Récit de la course : Ultra Trail du Vercors 2019, par turquoiseoceane

L'auteur : turquoiseoceane

La course : Ultra Trail du Vercors

Date : 7/9/2019

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 504 vues

Distance : 86km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

65 autres récits :

Vivre l'instant présent !!

MASSIF DU VERCORS... UTV 86KM / 4900 D+
Mon arrivée dans le massif vers 15h30, petit bus depuis grenoble, en 1h depuis la gare, me voici à la
campagne dans la quiétude la plus totale...Magique ce dépaysement, si soudain !
J'arrive devant une file de coureurs impressionnante, bon finalement vite mon tour, et pas de fouille
du sac, la loose je l'ai sur le dos ;)
Dossard, tee-shirt coureur , et sac d'allègement...le jargon ;)
Je vais partir me replier dans ma bulle, pas de brief ni de conférence, en vraie bête sauvage je me
casse !! Rajoutant encore des kms au compteur...je m'imprègne des lieux et de cette nature si
verdoyante. Totale sérénité.
Soirée ERMITE vite bouclée, repas 19h, prépa tenue, sac et corps avec nok aux pieds, jambes
huileuses, la routine glamour du coureur ;)...Divertissement TV sur canap, neurones au repos,
DODO 21h30 ! Planplan la vie de sportif...ZZZZZZZZ
JOURNEE ULTRA...JOUR J !!
Réveil 4h...:(
Début de journée aux aurores, nocturne même,,et on traine pas dans les rangs ! On enfile la parfaite
panoplie soigneusement préparée la veille ! On prend quelques mins pour retrouver sa lucidité
arrachée au sommeil...EN VRAI , je ne sais pas comment on fait, non toujours pas, même après
plusieurs courses à mon actif...rolala la violence du truc !!
On ingère un petit encas et on picole un peu, habitudes diverses, moi c'est biscuits fourrés chocolat
noir bjorg et jus d’ananas pour la boisson d'attente , comme on dit dans le jargon ;) !!
C'est un p’tit dej sur le pouce, je ne vais pas me lever à 2h pour manger non plus, les stocks en toute
logique sont déjà faits en amont de la course, la nutrition de la semaine d'avant course du bon
sportif ! A peu près...;)
Pour ma part, j'ai fais quelques réserves la veille au midi, petite vue sur la vallée devant un burger
vege galette pdt / chèvre / légumes et sa portion de frites,,,nutrition équilibrée ! je gère ! Histoire de
faire le stock de gras, de bonnes réserves,,, et du plaisir !!!!
A présent il fait nuit noire dehors, j'avance à la lumière de la frontale vers l'arche de
départ...Déguin...l'ambiance est tout autre...voir flippante, je passe juste devant le musée des
automates...oui il y a ça à LANS...mais je flippe comme une gamine :(
Me vient des images de mauvais films d'horreur...oh punaise je traine pas...vite des gens , je veux
voir des gens !!
Les heures qui suivent vont se faire sur de la nutrition minimaliste et juste opérationnelle ;)
Prête à affronter la fraicheur de la campagne,,,euh pas trop,,, mais bon quand faut y aller ! Faut y
aller !
Dernier check de mon baluchon, qui va me suivre dans ce long tour...mon sac de mi-parcours en
main, je dois tout avoir, mince j'étais bien dans mon lit quand même haha...on sait qu'on est des
barges à ce moment-là ! Si si !!
Mon gite étant un peu avant l'entrée du village sur la départementale, je vais pouvoir trotter un peu.
Chouette, bon pour l'échauffement donc,,,en réalité à la réservation, il ne restait plus que ça, le côté
positif, j'arrive à chaud et prête à en découdre direct !!
Hop 4h55 déjà, juste le temps de confier le sac, j'arrive sur la ligne de départ, vu les températures,
venir avant et attendre, pas question ! Bon timing !!
Et puis, j'aurais largement le temps de faire chauffer le diesel,,,puisque c'est parti pour 86 km ;)
Un départ bien à la fraiche , fini l'été et la chaleur étouffante de la côte d'azur,,,
Prévisions à 6°, on caille un peu hein ! Tiens Caille, c'est pas un village du 06 ça ??!!;)
Départ imminent, le speaker qui tente de chauffer l'ambiance, quelques voix s'élèvent timidement, le
temps juste de nous confirmer que ça va souffler fort là-haut...me voilà au milieu de la fosse, il est
temps que le troupeau parte en transhumance ;)
Le chrono enclenché...KM 0, il est 5h !! Petite foule en délire tout de même.. Allez GO !!!
Le début, ça va bien sûr, on est frais, et là on peut pas mieux dire...malgré tout ça se joue déjà ici, la
fameuse « gestion de course », terme qui signifie que tu dois pas te griller au départ...car tu le
paieras plus tard !!!
Faut se connaître ! L'expérience ! La sagesse tu dois avoir !!
Bon ben moi je suis un diesel par exemple, j'y pense et puis j'oublie je pourrais chantonner, après
quelques échecs et erreur de débutants...
Je pars très tranquille donc cette fois, vraiment cool sur la petite portion de route plate et les débuts
de faux plats montant de pistes bien larges, DFCI forts nombreuses dans cette région de ski de fond,
activités de mushing et sports d'hiver divers ;)..noyée dans la masse, on est tentés parfois de vouloir
se dégager, mais non, on a dit économie !!
Rythme de marche à bonne allure, rando sportive !! Et vu qu'on attaque de suite par la plus grosse
ascension du parcours, on y va doucement mais sûrement... ça sert à rien de courir pour nous
lambdas du trail !
La montée est agréable, car on progresse bien, sur terrain alternant gravillons et herbe fraiche !!
Ca serpente large, pas de difficultés, comme à l'accoutumée les claquements francs de bâtons
,raisonnent dans la nuit noire et obscure ;););)
Sur la DFCI, des petits flambeaux sont plantés pour jalonner le début de la montée, ça crée une
petite ambiance Koh Lanta , drôle !!
Bonus
La blague du jour 1er essai...un des traileurs balance d'un coup, comme ça à qui veut, je cite « je
connaissais la descente aux flambeaux, mais pas la montée aux flambeaux »...mais alors un grand
moment de solitude, car pas un rire ni une réponse, dommage...mais attention il n'a pas dit son
dernier mot ;)
Un peu plus haut, un petit groupe d'accompagnant y aura droit, blague du jour 2ème essai, il remet
ça haha...ouéeeee ils applaudissent en plus, il aura trouvé enfin son public !!
La 1ère petite bosse passée, nous voilà toujours sur la DFCI en légère redescente , histoire de se
rappeler qu'il faut courir de temps en temps , on emprunte un brin de route et l'avantage d'y voir des
accompagnants toujours là pour encourager...on sort de notre bulle quelques instants ;)
On regagne très vite une DFCI, c'est toujours bien roulant et plutôt progressif, grosse randonnée
nocturne...pas assez plat pour courir, toujours le dilemme...les meilleurs eux ont surement couru !
Bon allé je passe en mode musical, casser la monotonie, mon set électro favoris de Kungs, notre
petit dj favori... découvert en juillet dans le sud-ouest dans un festival électro ! Ça va me booster !
On arrive dans un domaine privé, une clairière, voilà des sons de cloches ! Oh des vaches du
Vercors !! 1ère rencontre avec la vie sauvage, enfin en pâturage ;) top !
De la vache sportive, elles grimpent bien, elles chahutent et passent entre les coureurs, risqué cet
ultra ! J'adore l'ambiance !!
Assez vite après avoir dépassé les copines, le sentier se profile déjà, fini la DFCI, cool !
Punaise ça bouchonne ça y est, j'hallucine !! on est stoppés net !! bon...classique sur un ultra au
début ;) on est loin du dépaysement haha... «allez on se bouge devant» on entend, les p’tits malins
qui perturbent les rangs.
Bon, passé ce bouchon, on sent que ça grimpe enfin réellement, petit single qui serpente, ambiance
montagne quoi, c'est cool malgré le dénivelé plus sévère...et nous voilà à découvert d'ailleurs, le
vent frais annoncé au départ commence à se faire sentir, ça va piquer là-haut !!
Commence la longue lignée de frontales, les lucioles en file indienne, plus de bouchons, mais
toujours en rang reste très serrés hein ! Plus de plaisir, car on sent qu'on approche du 1er sommet de
la course ! Enfin !!
Le vent glacial confirme l'imminence du sommet, fini l'effet sauna de la masse de coureurs prend
fin ici...on se couvre ! Bien au chaud dans mon imper la fin est splendide !!
Les derniers lacets sont raides et glissants, on est en bord de crête, un 1er panorama à découvert
laisse entrevoir la plaine en contrebas et les reliefs encore noires de Belledone en face, encore
quelques mètres et le pic est là !! les rafales aussi ;) On y est, c'est le sommet !!!
Arrivée au Pic St Michel, ça souffle fort, le sentier est en léger décalage avec la crête, je décide de
m'avancer au bord sur le pic, la croix qui surplombe le vide...
Un bon paquet de coureurs tracent, sans profiter...
On distingue les cimes de Belledonne, les nuages qui bordent les sommets aux 1eres lueurs...mais
trop tôt pour un lever de soleil, trop rapide ;););)
Pas le temps de prendre la photo, ça pique, ça sera un souvenir juste pour moi. Instant magique, pile
poil sur la partie du set que je préfère, une basse sensationnelle qui frappe tel un battement de
coeur ! Le kiff !!
Je repars, je m'arrache à cette vue magique, car bon faut pas oublier que c'est une course pas une
rando haha, j'ai saisi l'instant présent en éclair...il est temps de replonger côté village au coeur des
alpages ! Direction Villard de Lans !
On passe un p’tit bout de crête encore, single très étroit, terrain rocheux, flanc de falaise, ça court
pas franchement, ça souffle bien toujours, mais en intermittence à l'abri d'une crête, et d'un bout de
vue sur la vallée, ça force à courir, le côté vivifiant peut-être...on est encore fougueux à ce stade !
La descente amorcée doucement mais sûrement, un dernier point de vue, le Col de l'arc nous offre
un dernier panorama sur le plateau de Grenoble, site de parachutisme avec le pic St Michel...
l'envie de rester là à contempler, un peu frustrant...Je trace pour profiter d'une belle descente hop !!
A partir de là, une jolie descente rocailleuse, suivi d'un sentier valléen assez doux, alternant sousbois
et vue sur les plaines verdoyantes...le jour s'est levé, c'est agréable de dérouler un peu car c'est
vallonné...Villard arrive au fond
Petite bosse qui plonge vers la petite bourgade sur un single étroit...une bascule sur l'autre rive se
fait sur un charmant petit pont en bois en contrebas pour joindre la piste....on distinguait nettement
un long chemin de promenade qui s'étire vers le coeur du village depuis la haut, le contraste était
superbe...
L'entrée dans le village se fait donc par cette belle piste de promenade, les locaux sont la...il fait
toujours frais, descente tout doux, je trotte lentement pour admirer déjà le sommet depuis lequel on
est descendu et les crêtes qui nous dominent à présent, nous voici au coeur des alpages !!
Arrivée à Villard de Lans, 17 km il est 7h50...
Forcément ça va, à ce stade, juste le froid qui pique...on ne va pas trainer et je ne manque de rien
encore ;) donc coca-banane et ça repart !!
J'ai juste été rattrapée par une féminine dans le sentier valléen, elle est déjà loin d'ailleurs ! Une
autre revient sur moi après quelques mins au ravito...OEil vif, je suis dans le viseur !!
Celle-là guette haha... Elle repart avant moi... à suivre...
Je repars vite, faut rester chaud...traversée du village, bitume oblige, aie aie aie... Si paisible à cette
heure-là tant mieux, on rejoint vite une large piste à la sortie...Elle borde la montagne et longe le
village sur 1 bon km de plat. On trotte un peu du coup, tout tranquille...vue dégagée toujours !
Je remarque un traileur qui est lesté aux pieds, abusé, déjà moi je dois gérer mon rythme pour éviter
ensuite de me trainer, je ne crois pas avoir halluciné pourtant, certains ont de sacrées idées...;)
Après ce petit footing tout cool...on bifurque sur la gauche en sous-bois, pour attaquer la bosse
suivante, derrière c'est Méaudre;) ...je ne tarde pas à retrouver la fille du ravito qui me fusillait du
regard...Montée au ralenti, je dépasse à mon rythme, et là on replonge très brièvement, elle
rattaque...le raidillon suivant, je repasse donc, trop fougueuse madame ?! La métaphore du lièvre et
de la tortue s'engage..;)
Pas de trop de difficultés encore sentier très large, le terrain est meuble, terres et feuilles d'automne,
c'est douillet...
Cette partie plutôt monotone me laisse peu de souvenirs, hormis ma « fidèle » concurrente...sans
surprise à la 1ère redescente, qui rattaque aussi sec !
Un petit single de descente tout en courbe, je retiens tout de même, il faut en garder pour après...Je
reste sage et évite le plaisir des pointes en descente ! Tout le monde met le frein !
On rejoint la route pour Méaudre à présent à la sortie de la DFCI, toujours plaisant de replonger
dans la plaine vers un nouveau petit village, une jolie route de campagne...et toutes les prairies
autour !
Il fait bon à présent, du soleil qui réchauffe un peu les os... ;)
Il y a plus de monde à l'entrée du village, plus d'ambiance, certains ont la cloche typique de
montagne, top !
Voilà Méaudre, 25 km il est 9h12...
Beaucoup plus de monde, plus d'effervescence, un speaker et de la musique...on est au point de
relais, car le 86 se fait aussi en relais de 4, donc ça fourmille ici !
Sur le solo, léger décalage, là où les relais enclenchent le turbo, nous on est des lents qui carburent
au diesel !! Pas de soucis particuliers...bon physique...la pause sera courte.
Je me fais plus plaisir sur ce ravito, Tucs, euh banane aussi je crois, Coca et flasque de St Yorre !
Apport en sel !! Chacun sait ce qu'il est capable de digérer en théorie...l'expérience...
Les bénévoles sympas, me font un petit point météo, du soleil avec 17°, idéal nous sommes tous
d'accord !
Le camel et c'est reparti avec une dernière pioche dans les chips ;)
Su cet ultra je décide de bien manger à tous les ravitos...je me fais plaisir ! Je repars en marche
tranquille...
Cette fois le but c'est Rencurel, mi-parcours, et le sac d'allègement...pour se refaire un check up !
Nous voilà repartis pour la forêt et ses longues pistes, le côté un petit peu monotone des sous-bois,
tout se ressemble encore beaucoup alternant des pistes et singles en forêt ou en alpage...
j'étudie jamais le parcours dans le détail et ne retient rien d'ailleurs toute façon ;)
Je pars à l'aveugle comme souvent, et je découvre à mesure, je tends l'oreille quand les coureurs
lâchent quelques infos tout de même !!
Les kms passent et ressemblent, j'ai hâte d'arriver à Rencurel...les jambes se raidissent un peu déjà,
une petite fatigue musculaire, mais aucune douleur, cela me semble normal, mais j'y vais tout doux
donc pas de raisons que ça n'aille pas...une légère baisse de régime dans les montées tout de même
voilà tout !!
C'est agréable, cette nature verdoyante, et ces températures d'automne...le terrain est assez facile, ça
permet de bien progresser...alors tout va bien à ce stade, le physique et le moral sont bons !
Je pense quand même à mon sac de change, hâte de me poser un peu et de refaire une beauté ;););)
Après une petite portion de route, on attaque la piste en plat et faux plat montant, monotone , mais
le frais on ne s'en plaint pas... quel air pur ! Je me remets la musique, la montée vers GROS
MARTEL se passe bien...oh ben ma concurrente folle descendeuse est encore là...elle avait foncé
dans la dernière descente … elle repasse derrière ;) sans forcer !
Arrivée au gros martel, venant du plat sur piste, on quitte le terrain douillet de feuilles et
d'herbes...on pique à présent dans le vallon...là le terrain est plus accidenté , ç'est casse-patte un peu
hein ;););)...une féminine devant...Tout doux ! Tranquille !! On ménage la fibre musculaire.. Pas de
folie en descente !
Belle descente toujours à l'abri, dans les bois, on débouche dans les gorges, mini bout de route,
aie...mais de beaux pics rocheux qui ondulent tels des vagues...Vertigineux !
Petit stop de 2 mins pour profiter de cette belle vue, certains prennent des photos, ou filment en go
pro comme souvent...
Je ne prends pas de photos, pour l'instant j'ai envie de progresser, en appréciant ce que je vois, mais
c'est tout !! Se déconnecter du mobile et se libérer du « tout immortaliser partout et tout le temps » !
On continue la descente de fond de vallon, reprise de la piste, très vite en single pour franchir le
PAS DES RAGES...et ensuite dernière bosse avant Rencurel !
Une féminine qui était devant, mais arrêtée pour faire une photo, ne tarde pas à revenir sur moi,
voulant rattraper son stop précédent...Je présume ;)
Je maintiens toujours ma petite allure tranquille, je ne m'emballe pas...
La grosse redescente vers le fond de vallon est enfin là, je sais qu'ensuite une seule bosse nous
sépare de Rencurel...Mon seul repère, le profil qui est imprimé sur le dossard, commun à tous les
ultras !
Pratique, moi ça me suffit, ni montre, ni étude approfondie du parcours...au feeling, aux sensations,
ça passe ou ça casse ;) une belle descente dans les gorges à présent...sous les parois rocheuse,
superbe !
Arrivée sur la route, on longe l'accotement, un peu violent les bagnoles qui passent, mais pas
long...on bifurque vite sur le sentier et la bosse de 600 de d+ vers Rencurel !
Toujours plein de gens qui encouragent !
Allez hop ça remonte, tout doux, on y va cool...c'est le moment pour moi de sortir mes Dragibus,
dans mon ravito embarqué, la classique de barre amande et fruits secs, mais je glisse toujours mon
petit sachet Haribo !
L'instant gourmand utile aux moments stratégiques ;) ça casse la routine alimentaire qui s'installe
sur un ultra, moment de plaisir !! Non coupable, car il n'y a plus de graisse de porc pour moi
VEGE !
Je reviens sur la féminine, sans chercher à doubler, elle a bien ralenti le rythme de montée...alors go
Je continue tranquille, doucement mais sûrement...les jambes un peu lourdes, normal...RAS...sousbois
avec pistes et singles en progressif toujours, j'avance bien...
Je ne vise pas de classement du tout...je ne dois pas me mettre de pression...Forcalquier en juin m'a
suffi, abandon au 60ème :(
Ils ont eus la bonne idée d'envoyer un mail général, avec des pronostics, on me prévoit 2ème !!!!!
What ?!! Je me suis brulé les ailes du coup...cramé partie comme une championne MDR
Là...cette fois...calme !!! Je vais aller au bout, et au but, voilà tout ...
Voilà enfin Rencurel qui se profile au loin, au milieu des prairies et des alpages toujours...longue
piste en plat descendant dans l'herbe, pour prendre le temps d'admirer le point stratégique de micourse...
et tout ce p’tit monde qui attend de toute part !
Au son des cloches et des encouragements, nous voici arrivés sur le clocher du village,
prédominant, ce charme typique des villages du Vercors et de tous les villages qu'on traverse !! Un
régal !!
Voilà Rencurel, 40 km , il est 11h50...
Le soulagement, un réconfort à l'arrivée au ravito, plus les bornes se rajoutent et plus les ravitos
sont salvateurs... sur de telles distances, c'est au mental étape par étape, ravito après ravito...
Là, il s'agit de bien manger, vraiment ! Se reposer ! Se changer...Tel le phoenix... et repartir ;)
Pour durer, ça devient stratégique de savoir quoi manger, boire, pour se refaire et prendre son
temps, ici et maintenant...un peu de repérage, je cherche du regard le lieu de récup, je ne le vois
pas...des traileurs l'ont pourtant...Bon je mange, et je demande pas grave !
Boisson aux plantes et au sucre roux préparés chez moi...Je recharge de ce délicieux breuvage testé
en prépa !
Pain, fromage, Tucs, chips...Plutôt salé ! Et toujours Coca, eau gazeuse...C'est toujours sans
vraiment l'appétit, mais il faut s'alimenter...voilà tout...le fromage, bon toujours un régal si si ;)
tic tac, tic tac...l'effervescence autour de moi...
Je me décide à prendre mon sac et à me poser...ça ne durera que 10 mins...plus fort que moi ;)
Ah...peu de chaises, c'est full...bon je m'assois au sol ! géeeenial ! Allé ça se libère après quelques
mins, changes, friction aux huiles essentielles et nok aux pieds...Ça repart déjà!!
La fougueuse des débuts est déjà repartie, elle se changeait quasi à cote de moi!! Une autre féminine
jusque-là pas croisé, là aussi, repart avant...
C'est ce qui me fait repartir aussi, car ça reste une compet, du coup toujours un peu de pression...
Je me suis un peu occupé de moi, et puis c'est bruyant ici, allé hop je me remets dans la course au
calme !!
La portion suivante...repart sur la route en légère remontée, c'est la vraie campagne toujours, une
grange avec des poules, des engins agricoles...c'est si paisible !
Une brise bien fraiche souffle lorsqu'un nuage s'invite...Du coup, j'ai laissé mes manchettes à miparcours,
je me demande si c'était une bonne idée tiens ! Zut ! Bon j'arrête de faire la frileuse !
Ça devient vite une piste bien progressive à travers les champs, les granges, côté droit tous ces
petits groupes de vaches vautrées dans le pré, dominé par les barres rocheuses qui surplombent
aisément, le bonheur est dans le pré c'est sur ;););)
Je les prends en photo, immortaliser le bien-être animal ! Ça compte pour moi !
Petit bout de sentier verdoyant sur du plat, je trotte un peu, j'essaie de courir là ou c'est possible et
pas trop de rando, garder les muscles chauds et la motivation le plus possible...
Je reviens sur la fougueuse des débuts, souvent sur des légers plats montants, elle marche lentement,
là où j'ai ma bonne allure de marche dès que ça monte... tranquille je poursuis sur la piste... Le sousbois
désormais pour rattaquer le dénivelé restant avant le Pas de Pertuson...sur la barre rocheuse !!
Pas de difficulté sur le début de montée, à l'approche du Pas de Pertuson, un coureur demande à un
randonneur combien il nous reste...10 minutes de single encore boisé, et puis il nous annonce la fin
donc très proche...mais très raide !!!!
Ca me semble normal, vu la courbe sur le dossard à cet endroit, comme une grosse vague qui forme
un début de rouleau...J'aime bien les raidillons, vraiment, il va pas être long en plus...Ça le fait !!
Les jambes ne sont pas si mal, raideurs musculaires bien sûr...raides comme le déniv haha...
Le prochain ravito est assez proche...plus que cette bosse et on peut replonger ensuite vers Autrans !
Punaise la fin est sacrément raide on ne nous a pas menti, ça me plait moi !!! Pas de vue sous la
barre rocheuse ombragé...et bordée par les arbres... mais ça grimpe fort, ça sent la fin ! La
délivrance après quelques virages sous l'admiration des badauds ;););) portion ambiance haute
montagne...
Nous voilà, après quelques applaudissements partis pour la vallée en contrebas, on pique vers la
route...Jolie portion de piste sableuse et d'herbe fraiche, toujours cette nature splendide, verdoyante
et boisée qui nous entoure !
J'attends avec impatience quand-même ce ravito, j'imagine m'asseoir un peu, car les jambes sont
lourdes là...
De plus en plus le ravito est un grand moyen de réconfort, au-delà de rythmer la course et la
progression...
N'ayant aucune montre je suis un peu toujours dans le flou, guidée par les infos qui fusent entre les
coureurs ou les gens, le profil du dossard ou les points de ravitos...à l'aveugle...on y va et puis on
verra !
Je préfère avancer sans notion de distances, sans risque d'infos contradictoires balancées à tout va et
des kilométrages censés rassurées...l'état d'esprit influe tellement sur la volonté de continuer...;)
J'aime avancer sans me soucier de l'avant et de l'après...l'instant présent est mieux...il nous
reconnecte à nos sensations...je commence à sentir l'impact musculaire des kms, de plus en plus dur
de relancer pour trotter, bon la routine, faut rester observateur de la nature, et de tout ce qui se
passe, avancer pas à pas vers une autre étape salvatrice ! Ravito désiré toujours plus ardemment... !!
A l'issue de cette descente progressive dans le vallon, on devine déjà au loin la petite bourgade qui
nous tend les bras...son beau clocher prédominant, les pâturages, la route qui sillonne la vallée...
On arrive sur un replat, puis légère remontée, on longe les pâturages à présent, le village qui
s'approche...et de loin des petites silhouettes qui virent à droite à la sortie du sous-bois...en tout droit
sur le village ! Aaaaah voilà...on arrive enfin !!
Village d'Autrans, 53 km il est 14h12...
Je sais ce que je vais manger, c'est invariable, Tucs, chips et surtout chips ;) c'est si rare, ..eau
gazeuse, Coca ! Aucun souci de digestion ! Régime à succès je crois...
Je vois des kinés, pas mal de gens qui accompagnent, et des coureurs qui sont à l'arrêt en soins
intenses donc ;)
Tentée de me poser sur l'herbe, de m'arrêter comme je projette tout le temps, encore une fois je
choisis de repartir assez vite...peut-être les gens à l'arrêt ça me fait fuir...une féminine était déjà là,
elle ne se met pas de pression, elle semble dire qu'on est large sur les barrières horaires...17h20 ici
Ma dernière poignée de Tucs, que je mange en repartant...je repars toujours avec des Tucs plein la
bouche;);)
Je jette un dernier coup d'oeil, je ne m’assois pas...c'est reparti !!
On repart sur un gros bout de route pour sortir du village, gauche, encore gauche, long trottoir, puis
petite remontée, carrefour à gauche, puis droite, ohhhhh celle-là de portion !! Plein cagnard, le
bitume, toujours une traversée du désert, après tant de kms et vu l'heure...Ça fait râler !... Roh !
Ça cogne, mais à la fois, loin des chaleurs caniculaires ! Bon...je me remets à courir un peu...
Puis la route, c'est toujours plus difficile, le goudron anéantit la motivation...;)
Reprise de la piste après notre km de route, courir au ralenti, faut accepter ;) on avance de moins en
moins de toute façon !!!...Mode diesel ! Mode ultra !!
Belle piste sur plat avant de retrouver refuge dans les bois, un photographe sur la droite, l'occasion
de décrocher la photo souvenir...marcher ou courir, être ou paraître, telle est la question,
sinusoïdale ;););)...Mais...le bonheur est irréductible............oula je délire !
Je pointe les doigts en l'air, le smile, c'est quand même LE souvenir !
Je marche avec ma saharienne, la randonneuse quoi....Euh...mais bon je fais du trail sinon hein...je
lève haut les pouces et c'est la tête contente ! Cheese !!
Objectif ravito à 8 kms, là les départs de ravito c'est déjà espérer et s'arrocher au prochain...Rêver le
prochain buffet, c'est ça qui devient abusif ! Il n'est pas loin ça motive, on va pouvoir marquer un
autre stop, assez vite...;) On pousse la machine...On la traine... Relancer devient vraiment galère sur
le plat ! Va piano , Va lontano !!!
Le rythme de course est stationnaire à présent, voir peu encore plus se ralentir...toujours un peu les
mêmes concurrent(e)s, en légère alternance montée / descente...un peu nos repères de course...plus
proche est le ravito à présent ! Ça booste !!
Les bois, les pistes caillouteuses, puis des petits sentiers toujours assez réguliers, aucune grosse
difficulté...une motivation qui se ressent plus trop dans les muscles, et des petits moments de
faiblesse...Ça commence le parcours au mental !
Ma rivale, elle, n'est toujours pas revenue......en petits groupes...ou en individuel…on progresse ;)
Les signes avant-coureurs, si je puis dire, des gens qui bordent le sentier... à mesure que le ravito
arrive...la ferveur aussi ! Son de cloches ! Acclamations !! Longue sortie de piste en pente légère !!
Ça redonne des jambes un peu...sur les derniers mètres ;););)
Ça devient dur de courir...chaque montée étant l'occasion de souffler, assez bizarrement, le corps se
remet en slow motion et se repose...
Là pour les derniers 100 mètres, la foule en délire !!!! On force, on force !
Ça fait du bien d'arriver là, le soulagement, une étape symbolique de plus, je vais m'allonger cette
fois et me décontracter vraiment...
Ravito de Gève , 60 km il est 15h36...
Un monde pas possible ! Les gens se sont déplacés en masse...
Il y a un comité d'accueil, pourtant le ravito est au croisement de DFCI, à la sortie du sous-bois et
non en plein village...mais c'est toujours aussi convivial la montagne du Vercors ;););)
Ambiance champêtre là-haut, grosses toiles de tente pour le ravito, petite cabane style roulotte en
bois qui fait office d'infirmerie, petit chalet et ses jardinières en bois brut !! Typique !
Le brouahaaaaah complet…loin des balades calme de montagne du we, c'est la foire au saucisson
là-haut !
Ça fait toujours bizarre quand on sort d'une ou plusieurs heures d'errance sur les sentiers de
montagne haha
Après s'être frayé un chemin parmi les badauds, place à la routine du ravito... Au menu fromage,
chips, Tucs...et hop on fait le plein !
Le ravito c'est le moment plaisir où on sort de notre monotonie alimentaire de course...Du coup un
casse-tête devant tant de choix... L'effort met le physique à rude épreuve, faut se forcer à manger car
la sensation n'est pas toujours là...Je mange avec plaisir grâce à mon appétit rarement contrarié...
J'en ai plein les jambes on peut dire, mais le moral est bon lui, pas de nausées ni migraines, ce qui
m'arrivait souvent dernièrement et qui annonce souvent un abandon...Je sens cette fois que je peux
aller au bout, lentement mais sûrement !
Je scrute l'horizon à la recherche d'un endroit paisible pour me poser...et pour soulever les jambes
pour refaire circuler les petits vaisseaux sanguins ;););)
Technique utilisée par les coureurs, il n'y a pas forcément de réelles preuves là-dessus...j'y pense
depuis un moment maintenant, aux ravitos précédents d'ailleurs, cette fois je ne repars pas de suite
et je m'allonge...je me détends
La fourmilière ce n’est pas hyper reposant...;););)
Je relève les gambettes, je crois que les secouristes présents aux ravitos me regardent un peu, ils
veillent...Je ne me sens pas hyper tranquille pour me détendre, je m'accorde 10 mins...la tête un peu
lourde
Je ne suis pas totalement relâchée, à la fois il faut pas trop traîner, j'ai envie d'un temps correct...vu
que le physique est pour l'instant très favorable...je ne tarde pas après ce repos forcé !!
Entre ceux qui repartent...ceux qui arrivent... drôle de chassé-croisé ! Les exaltés ou les exténués !
L'aventure humaine doit se poursuivre...Chacun dans son coin seul ou avec ses proches...;)
De mon souvenir, et de ce que j'ai vu sur le profil du dossard, la majeure partie qui suit se fera sur
des crêtes en vue directe sur la vallée menant à Grenoble...J'avoue que j'ai hâte de goûter à ce
panorama !
Je refais le plein d'eau, j'empoigne quelques Tucs...et me voilà repartie...
Je me sens assez bien, sachant qu'il faut rester tranquille, car il va falloir remonter un peu encore
avant les crêtes...Jambes engourdies et contractées, mais j'ai fait ce qu'il fallait pour me reposer et
espère éviter la migraine, j'ai été raisonnable...j'ai bien pris soin de moi tout le long...;)
Je commence à attaquer la montée, large piste toujours et traversée en sous-bois...
J'aperçois une féminine, je ne savais pas trop où elle en était depuis le dernier ravito, chose
sûre...celle qui jouait au turbo dans les descentes, n'est plus là depuis un moment...;)
Peu de souvenirs de l'ascension vers les crêtes, ce sont ces moments communs à tous...je crois...ou
dans notre bulle...pour réconcilier le physique et le mental...on est happés par l'introspection !
Des larges pistes verdoyantes le temps de s'engager sur les crêtes...
Une fois la promenade dans les bois finie, c'est un peu le soulagement, on aperçoit le joli panorama
qui bordera le sentier ! Plutôt vallonné au début...la progression se complique
On attaque un single étroit et sur terrain irrégulier...c'est rocailleux et on ne peut pas vraiment
courir...Ça casse le rythme, les jambes !
Certains sont vraiment arrêtés appuyés sur leurs bâtons, souvenir d'un coureur qui boîte carrément,
punaise je suis encore bien à côté...mais d'autres doublent énergiquement, whaouh.......... !!
Je suis tellement contractée, je pense qu'on s'approche de ce qu'on appelle des crampes, je n'en ai
pas, je cherche toujours à me convaincre que c'est pas ça...pour le moral c'est mieux, mais je
commence à fortement ralentir...
Le ravito est non loin de la sortie des crêtes, il faut se raccrocher à cette idée, la progression est très
lente...j'ai un début de migraine, je crois, enfin je sens que ça me prend la tête...l'expression prend
tout son sens dans ces moments-là...purement physique ou mental ?!
Je profite d'une petite butte toute dégagée offrant une superbe vue, beaucoup s'accordent une petite
pause ici, je décide de me poser...de m'accorder un petit moment contemplatif, pouvoir capter tout
ce qu'il y a de beau...on est là pour ça ;);)
Ça se rafraîchit depuis quelques kms je trouve, je me mets la sous-couche chaude avant d'avoir des
sensations désagréables, c'est un petit réconfort d'ailleurs...un textile propre et chaud !
Les petits points de vue dans les virages...sont autant d'occasions de souffler un peu et d'admirer le
paysage, ça fait du bien pour progresser dans ce dédale de rochers qui nous plombent le
rythme...photos souvenir de la vue...mais les Selfies no way !!
Il y a vraiment des vues vertigineuses, des petits bouts de singles qui donnent le vertige...ça me
déroute par moment...j'avance tout doux...wooooh
J'entends des coureurs qui donnent le kilométrage, comme souvent il y a des légères différences, ça
brouille toujours les pistes...trop ou pas assez...info ou intox...éviter les infos déstabilisantes, je me
passe de technologie ;)
J'avance plus trop, je ne trotte pas, j'ai le moral en baisse...les pointes aigües d'un côté du crâne...la
migraine qui poindre quasiment...
Certains semblent sur une bonne lancée, ils doublent, je m'écarte facilement pour laisser filer ceux
qui courent...j'anticipe même...ceux qui marchent à peine plus vite, pour éviter ce sentiment de
gêner, de pas être un boulet ! Je me décourage facilement...de plus en plus...
Puis...alors que je m'apprête à laisser passer un coureur de plus...la communication s'instaure...il me
dit « ah non je t’assure, je n’irais pas plus vite que toi » d'un air désolé...avec beaucoup d'empathie
et de sympathie ;) ...Je sens assez vite que je vais jouer les lièvres...Et ça c'était pas prévu haha
Le traileur providentiel qui va me sortir de ma galère...et réciproquement à priori...
Cette dure traversée sur les crêtes, qui était à mon idée la partie la plus belle, est un petit
calvaire...j'ai pu immortaliser quelques jolis panoramas et contempler le paysage...mais je suis dans
le creux de la vague là...j'avoue... :(
La conversation s'engage facilement, on partage notre ras le bol respectif, évidemment...puis assez
vite...on s'emboite le pas...à mesure qu’on papote...on avance de mieux en mieux ;)
J'en ai encore sous le pied, sans trop tarder on finit par revenir sur des DFCI sur lesquels il faut un
peu courir...je sens que ça va mieux ! Des ressources cachées !
Il se raccroche à mon rythme, cela me pousse à avancer aussi...hop plus de migraine...
Leçon, il n'est pas toujours bon de faire cavalière seule, et sur la fin c'est au mental comme on dit
souvent ;);)
En bref...on s'est repêchés mutuellement...nous voilà bien avancés vers le dernier ravito !!
Echange de nos vies respectives, passions, loisirs, parcours sportifs...Tous deux en couple...le but
est vraiment de s'entraider simplement, pour aller au bout dans les meilleures conditions...et ça
marche ;)
Je lui fais même découvrir les Haribo, mon partenaire des coups de moins bien...il semble
apprécier ;)
Mon pote d'Ultra, est reconnaissant de le tirer un peu, je dois avouer que cela m'a aidé...c'est bon
pour la confiance...c'est bon pour le moral ;)
On se rapproche de plus en plus, quelques curieux sont là, signe du ravito imminent...il fait plus
frais en cet fin d'aprem...donc moins de foule en délire aussi
On puise fort, on envoie ce qui nous reste...on veut se reposer avant d'attaquer la dernière portion !
Après quelques longues foulées sur les pistes verdoyantes, entre replats et petits « coup de cul »
comme on dit, au prix de beaucoup de relances...nous voici débarqués sur le Plateau Sornin...Une
longue piste de plat au milieu de la verdure, de belles vaches en bonne forme en pâturage, d'humeur
espiègles, elles chahutent, comme je suis heureuse pour elles ! Au moment même où le soulagement
nous gagne...car...au bout...on voit enfin le ravito ! YES !
On est sur un large plateau avec vue sur les pâturages, un plein panorama sur la vallée, des bovins
partout, c'est vert partout...de beaux pics rocheux aux alentours...ainsi que les massifs de l'autre côté
de la vallée...Quelle belle récompense !
La MOLIERE, 75 km il est 18h48...Notre dernier ravito !!
Alors, ça s'est bien rafraîchi, le jour tombe...le soleil et ses rayons baissent en intensité...on sent très
vite qu'on va rester moins longtemps que prévu !
Les bénévoles préparent déjà les merguez sur le barbecue, ils vont se faire un festin, ou sinon les
coureurs ?! Beurk...n'en déplaise à d'autres...le gras c'est la vie il paraît ;) mais je passe mon tour...
La tombée du jour se fait sentir en renfort du vent qui se lève, ça souffle assez pour nous enlever
l'idée de rester là ...on enfile l'imper et les gants...ON NE VA PAS TRAINER
On admire un peu la vue...un troupeau de vaches devant une table d'orientation, ambiance typique,
clac j'immortalise, à défaut d'y rester sniff, on est observés ! Ce sont nous les attractions hehe...
On tombe d'accord, après un léger grignotage et hydratation, c'est bon on repart...sans trop se
refroidir, voilà qui est raisonnable...on retrouve les jambes pour en finir à présent avec cette longue
balade !
Démarre maintenant une course contre la montre, mais avec le coucher de soleil...on veut arriver
avant la nuit...idéalement, cela va nous motiver à puiser un peu plus dans nos ressources...
Nous voilà repartis à l'assaut de la dernière partie, petite montée avec replat à peine vallonné, pour
la belle plongée finale vers Lans en Vercors ;)...
Maintenant qu'on a retrouvé du panache, de la force d'on ne sait où, d'ailleurs...on a envie de viser
un temps...On se met un objectif ! C'est bon signe...signe que notre énergie refait surface...Objectif
15h, résonnait bien, mais bon...arriver avant la nuit semble...réalisable ;)
Le crépuscule, devient un allié précieux, notre course engagée avec les dernières lueurs du
jour...nous fait progresser plus vite, plus que tout ce qu'on pensait...
On surplombe le plateau à présent, une fois passé la petite côte de départ du ravito, du sable sur le
sentier, tiens drôle...la diversité des paysages et des terrains, c'est aussi ça l'intérêt de la balade !
C'est superbe au-dessous, un plateau verdoyant , une DFCI de sable, qui se détache largement du
paysage, au fond la vallée de Grenoble et les reliefs qui ondulent tels des vagues...le soleil se
couche à l'horizon...on a droit au coucher de soleil derrière la forêt de sapins...nous voilà motivés à
décliner vers Lans aussi vite que les rayons du soleil !
Fabrice, ah oui je n'avais pas fait les présentations...;)
Fabrice donc...me fait déballer un peu mon palmarès de traileuse, et oui, bim !
Celui-ci semble plutôt impressionné, et se dit qu'il a du bol d'être tombé sur moi, comme repêché...
Il pense que j'en avait plus que lui sous le pied, sauf que, bientôt le voilà qui prend le lead, à force
de papoter, il me passe devant ! Oh !
On parle moto, ah chouette un motard, puis autres routines personnelles... nous voilà sortis
totalement des contraintes de la course... lui-même étonné de tant de ressources, si bien
enfouies...voilà qu'il accélère par moment et me devance même... haha par galanterie me laisse
repasser devant, dans un élan de lucidité...ou dans un élan de reconnaissance sûrement ;););)
Nous voici, déterminés à passer la ligne avant d'avoir à sortir la frontale, et là, plutôt improbable...Je
nous revoit, 2h plus tôt, au bout de notre vie...et nous voici maintenant en plein sprint final !
On ne fait qu'accélérer toujours un peu plus, je me sens super bien, Fabrice toujours surpris du
panache qui nous anime, des petits cabris...Je passe devant, je pousse encore un peu plus, cette fin
de traversée en duo nous a redonnés le moral, et les jambes du coup, miraculeux ;)...c'est bien vrai
que le mental est déterminant, et que l'humain est animal grégaire...inévitablement !
Rapidement, on reprend quelques concurrents...et une concurrente, dans cette folle descente...;)
Tout le monde semble au ralenti, on sent un peu d'étonnement, un regain de forme impressionnant,
on est comme frais !
Ah, alors, bien dans notre lancée, seul bémol...Fabrice (comme beaucoup) ne peut s'empêcher de
demander le kilométrage restant à tous les badauds...Grrrrr cette mauvaise
habitude...l'horreur aaah !
On court, et puis on avance, voilà tout...pour moi c'est pire que tout de chiffrer les bornes
restantes...l'effet pervers d'être satisfait ou non en fonction de sa notion (toute) relative des
distances...
Je parviens à le dissuader de continuer cette pratique, on en rigole beaucoup...voilà qui est mieux !
Dans notre descente fulgurante, on commence par se rendre à l’évidence, la lumière baisse
fortement, le soleil a disparu totalement, ça s'assombrit beaucoup...frontale ou pas frontale ??
Dans notre élan, aucun de nous 2 ne suggère à l'autre de s'arrêter...Fabrice fait 1 ou 2 tentatives vers
la fin...sans succès...;)
Prise d'une frénésie...ma vision s'adapte plutôt bien...je cavale toujours, concentrée sur le sentier,
exaltée, je ne sais pas trop comment, comme un supersens, j'acquiert la vision nocturne...JE NE M
ARRETE PLUS !!
Fabrice, suit, il ne dit trop rien, en sous-bois, enchaînement de virages sur le single étroit et
sinueux ...Lans en Vercors est visible...on attaque le dernier versant qui ne fait plus que descendre à
présent...Dissimulé jusque-là, il exprime l'espoir de pouvoir arriver à la bonne heure pour profiter
des kinés ! Eh bien...qu'à cela ne tienne, on va booster encore un peu plus...
Toujours pas de frontale, ça passe, ça passe encore...c'est chaud là j'avoue...rolala je ne sais pas
comment ça passe...mais on est en inarrêtables !
Voilà, on attaque la sortie de single...on arrive sur un bout de route, la jonction avec une DFCI, pour
enfin nous amener sur la départementale devant le village...roh punaise...on est y est...on y est !
Plus qu'1 bon km à priori, à vue de nez, le rond-point, la ligne droite vers le village...et direction le
centre de loisir...à peu près ça...mais c'est la ! On l'a fait, on arrive !
On n’a toujours pas la frontale, mais on s'en fout, bientôt l'éclairage public...mais sur la portion qui
longe le village, le bénévole nous demande de la mettre pour se rendre visibles...ahah au final, on
aurait pu la mettre en avant et éviter de fouler le sentier comme des fadas dans la noir !
De plus en plus de bénévoles, la circulation à passer...des gens un peu dispersés tout le long.…pour
jalonner le dernier km...mais l'arrivée est vraiment au bout du village...c'est donc toujours calme
La délivrance qui commence à se faire sentir, on reste constants, on est heureux ça se sent...alors
nous voilà maintenant ralentis par le bitume, ça calme tout le monde...
Le cheminement presque abouti...satisfaction intérieure retenue...on traque les indices...le regard un
peu vide, des petits animaux égarés...on esquisse un sourire pour sauver la face, ça fait plaisir aux
gens...et ça vaut mieux pour nous aussi après tout.
Si c'est pour faire la gueule, ben autant on est mieux sur son canapé, à mon humble avis ;)
On avance à 2 à l'heure, telle une petite armée de zombie...j'ai cette légère frustration de fin, ces
quelques centaines de mètres seulement qui nous séparent de l'arrivée...
Allez, c’est bon notre dernier moment de complicité, dans d'atroces souffrances...
haha mais non, pas du tout, faut pas abuser...mais par contre, la ligne droite de fin n'en finit plus...
La placette avec le parking...plus de monde cette fois, le centre de loisir enfin qui est là...en général
l'arrivée est proche !
Les gens qui nous guident, car vraiment, c'est l'errance manifeste sur la fin...C'est OUUUUUUU ?!
Bon, la voix du speaker se rapproche beaucoup, on longe le bâtiment, en nocturne malgré les
rubalises phospho et notre lucidité fortement altérée...vaut mieux que les gens nous repêchent un
peu !
La piste sur sable de promenade des locaux...au bout, c'est le parking d'arrivée. Youpi...Alléeee
Hop gauche, puis droite le sentier longe les petites maisons individuelles du fond du village...la
clairière sur la gauche...
On est aux portes de l'arrivée maintenant c'est bon...les gens qui encouragent un maximum...
LE SPEAKER...
Et voilà, c'est le moment tant attendu...On arrive sur le tapis, le chrono, on entend
biiiiiiiiip...YES !!!!
FIIIIINIIIISHER...15h48 plus tard !!! GOOD JOB !!
Check de fin...Petites félicitations respectives...On se remercie mutuellement...Quel kiff !
Il n’aura pas ses kinés, la seule déception...des potes à lui sont là, il n'est pas venu en solo comme
moi, ce qui le laissait déjà légèrement admiratif ;) comité d'accueil ! Cool !
Il ne tarde pas à me présenter, nos émotions, sur le vif et débordantes...il me met un peu sur un
piédestal, car il n'y serai pas arrivé sans moi... ouuuuh...
J'avoue, pareil...En tout bien tout honneur, aucun n'est un coeur à prendre hein !
On en a eu de la chance de se retrouver dans le creux des crêtes, on a pu finir magnifiquement
bien...dans un temps très correct, et sur de bonnes sensations !
Une leçon d'humilité, un bon défi, on a besoin de partage...
Bon...vu que je suis restée en jupette de course...on est à l'arrêt, fini l'adrénaline, alors il est temps
d'aller se rhabiller !!
Cadeau finisher, presque manqué, hop hop le gars nous a loupé ou quoi...bonjour monsieur, c'est
pour nous ? Haha la gratteuse...
Je vois une pâte à tartiner, des jus de fruit, des verres...Choix vite fait, pâte à tartiner !!!
Voilà, c'est bon je peux maintenant filer...Changes, repas chaud délicieux...la relâche
Fabrice venu en groupe suit l'organisation collective, un pote doit finir la course...je m'éclipse et
négocie juste de me faire ramener plus tard...je fais mon loup solitaire après avoir bavardé un peu et
partager notre périple commun à la croisée des chemins ;)
Les gars n'en reviennent que je m'appelle Turquoise, que je vienne seule faire un ultra, de si loin...et
que je repêche leur pote...Bref une extraterrestre hihi !!!
On réalise sans trop réaliser...la fatigue et l'exaltation en même temps ;)
En tout cas...pas d'abandon...et je perfectionne la recette de la réussite...sachant que chaque course
est une remise en question, et que le cheminement est le bonheur...!!
En bonne solitaire, je vais me rentrer dans ma tanière éphémère et me faire raccompagner...j'avais
anticipé, un peu par opportunisme...gentlemen les gars svp ;)
Ils y retourneront, attendre un pote encore en course...Eh bien il est temps de se dire ADIEU !
Fabrice doit me donner une adresse pour acheter du bon fromage, dès qu'il aura émergé le
lendemain...même le gite un peu à l'écart, quelques a/r la veille, les laissent ahuris ! Oui je suis une
extraterrestre !!
De retour dans le gîte, me voici prête à tomber...comme une masse...aucune blessure ni douleur...je
me laisse emporter tout en douceur dans les bras de Morphée ;)
J'ai vécu un moment exceptionnel...Hâte de repartir sur les sentiers...Revivre de belles péripéties !

4 commentaires

Commentaire de nanard7th posté le 20-11-2019 à 22:53:21

Quel récit et quelle mémoire !
Bravo pour ta course !
J'espère que ton compagnon de vie ne lira pas ce récit : il pourrait être jaloux de ton compagnon de course !!!
Et c'est vrai que Turquoise Océane, c'est un beau prénom !
Merci en tout cas pour ce récit qui m'a fait replonger un instant dans une course que j'aime tant !

Commentaire de turquoiseoceane posté le 21-11-2019 à 09:31:28

Oui mon copain est bien au courant, il a lu le récit, et il était amusé.
Je comprends que cela puisse surprendre ;)

Commentaire de NRT421 posté le 24-11-2019 à 21:46:16

Merci pour ce récit. Et, j'aime bien ton style d'écriture, rythmé comme une enfilade d'épingles sur un single.
Reviens vite nous raconter tes prochains "moments exceptionnels" !

Commentaire de turquoiseoceane posté le 25-11-2019 à 08:48:27

C'est une manière de se replonger dans la course effectivement, en revivant les instants précieux durant notre "pèlerinage" qui mène à la ligne d'arrivée.
Si cela est amusant à lire pour les autres tant mieux ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !