Récit de la course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km 2009, par laurent-trail

L'auteur : laurent-trail

La course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km

Date : 31/5/2009

Lieu : Ambazac (Haute-Vienne)

Affichage : 1226 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

29 autres récits :

Retour aux sources

Il y a bien longtemps que je n'ai pas eu le temps de faire un commentaire, les derniers auraient due être le trail de Pierrefonds et le Marathon de Cheverny (très bien tous les deux, de plus le Blanc de Cheverny est bien agréable). En voici un petit. Un petit mot sur une grande classique qui fête ses dix ans. Pour nous c'est un peu un retour aux sources, c'était notre première grande sortie hors région. Après deux année d'interruption nous voici de retour, à l'initiative de deux copains.

Cote hébergement pas de problème nous avons géré à l'avance et nous savons que la table sera bonne.

Cote organisation, rien a dire la logistique est au rendez vous mais il faut se rendre à l'évidence qu'il n'y a pas qu'elle qui soit au rendez vous ! Il y a aussi la sono, forte, trop forte, impossible de "causer" on ne s'entend plus !

Il y a aussi plein de coureurs, trop de coureurs, beaucoup trop de coureurs, mais ce n'est pas directement leur nombre qui pose problème. Le départ n'est pas trop chaotique, un long circuit étire le peloton et, du moins au regard de mon positionnement, cela ne bouchonne pratiquement pas aux premières difficultés ou rétrécissements. Quelques rapides flinguent pour le moment, j'en reverrai pas mal par la suite : habituel ! Il fait beau et chaud, tout va bien !

Je suis quand même étonné de voir, seulement au km 5 des coureurs partir dans tous les sens pour quérir une bouteille d'eau. Certes ils n'ont rien avec eux, mais quand même ! En ce qui me concerne mon sac et sa poche à eau m'accompagnent fidèlement et me distillent tantôt une gorgée, tantôt un encas (2 gels, une barre de céréales sur le parcours) ce qui me permet d'éviter les ravitos-bousculade (j'ai pas dit pagaille ou pogrom).

Ce qui me dérange plus, pour ne pas dire beaucoup, ce qui me chagrine voire plus encore c'est cet accumencellement de bouteilles en dehors des zones de ravito. L'organisateur a bien fait quelques efforts pour mettre en place des poubelles "trie sélectif" mais son impact est nul. De toute façon il n'a pas pris la peine de rappeler les consignes de course, préférant nous rabattre les oreilles du palmarès de champions (d'ont personne n'a rien a faire) et ignorant superbement la vrai performance de celles et ceux qui vont gérer leur progression à la limite des barrières horaires.

Ce faisant les zones de ravito se transforment en déchetterie, ce doit être surhumain de déposer les dites petites bouteilles dans les réceptacles prévus. D'autres dites petites bouteilles vont aller se perdre à quelques kilomètre de leur point de départ. J'en ai même vue deux ou trois voler par dessus les clôtures pour atterrir.... Il faut être juste, j'ai rencontré aussi nombre de coureurs, défiant l'équilibre dynamique et les lois de l'effort physique, promener leurs petites bouteilles d'un ravito à l'autre : Bravo !

Néanmoins il faudrait se rappeler (entre autre) que les bénévoles ont pour fonction de nous aider, de nous secourir en cas de besoin : pas de ramasser les ordures.

Coté participants il y de tout. Ce qui est un bien. En gros ils se repartissent en trois groupes. Les traileurs reconnaissables entre autre à leur foulée tranquille se jouant des passages dits techniques (boue, passages de ruisseaux, chemins empierrés...) et profitant de tout. Les coureurs, ou clubs responsables. Conscient qu'il ne s'agit pas d'une simple ballade, que 800 mettre de dénivelé positif sur chemin n'a pas grand chose a voir avec du goudron plat il gèrent leur allure, prennent le temps de boire et s'alimenter, et surtout de discuter, de s'attendre, s'encourager et sont de bonne compagnie. Et puis il y a les autres ! Plus préoccupés par eux même que leur environnement. Obsède par la seconde perdue ou gagnée, bousculant les autres participants pour gagner une place dans les cotes mais restant paralyse devant les obstacles en descente, sans parler de la gestion des "petites bouteilles". Parmi eux on en retrouvera une bonne partie en fin de parcours, perclus de crampes, faisant une tête que même Picasso n'a pas imaginée dans Guernica. Certes il y a la aussi des participants(es) qui manquent d'entraînement ou ont mal géré leur course et gardent leur bonne humeur tant faire ce peut.

Pourtant, du point de vue parcours, certains paysages ou passages sont (toujours) magnifiques, il y a vraiment de quoi profiter, mais les sentiers sont devenus chemins, les liaisons routes sont plus longues et plus nombreuses.

A force de grandir, à force de vouloir gérer les recors de fréquentation cette belle épreuve est en train de perdre son âme.

Tel qu'aujourd'hui on est passé d'un trail a une course nature et je crains que l'on en arrive a une course dénaturée !

En attendant l'édition 2010, peut être que...

 

 

 

3 commentaires

Commentaire de Pat'jambes posté le 06-06-2009 à 11:53:00

Hé ben dis donc Laurent Trail, les points négatifs semblent largement l'emporter par rapport au positif... Alors que j'en ai encore un souvenir ravi (cf mon CR)...

Ceci dit, je te rejoins complètement sur les bouteilles d'eau, le comportement de certain coureurs est incompréhensible pour ne pas dire énervant...

Quant aux passages sur route je les ai trouvés peu nombreux et les chemins m'ont beaucoup plu. Mais il est vrai que c'était ma première participation. Je ne peux donc pas juger de l'évolution de cette course. De plus je viens plutôt de la course sur route...

Je me souvient bien de toi, car tu es passé DEUX fois dans le raidillons final menant au escalier (on a échangé quelques mots) ;-)

En tout cas, merci pour ton point de vue.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 07-06-2009 à 15:40:00

C'est un autre point de vue comme l'a dit PAT, C'est une grande classique, à quoi s'attendre d'autre? C'est comme dire qu'il y a du monde chez Mickey où au marathon de Paris, c'est un choix d'aller ou pas à ces RDV.
Merci pour ton récit et ton avis que je respecte toutefois.

Commentaire de Francois dArras posté le 06-10-2009 à 23:58:00

A la lecture de tes impressions j'ai l'impression de revivre la course des terrils faite il y a quelques jours même si j'en retiens surtout du positif car je savais à quoi m'attendre.
Mais le monde et "l'esprit route" (qui serait le pendant de "l'esprit trail" avec autant de gros guillemets) de beaucoup de participants m'ont aussi chagriné.
Ce qui est intéressant à constater c'est que les deux courses sont des lauréats du bipède d'or.
En tout cas cette course fait un sacré bond en arrière dans la liste des courses que j'ai l'intention de faire.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !