vers Marignane). C’est la partie facile du parcours, léger faux plat descendant, bitume régulier, tout concourt à faire de la vitesse

Km 4,5 et 6 (4’07,4’14,4’28)
Du vent, du vent, du vent, bon j’ai de la chance je me suis trouvé un grand gaillard (enfin quand on me connait trouver quelqu’un de plus grand n’est pas vraiment difficile) qui me protége du vent. D’ailleurs dès que je met le nez à la fenêtre pour prendre un relais, j’ai l’impression de courir avec un parachute accroché aux fesses.

Km 7,8 (4’37x2)
J’ai un peu de mal, le parcours remonte un peu et puis je me lasse de courir façe au vent; Mon garde du corps a baissé de pieds plus que moi. Va falloir relancer

Km 9,10 (4’25 et 4’32)
Nous descendons la Canebière (qui comme chacun le sait termine au bout de la Terre) et longeons le Vieux Port, c’est toujours un vrai plaisir d’avoir la ville ouverte aux coureurs et puis abrités par les hauts bâtiments, je peux profiter du panorama en levant un peu le pied.

Km 10,11 (4’32*2)
Nous rejoignons les premiers (ou les derniers) participants des autres courses, quelle émotion de nous voir valide, non valide courir avec ses moyens propres. Je crois que c’est dans ces moments particuliers que le mot “Intégration” prend tout son sens.

Km 12,13,14 (4’29,4’25,4’36)
Le vent est tourbillonnant au gré des rues transversales et des bâtiments qui créent des turbulences. Au detour de la course, une rafale plus forte me déséquilibre et hop j’en suis quitte pour un petit rouler bouler du plus bel effet (bah quelques années de judo et de rugby vous influence quelque peu).
Nous voila maintenant au coeur des trois courses, il est temps de ralentir, pour moi la performance est terminée. Je profite de croiser tous les coureurs non valides pour les féliciter et les encourager. Je pense qu’au dela de ma participation, c’est ma façon d’ajouter un plus à ma présence.

Km 15 (4’45 et fin)
Nous longeons les plages de la partie sud de la rade. Il y a beaucoup, beaucoup de monde; Une petite fille me défie à la course, vous l’aurez deviné j’ai été battu à plate couture, impossible de lutter devant tant de détermination. C’est un vrai bonheur de la voir rire et lever les bras en franchissant la ligne d’arrivée.
Pour moi la course est fini, la place et le temps n’ont finalement que peu d’importance (même si j’étais aussi là en partie pour ça). Ce qui compte c’est qu’au travers de notre participation, nous valide, nous ayons fait avancer un peu cette juste cause.

Arrivée :
Beaucoup, beaucoup de vent, trop je renonce à attendre les autres kikous et je crois que ceux participant au 10 km ont fait de même. Je m’empresse de retourner à mon carrosse et d’aller embrasser mes petites princesses.

Voila les amis merci de m’avoir lu - prochaine étape, je tente une expérience du coté “obscur”:
- Le trail de Jouques

10 commentaires

Commentaire de lapinouack posté le 11-10-2011 à 22:17:11

bravo !!!! :-)))

Commentaire de Aleitheia posté le 11-10-2011 à 22:19:19

Très sympa ton récit Bruno!!!

Mais dis-moi,la forme est au rendez-vous, quand on sait ce que le mistral Marseillais peut faire pendant une course... surtout quand on l'a de face pendant les 3/4 du parcours!! Bravo et régale-toi bien à Jouques!

Commentaire de KikourOtreize posté le 11-10-2011 à 23:07:15

La tête les jambes et le coeur, bravo Bruno et merci pour ton récit.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 12-10-2011 à 08:23:23

Un super recit Bruno, vraiment :)
Et que dire de ta forme !!! Ça envoie bien dis donc.un grand bravo,

Commentaire de chanthy posté le 12-10-2011 à 09:01:48

merci pour ce beau récit
et bravo pour ton chrono, ça fait plaisir que la forme revienne au galop :)
RDV à jouques!!

Commentaire de RogerRunner13 posté le 12-10-2011 à 11:43:58

Merci Bruno pour ce beau récit, bravo la forme revient.....

Commentaire de Rudyan posté le 12-10-2011 à 13:17:50

Super Bruno! Une belle cause et une belle course! Maintenant rdv à Jouques pour une petite balade sur les sentiers ;)

Commentaire de kkris posté le 12-10-2011 à 19:43:15

bravo Bruno,contre le vent,pas facile!
bons débuts en trail à Jouques!

Commentaire de patmar13 posté le 13-10-2011 à 00:03:38

Un récit qui retrace parfaitement l'environnement et l'atmosphère de cette intégration qui mérite vraiment d'être partagée par tous. Merci Bruno et bravo pour ton top 100!
A bientôt :)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 27-10-2011 à 19:19:11

Ce bouquin, je l'ai lu il y a quarante ans, alors que j'étais ado. Sacré souvenir. Merci de me le rappeler et bravo pour ta course.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !