Récit de la course : Le Tour de la Grande Casse - 65 km 2012, par Natou

L'auteur : Natou

La course : Le Tour de la Grande Casse - 65 km

Date : 19/8/2012

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 1492 vues

Distance : 65km

Objectif : Terminer

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Tour de la Grande Casse

En ce samedi 19 Août, nous partons Mickaël et moi pour Pralognan-la-Vanoise afin de participer au Trail du Tour de la Grande Casse (64 km et 3855 D+).

 

Je suis « inquiète » car il est annoncé de très fortes chaleurs pour le week-end et le trail déjà réputé comme technique et cassant ne va pas être de tout repos !!

Nous récupérons notre dossard et participons au briefing obligatoire d’avant-course au cours duquel, tous les points techniques sont abordés.

Dimanche 20 Août 4H30…. Zut ! Faut déjà se lever !! Je n’ai rien dormi de la nuit (comme toutes les nuits qui précèdent une course !)

J’essaie d’avaler mon Gatosport. Il y a d’autres coureurs avec nous dans la salle du petit déjeuner dont un groupe de joyeux lurons belges. Sérieux tout ce petit monde au petit matin !!!

Nous voilà prêts ! Il fait déjà bon. Pas besoin de mettre des épaisseurs !

6H. Le départ est donné ! 229 coureurs s’élancent dans les rues du village et nous mènent au départ  d’une belle montée assez raide à travers bois. C’est le début de la 1ère difficulté : le col de Leschaux !

Ça monte régulièrement mais sur un monotrace escarpé avec des lacets très courts. Pas toujours facile de passer les concurrents. C’est superbe. Nous montons à la fraîche et atteignons le col en 1h35. Déjà 1100 D+ et il reste un peu moins de 60 km à faire !!! LOL

La descente sur le versant Nord est raide sur un sol sableux et caillouteux. Il faut faire attention de ne pas glisser.

Après quelques petites remontées, nous apercevons le refuge du Grand Bec et prenons la descente vers le Plan Fournier qui sera le point du 1er ravitaillement. J’y arrive au bout de 2h40 de course, soit 20 min avant la barrière horaire ! Presque autant de temps pour descendre que pour monter ! Je ne m’y arrête pas longtemps.

Et c’est reparti avec un bon raidillon de 250 D+ ! Ouch, il casse bien celui-là !! Ca calme les ardeurs de certains que je double tranquillement. Mais d’autres me doublent aussi dont un duo avec qui je ferai le yoyo pendant toute la course.

Nous partons direction Champagny. Je maintiens mon rythme et tout va bien. Mais je passe mon temps à zieuter le chrono… Pas vraiment le temps de prendre des photos !

Arrivée au 2ème ravito au Laisonnay. Déjà 24 km de parcouru et 40 minutes d’avance sur cette 2ème barrière horaire. Un coureur m’interpelle. « Alors ? Bien remise de Courchevel ? »

J’y reconnais un coureur avec qui j’avais fait un bout de chemin lors de Courchevel X-Trail 15 jours plus tôt. Il m’annonce qu’il abandonne. Plus de force et plus envie.

Je refais le plein d’eau, quelques bouts de bananes et c’est reparti, direction le col du Palet. 1100 D+ à nouveau nous attendent.

Il commence à faire très chaud. Nous prenons les sentiers balisés qui vous nous conduire au col. Le parcours me paraît long, long. De nombreuses fois, je m’arrête au niveau des petits cours d’eau pour m’asperger… mais tout sèche vite !!

Et voilà, enfin le col atteint !!! On descend vers la station de Val Claret par un sentier qui longe les remontées mécaniques. Je me fais à nouveau doubler par un de mes concurrents belges qui me reconnaît et mes 2 autres coureurs. De vrais cabris dans les descentes. Je reste concentrée pour ne pas trébucher sur les pierres. En contre-bas, on aperçoit Tignes. J’avoue que ce n’est pas très joli : que du béton dans un environnement monochrome. Seuls les terrains de tennis et le lac apportent un minimum de couleurs.

Arrivée au 3ème ravito. 37 km et 2700 D+ dans les pattes. Le soleil cogne. Très fort j’avoue. Beaucoup de coureurs sont allongés sous les tentes du ravito. Certains d’entre eux ne repartiront pas. La chaleur écrasante commence à faire des victimes.

Après avoir fait à nouveau le plein, je repars laissant Mickaël refaire le plein d’énergie. Je passe au pied du départ du funiculaire qui monte vers le domaine skiable de la Grande Motte. Et comme d’autres, je commence à sentir les effets de la chaleur. Des nausées viennent troubler mon ascension que je stoppe à plusieurs reprises. J’ai déjà bu plus de 4L d’eau et j’ai l’impression d’être déshydratée. Je bois et pourtant, ma bouche reste sèche. Des coureurs redescendent, leur dossard à la main, dépités. Ils me souhaitent du courage.

Plus bas, j’aperçois Mickaël qui monte lentement.

Je m’accroche et garde en ligne de mire les sommets vers lesquels je me dirige.

Je rejoins un autre coureur. Nous rentrons dans le parc de la Vanoise. Spectacle minérale et féérique à la fois. Pas un pet d’ombre !

Il me faut encore passer quelques longueurs de faux plats pour atteindre le Col de la Leisse.

 

 

Le refuge est plus loin. Quel soulagement quand j’y arrive. Je me pose, et bois un bon bouillon froid de pâtes. Un vrai régal !!!

Pendant ce temps-là, les poules de ce petit paradis se font un malin plaisir à « vérifier » l’équipement de nos sacs !!

Dommage, que je ne puisse m’éterniser, mais l’heure tourne et ne prend aucun ravito !

Je suis repartie. C’est par une belle descente que j’évolue dans le vallon de la Leisse. C’est magique ! Comment vous décrire ces paysages sauvages. Personne devant. Personne derrière. Je fais néanmoins attention de ne pas louper le tracé, car dans le parc, aucun balisage pour la course n’est possible. Un bénévole qui vient de Val Claret et qui se dirige vers le refuge me double et m’informe de l’abandon de Mickaël. Je suis attristée. Cette course était importante pour tous les 2, notre participation définitive à l’UTMB en découlant.

Je me refais doublée par mon duo de coureurs, et échangeons quelques mots. A force de nous croiser et recroiser, ça forme des liens !

Au bout, j’aperçois le pont romain, Pont de « Croe vie ».

Des vaches paissent sous l’œil vigilant d’un vacher et de son chien. Je lui fais confirmer ma route pour le Col de la Vanoise.

Intrigué de voir des coureurs, il me demande s’il y a une course en montagne ;-)

Le chemin que je dois suivre est un superbe raidillon de 300 D+. Mais je m’accroche, persuadée que le col est juste derrière. Le coureur devant moi, s’arrête et s’assoie plusieurs fois. Il me dit : «  ça doit être l’arrivée du Col de la Vanoise, juste là-dessus ! »…A chaque pas, il me semble pourtant que le sommet « monte », nous donnant cette mauvaise sensation qu’elle est sans fin !

En levant ma tête, j’aperçois quatre chamois qui me regardent, certainement morts de rire, en train de « ramper » sur les quelques rochers.

Arrivée au panneau, je lis et la lecture brise mon élan…. Col de la Vanoise : 1h45. Il ne me reste que 2 heures pour finir dans les temps ! Des bénévoles m’indiquent qu’il doit rester 13 km. Le moral en prend un coup.

Ni une, ni deux, je repars avec une hargne indescriptible !

Je longe les lacs sur un faux plat montant, mais j’avance. Je trottine bien et j’atteins le Refuge de la Vanoise. Une soupe avalée et je suis repartie. Il reste 8 km dont 1100 D- à dévaler sur 7 km !

Même pas peur, je déroule, survole les pierres. Par moment, je lève la tête et savoure encore un peu ce paysage grandiose. Que c’est beau !

Mon désir d’arriver au bout est fort, très fort même. Je pense à Mickaël qui se trouve certainement sur Pralognan et qui doit guetter mon arrivée.

Je déboule enfin dans les rues du village où les spectateurs applaudissent les coureurs, nous félicitent avec d’énormes « Bravo ». Je franchis l’arrivée après 13h40 de course. 3H de plus que la 6000D, mais la chaleur a été très forte dans ce duel !! Mickaël est là, ainsi que Greg qui a couru sur la Sauvage le matin même.

 

Mon euphorie ne s’arrête point-là. Je viens à peine d’arriver que je suis appelée : 2ème V1, en marche pour le podium !

 

Comment vous décrire ce que j’ai ressenti. La 1ère fois que je sens mes larmes monter, car il y a cette énorme joie d’être arrivée au bout de cette magnifique et difficile épreuve, mais aussi la tristesse ne n’avoir pas vu Mickaël franchir aussi cette même ligne d’arrivée…

 

Cette course Mamour, je te la dédie. Car c’est en pensant à toi que j’ai trouvé la force d’aller jusqu’au bout…

Je finirai en applaudissant la superbe organisation de l’Office de Tourisme pour cette course et tous ces bénévoles qui nous ont accueillis les bras ouverts et avec un sourire indéfinissable. 145 coureurs passeront la lignée d'arrivée...

Mon duo de coureurs finit 45 minutes après moi, et mes belges fermeront la marche après 14h30 de course. Bravo à tous !

 

11 commentaires

Commentaire de Gibus posté le 22-08-2012 à 22:53:29

Super récit
J'ai retrouvé là, toute la chaleur de ce dimanche
quel courage tu as eu de continuer encore et encore

vraiment, chapeau bas

Gibus (arrêté au 37° k)

Commentaire de gilou01 posté le 23-08-2012 à 07:31:21

bravo pour ta course et super recit

Commentaire de caral posté le 23-08-2012 à 10:57:32

Et bien bravo!!!! super récit, j'y ai retrouvé tout le plaisir que j'ai eu à traverser le vallon de la Leisse. Encore bravo à toi.
Alain

Commentaire de Jay posté le 23-08-2012 à 11:20:22

Bravo pour ta course , ton récit .. et ton sourire :-))
jay

Commentaire de Natou posté le 23-08-2012 à 11:30:55

Merci beaucoup pour vos comm !!
@Gibus : Un sacré morceau ce trail sous cette chaleur ! récupères bien !
A très bientôt sur les chemins ! Bonne continuation sportive à tous !

Commentaire de La Tortue posté le 23-08-2012 à 12:46:51

un p'tit bout de l'ultra 6000D (col Palet), un p'tit bout TVG (col Vanoise), décidément il faudra que j'aille le faire un de ces jours ce trail qui doit être magnifique. et l'accueil à Pralognan, est toujours très chaleureux.
bravo pour ta course, pour ton sourire et merci de m'avoir donner envie de retourner dans ces belles montagnes.

Commentaire de Jean-Phi posté le 23-08-2012 à 17:47:06

Super récit, bravo pour ta course, ton podium et ton plaisir ! On voit à ton large sourire sur le podium que tu es ravie. Envolée à ce moment précis la fatigue....

Commentaire de blob posté le 25-08-2012 à 21:28:37

ça c'est de la course. Un grand bravo à toi

Commentaire de DROP posté le 01-09-2012 à 20:53:59

Sympa le récit et bravo pour cette course dans une région magnifique. Et félicitations pour le podium, c'est la cerise sur le gateau :-)

Commentaire de Pascaline posté le 14-09-2012 à 21:14:23

bravo nat , tu es une battante, fière de toi !!!

Commentaire de raspoutine 05 posté le 26-09-2012 à 23:36:18

Ben si c'est pas de la fureur que de courir dans de telles conditions !!! A priori, seuls les animaux avaient l'air à peu près normaux dans cette course... Bravo à toi, la Tortue a raison, il est temps de recourir dans le coin !
Bravo, bravo, bravo !!!!
et encore clap, clap !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !