Récit de la course : Trail des Aiguilles Rouges 2009, par Tercan

L'auteur : Tercan

La course : Trail des Aiguilles Rouges

Date : 27/9/2009

Lieu : Vallorcine (Haute-Savoie)

Affichage : 1400 vues

Distance : 51km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Et hop, c'est parti pour le frangin

Le même récit mais avec pas mal de vidéo sur mon blog

http://tercantrail.martinsfamilly.fr/index.php?m=07&y=09&entry=entry090704-204145

Prélude

Le trail des aiguilles rouges, le trail qui est l'objectif 2009 de mon frangin.
2009, sa première année de trail à été pas mal perturbée par des douleurs récurrente aux genoux... douleurs qui auront fortement 'amputé' ses entrainements.
Après une premier essai réussi en fin 2008 sur le petit parcours de l'EcoTrail de Sommand, après une nouvelle réussite sur le difficile petit parcours du trail de Vulcain en début d'année, après une réussite sur le trail des Glaisins en avril dernier à commencer le calvaire.
En effet, sur la Merrell Oxygen Challenge, les 2 premiers jours eprouvant auront mis à mal ses genoux : résultat, il ne prends pas le départ du 3ème jour par sécurité.
Les douleurs persistent, les entrainement diminuent et il est de nouveau forfait pour le Marathon du Mont Blanc, puis encore forfait pour le Trail des Hauts Forts à Avoriaz.
Puis un RDV chez un osthéo/magicien de Thonon aura réglé ses problèmes de genous du jours au lendemain... il ne reste cependant que 1 mois et demi avant les aiguilles rouges.
1 mois et demi, ce n'est pas beaucoup... peut-être même pas suffisant, mais ça peut le faire... ça va le faire !!!
Quelques sorties longues sans douleurs au genoux lui permettent de reprendre confiance et surtout de remettre en route la machine.

Le but pour moi est simple : l'amener au bout !!!

Le stress le prends 3 jours avant le trailles joies des début :)
En effet sa plus longue sortie jusqu'à présent doit avoisiner les 40km et 2000D+/-, hors là, on pars pour 51km et 3300D+/-... un autre délire :)

Le soir on à la chances de dormir sur Servoz, chez les parents de Charlène.
Avec nous il y à également Audrey et Camille, mes fidèles supportrices :)

Au lit à 21h30 pour un réveil à 3 heures... pffff ça me fatigue déjà :)

L'attente du départ

3 heures du mat' et se satané reveil s'est souvenu qu'il fallait me reveiller... RRRRRrrrrrrrrr je dormais super bien :)
Je me lance donc dans un rituel maintenant bien rodé : protection des pieds, nokage, crême anti-frottement à l'entre-jambe, protège têton, ... bref comme d'hab' quoi :)
Je rejoint Nico, qui est déjà prêt... et bien stressé :)

Puis on file sur Vallorcine pour le retrait du dossard.
45 minutes de voiture après on arrive, retire nos dossard et discutons avec les kikoureurs présent : un sacré troupeau :)
Je voie entre autre Christian (BadGone), Cedric (74), Phillipe (Jaguar Blanc), Olivier (BCA), J-M Touron, Eric (74), ....
Bref y'a vraiment du beau mondeJe croise également Isabelle au retrait des dossards, qui va encore claquer une grosse perf, trop forte :)

On file au départ, avec les kikoureur.
J-M m'explique qu'il est fatigué... bizarre pour quelqu'un qui à fait les 100km de Millau la veille en vélo en suivant le 2èmeL'est fou cet homme... :)

Le départ approche, et un hommage est rendu à Séverine, cette coureuse (et kikoureuse) qui à été victime d'un accident fatal cette année... et qui avait fait 6ème ici même l'an dernier.
Hommage poignant, tout le monde écoute, c'est un très beau discours que tient son compagnon... S'en suit une acclamation en lieu et place de la traditionnelle minutes de silence...
C'est sûr Severine poussera pas mal de monde en ce dimanche... on a vraiment de la chance d'être là, il faut en profiter à fond !!!

Vallorcine -> Refuge Pierre à Bérard - 13.8 km - 875 D+


C'est donc parti, avec un départ très roulant sur 6-7 km.
ça courotte correctement, frontale vissé sur la tête, une première pour Nico.

Puis après quelques dizaine de minutes, on entre en forêt sur un single très etroit.
Le rythme baisse et des début de bouchon se font sentir... on était un peu plus de 650 au départ.
Nico en profite pour enlever sa polaire, tout comme moi... à priori la météo sera de la partie aujourd'hui et c'est tans mieux.

Pusi au bout de 10-20 minutes, la frontale toute neuve de Nico se casse... heureusement ce n'est que l'elastique pas les leds :)
Il fera donc avec la frontale dans la main.

Les bouchons sont de plus en plus fort jusqu'à devenir complètement bloquant : on est à l'arrêt.
Jamais eu de bouchons comme cela sur mes précédent trail.
M'enfin, j'en profites pour causer avec Eric et petit à petit ça repars.

On en fini avec cette partie roulante... et c'est pas pour me déplaire : la montée commence.
Toujours à la frontale dans un premier temps
Puis de jour sur la fin.
Pour l'instant, tout les voyants sont au vert pour Nico comme pour moi.
J'ai laisser Nico donner le rythme, pour ne pas le faire aller à un faux rythme.
Moi je me contente de suivre.

Dernier petite montée avant le refuge toujours à un bon rythme régulier et efficace.

Puis le premier ravito est là. On est pointé 489ème.
On est bien avec Nico, on à décider de ne pas s'arrêter... on refait le plein des bidons buvons 1 coca et on repars.

Refuge Pierre à Bérard -> Refuge de Moede Anterme - 22.6 km - 1678 D+

La montée se poursuit pour atteindre le premier objectif du jour : le col de Salenton après une montée de pas loin de 1500 mètres positif d'un coup.
Cette montée est très ludique : je l'adores.

J'annonce à Nico qu'il ne reste plus que 300 mètres de denivelé : il est surpris d'y arriver déjà.
Pourtant à 50 mètres du sommet du col, il me dit qu'un début de crampes lui titille le mollet... je lui dit de ne pas s'en soucier, je sais que derrière une descente et un faux plat montant permettront de facilement la maîtriser...
Puis 10 mètres plus haut je croise 1 coureur qui crampe, il n'a rien sur lui contre ça, je lui propose donc un sporténine... pareil 10 mètres plus haut : un deuxième coureur dans le même état... je redonne un sporténineJ'en aurais pas assez pour aller au bout du coup :)
Nico quant à lui arrive au sommet sans que la crampes ne se soit déclenché : ouf, à partir de là je sais comment la gérer.

On arrive donc au sommet de ce col de Salenton à 2526 mètres d'altitude

Il n'y a pas de ravitaillement sur ce point là, juste un pointage et on pointe à 8h30 du matin.
Sur le plan de course en 12h10 que l'on vise, on avait prévu de passer ici à : 8h30trop fort :)
On est pointé à la 449ème place, soit 40 places de gagnées depuis le premier ravitaillement.

S'en suit maintenant une descente d'un peu plus de 600 mètres de denivelé.
Je sais que si on trottine ici on va gagner du temps sur les prévisions 12h10 et surtout on va décontracter le mollet de Nico ce qui contribuera à faire passer sa crampes.
Et c'est ce qu'on fait, on trottine légèr, on est bien et régulier... tout à l'air de rentrer dans l'ordre pour Nico.
Le début de la descente est excellent : raide et amortissant avec un genre de pierrier super fin, le piedsPuis ça devient plus roulant

On arrive en bas au Chalets Ecuelle et on attaque 200 mètres de montées légère, je sais qu'avec ça la crampes de Nico va définitivement lui ficher la paix : je lui dit de profiter de cette montéepour s'étirer.
Pour cela rien de plus simple : des pas allongé en gardant le talon au sol le plus longtemps possible... 200m de denivelé d'étirements, y'a rien de tel pour faire taire une crampe :)

Et ça marche plûtot bien puisqu'on arrive au refuge de Moede-Anterne à 9h52, soit 10 mn plus tôt que prévu et on a encore gagner 20 places dans la descente.
A ce ravitaillement j'ai prevu qu'on s'arrête un peu pour manger, s'hydrater et s'étirer.
Au final on repars 7 minutes après et on continu un peu le sentier puis on s'arrête 2 minutes pour que Nico fasse des etirements spécifique mollets... je sais qu'après tout ça, sa crampes nous fichera la paix.

Refuge de Moede Anterme -> Le Brévent - 31.6 km - 2603 D+

On repars donc tranquillement, en finissant de manger ce qu'on à pris du ravito.

Allez, encore 400 mètres de denivelé en descente où Nico trottine tout le long... il m'impressionne : pour l'instant il à couru dans absolument tous les endroits où c'était possible.
On arrive en bas, au point d'Arlève à 1600 mètres.
Et maintenant on s'attaque au Brévent qui culmine à 2495 mètres.

Nico à peur de flancher dans cette montée, mais je lui dit de prendre un rythme régulier, et d'avancer sans reflechir... une fois la haut, le plus dur sera derrière nous.
C'est ce qu'il fait suivant sur les 400 premiers metres de dénivelé une coureuse qui donne le rythme.
Ses 400 premiers mètres sont long car la pente est peu relevée.
Arrivé à 2000m je propose à la fille qui méne le train depuis pas loin de 40 minutes de passer devant pour donner le rythme à mon tour.
Elle accèpte et je prends donc la tête de ce petit train :)

Je veille à ne pas trop accélerer en contrôlant régulièrement mon altimètres... entre 11 et 13 mètres/minutes pas plus.
Nico tiens, mais la coureuse craque et ralenti : on l'a perds...
Nous on continu toujours sur ce rythme à la fois honorable puisqu'on double du monde régulièrement et régulier.

Sur la fin de la montée le decors devient minérale, c'est vraiment super joli, j'adores ce genre de montée et de paysage.
A vrai dire, on en prends pleins les yeux depuis le début, ce trail et vraiment exceptionnelle de part son cadre.
On me demande souvent pourquoi je fais du trail, toutes ses heures en course, toute cette 'souffrance/fatigue', tout ses entrainements eprouvant... franchement quand je me retrouve dans ce genre de cadre, je me demande surtout comment on pourrait ne pas aimer être là... je suis dans mon elements, je suis bien...

Toujours est-il que chez Nico, c'est les quadri maintenant qui menace de cramper... heureusement comme tout à l'heure : le sommet est bientôt la... par contre après sur la descente, y'a mieux pour soulager les quadri... on verra, on va aviser.
On arrive au sommet ou malheureusement, malgrès le beau temps, le Mont Blanc est complètement masqué par les nuages.
Il est 12h06 à notre arrivée, notre avance sur le plan 12h10 est maintenant de 25 minutes !!! En plus on a encore gagner des places, on est maintenant pointé à la 426ème place.

Le Brévent -> Servoz - 43 km - 2771 D+

Reste maintenant à descendre à Servoz à 800m d'altitude, soit 1700 mètres plus bas... avec entre 2 une montée de presque 200 mètres, soit 1900 mètres à descentre quasiement d'un coup... c'est sur, ça va faire mal.
Et effectivement ça fait mal, il nous auras fallu 2h10 pour faire cette descente, avec pour ma part des douleurs aux 2 genoux... douleurs dont je me garde bien de parler à mon frère : il commence à en baver, pas besoin de lui dire que j'ai les genoux qui font la moue.
Pourtant malgrès qu'il en bave, il trottinera l'intégralité de la descente sans boncher en grapillant des places encore et encore.

Sur la descente, une remontée aux Aiguillettes se présente, et ça bouchonne dès lors qu'une echelle se présente :)

Vers la moitié il me dit que les quadri sont vraiment au bord des crampes... mais il tiens bon.
Pour le motiver je lui annonce les mètres de D- restant... mais quand on est dans le dur, ça n'avance jamais assez vite :)

On fait la fin de la descente avec J-Michel qui s'est fait les 2 chevilles.

On arrive à Servoz ou Charlène, Audrey et Camille nous attendent

Au ravitaillement on est pointé 398ème soit encore 31 places de gagnées dans la descente.
On s'arrête un moment pour se ravitailler un moment avec les filles.
Nico est à plat et il appréhende vraiment les 8 km finaux et surtout leur 520 mètres de D+

Servoz -> Les Houches - 51 km - 3300 D+

On repars de Servoz pour un plat sur bitume de 1km environ... et Nico encore et toujours relance et cours malgrès sa lassitude et son état physique quelques peu 'au bout'... tout dans la tête :)
C'est reparti pour 220m de D+. Nico me demande de passer devant pour donner le ryhtme : il est à plat et ne se sens pas de s'imposer un rythme régulier tout seul... je prends donc les commandes et me câle sur 10-12 mètres minutes en vérifiant régulièrement qu'il ne décroche pas.
Sur cette montée on croise le collègue de Florent qui me reconnait : il est dans le dur. On echange quelques mots, mais Nico étant aussi dans le dur, je préfères ne pas baisser le rythme et en finir rapidement avec cette montée... on le laisse donc et poursuivons.
C'est parti maintenant pour une redescente courte sur La Venaz ou on se fait pointer en 389ème position... encore 9 places de gagnées... Nico ne lâche rien.
Les filles et les parents de Charlène sont là pour nous encourager : allez plus qu'une petite bosse et c'est fini !!!

On pars donc pour cette dernière montée de 300D+.
Et la c'est Nico qui passe devant pour donner le rythme... il est cuit mais monte à 15 mètres/minutes... on le suit avec JM que l'on a rejoint... mais il pousse fort, faut pas s'endormir pour le suivre :)
Du coup on arrive rapidement au sommet... reste plus qu'à rejoindre l'arrivée 250 mètres de D- plus bas.

Et encore une fois Nico trottine... décidement il n'aura pas fait une seule partie courable en marchant... impressionnant et prometteur pour un début :)
On en fini donc en 11h12 soit 1h plut tôt que prévu.
On fini 388ème sur 650, c'est vraiment un super chrono pour Nico au vue de sa 'jeunesse' dans le monde du trail et surtout de son année fortement perturbée par les blessures.
Bref que du bonheur ce trail.

L'après course

Après course sympa avec Nico complètement vidé qui sera même victime d'une méchante hypoglècemie avec perte de connaissance... flippant mais finalement assez banal d'après les dire d'un médecin que j'ai vu.
Aujourd'hui il va déjà mieux, et je pense qu'il est maintenant pleinement conscient de son super parcours sur ce trail... les pointage intermédiaire le montre : il n'a jamais rien lâché.
Pointage 1 : 489 éme
Pointage 2 : 449 éme
Pointage 3 : 429 éme
Pointage 4 : 426 éme
Pointage 5 : 398 éme
Pointage 6 : 389 éme
Pointage 7 : 388 éme

Pour ma part, j'étais vraiment ravi de l'avoir epaulé comme j'ai pu pendant cette course.
Après qu'il m'ai suivit sur le CCC 2008 et l'UTMB 2009, je suis content de lui avoir rendu un peu la pareil !!!

Fier de toi frangin... et dire que c'est que le début

5 commentaires

Commentaire de eric74 posté le 28-09-2009 à 20:12:00

super Cyril

je suis content d'avoir discuté avec toi , moment très agréable ...et bravo tu as rempli superbement ta mission et c'est tellement agréable de se donner pour quelqu'un et de surcroit son frère

alors avec plaisir on repapotera à la STL

Commentaire de Cédric74 posté le 29-09-2009 à 03:00:00

Comme d'hab', super CR Tercan !!

Félicitations pour ton frère: belle perf pour une 1ère "grosse", d'autant plus que C pas n'importe laquelle.

Je te dis pas bravo à toi, CT trop facile, tu le mérites pas vraiment ;-)

On se revoit avec plaisir (en tout cas à la STL)

Cédric

Commentaire de millénium posté le 29-09-2009 à 08:57:00

merci pour ce récit fort sympathique. Et bravo !

Commentaire de Mustang posté le 29-09-2009 à 23:24:00

récit très précis, impressionnant!!

Commentaire de Jaguar blanc posté le 01-12-2009 à 22:23:00

Après une lecture un peu tardive, merci pour ce CR et surtout bravo à Nico qui n'a effectivement rien laché jusqu'au bout.
En tout cas je suis content qu'il ait trouvé l'ostéo qu'il fallait. Aux Dents du midi, il semblait vraiment déçu de ses blessures à répétition.
Aussi, que de bons souvenirs ce trail des Aiguilles rouges ! j'ai également adoré cette montée au Brévent. Ce passage de la forêt au sommet tout en caillasse, cette belle traversée juste avant la montée finale.

Au plaisir de se refaire un tour sympa. Avec Nico jusqu'au bout cette fois.
A+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !