Récit de la course : Paris-Versailles 2012, par Olivier d Elancourt

L'auteur : Olivier d Elancourt

La course : Paris-Versailles

Date : 30/9/2012

Lieu : Paris 15 (Paris)

Affichage : 597 vues

Distance : 16km

Objectif : Battre un record

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Qui était de la 21ème vague ?

Les heures qui précèdent Paris-Versailles sont pour moi immuables et très sûrement identiques à tous les banlieusards de l'ouest parisien qui y participent. Je prends ma voiture direction Versailles, enveloppée cette fois-ci dans une épaisse couche de brume, où j'arrive vers 8h30. Je me gare sur les hauteurs de la ville du côté de Satory et entame une marche d'un quart d'heure pour atteindre la gare de Versailles-Château. Quelques coureurs qui se sont garés au même endroit accomplissent le même trajet en courant histoire de faire un léger échauffement et de lutter contre la fraicheur ambiante ! Je rate de peu le train de 8h40 ce qui m'oblige à prendre le suivant. Je sais que je ne serai pas aussi bien placé que l'année dernière sur la ligne de départ où j'avais réussi à me glisser dans la 12ème vague mais cela n'a pas beaucoup d'importance.  Le train se remplit progressivement,au fil des arrêts qui nous séparent du Champ de mars, d'un nombre croissant de coureurs, la tension monte doucement mais sûrement :-) .

Arrivé au pied de la tour Eiffel et le temps d'avaler deux compotes, me voici sur la ligne de départ que je distingue à peine au loin, il va falloir s'armer de patience mais c'est la règle du jeu sur Paris-Versailles et on s'est inscrit en connaissance de cause ! La 21ème vague arrive et voici enfin mon tour ! Je décide de partir assez vite (tout est relatif bien sûr) car j'aimerais battre le temps que j'avais réalisé l'année dernière (1h14min23sec). J'ai l'habitude de courir sans "instrument de bord" et sans montre. C'est donc une course que je compte gérer, comme d'habitude, en prenant en compte les signaux que m'envoie mon corps.

Je remarque assez rapidement (km 2 sous le tunel) qu'un coureur version "trailer de l'extrème", parti vraisemblablement en même temps que moi ou juste après tente de manière un peu abrupte de se frayer un passage parmi les coureurs moins rapides que lui. Le ton qu'il emploie à l'encontre des autres participants est d'une grande brutalité, je pèse mes mots, ce qui me pousse instinctivement à accélérer pour ne plus avoir à courir à côté de lui. Peine perdue, nous voilà ensemble au pied de la côte des gardes ! 200 m plus loin, ce sympathique coureur d'origine britannique, après avoir hurler des "A droite et on the right", double une femme, à ma hauteur, et éructe à 5 cm de son visage (je n'exagère pas!) "A droite" alors que cette personne ne marchait pas mais courait à une allure respectable. Si elle participe à ce forum je pense qu'elle se reconnaitra ! Piqué au vif, je décide d'accélérer de nouveau pour tenter de semer l'importun qui m'a quelque peu gâché mes 6 premiers km de course mais celui-ci me rejoint à 1km du sommet de la côte en me lançant un condescendant "Allez bonhomme" (moi qui suis jeune V1 !) qui me pousse à accélérer de nouveau. Je le double 20 m plus loin ce qui l'incite à me lancer "c'est çà !" qui ne m'apparaît pas sur le moment comme un compliment mais plutôt comme la réponse d'une personne excédée qui en fait une affaire personnelle, ce qui est assez étrange sur une course de 25 000 coureurs. Dernier épisode au km 11 les protestations des coureurs derrière moi me font comprendre que notre ami d'outre-manche joue encore des coudes pour faciliter sa progression dans le trafic et se rapproche de moi. Il arrive à ma hauteur et hurle de nouveau à droite ce qui me pousse instinctivement à lui répondre un peu vertement afin qu'il retrouve un peu de sérénité. Quelques dizaines de mètres plus loin, il s'approche de moi et s'excuse en me serrant la main. Tout est bien qui finit bien mais je préfère tout de même continuer ma route de l'autre côté du chemin forestier pour ne plus en entendre parler, au sens propre comme au sens figuré :-) !

De nouveau pleinement concentré sur ma course et les bonnes sensations que je ressens, je continue à un rythme qui me semble compatible avec mon objectif du départ, à savoir battre mon record. Les derniers kilomètres passent assez rapidement y compris la côte du cimetière de Viroflay qui m'avait fait plus mal l'année dernière. Dernier faux plat descendant à négocier avant le long faux plat montant de l'avenue de Paris qui semble toujours aussi interminable en raison notamment de sa largeur qui donne la sensation de ne pas avancer ! Sensation qui semble se confirmer lorsqu'un coureur très décontracté me passe à vive allure tout en discutant avec un ami qui était venu l'encourager sur le bord de la route peu après les barrières d'octroi ! J'essaie de le suivre mais il est trop rapide pour moi. Ce n'est pas grave car il reste 500 m à accomplir. Je sprinte (ou crois le faire !) sur les 200 derniers mètres en ayant la sensation d'avoir tout donné !

Résultat : 1h11min13sec.

Mon objectif est atteint ! Je crois, pour être honnête, devoir rendre hommage à cet anonyme coureur britannique qui, en me poussant dans mes retranchements, à contribuer à ce chrono, qu'il en soit vivement remercié !

Je tenais pour finir à féliciter l'organisation parfaite de la course et la gentillesse des bénévoles et en particulier des scouts. 

Olivier 

 

2 commentaires

Commentaire de ejouvin posté le 03-10-2012 à 00:13:32

Joli temps. Je n'étais pas dans la 21ème vague et tu es allé 4 minutes plus vite que moi, ce qui change par rapport au trail de Seine Mauldre ;) Mais ok, tu y avais perdu beaucoup de temps, et surtout, tu avais du partir derrière moi.

Par contre, je n'ai pas trouvé les côtes de Paris Versailles si difficile. La cote du cimetière m'a semblé assez courte, et le fameux faux plats de la fin... et bien je ne m'en suis pas rendu compte.

Félicitations en tout cas pour ce 1h11

Commentaire de Olivier d Elancourt posté le 04-10-2012 à 06:53:44

Le fait que tu fasses du trail et que tu sois habitué aux parcours accidentés t'a sans aucun doute aidé car sur Paris Versailles les pourcentages sont réguliers. Prochain ojectif pour ce mois d'octobre, outre un cross à Maurepas, le trail des 7 hameaux le 28 auquel tu participes également je crois.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !