Récit de la course : Ultra Trail du Vercors 2019, par nanard7th

L'auteur : nanard7th

La course : Ultra Trail du Vercors

Date : 7/9/2019

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1087 vues

Distance : 88km

Objectif : Terminer

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

66 autres récits :

UTV 2019 - une belle journée !!!

L'UTV, c'est pour moi une longue histoire, commencée en 2011...
Une histoire faite d'apprentissage  (3 premières tentatives ratées), de remise en cause (comme en 2016 ou j'ai voulu enchainer UT4M100 et UTV)  mais surtout de grands moments de bonheur (et de fierté) comme avoir terminé l'UTV 2014 (l'édition la plus longue et la plus dure) ou cette arrivée aux flambeaux à Méaudre l'année dernière...
2019 marque ma 9ème participation en 9 éditions : autant dire que je suis un fidèle d'entre les fidèles, un sénateur, pour utiliser le terme consacré à la Transju ou au TOR des Géants !


L'avant-course...

Cette année, je suis resté plus raisonnable que l'année passée dans mes courses de préparation : pas de Grand-Duc ni d'UT4M Extrem au programme. Je me suis contenté d'une neigeuse Nivolet Revard début Mai, d'une caniculaire édition du Moyen Duc Fin Juin et d'une pluvieuse et glaciale 6000D fin Juillet.

Enfin, la météo est favorable pour ce samedi et les températures resteront fraiches toute la journée et donc, pour une fois, les conditions météo devraient être idéales !

Cette édition a d'ailleurs commencé sous de les meilleurs auspices puisque je retrouve Bubulle, Loiseau et Banditblue, illustres Kikous, dans une location de l'hôtel du Col de l'Arc à Lans en Vercors. C'est une petite maison très simple mais confortable à moins de 500m du départ et qui m'évitera de monter tôt de Varces le matin et surtout de repartir chez moi tard après la course ... Je retrouve donc mes compères de course le Vendredi AM et nous partons ensemble au retrait des dossards ou il faut faire une longue queue pour récupérer les sésames. Les coureurs ne râlent pas trop et ça passe finalement assez vite.

Cette année, j'ai le dossard 2, ce qui me vaudra des remarques amusées de spectateurs ou de bénévoles tout au long de la course devant ce soit disant "élite" en perdition !!!
Je vais serrer la main à Samontetro (traceur de l'UTV et accessoirement serre file du dernier relais) qui semble ne pas me reconnaitre ... mais comme il est sollicité de toute part, je n'insiste pas, et puis il faut dire aussi qu'une méchante barbe a envahie mon visage depuis l'an dernier ...
Pour la première fois, je zappe le briefing .... Bon, il fait un froid glacial et je connais très bien le parcours (fait en totalité, soit lors des précédentes éditions, soit leur de ma reco sur deux jours, fin Mai). Après un AAB particulièrement sympa le soir à l'hôtel ou l'équipe de Cap Bollène et sa célèbre présidente (Françoise84) nous ont rejoint (et si j'ai participé à toute les éditions, son mari, Xavier, lui, en a terminé 7) ainsi que d'autres Kikou (O'Bob, NRT421 et Tof01), je me découvre de surprenant points communs avec mes compères ...

A la fin du repas, je prends un temps fou à choisir mon équipement et je finis par enfourner un équipement digne d'une PTL dans le sac de délestage! Malgré un environnement plutôt favorable et zéro stress, je ne ferme pas l'œil de la nuit ...
On prend notre temps au petit déjeuner, et on arrive 15' avant le départ, malheureusement il est trop tard pour faire une photo avec les Kikous devant la fameuse banderole Kikourou qui se trouve juste devant la ligne de départ, déjà bondée.


La course ...

5h du matin ... les fauves sont lâchés !
Je pars tranquillement avec Banditblue et Loiseau mais il prend rapidement les devants. Bubulle est parti lui plus vite avec en tête une grosse performance !

Le départ est classique. On passe par la Combe du Crêt, les Barnets pour rejoindre l'auberge des Allières. Peu après le Collet du Furon, on rencontre le premier bouchon et pendant 10' on n'avance pratiquement pas, je sais que ça ne va pas durer, mais c'est surprenant pour un UTV.
Comme prévu, à la fraiche, les 900m de D+ se font sans effort apparent et on arrive rapidement au Pic Saint Michel en 1h41' avec 10' de retard sur le plan prévu. Je jette tout de même un coup d'œil sur le sud de Grenoble ... j'habite juste en dessous ! Vision incroyable de la ville qui s'éveille ... On attaque la descente vers le col de L'Arc et là je suis particulièrement prudent dans la descente assez technique.
Après le col, avec Banditblue (Valérie) on déroule tranquillement jusqu'au sentier Gobert. C'est sur ce sentier que je vais renconter Trixou (Gilles) avec qui je vais faire un bon bout de chemin. Il vise les BH et Arclusaz lui a conseillé de me suivre !  


Après un peu moins de 4 km sur le sentier, on prend un raidillon étroit qui nous emmène vers les Cochettes et le Pont de l'Amour. C'est dans cette descente que des douleurs assez fortes au deux genoux apparaissent. Ça promet pour la suite ! Mais heureusement pour moi, lors de cette édition il y aura finalement assez peu de descentes de cet acabit et je n'aurai jamais plus aussi mal que dans cette descente.
Juste avant d'arriver dans Villard, les deux premiers relais me dépassent ... c'est juste phénoménal leur vitesse !
On se retrouve avec Valérie et Gilles à ce ravitaillement au moment où Françoise en part, elle ne semble pas au mieux...
Je suis un peu en retard sur le plan, mais ce n'est pas grave, les sensations sont plutôt bonnes à ce moment de la course.

Villard de Lans - 03:07:41 (361/393) - 16,3km

On repart tranquillement en groupe direction le col de la Croix Chabaud
Chacun adopte son rythme, mais on discute pas mal avec Trixou. Après le sommet on relance un peu pour arriver pratiquement dans les temps à Méaudre.


La montée vers Méaudre me rappelle de bons souvenirs, il y a un an exactement accompagné de Janos et de deux autres coureurs, on était sur cette même route encadré par les bénévoles qui portaient les flambeaux et nous encourageaient pour le final !

Méaudre - 04:50:49 (348/390) - 25,8km

Trixou s'arrête 500m après le ravito dans un pré pour manger au soleil et au calme ... je le rejoins quelques minutes après. Ca fait du bien de s'assoir ! Mais il faut vite repartir vers le Gros Martel (je me suis arrêté près de 15' au total, ce qui n'était pas prévu)
Je redoute particulièrement cette longue montée. Contrairement à la trace prévue, on attaque directement dans la piste de Ski, je crains un coup de mou, mais non ! tout va bien et on avance avec un bon train avec Gilles. Valérie nous suit d'un peu plus loin.
On arrive au Gros Martel pour entamer la descente qui va nous emmener à la Valette point le plus bas de cet UTV. On emprunte un sentier bien raide puis on rejoint un large chemin forestier dans une combe pour rejoindre ensuite une route qui nous mène au sublime Pas des rages.
J'apprécie beaucoup plus ce passage que lors de ma reconnaissance (il y tombait des trombes d'eaux fin Mai). A la Valette, un petit coup de cul (400m de D+ quand même) ne nous fait même pas peur, c'est même plutôt agréable.


Une rapide descente et on arrive à Rencurel après un peu plus de 8h de course, largement avant ma barrière théorique des 14h.

Rencurel - 08:40:01 (353/375) - 41,6km

Au ravito, je me prends une soupe de vermicelle et je rejoins Trixou qui s'est affalé sur une chaise et a décidé de prendre son temps. Je récupère mon sac et je me change de la tête aux pieds !
Je me bats avec le chargeur de ma Garmin un moment et je prends le soleil ... qu'est-ce qu'on est bien ... au bout de 30' je me décide à partir, je ne veux pas prendre de risque avec les BH mais trixou ne veut pas bouger ! j'essaye (un peu) de le convaincre de venir avec moi sans succès alors je décide de repartir seul.

Je pars vraiment doucement au début, ma montre et sa batterie de recharge à la main. Dès qu'elle est suffisamment chargée, je range le tout et je reprends un bon rythme en alternant marche rapide et course sur un chemin agréable en faux plat montant. Il commence à faire chaud . 
Cette vallée de Rencurel est vraiment superbe et on a du mal à croire qu'on va réussir à passer de l'autre côté vu la hauteur des falaises !
Sur le chemin, un organisateur est assis sur une chaise, une petite caisse sur les genoux et me propose un bout de Reblochon et un Tuc que j'accepte. Quel bonheur de déguster ce bout de fromage !
On est de plus en plus seul et seuls les derniers relais féminins me dépassent encore.



La montée du Pas de Pertuisson est fidèle à mon souvenir mais sur les 100 derniers m de D+, j'accuse le coup ... Il faut dire qu'on approche les 50Km et les 10 heures de courses ... Le plus surprenant c'est que je pense au premier à ce moment-là en me disant qu'il est probablement arrivé (ce qui est effectivement le cas !).  La longue descente est un peu piégeuse mais finalement, seule une petite remontée avant d'arriver au village me fait un peu râler ...


Autrans - 11:16:16 (322/340) - 53,8km

Au ravito, petit moment de panique, je pense qu'il ne me reste plus que 4h15 jusqu'à la BH de la Molière distante de 22km. Heureusement un organisateur (plus lucide) m'indique 5h15 ... Ouf !!! Facile … (C’est ce que je pense à ce moment-là).
Pourtant, c'est dans cette partie que je vais connaitre un vrai coup de mou (sans lequel un ultra ne serait pas un ultra). Soudainement, dans la combe qui mène à la route des Epérières (pas loin de la grotte de la Ture), je n'avance plus ... plus de jus …
Je m'arrête pour reprendre mon souffle ... je repars difficilement ...
Je me fais alors dépasser par un couple, l'homme pousse sa femme, une main délicatement posée sur les fesses de sa compagne (en petite jupette). Je leur propose d'échanger ... puis réalisant l'ambiguïté de la proposition, je confirme que c'est moi qui aimerais bien être poussé. Eclats de rire. Bon, ils déclinent !!! Même si physiquement, je suis complètement à la rue à ce moment-là, le moral reste bon !
Je les redépasse rapidement dès la descente suivante et je renouvelle ma proposition sur la montée d'après ou évidemment ils me rattrapent  .. La même scène se renouvellera plusieurs fois... Ils ont dû me trouver un peu lourd sur le coup...
J'arrive à la fameuse sente tracée par Samontetro ou je m'étais promis de courir pendant ma reco. Tant bien que mal, j'arrive à trottiner mais Dieu que c'est dur ... Je finis par arriver à la piste forestière qui même au refuge de Gève.
Là, on fait un petit détour vers le Lac de la Naiveté qui est moins beau que pendant ma reco fin mai, il a perdu ses belles couleurs printanières et ressemble plus à un étang. (Il y a des champignons mais plus les escargots). Avant d'arriver au Ravito, petit à petit, je sens que la forme revient et je recours à nouveau sur la large piste qui nous emmène au refuge de Gève ...


Refuge de gève 13:09:40 (315/330) - 61,8km

Pour le coup, là, c'est un peu plus chaud pour la BH (3H20 pour presque 15km avec les terribles crètes du nord Vercors et au moins 700m de D+ ...)
D’ailleurs, de nombreux coureurs abandonnent. J'essaye d'en convaincre un de repartir avec moi en lui répétant ce que dit toujours Samontetro "tant qu'on est en course, on peut avancer" (ou quelque chose dans ce genre !).
En tous les cas je ne vais pas me laisser abattre et je repars le mors aux dents avec une énergie décuplée ! J'ai décidé de tout donner sur les 10 prochains km (sachant qu'après la Sure c'est plus roulant) quitte a ramper après la Molière !!!! Et puis je pense à Coco à qui j'ai donné RV à 19h15 (avant la course) au pas de la Clé, j'ai tout juste une heure pour y arriver.
Et encore une fois la magie du trail va s'opérer : je fais une montée au pas Brochier mémorable ! Je suis sur un petit nuage et j'attaque les crètes très confiant avec une belle allure sautant de lapiaz en lapiaz tel un cabri (bon, la réalité est un peu différente ...).   

Peu avant le pas de la clé, J'aperçois Jean-Claude (Coco38) et je lance un tonitruant "COCOOOOOO" qui doit s'entendre jusqu'à la Molière. Il est 19h16 !!! On immortalise la rencontre par un Selfie et je prends mon temps pour discuter un peu ...


Pendant ce temps la dizaine de coureurs que j'avais dépassés depuis le pas Brochier passent devant nous. A regret, je repars en reprenant un bon rythme, redépassant tous ces coureurs. A un moment un coureur trébuche et hurle de douleur, il s'est probablement fait une légère entorse, il est accompagné alors je continue. Malgré les difficultés du tracé, qu'est-ce que je me sens bien !

J'ai tout de même le temps de prendre quelques photos ...


Mais la nuit tombe progressivement et bientôt on n'y voit plus grand chose. Peu après la Buffe, je mets prudemment la frontale. Je suis maintenant vraiment seul ! pas une lueur devant ... ni derrière !

Enfin j'arrive à la Sure, il est 20h34 et il me reste exactement 5km et 56' avant la BH. Je sais que c'est gagné, je connais très bien le chemin jusqu'à la Molière, cependant je sais que personne derrière moi ne la passera !

J'attaque donc le faux plat descendant avec une belle allure. Peu après je rattrape deux géants hollandais qui marchent à une vitesse dingue et un breton avec qui la communication s’avère plutôt difficile. Je regarde régulièrement ma montre pour moduler mon allure afin d'arriver juste avant la BH tout en gardant de l'énergie pour la fin.
Vers Sornin, un groupe de marcheurs vient à notre rencontre. Il y a là le géant du Vercors (Samontetro), je leur indique que les derniers coureurs sont loin derrières et qu'il y en a sans doute un en difficulté ... Ils continuent à leur rencontre.
Juste avant la Molière, je dépasse une jeune coureuse et je suis finalement l'avant-dernier à passer la BH. Il est 21h25 !

La Molière 16:24:27 (300/305) – 75,2km

A la Molière, il fait vraiment froid et je ne sais pas quoi faire .. Attendre les serres files ou repartir de suite... j’aperçois David de Cap Bollène (avec qui j'ai déja couru un UTV et l'UT4M Extrem l'année passée) mais il repart immédiatement. Lui aussi ne m'a pas reconnu ...
La jeune fille (Caroline) qui est arrivée derrière moi hésite .... Elle a froid, il y a un vent glacial... et elle ne veut sans doute pas repartir seule... alors je lui propose de l'accompagner jusqu'à l'arrivée et je la convaincs de repartir avec moi.

Et donc ensemble, on se dirige vers les Crètes de la Molière en direction de Lans... Ça monte doucement et on n'avance pas vite ! Alors que je pète la forme, elle a mal au pied .. Je lui propose de courir un peu mais c'est difficile ... alors finalement on continue ensemble à son rythme. Je ne vais pas la lâcher maintenant d'autant que sa frontale est vraiment faiblarde ... Après 1h15 à marcher et discuter ensemble, un groupe nous rejoint ! Ce sont les serres files qui accompagnent quelques coureurs repéchés à la BH de la Molière. Samontetro en fait partie et on entame la discussion ... et c'est lorsque je lui dis qu'on était déjà ensemble l'année passée entre Villard et Méaudre avec les serres file qu’il me reconnait !!! Je reste un moment avec eux mais voyant que Caroline est maintenant entre de bonnes mains, j'accélère pour une descente endiablée sur Lans ou je dépasse 13 coureurs ! Bon, pour la vitesse les impressions sont trompeuses ... je pense être à 10km/h alors que je dépasse péniblement les 6,5/7 !!! Après une belle descente quand même, on rejoint enfin la route de Villard. Les 2km qui suivent sont un peu lugubres... il faut dire qu'il est près de minuit que ça caille sévère et qu'il n'y a personne dans Lans ... que c'est long !
Enfin j'arrive et je passe la ligne d'arrivée ... serein et heureux !!!

Lans en Vercors 19:09:03 (281/295) – 88km

Là, je discute un peu avec le speaker (qui m'avait passé le micro pour le départ l'année passée).
Il me félicite pour mon arrivée et aussi pour ma neuvième participation et m'offre un petit cadeau (le lot M1H à priori non réclamé) ! Belle attention de sa part, à l'image de l'organisation !

Mais maintenant il faut repartir sur Lans (500m) pour le repas d'après course. J'y retrouve Bubulle et Loiseau (qui ont fait tous deux une superbe course) et j'apprends que Trixou et Banditblue ont été arrêtés aux BH...  Françoise84 a terminée peu de temps avant moi ... si j'étais reparti seul je l’aurais probablement rattrapée mais ça n'a pas vraiment d'importance ...
Je cherche ma bière mais j'apprends que la tireuse était à l'arrivée ... Tant pis l'année prochaine, j'en aurai deux !
En mangeant, la fatigue commence à s'abattre sur moi et je rentre rapidement à l'appartement.

 

L'après course ...

Après l'arrivée, je pensais que cet UTV était un des plus difficile, mais avec le recul je ne le pense plus ... il était certes long et le passage des crètes a beaucoup marqué les esprits ...

Je suis vraiment heureux d’avoir terminé cette 9ème édition ! 5 fois finisher … qui l’eut cru après mon troisième échec successif en 2013, ou je me posais tant de questions …

Maintenant encore un an à attendre avant l’édition du 10ème anniversaire et ses 100km !

10 ans pour boucler la boucle !!!


Et pour finir, un petit mot pour :

- Bubulle : un immense merci pour l’hébergement royal et pour l’organisation de ce WE. Tout était parfait ! Et quel plaisir de rencontrer l’auteur d’un des récits Kikourou qui m’a le plus marqué (EB 2015) !

- Banditblue, Loiseau & Trixou : pour les bons moments partagés ensemble ce WE en course et hors course.

- Coco38 : dans les moments difficiles, je pensais à ma promesse (passage au pas de la Clé à 19h15). Hors de question que je n’y sois pas ! A bientôt sur la LPF !

- l’organisation et les bénévoles de l’UTV : un grand merci  à tous ! Ne changez rien (ou presque rien …) ! C’est comme ça que j’aime cette course !

- et enfin à Patrick (Samontetro) : Pour le parcours que j’ai adoré et surtout pour ta gentillesse et ta bienveillance dans l’accompagnement des derniers coureurs (et je suis bien placé pour en parler, c’est la quatrième fois qu’on se retrouve tous les deux avec les serres files sur la dernière partie de l'UTV !).

 

9 commentaires

Commentaire de loiseau posté le 16-09-2019 à 07:13:04

Merci Bernard pour ce beau récit qui me fait revivre ce très beau week-end en Vercors avec plein de gens sympas :-) ! J'ai aussi beaucoup aimé le parcours, mais je pense que la météo très favorable nous a bien aidé : les crêtes dans le lapiaz sous la pluie, ça aurait été moins marrant ;-).
A bientôt,
Jan.

Commentaire de carapauch posté le 16-09-2019 à 11:16:31

Encore une super course pour notre Nanard7th!!!! Bravo!!!

Commentaire de coco38 posté le 16-09-2019 à 12:17:31

Encore Bravo... c'est TA course que tu maîtrises parfaitement. Je comprends mieux que tu sois arrivé si tard... à force de jouer les Saint Bernard (plutôt Saint Nanard) !
L'année prochaine le 100 ça va être quelque chose !
J'ai bien noté le rdv au Puy le 17 novembre !
A très bientôt
JC

Commentaire de bubulle posté le 16-09-2019 à 14:06:20

Donc, je note aussi le rendez-vous au Puy....si l'UTV est ta course, celle-là est la mienne....:-)

Super week-end pour moi aussi, c'était vraiment parfait de partager cela avec vous.

Et puis c'était quand même plus que marrant de découvrir presque 40 ans après qu'à un cheveu près, on était au même lycée au même moment...:-)

Commentaire de Françoise 84 posté le 16-09-2019 à 16:46:45

Merci d'avoir pris le temps de ce récit, ça nous replonge dans ce WE si sympa!!! J'étais bien contente de passer un peu de temps avec toi,on remet ça en 2020!!! Bisous!

Commentaire de samontetro posté le 16-09-2019 à 21:23:21

Et oui, tu m'as bluffé avec ton nouveau look! J'avais beaucoup de doutes sur ce parcours en amont de la course, moins sauvage que l'an dernier. J'en ai eu beaucoup le matin voyant la course encore si compacte au passage des Barnets et le début du monotrace à hélas bouchonné. J'en ai eu la nuit pour ceux qui étaient encore dans le lapiaz avec la fatigue accumulée. Mais je n'en ai jamais eu sur le fait de te savoir finisher! Bravo Monsieur le Sénateur!

Commentaire de banditblue29 posté le 16-09-2019 à 22:47:26

Merci Nanard7th pour ce CR rondement mené, pile dans les délais.
Un super weekend pour moi aussi (même si je m'extasie moins sur le parcours) et de voir que nous avons à peu de chose près le même deux roues motorisé ;-).
Bravo pour ta gestion, je savais bien que ça le ferait pas pour moi (surtout une fois que j'ai su que tu faisais souvent le col de l'arc à l'entraînement) ;-).

Commentaire de Trixou posté le 16-09-2019 à 23:14:37

Quand tu es parti de Rencurel ta motivation était si palpable que je pensais bien que tu passerai les BH ! Quant à moi je savais que le potage vermicelles était la dernière chose que je pourrai avaler et qu'Autran serait bien mon point d’atterrissage.
Merci pour le bout de chemin, à un de ces 4 sur une course de ta belle région et bonne prépa pour l'UTV 2020 :o)

Commentaire de NRT421 posté le 17-09-2019 à 13:19:18

Merci pour ce moment nanard8th :-) En vrai Sénateur de l'UTV, tu démontres qu'en trail ce n'est une histoire ni de Capitole, ni de roche tarpéienne, mais de sillon patiemment labouré (on évoque ici le sillon agricole, pas le SIF noké) pour parvenir à la vraie maîtrise du sujet.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !