Récit de la course : Ultra Tour des 4 Massifs - 100 Master 2021, par nanard7th

L'auteur : nanard7th

La course : Ultra Tour des 4 Massifs - 100 Master

Date : 17/7/2021

Lieu : Uriage Les Bains (Isère)

Affichage : 474 vues

Distance : 99km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

80 autres récits :

UT4M 100 Master 2021 - Un trop plein d'émotions ...

UT4M 100 Master 2021 - Un trop plein d'émotions ...

Après avoir terminé l'édition 2016 de l'UT4M100 Master (édition sans le grand Colon ni Chamechaude avec beaucoup de pluie et de la boue ... déjà) et après avoir tenté l'Extrem sans succès en 2017, j'avais décidé de retenter ce 100km en espérant une version "complète" qui me permettrait d'atteindre enfin cette barrière des 100Km ... Malheureusement les éditions de 2019 puis 2020 sont successivement annulées ...

Me voilà donc ce 17 juillet 2021 au départ d'une course que j'attendais avec impatience !

Oui mais voilà, en raison du COVID et du confinement associé et surtout d'un genou douloureux depuis plus d'un mois, ma préparation a été plus que légère.

Avec une seule sortie avec plus de 2000m de D+ et un cumul de dénivelé ridicule depuis le début de l'année à moins de 20 000m (je suis plutôt autour des 50K à la même période), autant dire que j'ai peu d'espoir de terminer la course !

Alors j'ai décidé de partir en marchant et de faire les 40 premiers km en mode randonnée pour m'économiser et puiser le moins possible dans mes maigres ressources.

Et puis, ça ne sera pas une course contre les BH (comme j'en ai pris l'habitude) puisque le parcours de l'UT4M100 rejoint celui de son grand frère après l'Arselle et donc utilise les mêmes BH tout au long du parcours : 37 h pour faire les 99km, ça devrait quand même le faire !!!

 

Belledonne

Cette année, le départ se fait par vagues de 200 coureurs !

Je suis dans la 3ème, et je vais donc gagner 40' de sommeil en plus !

Du coup, moi qui suis un grand stressé, pour la première fois de ma vie, j'arrive à Uriage après le départ officiel de la course (première vague à 6h) ! Pour finalement, à la suite de problèmes de chronométrage, partir à 7h !

En attendant, je discute avec Lanterne Rouge de Kiourou. A 67 ans il se lance dans un beau défi après une grave blessure aux quadriceps il y a deux ans. Nous allons faire le début de la course en marchant ...

Ce que nous faisons ... et après un petit tour autour du Parc, nous nous retrouvons rapidement bon dernier !

On attaque les premiers sentiers très tranquillement. La température est idéale mais le taux d'humidité très important et je sais que je n'aime pas ces conditions. Après 38', en arrivant au 3ème km, le premier de la 4ème vague nous rattrape. Un avion qui va 10km/h alors que ça grimpe fort !  

Au bout d'une heure je lâche Lanterne Rouge, je suis un peu plus rapide que lui.

Là, je rattrape Christian et nous allons passer quelques heures ensemble. En discutant, je découvre un coureur au palmarès incroyable : des ultras en pagaille (dont la CCC il y a deux ans), 15 100km (avec un record en moins de 9h30), des 24h, un 6 jours à plus de 600km, un 1000km en 11 jours ... petit détail.... il a 76 ans (seul V4h de la course) et il a promis à sa femme que ce serait sa dernière course ... vu sa forme, je n'y crois pas une seconde !!!

On arrive au ravitaillement du Recoin (3h25), je fais le plein et je repars très rapidement.

Après l'Arselle en arrivant au Lac Achard, le brouillard se lève un peu et je prends le temps de faire quelques photos.

Je pense à tous les vacanciers qui ne sont pas vraiment vernis depuis le début de l'été ... d'autant que rapidement, le brouillard remonte et nous enveloppe à nouveau ...

On a rejoint le parcours du 160 et je m'attends à me faire régulièrement dépasser par les "Extrèmes". Mais finalement très peu de 160 vont nous dépasser pendant tout le reste de ma course.

J'ai pris un peu d'avance sur Christian et j'arrive à la Croix de Chamrousse en 5h49. Je suis bien au niveau de mes prévisions.

Malheureusement, le ciel dégagé promis par les bénévoles plus bas n'est pas au rendez-vous.

Je m'installe tranquillement, je me ravitaille, je prends une soupe de pate et je repars. Je vais faire la (petite) traversée de Belledonne avec Bicshow qui m'a identifié par mon buff Kikourou et qui est venu à ma rencontre. On va passer près de 4 heures ensemble.

 

Les sentiers entre la Croix et le refuge de la Pra, sans être trop techniques, sont piégeux et on n'avance pas bien vite ! Le manque de visibilité n'est pas trop gênant mais c'est dommage. En effet, étant Greneblois, je connais les paysages qu'on devrait voir : l'enchainement des lacs Roberts, du lac Longuet et finalement du lac Claret est magnifique ... mais là, on ne voit strictement rien. Je découvre le lac Claret alors que j'ai presque les pieds dedans !!!

J'enlève mes lunettes de vue ... et j'ai l'impression de mieux voir !

Avec Bicshow on avance bien, pourtant je prends du retard sur mon roadbook, mais le temps passe très vite et j'arrive au Refuge de la Pra, après 29,3km et 8h16 heure de course (marche) frais physiquement et mentalement !

J'ai maintenant 45' de retard sur mes prévisions mais ça ne me préoccupe vraiment pas ..

 

Après un court ravitaillement, on repart en direction de la dernière difficulté de Belledonne, la montée au Col du Loup !

Arrivé au lac du Crozet, miracle, le brouillard se lève, et je découvre des randonneurs de partout ! Le paysage est superbe avec la vue sur la vallée et je prends quelques photos. Je suis souriant avant cette dernière ascension ...


Je ne connais pas ce passage. La montée est vraiment difficile. Heureusement, elle est ponctuée de discussions avec des randonneurs et puis avec Petit Franck et son ours qui ne le quitte jamais. Il a dû faire plus de km que moi, à la rencontre des Kikourous en course ! Je n'ai jamais autant parlé dans une course que lors de cet UT4M !

Je repars .... Mais c'est long ! trop long !

A un moment une coureuse devant moi s'arrête, persuadée que malgré les fanions, nous ne sommes pas sur la bonne trace. Elle pense que nous sommes sur un parcours de repli ! Faut dire qu'on ne voit pas le sommet, caché par les nuages. Je dois sortir le téléphone avec la trace pour la rassurer !

Enfin au sommet ... 3900m de D+ et presque pas un pet de jeu !

Alors commence la partie la plus fun de cet UT4M (pour moi) : la traversée du glacier de la Sitre en direction du col éponyme et la descente vers Villard Bonnot. Même si la trace est faite, c'est vraiment glissant et je pense à la descente du col de Chavière lors de mon dernier TGV. Malgré les incessantes glissades, je cours enfin après 30km de marche ...

Quel pied !

Je distance très rapidement mes compagnons. Et je continue à courir dans le monotrace qui nous amène au refuge de Pré Mollard.

J'arrive en 11h pile. J'ai encore pris du retard mais ce n'est pas important.

Là, des coureurs du 40 Belledonne sont désespérés car ils sont hors délais dû à leur départ tardif dans les dernières vagues. Je ne m'attarde pas au ravito, j'appelle Philippe (Peno38) et je lui annonce mon arrivée à Villard Bonnot 2h plus tard.

Il y a 13 km de descente et les chemins sont très roulants. Alors je me lâche et je dépasse plus de 50 coureurs, tout dossards confondus (32 du Master 100), j'ai l'impression d'être à 12 km/h .... J’arrive en 1h41 ... Moins vite que je ne l'imaginais, mais pas mal quand même après 50km !

Philippe et sa famille me rejoignent au ravitaillement. Je suis heureux de les voir. Je leur dis ma confiance d'aller au bout ...

Je repars avec Florian, le fils de Philippe (et bénévole sur cet UT4M) qui va m'accompagner jusqu'à Saint Nazaire en vélo avant de prendre son poste. Avoir un accompagnateur sur la traversée du Grésivaudan est un véritable don du ciel ! Merci Florian !

Ces horribles 6,5km, qui pour beaucoup sont un calvaire, passent très vite en alternant course et marche ... Eric Piolle (le maire de Grenoble) qui fait le 40 Belledonne est juste derrière moi, mais je ne l'attends pas (!!!), trop pressé d'arriver au ravitaillement !

J'arrive à Saint Nazaire à 21h, après 14heures de courses et 56km ... Il me reste 23 heures pour boucler ce master 100 et le maratrail restant : J'y crois !


Saint Nazaire 

Je prends mon temps mais c'est là que ma course va changer du tout au tout ...

La batterie externe pour mon portable ne fonctionne pas et je n'arrive pas à le recharger et je n'ai pas de chargeur ... Je vais devoir tout arrêter pour pouvoir conserver les quelques % de batteries qui me restent pour qu'on vienne me chercher le lendemain ...

D'un coup, je passe en mode panique ... je suis très "GPS dépendant" et j'ai toujours avec moi la trace du parcours ...Et comme curieusement j'ai du mal avec la trace de ma Coros, je suis vraiment énervé ...

Et puis lors du coup de fil à mon épouse, elle me donne de mauvaises nouvelles familiales. Et elle va devoir descendre Dimanche matin dans le sud. Si je veux la voir avant son départ, et j'y tiens plus que tout, il faut que je fasse cette seconde partie en moins de 12h ...

Je crois que c'est jouable, alors je pars au plus vite du ravito ...

 

Chartreuse

Je ne suis plus du tout dans le même état d'esprit en sortant du ravito qu'en arrivant. Et me voilà avec une nouvelle BH ... J'ai le moral à 0 ...

Heureusement, je rejoins un coureur qui semble bien entamé avec lequel je vais faire la montée de la Féta.

La Féta, c'est 1000m de dénivelé d'une seule traite avec un départ bien raide puis des lacets interminables ... 6km qui vont être très très très longs !

Lors de mon UT4M100 de 2016, dans un champ de boue, j'y avais passé 1h55. Là, dans un chemin beaucoup plus praticable, je vais mettre 2h40 pour atteindre le col. J'ai l'impression d'être à l'arrêt, je suis épuisé et je m'arrête régulièrement ... Mon compagnon d'infortune qui ne va pas vraiment mieux m'attend régulièrement.  Pendant cette montée 5 coureurs de l'Extrem vont nous dépasser, mais se sont des coureurs qui vont torcher le 165 en moins de 36heures ...

Pourtant si j'étais un peu plus lucide, je me rendrais compte que je monte à près de 400m/h et que ce n'est pas vraiment être à l'arrêt.

Mais je regarde l'heure qui tourne et je sais que je ne pourrais plus être à Grenoble avant 10h le lendemain ...

Au sommet du col, je décide d'arrêter au Sappey sans faire la boucle de Chamechaude en suivant les coureurs de l'Extrem.

En arrivant à la cabane de l'Emeindras du dessus où se retrouve le ravitaillement annoncé initialement au Habert de Chamechaude, j'annonce ma décision aux bénévoles. Ils refusent ma proposition et me demandent de prendre le parcours de repli qui doit m'emmener au Sappey en 6km au lieu des 14 par la trace officielle. Ils m'indiquent comment le prendre et m'assurent qu'il est balisé tout le long ... Ils doivent penser que je suis trop entamé pour suivre la trace officielle et faire les 14km ...

Je prends mon temps, je quitte le ravito en laissant mon compagnon de montée se reposer longuement, et je rends la puce de mon dossard.

S'ensuit 1,5 km dans une boue collante et infernale ... puis on arrive au point où je dois prendre le chemin de repli. Il y a un panneau qui indique la direction du Sappey. Je le prends, mais au bout de 500m toujours pas de rubalise ... je ne sais pas si je suis sur le bon chemin et sans GPS je ne veux pas prendre de risque. J'ai une grosse pousée d'adrénaline et je fais demi-tour pour rejoindre la trace "officielle". Là, je retrouve des coureurs de l'Extrem qui tournent en rond ! Ils sont passablement énervés (faut dire qu’ils ont été gâtés depuis le début...). Ils ne trouvent pas la trace ... Quelle galère ... un coureur fini par la trouver et c'est parti !

Je suis un couple qui avance bien, j'ai retrouvé de l'énergie dans une portion rendue très piégeuse par la boue et après un bon coup de cul de 300m de D+ passé sans problème, j'avance à belle allure sur le faux plat montant qui contourne Chamechaude, tout en m'interrogant si je vais quand même faire le sommet (tout en ayant abandonné ...).

Le brouillard est de nouveau présent et la frontale n'est pas très efficace, je sens un peu de pluie mais bien couvert je me sens bien ...

En arrivant à la bifurcation, je regarde l'heure ... Près de 4h du matin ... Je suis quand même bien entamé après 70km de course ... A quoi ça sert de faire ces 400m de D+ alors que je suis hors course depuis plus de 2 heures ... Je décide de rentrer !

 

La fin est rendue très éprouvante à cause de la fatigue et surtout de la boue ... Les deux ne vont pas bien ensemble !!!

Et puis le bouquet final, en arrivant au Churut, le hameau au-dessus du Sappey, la trace remonte en forêt ... Je me demande si il ne s'agit pas du chemin de repli dont m'avais parlé les bénévoles il y a quelques heures ... je redescends, je traverse le hameau .. Plus de balises ... je remonte et je croise d'autres coureurs qui se posent la même question ... on finit par suivre le balisage, on maudit cette remontée dans les bois mais qui nous amène effectivement bien au Sappey. 2km de chemin et 100m de D+ pour éviter 1km de goudron. A ce moment de la course, on oublie qu'on fait un Trail !

 

J'arrive au Sappey et j'abandonne "officieusement" après 22h45 de course, 78 km et 4900mD+. 14h15 avant la BH pour faire 21km et 900M de D+ ...

Tout juste le temps de constater qu'une navette vient de partir à Grenoble, qu'un couple dont le mari vient d'abandonner me propose de me ramener au départ. J'arrive à 6h15 et mon épouse une heure plus tard et je suis vraiment heureux de la retrouver avant son départ ...

 

Finalement

... pas d'amertume d'avoir abandonné dans ces conditions particulières ...

Je sais pertinemment que le gros coup de mou rencontré dans le col de la Féta, tout coureur d'ultra le rencontre au moins une fois dans une course ...

Oui, j'aurais pu terminer, je n'ai aucune douleur aujourd'hui et oui même à 200m/h je les aurais passés ces 800m ou 900m de D+ restants tout en restant large vis à vis de la BH.

Mais voilà, la course c'est (très) important mais au-dessus de ça, il y a les siens et il faut savoir choisir ...

Je n'ai pas de regrets ... non, juste une furieuse envie de repartir là-haut, en face de chez moi, sur ce Pic Saint Michel qui me nargue tous les matins ... le WE prochain ... ou lors de l'UTV 2021 par exemple ...

5 commentaires

Commentaire de coco38 posté le 20-07-2021 à 09:21:24

Oui effectivement conditions perso particulières et le mental prend le dessus. Tu aurais fini haut la main sinon. Mais c'était forcément la bonne décision et tu pourras les passer ces 100km très rapidement. En plus avec ta stratégie marche et les BH larges ça me donne presque des idées pour l'année prochaine...
A bientôt et bonne fin d'été avant l'UTV !

Commentaire de nanard7th posté le 20-07-2021 à 12:18:36

Ah oui ! Ce serait génial qu'on fasse cette course ensemble l'année prochaine !
L'idéal, si les conditions météos sont bonnes (et avec l'UT4M c'est pas gagné !), serait de prendre notre temps sur Belledonne pour en profiter un maximum puis de faire une longue pause à Saint-Nazaire et repartir pour se faire le lever de soleil sur Chamechaude !
Après il resterait plus de 12h pour terminer ...

Commentaire de bubulle posté le 20-07-2021 à 13:09:36

Bon, l'UTV 2021, tu es obligé, de toute façon, toi le pilier de l'UTV.

Effectivement, quelle belle gestionde course, au final et on voit bien que ce ne sont que des éléments complètement indépendants de ta volonté qui font que tu ne finis pas enfin ce 100km. Cela viendra forcément, tu as tout le temps devant toi!

A bientôt, un jour, quand tu sortiras des environs de Grenoble...:-)

Commentaire de Twi posté le 21-07-2021 à 15:16:27

J'étais en même temps que toi à la cabane de l'Emeindras ; dans mon demi-sommeil de récupération en position foetale sur le lit de camp de gauche, j'ai un vague souvenir d'un Kikou qui racontait au staff qu'il abandonnait.
J'ai aussi croisé la colporteuse de fake news sur la montée au Pra, un peu après avoir croisé petit Franck et Teddy.
La montée à Chamechaude n'était effectivement pas une partie de plaisir dans ces conditions, n'ai aucun regret sur ce point.

Dommage pour l'abandon, mais ce n'est que partie remise...

Commentaire de Zucchini_41 posté le 22-07-2021 à 06:08:18

Beau récit, et même avec un arrêt prématuré, je trouve que tu avais bien géré. Faut revenir pour finir le boulot maintenant !!
Le Pic St Michel fait des m'attire aussi :) Inscrit sur l'UTV 2021 (et je mettrais la casquette rouge kikourou, celle qui va le plus vite et passe entre les gouttes)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !