Récit de la course : Trail des Aiguilles Rouges 2014, par anthodelb

L'auteur : anthodelb

La course : Trail des Aiguilles Rouges

Date : 28/9/2014

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 605 vues

Distance : 50km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TAR 2014

Arrivé le samedi en début d’après-midi sur chamonix j’en profite pour faire récupérer le dossard assez tôt et faire le tour des boutiques. Chez Ravanel la vendeuse qui me demande si je veux de l’aide a un visage familier.  Après réflexion je la reconnais : c’est la sœur de Kilian ! Marrant de la voir ici.

Après une nuit courte mais bonne réveil à 2h30. A 4h10 je suis sur la ligne de départ, j’aperçois Jano et Fildar et je vais les saluer. Je me dis qu’ils se sont mis bien proche de l’Arche, ça risque de partir vite. A 4H30 le départ est donné, pas de musique mais un semble décompte et les fauves sont lachés.

On part dans les rues de Chamonix pour rejoindre la première montée vers la flégère et le lac blanc. Il fait très doux et la journée promet d’être très belle (enfin au moins pour la météo !). Je quitte Jano et Fildar car je suis un peu plus rapide (mais je les reverrais plus loin). La montée se fait à bon rythme et on arrive assez vite à la flégère puis au lac blanc (que l’on ne voit absolument pas vu qu’il fait nuit noir) que j’atteins en 1h45 (pour 2h00 dans mon tableau prévisionnel). Jusqu’ici tout va bien !

Nous abordons ensuite la descente vers le premier ravito. Cette dernière est plutôt technique au début et il faut faire attention. En peu plus bas dans une épingle un bouquetin est là, à même pas 1m des coureurs  et il ne semble pas du tout perturber. Merci au coureur devant moi qui m’a fait la remarque pour ce bouquetin sinon je n’aurais rien vu (la tête dans le guidon !!). On arrive après cette descente au ravito du Buet (atteint en 2H50 pour un prévisionnel de 3h00). Recharge des Flasks et c’est parti.

On attaque la montée vers le col de Salenton (1200 m de D+ en 7km). Le début de la montée se fait sur bon chemin et le rythme est encore bon. On arrive au bout d’un moment au refuge Pierre à Bérard (mais pas de ravito ici) et c’est à partir de là que les choses se compliquent pour moi. La montée devient technique dans des gros blocs de pierre et je n’ai pas d’énergie, je me sens pas bien et j’avance vraiment péniblement. Je crois que je suis en train de payer mon entrainement « light » depuis la X-Alpine de Verbier en Juillet et le manque de sommeil des dernières semaines (et notamment les soirées pendant mon séminaire en Espagne ou on s’est couché plusieurs fois à 5h00 du mat). Bref, j’arrive tant bien que mal en haut mais que ce fut dur, j’ai perdu 12 places dans cette montée. J’y suis au bout de 4h48 de courses (pour 4h39 prévue, ça y est je suis en retard). Il y a Fildar qui arrive peu de temps après moi au col alors que je me pose un peu pour observer la vue. Il me dit que Jano est pas loin derrière.

Après ce col on attaque une descente. Je m’accroche à Fildar mais j’ai du mal et je sais qu’a un moment ou un autre je vais lâcher.  Après la descente le sentier en balcon est interminable et il faut arriver à relancer sinon c’est long. Je me console avec la beauté du paysage, c’est vraiment un truc de dingue et avec cette météo on pouvait pas avoir mieux. Jano me rattrape dans cette partie plane et je n’essaie pas de le suivre car je suis toujours dans le dur. On arrive au 2eme ravito : le refuge de Moede Anterne (6h03 de courses pour une prévision en 6h00, pas si mal finalement mais quand même 11 places de perdues depuis le col de Salenton). J’en profite pour bien m’alimenter et boire et essayer de retrouver un peu d’énergie car sinon la suite va être compliquée. Je repars tranquillement dans la descente qui ne dure pas très longtemps puisqu’on attaque ensuite la montée vers le brévent. Je retrouve un peu d’énergie (sans que ce soit le top) et je fais une montée correcte (on va dire avec les moyens du jour). Vers le haut de la montée on a même droit à des échelles.  J’arrive au ravito du brévent en 8h24 de courses (pour 7h45 prévue, à mon avis j’ai été un peu optimiste sur cette portion bien technique) et j’ai juste le temps d’apercevoir Jano qui en repart. Bon j’ai quand même gagné 5 places depuis le dernier ravito. Je prends mon temps aussi ici pour bien recharger les batteries. La vue est magnifique avec les glaciers et le Mont-Blanc au loin. Une pancarte indique l’arrivée à 11km avec 200m de D+ et 1900 m de D-. Ouch, ça va faire mal ça !

Nous descendons ensuite sur un sentier en lacet et je suis un gars avec un rythme qui me convient très bien, après environ 500m de D- il faut remonter (les 200m de D+) à l’Aiguille des Houches. Arriver en haut on voit tout en bas dans la vallée et c’est impressionnant, il va falloir descendre tout ça ! Aller c’est parti pour la dernière descente. Il y a des passages bien raides ou c’est droit dans la pente et mes pieds me font souffrir (je verrais à l’arriver que j’avais en fait une magnifique ampoule à chaque pieds sur le côté du gros orteil, juste là où j’avais mis un compeed. Bizarre !). J’essaie de courir mais c’est pas tout le temps évident. Je dois en plus m’arrêter pour une pause technique car j’ai mal au ventre depuis un moment et là ça devient plus possible. Je perds pas loin de 10mn. Enfin on arrive sur le bitume et la fin est proche. Après quelques centaines de mètres dans Servoz je franchis la ligne d’arrivée en 10h41 et en 187ème place (et dire que l’année dernière je finissais en 93eme position et 9h14, certes pas sur le même parcours).

Bilan : Course magnifique avec des superbes paysages. C’est quand même bien technique (en tout cas plus que celle qui arrive à Vallorcine) et difficile. Pour ma part déçu de ma performance mais en même temps avec la condition du jour j’aurais pas pu faire mieux (ou un tout petit peu si j’avais pas eu les ampoules), donc c’est sans regrets. Et j’en ais profiter pour faire mon premier film en course avec ma nouvelle caméra.

Prochaine étape : SaintéLyon. La ça devrait être moins technique.

Lien pour ma vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=ZKJ7J137xLE

2 commentaires

Commentaire de fildar posté le 20-10-2014 à 17:59:00

Sur ce magnifique parcours, c'est mieux d'être dans un bon jour sinon c'est la galère assurée.Normalement je n'aurai pas dû de rattraper et encore moins te lâcher dans une descente(ce n'est vraiment pas mon point fort).Après la vidéo,le CR, merci pour ce partage.
C'est clair tu devras plus courir sur la STL et mettre beaucoup moins de temps qu'au TAR.

Commentaire de anthodelb posté le 20-10-2014 à 21:57:19

Merci pour ton commentaire. Je te rassure les descentes c'est pas mon fort non plus.
Il est clair que ce parcours est super exigeant.
A bientôt sur un off.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !