Récit de la course : Ultra Tour des 4 Massifs - 40 km 2014, par Casidescôtes

L'auteur : Casidescôtes

La course : Ultra Tour des 4 Massifs - 40 km

Date : 23/8/2014

Lieu : St Nazaire Les Eymes (Isère)

Affichage : 696 vues

Distance : 43km

Matos : Asics Trabuco

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

72 autres récits :

UT4M40

Départ 5h45 ce samedi 23 aout, ça pique un peu mais quand il faut, il faut !! Sylvie passe me prendre sur la place des du village avec Rémi. La route se passe bien dans la bonne ambiance les discussions vont bon train et c'est bien sympa.

Une bonne heure après le départ nous nous garons juste devant la salle où nous prendrons la navette dans moins d'une heure. Nous rejoignons Morgane et Nicolas qui attendent déjà dans le P.C course. Le retrait des dossards ce passe dans une ambiance de bibliothèque. Je pense que les personnes qui nous ont remis les dossards ont passés la nuit debout à surveiller les participants de l'ultra et il est certain que la bonne humeur n'est pas au rendez-vous. L'accueil est froid. Bref… nous récupérons les dossards et un quart d'heure plus tard nous sommes dans le bus qui nous amène au point de départ à Saint Nazaire-les-Ymes où nous attendrons 45 min avant le départ.

16 km pour 1700 D+ sa pique !

Nous sommes environ 200 à prendre le départ.  Le départ est donné. Je discute quelques minutes avec Morgane puis je décide dans un premier temps de rattraper Sylvie et Nicolas un peu plus loin. Les 3 premiers kilomètres sont en faux plat montant et je décide de les courir comme un échauffement (les 20 premières minutes).  Par la suite la pente s'accentuera jusqu'au 9e km. Je rejoins Rémi après un quart d'heure de course et je le sèmerais lâchement, un peu plus tard car il est victime d'un arrêt "technique". Je vous rassure il finira devant moi. La pente s'accentue dans des bois et le chemin et tantôt type single tantôt type roulant. De temps en temps humide, le terrain est parfois glissant. De temps en temps je jette un œil en contre bas ou j'aperçois Rémi qui me rattrape tranquillement, le bougre ! Je sais de toute façon, qu'après 15 jours d'apéro –barbeuc, je n'ai pas la condition physique pour tenir ce rythme et pourtant je me sens bien, alors je continue comme ça.

Du 9e au 11 km le profil est plutôt à la décente alors je me fais plaisir et j'accélère l'allure, enfin un peu de pente ! Cela ne durera pas puisque cela remonte ensuite jusqu'au 16e km. Un bon kilomètre avant le premier ravito (km 12) J'ai la surprise de voir sur mon chemin Jérémy et Philippe. Je savais qu'ils devaient passer pour nous encourager, mais le lieu de RDV je n'en avais aucune idée. Ce moment est vraiment super on discute un peu et Ils m'accompagnent jusqu'au ravitaillement. 3 minutes et  je repars. Je fais un coucou à Rémi qui arrive tout juste. Un petit kilomètre de terrain accidenté et nous entamons l'accession de Chamechaude. Après une petite moitié d'ascension, Rémi me rattrape, je reste avec lui quelque dizaine de mètre puis il me lâche. Je commence à tirer la langue, j'évite de me mettre dans le rouge pour cette fin d'ascension car le chemin est encore long. Il me dit que Sylvie revient comme une fusée et c'est le cas car je l'aperçois en contre bas. Enfin j'arrive au "sommet", enfin là où là sa redescend parce que nous ne monterons pas plus haut  pour aujourd'hui sur Chamechaude. Finalement j'attends Sylvie pour la photo. Ici le panorama est superbe!

Redescendre jusqu'au ravitaillement n°2.

Après une petite minutes passer la haut je repars bien décider à rattraper Rémi, pourquoi pas… La descente ça me connais et plus c'et technique et plus je m'amuse. La première partie de la descente rejoint le chemin où les coureurs montent encore. Au moment de l'embranchement je recroise Jérémy et Philippe qui montent (moment sympa) plus bas ce sera Nicolas et sur la fin de la descente se sera au tour de Morgane. Cela descend  encore et bientôt j'aperçois au loin Rémi, en passant je lui fait une petite tape sur l'épaule et lui demande si ça va… Je sais très bien qu'arrivé sur le replat il ne fera qu'une bouchée du petit coureur que je suis mais cela ne fait rien, mission accompli! Il s'en suit quelques faut plat montant  et descendant jusqu'au second ravito au km 24. Je pensais y retrouvé Rémi mais il est déjà partit le bougre ! J'avale 2 grand verres d'eau gazeuse du salé et j'essaie un gel à la vanille, beurk… 5 minutes et c'est repartit. Petit coup de fil à mon épouse pour la tenir au courant (Sa fait du bien d'entendre une voie familière).

Le coureur de devant (Je ne sais pas pourquoi, j'ai focalisé sur ce moment, mais c'est comme ça!)

Je relance ensuite et j'ai en point de mire (environ 30m – 40m) un coureur que je n'arrive pas à rattraper, pourtant je le vois s'arrêter quelques fois pour reprendre son souffle. Je ne dois pas être assez rapide mais ça c'est la faute des vacances! (les 15 jours d'apéro-barbeuc!) Nous  (moi et le coureur de devant) entamons la montée vers le fort Saint Eynard un chemin droit dans la pente long d'environ un kilomètre et j'en bave grave !! Des sensations que j'avais eu lors de la fin de la Montagn'hard reviennent et je sais gérer cela mentalement. Physiquement c'est plus difficile! A l'arriver au fort, au sommet, je perds de vue " le coureur de devant" mais pas pour longtemps, en fait il s'est arrêter en haut et il agonise. Je lui lance " elle pique celle-ci" il me dit " oui, j'ai cru que j'allais mourir !". Pour ma part je ne fais pas d'arrêt et je continue en marchant sur le replat et me surprend même à relancer tout fier de l'avoir enfin dépassé! Je contourne le fort, puis il s'en suit une descente technique qui me plait beaucoup. Je vais mieux.

Enfin l'arrivée !!

J'arrive au troisième et dernier ravito. Je bois un grand verre d'eau et je me hâte pour ôter ma chaussure droite dans laquelle il y a un gravier qui me fait mal sous le talon. Malheureusement, le mal est fait et la rougeur ou l'ampoule qui me gêne restera jusqu’à la fin du parcourt. Je repars sans refaire le plein d'eau, erreur !! Je continue et rattrape une concurrente du 160 km relais. Elle me dit qu'elle est partie de St Nazaire à 7h30 ce matin… pour nous le départ était à 9h00 et je me dis qu'elle a bien du courage! On papote, le temps de franchir ces 150 D+ sur 2 petits kilomètres qu'il nous reste à gravir, pour ensuite redescendre sur Grenoble. Je la quitte dès que la pente redevient descendante et je me lance dans cette longue descente avec toute la motivation qui est la mienne lorsque cela descend. Le début est sympa, légèrement technique puis je débouche sur un chemin plus large et plus roulant. C'est là que les difficultés vont arriver. Le chemin est exposé en plein soleil et cela jusqu’à l'arrivé, je vais souffrir de la chaleur je le sens, je bois de e plus en plus et à 6 ou 7 km  de l'arrivé je n'ai plus d'eau. La loose !! Je double quelques coureurs au court de cette longue descente qui me parait interminable… Interminable… Interminable…. Le parcourt passe par la Bastide, lieu prisé des Grenoblois pour ce balader le week –end et il y a un peu de monde. Je cherche désespérément une fontaine pour me rafraichir car la soif occupe mon esprit depuis plusieurs minutes et cette descente qui n'en finit pas, j'ai les jambes lourdes !!  Enfin le bas de la pente. En passant sous l'arche en pierre qui marque l'entrée de l'accès à la Bastide, une fontaine. "Ayez pitié", dis-je avec le sourire aux lèvres à quelques personnes qui buvaient tranquillement. Très gentiment il me laisse l'accès à la fontaine. Je repars, il reste 3 kilomètres sur le plat qui me paraissent aussi très long. A 200m de l'arriver Rémi m'attend assit tranquillement à l'ombre. Je lui dis que passer la ligne j'irais d'abord boire un grand coup avant de le rejoindre. Je franchis l'arrivée en 6h43. Je ne m'étais pas fixer de temps, juste finir aujourd'hui et cela m'a paru assez long, surtout les derniers kilomètres!! J'ai juste le temps d'aller boire et manger un peu qu'en retournant sur la ligne Sylvie arrive. Nous la rejoignons sur la ligne d'arrivé avec Rémi arriver 9 minutes devant moi. Plus tard ce sera au tour de Morgane et Nicolas d'arriver ensemble. Après la douche, remise des prix et Sylvie est deuxième de sa catégorie du coup elle monte sur la boite! Enfin nous décidons d'aller manger un morceau tous ensemble. Je ne me permettrais pas de faire de commentaires sur la transition entre le podium de Sylvie et la pizzeria, n'est-ce pas Rémi? En tous cas, ce moment passer tous ensemble après la course était vraiment bien sympa !

1 commentaire

Commentaire de Trimoreo posté le 11-09-2014 à 14:36:25

Belle course avec un jolie temps et une super météo. On vous a loupé au col de Vence : trop rapide. Mais Chamechaude était top : surtout Habert avec les bénévoles.

Un bon repérage pour le 160 km l'an prochain ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !