Récit de la course : La Course des Iles 2011, par Bruno CATANIA

L'auteur : Bruno CATANIA

La course : La Course des Iles

Date : 11/11/2011

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1097 vues

Distance : 14.5km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Parce que des fois les iles c’est grand

                         

 marseilleveyre-frioul.jpg

 carte-frioul.jpg

« Prendre le bateau pour aller courir, mais en voila une idée ? Tu vas en Corse ? ». Telle est la réflexion que je suis attiré lorsque j’annonçais à des collègues de travail ma prochaine participation à la Course des Iles du Frioul.

Le Frioul rie n à voir avec la région de la Péninsule Italienne,  car Marseille entre autres originalités possède sur son territoire un archipel. Archipel formé de deux iles principales (Pomégues et Ratonneau-reliées par une digue), d’une plus petite (If, qui porte le château éponyme et théâtre des aventures d’Edmond DANTES alias le conte de Monte Cristo).

Je ne serai pas complet si je ne précisais pas que le Frioul revendique son indépendance, preuve ultime de l’irréductibilité des Iliens (je crois savoir que certains Corses, Sardes et Siciliens voient un peu les choses de la même façon).

Bref le décor est planté, ah oui dernière chose, si l’île reste sauvage par le peu d’habitant qui l’occupe c’est aussi par un manqu e (euh disons plutôt une absence totale) de végétation, si ce n’est quelques maigres arbustes qui émergent çà et là, a u milieu d’un océan de calcaire blanc et gris.

Et dire que cette ile était jusqu’au milieu du 18° Siècle était boisée et réputée pour la richesse de son gibier, mais les besoins en bois de charpente pour la construction navale, le feu et l’érosion ont fait le reste (un exemple à mediter…)

N’empêche les organisateurs ont réussi le tour de force de réaliser un parcours de 14.5 km qui serpente au milieu des chemins calcaires et qui relie les points remarquables de l’île.

C’est donc en un sympathique Vendredi de Novembre que je prends une des navettes faisant la liaison entre le continent (??) et l’archipel,  éloigné l’un de l’autre de quelques kilomètres (un grand voyage n’est-ce pas ?).

Le temps  est légèrement nuageux et la température douce, rien à voir avec le déluge dont le ciel nous a gratifiés les jours pré cédents.

Débarquement sur le port du Frioul, gagner le lieu du départ, me changer et confier mon vestiaire, le rituel habituel ne prend que quelques minutes. Pas mal de monde 358 inscrits suivant les organisateurs, une grosse course de village (enfin d’île quoi), mais c’est toujours plaisant. Cela nous change des grosses machines genre Marseille Cassis que j’ai en horreur.

10h15 : Après un briefing inaudible, la faute à une sono récalcitrante, le départ est donné. Comme à mon habitude je me suis placé en queue de peloton, un jour il faudra vraiment que je me place devant histoire de voir ce que ça donne, un début de course aux avants postes…

Km 1, 2 (4’35 et 4’31) 

Le début de l’épreuve se fait sur une des rares parties goudronnées en légère descente, nous longeons le port et rapidement le parcours fait place à la partie chemin. Je suis bien je double, je double c’est une illusion bien plaisante puisque je ne vais pas tarder à rejoindre les coureurs qui sont à mon allure. panoramique2.jpg

l'hôpital Caroline c'est en haut à droite

Après la partie goudronnée, nous passons une petite bosse et arrivons au terme d’une belle descente sur la plage de Saint Estèphe. La montée vers l’hôpital Caroline (en cours de restauration) est avalée dans la foulée. Franchement je suis étonnement bien, maintenant que la partie caillouteuse arrive, je reste lucide et contrairement aux autres sorties sur chemin je ne perds pas trop de temps.

Le parcours fait une boucle et nous croisons les 1ers lancés à 15 km/h. Un rapide décompte (tiens je n’ai que ça à faire compter les participants devant moi et faire attention où mettre les pieds) me place environ 70° position (pour une fois ça fait p laisir).

C’est vraiment accidenté, chemin inégal on est presque dans un trail en terme de « revêtement », seul le dénivelé fait défaut.

Km 3,4 et 5 (4’37, 5’04 et 4’47)

hopital_caroline.jpg

Tiens en terme de dénivelé le kilo 4 est gratiné, une belle montée (15% de moyenne sur 300 m), mais c’est bon, c’est très bon pour moi.

Demi-tour au Fort de Ratonneau  un bénévole m’annonce que nous rentrons dans les 50 premiers et c’est parti pour une descente échevelée, je ne perds pas trop de place ni de temps. Je tente de mettre en place une technique entre aperçu sur kiko urou…courir sur la pointe de pieds en descente.

Ça reste quand même assez physique au niveau quadriceps, mais qu’importe pour une fois que je peux profiter d’une descente.

Nous regagnons le port du Frioul puis nous coupons pour reprendre un petit chemin

Km 6,7 (4’18 et 5’14)

C’est reparti pour un coup de cul, un beau raidillon bien technique, hop, hop sur la pointe des pieds, des appuis courts et toniques franchement ça paye…nous sommes maintenant sur un sentier littoral nous laissons sur notre gauche, les anciens emplacements des fortifications allemandes de la dernière guerre. Car de par sa situation strat égique l’ile a été en permanence fortifiée par les différentes armées.

Km 8,9 (4’47 et 4’55)

ile-pomegues-3-300.jpg

Troisième passage sur le port du Frioul, nous voici sur la grande digue (Digue du Duc de Berry) qui relie Ratonneau à Pomègues, j’ai perdu quelques places je suis juste derrière la deuxième féminine. Franchement si la deuxième partie est aussi favorable que la première, je signe tout de suite. Enième coup de cul, boum coup d’arrêt brutal après la partie plane.

Km 10,11,12,13 (5’03,6’19,5’25, 5’01)

J’ai du mal, les montées me permettent de limiter la casse, mais en descente ma récente «technique » trop exigeante ne peut plus être employée. Je suis presque arrêté, c’est rageant. Une vingtaine de concurrent me passent sous le nez .

 

 

Km 14 e t fin (4’39)

Le retour sur la partie plane me permet de relancer, je rattrape « les morts », mais c’est fini, dommage je me serais bien senti quelques kilomètres de plus sur le goudron. Temps final 1’09 et 88° au scratch, toujours un peu frustré par les descentes, mais il y a du mieux, voire du beaucoup mieux.

Et puis courir sur une île au milieu des gabians, des cormorans, quelques fous (les oiseaux), l’organisation est superbe, les bénévoles toujours aussi souriants. Une course à faire et à refaire, je l’ai déjà cochée pour l’année prochaine

 

 

 

 

 

 

 

 

10 commentaires

Commentaire de KikourOtreize posté le 13-11-2011 à 18:18:49

Bravo!! pour ta course, ton CR. Tout simplement extraordinaire.Au top Bruno.

Commentaire de Aleitheia posté le 13-11-2011 à 18:50:52

Bravo Bruno, un récit qui donne vraiment envie de faire cette course... Et puis le Frioul pour profiter c'est pas non plus le pire!! :-)
Félicitations et t'inquiète, la descente technique... ça se travaille, oublie tout et fonnnnnnnnce!!! ^^
A bientôt!

Commentaire de patmar13 posté le 13-11-2011 à 19:48:52

Historien,reporter et sportif, quel profil :)
Un beau chrono dans un cadre magnifique! Bravo pour ton récit et ta course Bruno.
A bientôt

Commentaire de RogerRunner13 posté le 13-11-2011 à 20:19:13

Courir sur une île ça fait exotique, même si cela n'est qu'à quelques kilomètres de la ville et dire que je ne la connais pas cette île...... Merci pour ce récit très documenté et bravo pour ta course,à bientôt.......

Commentaire de Rudyan posté le 13-11-2011 à 20:30:12

Belle course Bruno! Et je sens que u vas bientôt prendre du plaisir dans les descentes, aussi techniques oisent-elles ;)
Voilà une course que j'espère faire l'an prochain...si je ne bosse pas :(
A bientôt!

Commentaire de montevideo posté le 13-11-2011 à 20:40:01

Voilà un récit qui donne envie de courir :)
Une bien belle course - à bientôt Bruno ... sur la terre ferme

Commentaire de Mustang posté le 13-11-2011 à 21:00:11

ouahouu quel parcours!! superbe!! merci de nous faire connaître cette perle!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 13-11-2011 à 21:04:38

Merci Bruno, bien jolie cette balade que je n'ai jamais fait. Ben oui y en a encore.
BRAVO et a bientôt

Commentaire de kkris posté le 14-11-2011 à 12:52:55

bravo Bruno,belle course et beau récit.
je l'ai faite il y a quelques années,un très bon souvenir.
à bientôt!

Commentaire de lapinouack posté le 19-11-2011 à 16:37:23

bravoooo et trés joli CR , bisous à trés bientot

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !