Récit de la course : Trail de la Galinette - Parcours Découverte 2015, par Pieromarseille

L'auteur : Pieromarseille

La course : Trail de la Galinette - Parcours Découverte

Date : 1/2/2015

Lieu : Cadolive (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 932 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

Une course

C'est un peu sur un coup de tête que deux jours avant le départ me vient l'envie de m'inscrire sur le 23 de la Galinette. Je suis actuellement en prépa 10km (route), je remonte tout juste d'une baisse de forme et d'une certaine lassitude du bitume, le trail de la Galinette fera une excellente sortie longue et permettra de revoir les Kikous du Cabanon dont un bon nombre seront présents.

Mais les inscriptions sont déjà closes, et il y a belle lurette que le 23 est complet. Malgré tout je fais le déplacement la veille et par chance il reste encore quelques dossards pour le 10 et le 42. Je n'ai absoluement pas l'entrainement pour faire un maratrail, donc ça sera le 10.

Pas d'enjeu particulier sur cette course si ce n'est de me faire plaisir. Disons le tout de suite, quand j'écris un compte-rendu l'après-midi même c'est que l'objectif est pleinement atteint. Temps idéal, distance suffisament courte pour ne pas se faire trop mal tout en ayant le temps de se fatiguer un peu quand même, ambiance au top (merci le Marseille Trail Club !), pris le temps de croiser et de causer un peu avec les Kikous... Glop glop, je me suis régalé.

Mais venons-en au fait. Echauffement long et tranquille, qui me permet de reconnaitre le début du parcours : après 800m bien roulant, ça part direct dans le dur. P.... ça monte grave. On est loin du stade là... faudra pas y aller trop vite sous peine d'hypothéquer la deuxième partie de course. De retour, je suis content de croiser Kkris et nous terminons l'échauffement ensemble. Aller, le temps de poser mon coupe-vent dans le gymnase (alt. 327 m.) et nous sommes plus de 280 à prendre le départ.

Les 800 premiers mètres plats, je me fais plaisir et part comme une balle sur un rythme de... 10km. A 3'50/km, je suis tout de suite en tête de course et passe le 400m bon premier, les bras en l'air et zigzaguant pour taper dans les mains des supporters des deux côtés de la route...Cool . Quels feignasses ces trailleurs quand même Rigolant! Bon, evidemment ça ne dure pas, et à peine le terrain se relève-t-il que je lève fortement le pied et dégringole très vite dans le classement. 4ème en bas des escaliers, 7ème place de la Mairie, 9ème à la sortie de Cadolive, 11ème à l'orée du chemin où démarre vraiment la partie trail... avec des côtes qui montent à plus de 15%, je ne suis pas du tout dans mon élément. La montée dans la forêt est raide et se fait les 3/4 du temps en marchant les deux mains sur les cuisses. Je ne veux pas me cramer tout de suite, le départ était un clin d'oeil à ma prépa du moment mais je n'ai en fait aucune envie de me faire trop violence. Un paquet de coureurs me passent et c'est à la dix-huitième place que je débouche au sommet du Mont Julien (alt. 639 m.), le coeur à bloc quand même. Je ne vous parle pas du superbe point de vue. J'ai surtout regardé mes pieds pour éviter de me foutre une cheville en l'air, y a rien de plat là haut.

Aller, normalement le descente me convient mieux. Mais oualalala ! C'est du raidouille et du technique, et ça relance grave autour de moi. Apparement il y a pleins de gars qui se sont ménagés sur la montée et qui considèrent que la course commence au sommet du Mont Julien. Un troupeau de chamois me dépasse (aller, disons quatre), dont les deux premiers complètement cinglés me mettent bien une minute dans la descente technique entre le sommet du Mont julien et la DFCI. Les moins lestes ont quand même un bon 50 mètres d'avance quand ils arrivent sur la piste, une centaine de mètres de dénivelé en contre-bas Surpris. J'ai pas l'habitude de jouer dans les avant-postes en trail et je fais moins le mariole qu'en bas... Mais ça y est, j'y suis aussi. Je me suis fait reléguer à la 22ème position mais je suis enfin dans mon élément : du très roulant en pente douce où on peut lacher les chevaux sans risquer la sortie de route. Parler de partie de pacman serait un peu présomptueux, mais dans cette belle descente je dois courir à près de 16km/h et me rapproche inéxorablement de mes prédécesseurs. J'en reprends un, puis un deuxième... la dfci laisse place à un sentier qui remonte légèrement mais rien de bien méchant et je force l'allure pour définitivement lacher les deux chamois que j'ai réussi à reprendre. Nouvelle plongée vers la route de Marseille, où j'en profite pour rattraper un troisième concurrent. Nous voici au point bas de la partie sud de la course (alt. 340m.) Puis on récupère à nouveau une DFCI qui remonte vers un petit col. Du traitre. Du bien large et pas trop raide pour que la question de marcher ne doive normalement pas se poser... mais quand même suffisament pentu pour que le coeur déjà au taquet après cette descente endiablée tape bien fort dans la poitrine. Je cours donc, mais j'essaye de ne pas exploser le compteur, d'autant que ça ne sert à rien. Derrière ils sont loins, devant ils sont loins.

J'ai repris mon souffle quand enfin c'est la bascule (alt. 421 m.) vers la dernière monotrace un peu technique qui replonge sur Cadolive. Je l'aborde assez bien, plus à l'aise que celle qui descendait du Mont Julien, et j'envoie ce qui reste. Pas question de me faire rattraper par le gars de derrière qui m'a un peu repris dans la montée et dont j'ai bien compris qu'il était plus à l'aise que moi sur ce type de terrain... et peut-être que les gars de devant sont encore prenables ? A mon tour, j'apprends le pas du chamois et saute de pierres en racines aussi vite que la forme de ce matin me le permet. J'y prend du plaisir et trouve ça presque trop court. Sortie de forêt où on débouche tout en haut de Cadolive et enfin sur le bitume pour un bon dernier kilomètre cinq (il y en a qui râlent quand ils arrivent sur le goudron mais il en faut pour tous les gouts et perso j'ai rien à y redire Sourire). Riri et Chanthy sont postés au premier virage, ils me reconnaissent et m'encouragent à mon passage ; petite claque dans la main de Chanthy Clin d'œil, juste ce qu'il faut pour me motiver à terminer cette course comme je l'ai commencée, à fond les ballons.

Mais les gars de devant sont quand même assez loins et ce sont de rudes coureurs. Le dernier kilomètre permet de se rapprocher mais ne suffit pas à les reprendre. La ligne d'arrivée se situe dans le gymnase de Cadolive, une bonne idée qui contribue bien à l'ambiance. Je termine en 57'25, 19ème au général et 5ème V1 (mon meilleur classement à ce jour), un peu plus de 30 secondes derrière le 18ème qui n'était donc pas prenable.

Après course très sympa, où je retrouve Kkris qui a fait également un très belle course et termine 4ème V2 !

Evidement je ne jouais pas les premiers rôles, mais ce matin je me suis senti "en course" et c'était bien chouette Rigolant.

 

8 commentaires

Commentaire de kkris posté le 01-02-2015 à 16:01:57

ça c'est du récit express!
Merci pour ce cr et bravo pour ta course, je suis impressionné!
Les 39' aux 10kms ne devraient être qu'une formalité.
Content de t'avoir revu, et merci aux supporters!

Commentaire de montevideo posté le 01-02-2015 à 17:20:54

super course
je mets un pièce sur 38 voire moins :)

Commentaire de lanailledu13 posté le 01-02-2015 à 19:23:00

Bravo et merci pour ton CR !! Malgré la petite distance, les difficultés étaient bien là...pour ma part, j'ai raté de peu le top 10 mais satisfait quand même ;)

Commentaire de Pieromarseille posté le 01-02-2015 à 21:20:27

Merci pour vos retours très sympas. Très content également de t'avoir vu Kkris, en attendant la prochaine :-).
@Montevideo : 38', je ne pense toujours pas. Mais on verra bien. En tout cas je promet de faire de mon mieux et même un peu plus. Si ça ne passe pas à Cannes, j'ai encore Marseille derrière.
@lanailledu13 : tu as du mettre autour de 55' alors. Félicitations ! Fallait y aller, ça allait très vite devant.

Commentaire de lanailledu13 posté le 01-02-2015 à 22:01:21

Je confirme, le rythme était bien soutenu, je me suis fait "avoir" dans les descentes où je n'ai pas suffisamment lâché les chevaux:)

Commentaire de chanthy posté le 02-02-2015 à 13:30:16

bravo pierro
content de t'avoir croisé aussi!

Commentaire de Mustang posté le 13-02-2015 à 10:14:30

eh ça c'est de la course!! bravo pour ce rythme haletant !et la perf....

Commentaire de Pieromarseille posté le 13-02-2015 à 15:12:52

Merci pour ton commentaire Mustang ! On parle du rythme du récit bien sûr, parce que sur celui de la course, faut rien exagérer quand même, on est à peine à 10 de moyenne ;-)...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !