Récit de la course : Paris-Versailles 2014, par Overnight

L'auteur : Overnight

La course : Paris-Versailles

Date : 28/9/2014

Lieu : Paris 15 (Paris)

Affichage : 800 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Paris-Versailles: à la recherche d'un temps de référence

2ème participation au Paris-Versailles

 

Intro :

Au départ, je n'avais pas prévu de faire cette course qui tombe à 5 semaines de mon marathon. J'avais donc classiquement envisagé un semi à S-4 jusqu'à ce que j'apprenne l'arrivée d'un heureux événement (non pas un bébé mais un mariage:D). Je décide donc de me trouver un semi à S-5, mais rien de rien dans la région... que faire... Je vois qu'à lieu le Paris-Versailles... pas tout à fait la distance mais pour déjà avoir participer il y a 2 ans je sais que la course avec son dénivelé n'est pas loin d'en valoir un et je me dis que je m'échaufferai un peu + que d'ordinaire histoire de faire la distance. Me voilà donc inscrit: Comme c'est une semaine après le raid de l'Armançon, je décide de faire la distance sur un rythme plutôt marathon craignant un peu l'enchaînement couplé au semaine de prépa avec pas mal de kilométrage (du moins pour moi:D).

Après le raid, je décide de caser ma semaine « allégée »... enfin... avec 37kms dans la semaine avant Paris-Versailles c'est quand même pas tout à fait ça. Et puis... allure marathon...pfff pas envie ! Je veux savoir où jen suis alors finalement comme les jambes ont l'air présente je décide de faire du mieux que je peux !

 

Le jour J :

ça démarre mal, mon fils me réveille vers 5h du matin et du coup je me rendors comme une masse ratant le réveil... Finalement c'est de nouveau le fiston qui appelle vers 7h30... Tiens me reste 35min pour aller prendre le train dont 20min de marche.

Heureusement j'avais tout préparé la veille : j'enfile mes affaires, j'embarque un gatosport dans un sac et le dossard à la main et le matériel rapidement glissé dans le sac de trail avec la boisson que je me dépêche de préparer pour mettre dans la poche à eau.

Je file et il reste pile 20minutes... je décide donc de faire le trajet en footing pour assurer le coup.

 

Une fois sur le quai je tombe sur une nana qui participe aussi à la course et vient naturellement vers moi l'air un peu perdu. On monte dans le train, on parle course à pied en même temps que j'attache le dossard puis prends mon petit déj, lui donne un petit bout de gateau et je lui parle un peu de la course et de ce qui nous attends.

Je lui dis que je fais le trajet de la gare au départ en footing mais j'ai bien compris qu'elle préfère l'option métro (d'un autre côté en temps normal j'aurai fait de même):D

 

Sortie de la gare, j'allume le GPS et c'est parti pour le suivi de trace jusqu'à la tour Eiffel (bien pratique il faut le reconnaître pour improviser un footing à l'arrache:) ).

En plus, c'est génial, il n'y a presque pas de voitures dans Paris à cette heure là donc pas de perte de temps aux feux... par contre le cardio est assez élevé... pas un cardio des grands jours je me dis et je crains par-dessus tout qu'il fasse un peu chaud à l'heure de courir.

De plus, j'ai toujours un bon rhume qui s'est pas arrangé avec le raid de la semaine passé donc pas super pour respirer mais bon on fait avec.

J'arrive sur place et je tente de rentrer dans les sas un peu avant 9h15.... c'est déjà noir de monde et je suis au niveau du carroussel.

Je vois quelques joggeurs qui entreprennent une remontée, j'emboite donc le pas et gagne une 20aine de mètres... l'opération recommence une autre fois pour se stabiliser à mi chemin entre les toilettes au milieu des 2 allées et le pont d'Iena.

Le départ des joellettes est donné à 9h50 puis les élites à 10h et vient ensuite toutes les minutes des vagues de 350 joggeurs. Finalement ma zone avance bien et je me retrouve dans la vague n°10. Je me mets volontairement en retrait pour laisser le reste de la vague partir quelques secondes avant moi pour mieux choisir ma trajectoire:).

 

Top départ !

Tout de suite, je pars sur un bon rythme et je vois rapidement l'immense foule devant qui se profile et que je commence à remonter. Très vite je repère un coureur avec un sac Kalenji (comme moi mais pas le même sac) qui court à peu près à mon allure et je me cale tantôt derrière, tantôt à côté et tantôt devant selon les dépassements. C'est dense en début de parcours mais on arrive assez bien à dépasser... je ne dis pas qu'on optimise le trajet mais on réussit à progresser sans heurt et à passer le + souvent sur les côtés. Un coup d'oeil au cardio me fait savoir que finalement il n'a pas l'air de s'affoler trop tôt bien que je sens qu'on ait sur un bon rythme (du moins il me semble car je ne regarde pas l'allure instantanée). Le 1er km sonne à ma montre sans que je vois le panneau en 4'16 ce qui vient me confirmer l'allure... ça me semble un peu rapide mais le suivant passe en 4'17 et cette fois je vois le panneau donc pas d'erreur de GPS. Je décide de relâcher un petit peu (faut dire je sens que le point de côté guette) en passant dans le tunnel mais ça tourne bien et les kms vont se suivre sur un rythme d'environ 4'26/27. Arrivé au ravito, aucune hésitation, je suis en autonomie et décide donc de le zapper sauf que je reconnais une amie en train de récupérer une bouteille d'eau. J'en profite donc pour aller lui taper sur l'épaule et lui souhaiter bonne chance avant de repartir de + belle.

C'est par là que je perd mon kalenji de vue : alors qu'il naviguait quelques mètres devant, je fini par revenir sur lui et le dépasser (je ne le reverrai pas). Je repère en revanche à une trentaine de mètres un gars avec un chapeau orange que je finis par recoller au début de la côte des gardes avant qu'il ne reprenne un peu le large.

 

La côte des gardes, comme il y a 2 ans, me demande un peu + d'effort pour dépasser... je passe sur le trottoir, slalom un peu en veillant à ne gêner personne. Il y a quelques ralentissements mais très brefs car toujours moyen de dépasser. Je veille à mes mouvements de bras et ma foulée et n'hésites pas à ralentir aussi pour éviter de me cramer gardant ainsi un cardio à peine + élevé que sur le plat (cela dit ça monte à 180/182 ce qui est déjà pas mal à ce moment de la course). Vient la partie pavée (Ecotrail... souvenir), que je passe autant sur le pavé que dans l'herbe pour éviter les ralentissements/bousculades. Enfin la dernière bosse avec son altitude en haut et son tapis au sol... je ne fais pas le malin dans cet ultime raidillon car les cuisses chauffent bien et je me dis que mon entraînement est peut-être trop light sur cet aspect pour le marathon. A peine basculé sur le faux plat qui mène au ravito, je relance bien et double pas mal en gardant le + possible ma gauche pour circuler.

 

2ème ravito et je ne change rien (pas de ravito pour moi), j'essaie surtout de faire attention aux mouvements des autres coureurs qui circulent un peu de gauche à droite et de vttistes qui ont décidés de traverser la route à ce moment là. C'est aussi là que je reprends et double mon chapeau orange.

Puis on redescend avant de reprendre là aussi une bosse que prend l'ecotrail. Dans la descente, j'accélère pas mal mais veille à ne pas trop en faire non plus ce que j'ai souvent tendance à faire. On remonte, puis, sauf erreur, on prend le petit secteur non bitumé et c'est reparti pour un coup d'accélérateur. On descend + nettement, et quelques coureurs me passent (pour une fois!:D Cela dit c'est normal il y a quelques coureurs rapides qui remontent des vagues arrières aussi:)).

Avant une légère bosse, je passe à côté d'une personne prise en charge par des secours et c'est à ce moment que mon chapeau orange me repasse... Je garde un bon rythme jusqu'à la fameuse côte du cimetière que d'ailleurs un voisin annonce dès qu'on la voit apparaître bariolée de couleurs des coureurs qui nous précédent. Cette côte ne m'avait pas laissé un super souvenir : je me souviens que j'avais eu un peu de mal il y a 2 ans et puis le visuel casse un peu le moral je trouve (peut-être associée à son nom:D). Là, pas de problème, je la passe en gérant bien mon allure, d'ailleurs je passe ce km en 4'34 signe que ça n'a quand même rien à voir avec la côte des gardes avec ces 2kms parcourus à une moyenne de 5'34.

Un petit mot du 3ème ravito à qui je fais une infidélité comme aux autres (note : je bois quand même assez régulièrement je rassure et prend même un gel histoire de pas l'avoir porté pour rien et au cas où pour la fin)... je lui dessers la palme de la + grosse ambiance. Les scouts placés là encouragent franchement et ça fait plaisir même si je commence à être un peu dans ma bulle (comme pour les joellettes, j'en ai applaudit 2 bien chaleureusement mais il y en a pas mal et j'ai besoin de me concentrer un peu j'avoue car suis un peu dans le dur quand même hein !:D)

A ce moment là, je sais que c'est à peu près fini, qu'il faut serrer les dents et donner ce qui reste (enfin y a la grosse ligne droite à la fin aussi qu'il faudra tenir mais bon!)

 

Donc je donne ce que je peux (sans effet sur mon chapeau orange qui doit faire exactement de même car il reste à bonne distance) : 4'06 aidé par la descente, puis on arrive en bas (une autre personne est prise ici en charge par les secours) et on remonte légèrement mais très sûrement vers le château : 4'11 et j'en profite quand même pour soigner les 3 pauses photos:D puis allure de 4'04 sur les 300 derniers mètres... je ne peux plus faire mieux et n'accélère pas vraiment : cela dit les jambes commençaient à marteler le sol + qu'à bien dérouler et puis on va éviter de tituber après la ligne si possible:D

 

Voilà, je passe voir s'il y a du kikou mais pas encore semble-t-il ou peut-être déjà plus pour certains, je ne peux résister à l'idée d'aller profiter d'un petit massage voyant que la queue avance vite et qu'il y a un paquet de monde réquisitionné pour masser.

 

J'entends qu'il y a un record d'épreuve féminin (j'ai l'habitude mais quand j'entends les chronos annoncés au podium ça me laisse sans voix... On est pas tous fait pareil c'est pas possible:D).

Bon une fois le massage terminée, il est grand temps de filer prendre le train... hop hop footing encore un petit coup et repos mérité !!!

 

Conclusion :

Une course agréable, bien sûr parisienne, donc avec énormément de monde mais cela dit j'aurai pas trop été gêné (pas été obligé de marcher c'est mon critère:D... un peu de slalom mais il y avait assez d'intervalles à mon niveau pour se glisser sans trop de risque et souvent sur les côtés ça passait pas mal) ! Un peu de chaleur, mais curieusement, j'ai moins été gêné que d'ordinaire : peut-être grâce aux passages en forêt et occupé d'avantage par mon rhume.

Pour le temps ==>1h13 et quelques secondes, satisfait, car quasi 10 minutes de gagnées en 2 ans ! Voilà qui fait plaisir ... l’entraînement c'est dur mais ça sert ;)

2 commentaires

Commentaire de LongJohnSilver posté le 29-09-2014 à 12:01:55

Eh ben, tu as raison, on est pas tous taillé pareil! :)
C'est un commentaire de Loul dans le fil de discussion qui disait de saluer les joëlletes qui me faisait réaliser que je ne les doublais jamais sur Paris Versailles! Elles vont trop vite.
Et effectivement, l'ambiance au dernier ravito, c'était de la folie! Peu être inversement proportionnel à la forme des coureurs?

Bonne récup, ce n'était qu'une étape de ton programme

Commentaire de Overnight posté le 29-09-2014 à 23:46:37

Je suis allé regarder ta fiche... euh... y a pas de raison si tu pars dans une bonne vague tu les rattraperas vu tes chronos :D. Sinon merci oui c était en effet le dernier moment de folie avant le gros morceau qui se profile doucement mais sûrement :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !