Récit de la course : Grand Trail du Limousin - 68 km 2013, par fred2866

L'auteur : fred2866

La course : Grand Trail du Limousin - 68 km

Date : 19/5/2013

Lieu : Ambazac (Haute-Vienne)

Affichage : 955 vues

Distance : 68km

Matos : Bouée
Palmes
Tuba

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

29 autres récits :

Pour une peau d'abricot ...

....essayez l'enfouissage dans la boue limousine, brêveté par la haute-vienne en 2013.

Je commence par le teaser : 

Coup de téléphone de mon pote il y a 2 mois :"alors Fred, franchement, Ambazac en Mai on dirait Miami !!! soleil de plomb, paysages de rêve, bimbos dans les rues et sable blanc, le paradis descend sur terre le temps d'un Week-end". Quoique connaissant sa légère tendance à l'emphase, je me laisse tenter et me voilà inscrit pour 2 jours de paradis en terre Limousine. Tout est prêt longtemps à l'avance : maillot, crème solaire, t-shirts et bermuda. Ah oui j'oubliais...l'entraînement !! Du lourd, du sérieux, je m'habitue à courir sous des fortes chaleurs en prenant des douches brulantes, en mettant la tête dans le four ou en courant avec ma combi de ski....je pousse le professionnalisme à l'extrême.

Les premiers doutes:

A J-10 la sation météo locale me répond que les installations ayant été inondées, il est impossible de donner des infos sur le temps à venir mais qu'à priori il envisage une nette amélioration vers ...... friture sur la ligne et je n'entends pas le "2016"...Mon optimisme ne se dément pas et à J-4 l'homme de l'atlantide me certifie au bout du fil que le soleil na tardera pas à percer à Ambazac.

Les seconds doutes:

La veille nous quittons la RP en bande de joyeux lurons prêts à en découdre avec la campagne Limousine. Chemin faisant, je conscientise doucement qu'en guise de bimbos en bikini, je vais surtout voir ... ben rien tellement il pleut sur la route. Les premières tactiques de course s'échaffaudent : on part lentement, on accélère pas et on arrive lentement , on part vite et on s'arrête vite, on part pas et on va au café....la dernière ayant largement ma faveur. La question du matériel est débattue âprement et comme d'hab je décide de partir avec un âne mort dans mon sac (il va falloir que je progresse vraiment là dessus.....) : de la bouffe pour 8 jours, elasto, tubes de granules, sous couche, sur couche, mi couche etc etc etc.....et mes bâtons, j'allais oublier. Un de mes potes me convainc tout de même de laisser le parapluie.

Le départ:

Rien à dire. Pour me rendre sur l'aire de départ je gambade comme une gazelle, évitant soigneusement les flaques d'eau afin de ne pas salir mes jolies pompes de trail. Le lecteur jugera par la suite du ridicule accompli de ces précautions (quand je serai en train de me noyer dans une mare boue au km 45). Je me place en première ligne pour être sur de figurer sur le film officiel.

Le départ donné je décide de ménager ma monture et continue d'élégamment sautiller au milieu de tous ces soudards qui partent en rugissant comme des bêtes. Naturellement au bout de 500 m je ressemble déjà à M. Brando dans Apocalypse Now, seul mon brushing est encore en place...

La Course:

Bon ...  en très résumé : un truc couvert de boue devant moi qui se déplace en courant, un truc couvert de boue derrière moi qui se déplace en courant...voilà à peu près ce que j'ai vu du "paradis sur terre"....moyen. Au 20 ème j'évite la noyade dans une flaque qui se révèlera faire bcp plus de 20 cm de profondeur - au 35 ème on me sort d'un sable mouvant avec l'aide d'une corde - au 45 ème un glissement de terrain manque de m'emporter - au 60ème je perds mes pompes dans un ocean de boue.

Blague à part (oui ..) j'ai toujours essayé de courir avec des gars pour pouvoir discuter (je suis le mec chiant par excellence sur un trail, du genre..oh non pas lui, il va me saouler  !!) - d'abord en compagnie 2 locaux sympas qui ont fini par m'épuiser...(on l'aura le parigot....Clin d'œil) pour finir avec un frère d'infortune Parisien qui se trouve être un kikoureur !!!!! première fois que j'en recontre un...eh oui.

Contrairement à mes premiers trails je me suis dit...bon Fred, plus tu cours, plus vite tu arriveras, parce qu'à vrai dire y des moments où j'en ai eu ras la casquette de toute cette boue !!!!!! donc j'ai vite abandonné l'idée de gérer ma course et je me suis focalisé sur ma baignoire et mon entrecôte frite. 

En dehors de cette vision quasi permanente, deux choses m'ont aidé sur ce trail : ma passion du ski dans les descentes et mon côté joueur dans ces mêmes descentes parce qu'à certains moments je me suis bien marré (en dehors des 2 mega bûches que je me suis mangé à force de faire le cake...).

L'arrivée:

Inespérée.

Bon je développe un peu : ce sont les marches qui m'ont fait tenir parce qu'on me les avait promises à 3 bornes de l'arrivée et qu'en fait elles sont à 500 m !!! Alors naturellement à force de les attendre ben je suis arrivé au bout. Belle ambiance, beaucoup de monde et une ferveur qui m'a poussé à finir en sprint, comme un furieux qui jouait le podium....mais bon, on se refait pas et  je suis plutôt cabot...

Le podium:

Pas dessus, chapitre suivant svp.

Les impressions :

Super course, paysage magnifiques (on me l'a dit, il paraît, rapporte-t-on, le bruit court...), et chapeau aux bénévoles qui se sont gelés les miches tout le temps de ce trail. Ah oui parce que j'ai pas parlé de la pluie...continue, incessante, glaçante, détrempante, chiaaaannnte mais putain que ça fait chiiiiieeerrrr la pluie !!!!!!!!! (vous comprendrez pourquoi j'évite de parler de la pluie notamment en présence de plus jeunes)...Je parle du vent ????  non, la modération risque de me bannir.

Plus sérieusement, je reviendrai certainement et ce que j'ai aperçu de la campagne est magnifique d'autant que le tracé est très réussi. J'imagine que l'ambiance doit être formidable sous un beau soleil printanier car est clair que la météo de cette année a refroidi une bonne partie des spectateurs.

La conclusion en forme de maxime:

Si tu t'ennuies sur tes trails et que tu cherches un chat noir qui te garantiras des conditions de course pourries, guette les kivaous de Fred.

Le résultat : je finis en 8h59 (bien en deça des 9h00 ... vous comprenez maintenant le sprint final) - à bout mais debout Clin d'œil

 

2 commentaires

Commentaire de trailaulongcours posté le 22-05-2013 à 15:18:54

Excellent CR, je me suis bien marré en le lisant. Je me suis permis d'emprunter ton matos dans mon CR !

Commentaire de Jean-Phi posté le 22-05-2013 à 15:24:55

A bout mais debout... Et plein de boue ! Je voulais faire le même jeu de mots pour monCR, bon je suis content que tu me l'aies piqué !
Bravo pour ton humour et ta course. Pas certain en effet que le paradis était sur terre où que ce soit ce WE de Pentecôte.
@ +

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !