Récit de la course : Trail des Aiguilles Rouges 2012, par @lex_38

L'auteur : @lex_38

La course : Trail des Aiguilles Rouges

Date : 30/9/2012

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1283 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les piles du tiroir n’étaient pas neuves!

 

Les piles du tiroir n’étaient pas neuves! C’est ce que je me suis répété sans cesse pendant la 1ère moitié de la course ! Mais commençons par le commencement, et même un peu avant !

 

1

 

Ce trail des Aiguilles Rouges, c’était pour moi l’objectif de la saison. Oui mais voilà, un voyage professionnel en Inde qui dure un peu plus que prévu fait que moins de 48 heures avant le départ, je suis encore à plus de 6’000km de Chamonix. Si on rajoute à la fatigue quelques soucis intestinaux à cause de la nourriture locale, j’abandonne donc toute idée de faire une perf sur ce trail.

 

2


Finalement, c’est donc plutôt détendu et sans la moindre pression, à part celle bue la veille, que je me lève ce samedi à 3h30 !

 

Un petit déjeuner normal, rien de sportif là-dedans, et je m’habille. Le temps est frais, mais pas pluvieux, ce sera donc cuissard ¾, T-shirt et manchettes. On se rend sur la ligne de départ avec Mathieu. On ne croise dans la rue que des jeunes qui sortent des bars et des coureurs pas toujours bien réveillés. « Couche-tard et lève-tôt se rencontrent dans le premier métro »

 

3 EM(photo Endurance Mag)

 

 

4h30, c’est parti à fond dans les rues de Chamonix pour plus de 1200 baskets (je vous laisse calculer le nombre de coureurs). Après environ 1km de goudron en ville, on monte en direction du chalet de la Floria, puis de la Flégère. Parcours identique à l’an dernier.

Au départ la piste est large, ce qui me permet de me placer et de monter en courant. Je me retrouve alors avec Maud Gobert au niveau de la Floria. De là, le chemin se rétrécit. Elle me demande à plusieurs reprises si je veux la doubler, mais moi, je me demande plutôt si je ne suis pas parti trop vite ! D’habitude, je ne suis pas à son niveau !

Lorsque l’on rejoint la piste de ski, je la double naturellement, sans accélérer.

 

4

 

Me voici à la Flégère, un tout petit bout de descente et je décide donc d’allumer ma frontale à pleine puissance… Rien, pas de différence avec le mode éco que j’utilisais dans la montée. Merde. Les piles du tiroir n’étaient pas neuves. J’ai l’impression d’être à moitié aveugle à chaque fois qu’il faut courir et relancer. Je suis obligé de me concentrer à 200% et malgré tout, je n’y arrive pas, je n’y vois rien !

J’arrive alors à la Tête aux Vents, et virage à 180° pour monter en direction du Lac Blanc.

Même si la nuit est encore sombre, on distingue en face tout le massif du Mont Blanc qui sort de la mer de nuage que nous dominons. Et derrière, un mille pattes lumineux serpente et me poursuit !

 

Quelques échelles et quelques marches plus loin, je suis au Lac Blanc… et je galère toujours autant dès qu’il faut courir. Maintenant, ça redescend un peu et malgré ma prudence, je me tords légèrement la cheville gauche. Ça tire sur le coup, mais ça ne m’arrêtera pas. Déjà que j’avais du mal à me lâcher…

Maintenant ça remonte un peu, et voici l’Index. Premier ravitaillement sur lequel j’arrive en 24e position. Je prends le temps de remplir mon bidon alors que d’autres coureurs ne s’y arrêtent même pas.

 

5

 

Dans la descente qui suit, je suis toujours autant à la traîne dans les cailloux avec 0 visibilité ! Heureusement ça remonte en direction du col de la Glière. Je décide même de couper ma frontale, finalement ça ne change pas grand-chose ! Mais mes yeux s’habituent au noir et je profite pleinement des montagnes qui m’entourent. Arrivé au sommet, je profite pleinement d’un magnifique sentier en balcon, sur des grosses dalles et à travers les rochers. C’est un chemin magnifique que je ne connaissais pas ! Même si j’ai toujours du mal à me lâcher, je profite !

 

6

 

78Puis ça redescend vers Planpraz, pour retrouver un coin que je connais bien. Je pointe 25e à ce ravitaillement, je refais un plein d’eau et je repars en compagnie d’Emmanuel Ripoche, qui souffre de l’altitude. Cette montée vers le col du Brévent, je la connais par cœur, et pour moi tout va bien. Je bascule alors en direction du Pont d’Arlevé. De l’autre côté, c’est magnifique avec la mer de nuages et les sommets qui en dépassent. Ce sera la dernière fois que nous aurons un peu de vue…

Vraiment, je ne sais pas ce que j’ai, mais impossible de me laisser aller dans la descente et impossible d’accrocher les 2 gars que j’ai rejoints. Tant pis, il ne faudrait quand-même pas tomber en prenant trop de risques.

 

910Je traverse alors le brouillard et trouve des chemins de plus en plus boueux et glissant. Je traverse le pont, et c’est parti pour 400m de montée, dans la boue et les bouses, encouragé par quelques vaches !

Je sens que je suis un peu moins en forme, et je n’hésite pas à relâcher un tout petit peu l’effort pour ne pas trop puiser. Manu me rattrape et nous finissons ensemble la montée pour enfin arriver au ravitaillement de Moëde Anterne. Nouveau plein des bidons et c’est reparti sous les encouragements des quelques spectateurs présents, dont la sœur de la grande Françoise Barrière, qui me reconnait ! Toujours un plaisir d’être encouragé en pleine montagne!

 

1112On attaque environ 4km vallonnés, entre lac et rocher, tourbière et cailloux. Un régal pour les yeux vers les lacs de Pormenaz, un régal pour Manu qui s’envole au loin tel un bouquetin, mais pas facile pour moi qui peine toujours à me lâcher dès que ça descend !

 

 

14


Puis la vraie descente sur Servoz commence, le sentier devient plus souple et moins technique, et enfin j’arrive à courir comme je le voudrais ! Je double d’ailleurs plusieurs coureurs dans cette descente et je me fais plaisir car je suis moins sur la retenue !

Je surveille l’altitude et je vois alors Noémie qui est remontée un peu pour me voir dans la forêt. Je ne prends pas vraiment le temps de discuter, et me voici à Servoz ! Ravitaillement rapide, un petit coucou à Martine et Christian et je repars de là 19e après 5h20 de course !

 

15 MV(photo Martine Volay)

 

Environ 1km de goudron au menu. En regardant la montre, je me dis qu’il est tout à fait possible de passer en moins de 8h. Le reste du menu est simple, une montée de 1200m suivie d’une descente de 1000m. Pas dur !

1617Au pied de la montée, je rattrape un autre coureur, on attaque alors la montée, raide, ensemble. Mais rapidement je l’abandonne pour partir un peu plus à mon rythme. Et cette montée. Quelle montée ! Plus on monte, plus c’est raide ! Des marches à franchir, la pluie qui s’invite, les crampes aux quadris qui commencent… C’est dur ! Arnaud Perrignon me dépasse, m’encourage, mais je n’arrive pas à le suivre.

 

Enfin, après 1h30 de montée sévère, le sommet est là. Mais pas la vue ! Je commence alors à descendre. C’est tout aussi raide qu’à la montée, parfois directement dans les pistes de ski ou sous le téléski ! Mais à la limite, ça ne me gêne pas, ça veut dire qu’on descend plus vite !

Un peu de forêt, le chemin s’élargit et je crois Jules-Henry Gabioud qui m’encourage. L’arrivée n’est plus très loin !

 

19

 

Je traverse la route, et voici le lac des Chavants tant désiré ! Mais où est l’arrivée ? Il y a tellement de brouillard que je ne vois même pas l’arche. Je la découvrirai uniquement 50m avant de la franchir ! Un petit saut pour franchir la ligne qui me vaudra un 9/10 en artistique selon le speaker !

Quelle course !

 

18

 

Que je suis content ! Jamais je n’aurais imaginé ça il y a 48 heures. Et même si j’ai râlé à cause de ma frontale ou si j’ai eu du mal à me lâcher en descente, je me suis régalé sur un parcours magnifique (à refaire avec le soleil)! Et le résultat est là en bonus!

 

20 MV(photo Martine Volay)

 

Quelques chiffres :

52km et 4’000m de d+

617 partants et 537 arrivants

Classé 19e en 7h35m

Jamais je n’aurai autant mangé sur une course : 4 gels Mulebar et 4 barres Mulebar, et encore des Tucs à chaque ravitaillements !

En tout cas, c’était une belle course, à faire et à refaire ! Dommage que… Les piles du tiroir n’étaient pas neuves!

 

21

 

15 commentaires

Commentaire de jofro posté le 03-10-2012 à 22:58:51

Bravo pour ton récit et ta performance, le tout en prenant des photos ... chapeau.

Commentaire de @lex_38 posté le 04-10-2012 à 07:36:15

Merci Jofro! C'est souvent que je prends quelques photos en course, quelques secondes de perdues pour quelques instants immortalisés!
Tu es aussi finisher, bravo à toi, il fallait aller au bout de celle là!

Commentaire de Arclusaz posté le 04-10-2012 à 09:13:07

Bravo !
tes courses, tes photos et tes CR sont toujours superbes.

Commentaire de @lex_38 posté le 04-10-2012 à 09:56:19

Merci beaucoup!

Commentaire de kirchen posté le 04-10-2012 à 12:01:10

Ah ben voilà j'ai remis avec les photos ! Je faisais parti des 2 gars dans la descente ! Et ton histoire de piles c'est marrant il m'est arrivé exactement la même chose grrrr Au moins on sera pas parti trop vite !

Commentaire de @lex_38 posté le 04-10-2012 à 13:26:21

C'est ça qu'on est débutant en trail, on ne pense pas à mettre des piles neuves :-D
Au moins la prochaine fois, on y pensera!
Vu la remontée que tu as fait à partir du Col du Brévent, j'ai bien fait de ne pas chercher à t'accrocher!!!! Bravo!

Commentaire de heidi posté le 04-10-2012 à 14:46:32

Bon j'ai vu que tu as enlevé ta frontale depuis!!!
Bravo, tu es de plus en plus fort toi! Même pas en forme :)

Commentaire de @lex_38 posté le 04-10-2012 à 15:44:02

Oui j'ai enlevé la frontale, mais j'aurai mieux fait de la garder car hier, j'ai fini mon footing de nuit!
Dis moi quand est-ce qu'on se fait un footing!

Commentaire de Japhy posté le 09-10-2012 à 06:46:43

Magnifique cette mer de nuage! Et très belle course, surtout dans les conditions que tu as connues, avec un long voyage en avion juste avant!

Commentaire de Japhy posté le 09-10-2012 à 06:46:56

Magnifique cette mer de nuage! Et très belle course, surtout dans les conditions que tu as connues, avec un long voyage en avion juste avant!

Commentaire de @lex_38 posté le 09-10-2012 à 20:57:01

Merci Japhy! C'est vrai que même si le soleil n'était pas au RDV, on a quand même pu profiter de la montagne!

Commentaire de akunamatata posté le 09-10-2012 à 17:25:25

toujours en forme malgré tout, content de t'avoir croise la haut au dessus des nuages !

Commentaire de @lex_38 posté le 09-10-2012 à 20:58:23

Merci! Et c'est toujours sympa de croiser un Kikou et de se faire encourager en pleine montagne!

Commentaire de BOB MORANE posté le 11-10-2012 à 17:17:43

Bravo alex, encore une belle course malgré la prépa finale tronquée.

Commentaire de @lex_38 posté le 11-10-2012 à 19:25:49

Merci Bob! Et après les "batailles" des pronos, quand est-ce qu'on se retrouve sur un trail?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !