Récit de la course : Trail des Aiguilles Rouges 2015, par VincentG

L'auteur : VincentG

La course : Trail des Aiguilles Rouges

Date : 27/9/2015

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 761 vues

Distance : 50km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Merci pour ce moment. Trail des Aiguilles Rouges 2015.

Le trail des Aiguilles Rouges c’est trois parcours qui changent une année sur trois, tous partent de Chamonix et chacun a un lieu d’arrivée différent : Servoz, Les Houches et Vallorcine.

Cette année c’est les Houches. 50km environ pour 3900m de D+ environ.

Voici le profil :

 

 28 Aout 2015 18h : Je suis sur la place du Triangle de l’Amitié pour vivre en direct le départ de l’UTMB, c’est un truc de fou avec le monde, le soleil, l’ambiance.

Faille spatio-temporel :

28 Septembre 2015 4h30 : Je suis de nouveau sur la place du Triangle de l’Amitié, il y a beaucoup moins de monde, il y a pas le soleil (4h30 du mat) et il y a pas Vangelis. Mais là c’est moi qui prend le départ, certes il y a moins de kilomètres mais je sens qu’on va s’en mettre plein les yeux et aussi plein les jambes.

Le moral et la confiance sont au beau fixe, tous les voyants sont au vert depuis Mi-Aout. Je ne m’inquiète pas de ma capacité de finir. Je décide de partir assez loin sur la ligne pour ne pas me laisser entrainer à une trop grande vitesse dans la première longue montée vers le lac Blanc. Bonne stratégie jusqu’à la Flégère puisque les chemins sont larges et je peux lâcher le nordicpower en m’appliquant à bien pousser sur mes bâtons. Par contre dans la traversée vers la Tête aux Vents je suis un peu plus gêné par le monde et je sens que j’aurais pu être un peu plus vite sur cette section. Pas d’affolement c’est encore long et l’énergie conservée ici me servira plus tard.

Les Chezerys : 2h07 482ème (prévu: 2h10)

Une fois le Lac Blanc c’est attention les yeux, il va y avoir fracture de la rétine, le jour se lève et nous laisse tout doucement découvrir toute la chaîne du Mont Blanc. Vraiment un plaisir de courir dans ce cadre. Attention tout de même car c’est très technique et il faut être aussi concentré sur sa pose de pied.

L’Index: 3h08 418ème (prévu: 3h10)

Premier ravito, je fais ce que j’ai à faire, je remballe la frontale je sors la casquette et les lunettes de soleil, je remplis les flasques, je mange du salé, je bois et je repars en moins de 5 minutes. Sur cette course j’ai décidé de ne pas m’attarder au ravito, de faire juste qu’il y a besoin car : « Ne crains pas d’être lent, crains d’être arrêté » disait certains.

Je repars donc de ce ravito avec une pensée pour les copains des Vosges qui vont bientôt prendre le départ du Rainkopf Trail pour en découdre sur les terrains d’entrainement autour des Champis et du Rainkopf.

Après le ravito c’est montée du col de la Glière où je ne suis pas hyper bien, je monte à mon rythme mais je sens que mes jambes ne me permettent pas d’en mettre beaucoup plus. En haut du col débute la traversée (à l’ombre) vers le col du Lac Cornu, c’est en fait une traversée d’un pierrier qui m’avait déjà semblé bien technique à la reco fin Aout, mais là il reste de la neige tombée dans la semaine et c’est gelé de la nuit, du coup c’est Holiday on Ice, ça bouchonne car personne n’a envie de finir avec un tibia péroné explosé entre deux rochers. Content de finir cette traversée sans chutes ni bobos. La suite c’est descente technique sur Planpraz, en même temps qu’est-ce qui n’est pas technique sur cette course.

Planpraz: 4h30 438ème (prévu: 4h25 je n’avais pas prévu la neige par contre)

Planpraz ici Planpraz, 438ème, mon père vient de se faire les 1000 m de déniv depuis Chamonix pour venir me voir et ça fait du bien (Merci Papa). J’enlève une couche car ça y est le soleil est là pour de bon. Je repars vite à l’assaut du col du Brévent pour basculer sur la longue descente vers le pont d’Arlevé. Montée qui passe très vite, début de descente sur la défensive car dans la neige puis belle descente « roulante » qui permet de changer un peu de rythme et de courir un peu. Au fond on rattaque direct la montée vers le refuge de Moëde Anterne, lieu du deuxième ravito. La montée se passe bien, c’est un peu moins technique et on peut profiter des paysages, la fin de la montée est tout à découvert, ce qui permet d’avoir le Refuge en ligne de mire sur les derniers m de D+.

Refuge Moëde Anterne: 6h34 417ème (prévu: 6h22)

Ravito bien mené, remplissage des flasques, saucisson, fromage, tuc, chocolat, que des bonnes choses.

Et c’est reparti pour une longue descente vers Servoz avec tout d’abord 2-3 kilomètres vallonné avec passage près du lac de Pormenaz. Cette portion sera pour moi une longue traversée du désert car je subi un bon coup de moins bien, physiquement ça va, le cardio ça va mais je ne suis pas dedans dans la tête, sensation bizarre qui ne m’était jamais arrivé du coup ça surprend un peu. Bon pas grave je m’accroche car à Servoz je verrais toute ma famille. La descente est technique, raide et longue. Je crois que c’est une des leçons de ce trail, dans les Alpes ce n’est pas les montées le problème car on est des vosgpatt et on a l’habitude mais par contre ces longues descentes bien raides ne sont vraiment pas évidentes à gérer pour les jambes. Je gère donc cette descente au mieux pour garder de l’énergie pour la dernière bosse.

Servoz: 8h20 373ème (prévu: 7h48) J’avais été un peu optimiste sur ma vitesse perso dans cette descente mais au vu des places gagnées ce n’est pas si mal.

Bien content d’être là et de voir femme et enfant ainsi que mes parents et ma sœur qui sont là pour m’encourager. Je bois beaucoup mais ne mange pas trop car je n’ai pas faim et je ne veux pas me forcer. Je prends un peu plus de temps sur ce ravito mais c’était prévu. Je repars bien motiver pour passer cette dernière bosse de 12kms 1200mD+ 1000mD-. Dès la fin du bitume ça attaque fort dans la pente. J’ai des bonnes jambes ça va bien mais d’un coup au bout de 350m D+ j’ai les jambes qui deviennent molles et je n’ai plus d’énergie, je m’arrête mange un peu et repars mais malheureusement au bout de 200m je sens que ça ne passe pas.  Je décide donc de m’assoir au bord du chemin et de prendre mon temps pour m’alimenter et souffler un peu, je mange la quasi-totalité des barres énergétiques qui me reste et je bois bien. Au bout d’une petite dizaine de minutes je repars et je sens immédiatement que ça va mieux et que la machine peut repartir.

Je remonte doucement  sur les coureurs qui m’ont passé pendant mon arrêt, on passe le col de la Forclaz, après c’est du single, je me cale derrière un coureur avec un rythme régulier, je sens que je pourrais aller un peu plus vite mais je suis sur la défensive à cause de ma fringale et je veux en garder pour envoyer dans la dernière descente.

Prarion: 10h55 372ème (prévu: 9h55) A une heure près : « J’adore quand un plan se déroule sans accroc »

Passage en haut du Prarion, je reprends une place dans la montée, un peu inespérée avec mon coup de bambou. Je ne m’arrête pas et j’attaque la crête puis la descente avec la ferme intention de mettre le moins de temps possible pour redescendre aux Houches. C’est raide et ça pique un peu les jambes mais je suis bien donc j’en profite et reprend des places petit à petit. Cette descente passe plus vite que prévu et je me retrouve vite au lac des Chavants. Un petit tour de plan d’eau pour nous achever et voilà la ligne d’arrivée.

Arrivée Lac des Chavants : 11h54 349ème (Prévu : 10h46 Faisons bon rêver dans le canapé devant le tableur Excel de prévision des temps)

Trop heureux de terminer cette belle course mais bien fatigué aussi. La dernière descente m’aura permis de reprendre 24 places et de réussir à passer sous les 12h. Mes prévisions horaires était carrément optimistes mais ce trail est tellement un concentré de difficulté qu’il n’est pas facile de savoir comment on va y évoluer.

Personnellement, beaucoup d’expérience à tirer de cette superbe course.

Amis traileurs, si vous cherchez une course sympa fin septembre n’hésitez pas, c’est vraiment du lourd le TAR.

1 commentaire

Commentaire de NRT421 posté le 08-10-2015 à 00:08:58

Bonsoir VincentG. Merci pour ce récit clair, simple et efficace de ce magnifique trail. Et bravo pour ta gestion maîtrisée de ta course, nettement mieux qu'un certain que je connais (trop) bien ... et qui lui aussi a mangé des prévisions en papillottes ;-) A mon avis ça doit te permettre de t'aligner sereinement sur d'encore plus gros morceaux ! Beaucoup de plaisir donc sur tes prochaines courses.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !