Récit de la course : Ultra Trail du Vercors - Expe Trail - 47 km 2019, par NRT421

L'auteur : NRT421

La course : Ultra Trail du Vercors - Expe Trail - 47 km

Date : 7/9/2019

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 539 vues

Distance : 47km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

65 autres récits :

Ca monte impec chez Samontetro

Avertissement : si vous recherchez un retour sur la saga des super-héros de la cours des adultes, passez votre chemin, ici il n'est question que de la course des enfants, la "toutepourrite" ExpéTrail où on se gave à donf sur la meilleure moité du parcours des gens sérieux qui font des courses sérieuses (ok, la 1ère moitié a pas l'air moche non plus).

Fin août - début septembre est devenue la période où, au sortir d'un été censé me permettre de faire du volume en km et D+, je constate que ben ma pov'dame, on est pas très avancé, et qu'il est temps de trouver le moyen de dégager un long WE pour aller faire un bloc de charge entre Prapators, Bérard, Salenton, Diosaz, Pormenaz, Brévent et Cornu. Cela me permet généralement de rajouter 80 à 90 km et 6 à 7.000 D+ aux compteurs et d'aborder plus sereinement mon unique course de l'année (sauf année faste où une seconde peut rentrer dans l'agenda) en octobre. Ce WE "choc" est un plaisir en soi et la perspective de ces journées de off dans ma bulle me fait saliver des semaines à l'avance.

Septembre 2018, youston on a un problème : je tombe par hasard sur le fil de l'UTV. Et donc à suivre je parcours les récits. L'évènement semble faire l'unanimité ! Des suppôts des barnums aux Torquemada du saucisson-racing, un chant s'élève à l'unisson ; l'UTV, c'est d'la balle.

Et puis il y a un certain samontetro. Il semble être employé à temps plein sur trois équipes à lui seul pour répondre aux interrogations, encourager, chanter son Vercors à plein poumon. Un vrai rail à grand pied que je sniffe à plein tarin.

Gneuhhhhh, que faire ? La jouer rationel et pélerinage aux Aiguilles Rouges ? Ou partir découvrir cet UTV et le Vercors que je ne connais pas (faute avouée etc...) ? Rationnellement, c'est pas malin : je vais m'aligner sur une course que je ne vais pas savoir prendre piano cause que j'aurai un dossard épinglé, en étant très court en prépa, et ipso facto saborder mon bloc de charge. C'est pas malin ... donc c'est tentant.

Par contre, faut être qd même un minimum raisonnable, s'aligner sur un 80-90km sans prépa décente qd on ne s'appelle ni Luca Papi ni JM Touron ou banditblue29, ben c'est un coup à s'esquinter bêtement et à transformer une partie de plaisir en une galère indigeste. Surtout qu'en janvier un de mes ménisques décide de se disperser façon puzzle, et qu'il faut que je vérifie comment ça tient sur du pas trop long de montagne avant d'allonger.

Coup de bol, y en a l'ExpéTrail, alias l'UTV pour bambins et vieillards cacochymes. 47 km et 2.700D+, ça paraît court par rapport à mon bloc cible mais raisonnable pour un test de tenue du genou contrarié.

Petit moment d'angoisse, l'UTV est proposé en TASK. Je m'inscris en me demandant quel choix faire si d'aventure je remportais le morceau : UTV full ou ExpéTrail ? Mon inefficience légendaire aux jeux de hasard m'évitera le dilemne. A s'inscrire donc sur l'ExpéTrail.

Dans les semaines qui précèdent l'évènement, le fil s'anime sur Kikourou et je pêche nombre d'info précieuses. Je récupère en particulier le fichier feuille de route UTV-full de nanard7th que sans vergogne j'adapte par une bestiale règle de trois à l'ExpéTrail sur la base d'une cible à 8h (si je fais plus long, je rate le train de retour, ce qui pour la suite de mon agenda de WE n'est pas une option envisageable). Ce "sénateur" tatoué de l'UTV semble savoir de quoi il parle alors inutile de réinventer l'eau chaude.

Une autre chose se trame sur le fil : un AAB d'avant-course initié par o[Bob] renforcé par Bubulle. Y a pas de mal à se faire du bien, surtout quand yaka dire "+1". Alors c'est avec plaisir mais intimidé que je m'inscris avec cette perspective grisante de rencontrer de visu quelques piliers de la Kikourie et gloutons de la CàP.

Autre effet kiss cool de cette communauté : je suis comme d'habitude rattrapé par mon agenda qui me fait finalement arriver à Lans juste à l'heure de la fin de remise des dossards. Pour l'ExpéTrail il semble possible de le faire encore le lendemain matin, mais o[Bob] se propose très gentimment de me dépanner, ce que j'accepte évidemment avec joie après une petite vérif de faisabilité auprès de béné38 (merci encore pour la réponse rapide).

C'est ainsi que je me retrouve devant la glorieuse table déjà garnie de ses héros ainsi que de mon dossard. Siègent là : banditblue29, Françoise84, Xavhië, Tof01, o[Bob], loiseau, nanard7th et Bubulle. Sacré brochette !

La table étant rectangulaire, je vais surtout échanger avec ceux qui sont à mon bout de table : Tof01 (objectif : la Diagonale pour 2021) et deux encyclopédies de la CàP en montagne (o[Bob]) et ailleurs (Xavhië). Je suis comme un rat de bibliothèque lâché dans la librairie de Banon (visite recommandée si vous passez un jour par ce charmant village des Alpes-de-Haute-Provence, je connais bien des villes 50 fois plus grosses qui n'ont pas de librairie ou bibliothèque comparable) et je me régale aux récits de ces bouffeurs de D+.

J'échangerai plus brièvement avec le reste de la troupe après le très agréable dîner avant que d'aucuns se retirent dans un certain penthouse pour un after très "poutré" dont on ne dira rien car on n'en sait rien, mais on n'en pense pas moins (voir néanmoins par ailleurs les récits des co-locataires de Poutrman).

Le lendemain matin, pendant que les adultes partis pour l'UTV full-edition se caillent les miches avec leur frontale, moi, au chaud sous la couette, je bave dans mon oreiller car c'est grasse mat' pour l'ExpéTrail. C'est tellement bon que j'en arrive un poil en mode vracouille au rasso d'où l'on prendra les bus vers Rencurel. Ravito de l'UTV, c'est également le point de départ de l'ExpéTrail.

Sur le chemin nous passons par les impressionnantes gorges de la Bourne. A visiter, mais avec un véhicule soit pas trop large, soit doté d'un pare-buffle : c'est beau, mais étroit "en estie" à nos standards d'Europe de l'Ouest. Dommage on ne passe pas par les Sucettes de Borne, mais il vaut peut-être mieux garder un peu de jus ... voilà voilà, ça, c'est fait.

Parvenu dans le sas de départ, je fais ma 1ère rencontre avec samontetro. Que ses yeux pétillent. Que sa passion est immédiatement communicative. Même si j'étais arrivé dans l'humeur de la mouette rieuse de Gaston Lagaffe lors d'une de ses phases dépressives, j'aurais instantanément basculé en mode extatico-allumé. Nous échangeons quelques mots mais je l'abandonne rapidement car il a d'autres traileurs à fouetter.

Petit échauffement histoire de s'occuper en attendant le départ. C'est là que je croise Namtar et Noruas (l'un d'entre eux doit un récit, je dis ça ...). Nous échangeons juste quelques mots le temps que je réalise que tous les coureurs vont dans le même sens, direction l'entrée du sas pour se faire biper. Ayant déjà sacrifié à la formalité et bien noté la consigne de ne pas se faire biper en double, je les abandonne pour remonter le flot tel le saumon sous hormones à la recherche de sa saumonette. 100m plus loin les neurones connectent enfin : j'aurais pu rester avec les 2 kikous et simplement signaler au "bipeur" de s'abstenir dans mon cas. Le cerveau lent plane ...

Le départ est donné à la seconde prévue. Primo cause que l'orga de l'UTV c'est précis comme une horloge suisse et discipliné comme l'armée prussienne, et deuzio il faut éviter de percuter un enterrement qui doit avoir lieu au petit cimetière qui se trouve 25m après la ligne de départ. In petto je ne peux que constater pour la milliardième fois l'ironie caustique de la condition humaine qui nous voit partir joyeux comme des pinsons pendant que d'autres vont passer avec l'âme en peine, tout cela sous le même ciel bleu insensible. Vanitas vanitatum, omnia vanitas, mais c'est comme ça alors banzaï et yolo en attendant que ce soit notre tour d'aller croquer du pissenlit par la racine.


1ère étape  : faites passer le (faux-)plat
De Rencurel au Pas de Pertuson, on se retrouve à traverser des champs à vaches et quelques bosquets, en montée plutôt douce, à flanc de massif, juste ponctuée de quelques brefs petits coups de cul. Ca déroule bien jusqu'à l'accès final au Pas de Pertuson qui donne brièvement une 1ère occasion d'embrasser la semelle du coureur juste devant sans avoir à se baisser.

En chemin bim évidemment l'incontournable omniprésent samontetro (ou un de ses innombrables clones) apparaît juste avant un groupe de supporters avec cloches et mégaphone hurleur.

Ces premiers 7,25km et 600mD+ m'auront pris un poil moins d'une heure.


2ème étape : Autrans en emporte devant
Après un léger cassage de croûte au Pas lui-même, il est temps de tester mon genou à ménisque en kit sur la descente vers Autrans. Elle est idéale pour cela car variée mais jamais violente. Je la descend en souplesse, moins engagé que je n'avais tendance à le faire avant le craquage de ménisque, et ça passe comme un suppo noké.

L'arrivée se fait sur du plat à travers champs avec une haie de supporters dont une part en bas âge avec qui on "checke" au passage. Sympa.

Premier ravitaillement sous le soleil en extérieur après 1h30 de course. Conformément à mon habitude, je suis autonome en nourriture et ne m'arrête donc que pour refaire les niveaux d'eau.


3ème étape : Ardent (ou pas) et Gève, c'est biblique
Le ciel est bleu, la journée douce. Dans la 1ère partie de la montée vers Gève, je suis concentré sur mes bâtons. C'est ma 1ère course depuis mon coming-out bâtonneux, après des années à la présidence permanente de l'association des Absolument Anti-Bâtons. Y a que les cxxs qui changent pas d'avis. Ce qui ne veut pas dire que si on s'y met on n'est pas un cxx, et je sais de quoi je parle.

Toujours est-il que je travaille à peaufiner mon usage de ces excroissances dans cette section. Sur celle-ci, la pente moyenne est plus marquée mais le terrain reste facile et on bénéficie d'un ombrage rafraichissant alors que le soleil est haut dans le ciel toujours bleu malgré l'influence néfaste sur les statistiques météo de la présence dans les environs de coco38.

Mais bon y a pas de quoi s'occuper l'esprit toute la journée avec le maniement des bâtons. La progression est agréable, le décor charmant et le tracé plaisant ... et ça commence à sentir la sieste. Du coup, je m'offre une sortie de route juste avant le lac du Naveté (pas certain du nom)... et une seconde juste après, soient deux sorties en 300m. Bravo NRT ! Et c'est pas que c'est pas bien balisé : c'est PARFAITEMENT balisé (malgré un saboteur versaillais), mais "trailer qui rêvasse part à la ramasse". Heureusement, l'état d'esprit entre coureurs est au top et je suis instantanément hélé par un autre concurrent qui me signale mes erreurs d'aiguillage.

J'arrive à Gève en 2h39min.


4ème étape : Pas après pas, ne pas mollir vers Molière
 Pleins refaits je repars. Le cadre et le profil évoluent. Les pentes se marquent, le terrain devient plus minéral.

A partir du Pas Brochier on attaque la gâterie préparée par samontetro. Finies les sentes bourgeoises, on passe en mode rustique : monotrace, racines et plaques rocheuses. Le profil passe de la sinusoïde douce à la dents-de-scie : jamais longues, les montées-descentes plus marquées se succèdent néanmoins avec insistance.

C'est plaisant et bien joueur. Je débute la section d'un bon pas, grattant des places dans les descentes même en étant plus sur la réserve que d'habitude.

Toutefois, après une paire d'enchaînement, à la faveur d'une pause grignotage, l'effet sieste me rattrape, et si je ne suis pas dans le dur, je passe clairement dans le mou : faut-il vraiment que je garde un rythme course, ne pourrais-je pas passer en mode ballade ?

La tentation se fait pressante. Plutôt que de me pincer, j'utilise mon cardio-fréquencemètre pour me forcer à rester au-dessus de 70% de FCréserve et ainsi conserver un minimum de rythme. Je commence toutefois à me faire passer par mes petits camarades.


Quelque part dans cette pampa, évidemment samonetro, encore lui !

La halte touristique s'impose à La Sure : la Chartreuse en face, Grenoble à nos pieds, et le Vercors autour de nous. Splendide. Les autres massifs sont pris dans la brume, mais on peut imaginer que par temps dégagé la vue doit être géante. J'ai pris des photos, mais je suis un photographe pitoyable alors j'évite de publier ici mes oeuvres qui seraient une insulte au panorama.

On finit par sortir des montagnes russes, ciao le samontetro park. On a bien ri, on reviendra.

Juste avant le ravito de La Molière on franchit un val charmant qui paraît un green de golf.

La Molière atteinte en 5h07min.


5ème étape : ça grince léger mais en avant arche
Après la Molière, le manque de volume de ma préparation commence à se faire sentir. Mes pattes de criquet sahélien commencent à doucement tirer en même temps que mon genou se signale. J'en suis presque heureux car un trail sans petit passage dans un mini-dur, ça manquerait de saveur. Beati pauperes spiritu et toussa toussa. Mais la météo demeure idéale et le parcours est redevenu plus que civilisé. Donc en réalité cette fin c'est du velours.

Un peu à la mode Templiers, on finit par entendre distinctement les rumeurs de l'arche d'arrivée, mais largement avant de la voir : elle est là, juste 500m plus bas, cachée par la canopée couvrant la descente. Le début de celle-ci est ludique avant de rattraper une sente un poil trop civilisée (faut bien que je me plaigne, nan, on est en Gaule là).

samontetro ne nous ayant pas trouvé un équivalent de la grotte du Hibou pour nous forcer à remettre un ultime coup de rein pour la joie, on arrive sans coup férir à l'entrée de Lans. Jambes et genou apprécient peu de retrouver du macadam, mais ça dure peu. L'arche est là 6h52 après avoir quitté Rencurel.


Ayant coiffé la casquette kikourou juste avant l'arrivée, le speaker me repère et je me retrouve à bafouiller au micro (qui n'est pas en panne pour les gones celle-là, un classique) que c'était pas mal cette ExpéTrail. Le hasard me fait arriver juste avant la 1ère féminine de l'UTV. Sa joie et son émotion sont émouvantes. Bravo madame. Je croise aussi une dernière fois samontetro.

En stackhanoviste du remplissage d'agenda, je me retrouve à juste avoir le temps de profiter rapidement de l'excellent repas d'arrivée servi au calme par une équipe aux petits soins avant de filer pour attraper un train que je ne dois pas rater. Je ne serai pas là pour accueillir les kikous car je dois reprendre sans délai la route direction Grenoble. Après un changement express dans le parking souterrain de la gare ('tain le contraste de magnifique à  glauque en moins d'une heure), j'échoue dans le train avec 10 minutes d'avance, yessss.


Ce fût bref, trop bref. Mais chouette, super chouette. Samontetro and co vous avez là de belles courses dans un fort beau coin. L'ambiance entre coureurs fut bien cool, les bénévoles et spectateurs adorables.

Merci à vous, c'est de la belle ouvrage. Ca a clairement un goût de "reviens z'y donc".

18 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 20-09-2019 à 00:01:03

Tu as l'air content de ton séjour vertacomicorien (j'ai réussi !). Il te faudra donc revenir pour pouvoir à nouveau nous régaler d'un aussi chouette récit.

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 09:15:11

"vertacomicorien" : que notre langue est belle, dorbel !

Commentaire de banditblue29 posté le 20-09-2019 à 07:07:13

J'adore ton récit ;-)!
Quand même tu aurais pu prendre le 87 lolll!
Pardon @o{Bob] que j'ai zappé de la tablée.

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 09:18:18

Mon problème, ce n'est pas le 87 zappé sans vergogne, c'est le 100 que samontetro nous concocte pour l'année prochaine. 100, c'est beau, c'est rond bien qu'étant le carré de 10. Ce sera difficile de ne pas signer d'abord et réfléchir à la prépa ensuite.

Commentaire de Noruas posté le 20-09-2019 à 08:22:04

Récit en cours de finalisation !

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 09:19:20

Pondre un récit kikourou demande encore plus d'endurance qu'une course éponyme.

Commentaire de L'Dingo posté le 20-09-2019 à 08:28:35

Tentative très réussie pour concurrencer Benman, Spir, Free W Nat ... et bien d'autres scripteurs de CRs joyeux , hilarants ou simplement stylés.

Mais hélas "staCkhanoviste" est une cacographie qui t'empèche d'aller tutoyer Le Lutin:-))

Quelques remarques inutiles sur ce récit ( pour faire l’intéressant :-) )

- Un trailer débutant pourrait être tenter de repositionner sa frontale (1300 lumens!) afin d'éviter de se cailler les miches.
Cependant pour le novice dans le maniement des bâtons , un usage inapproprié ( même noké) est à proscrire. Y en a qu'ont essayé ils ont eu ... :-)

- il faut saluer également la prise de risque de l'auteur -( "changement express dans le parking souterrain de la gare" )- car beaucoup se sont fait serrer par les keufs pour moins que cela :-)

Enfin, en matière de trail chouette, super chouette, demande à "Jean-Luc Samontetro" (le trailer aux hologrammes multiples ) de te parler du Grand Duc


mon mot de la fin: ENCORE :-))

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 09:22:58

"stakhanoviste", rhâââââ le crash massif ! Pas ma faute m'sieur, ce sont ces #$£µ de bouffeurs de bits qui te mettent du "stack" à toutes les sauces :-(

Commentaire de tignes posté le 20-09-2019 à 10:51:38

J'ai l'impression qu'on s'est bien suivi : j'étais 5 min avant toi à Autrans et Gève et dans la même minute à la Molière. Je finis finalement en 6h40 mais après avoir eu un gros coup de bambou vers la Buffe...

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 14:34:52

Dire que j'ai cru un instant être le 1er des kikous ! Et bim, tu me poutres. Comme en plus j'ai pas de Rolex, ma vie est vraiment ... pfffff. Me reste que mon classement V2 pour pseudo-satisfaire ma vanité ;-)
Plus sérieusement, bravo à toi. Et je pense qu'on a été nombreux à préférer qu'il n'y ait pas trop de témoins vers la Buffe pour pouvoir baver en paix.

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 20-09-2019 à 14:01:50

A l'année prochaine alors pour le 100? ;-)
Bravo à toi pour le récit et la course avant, et aussi pour être capable d'intégrer une coursette au milieu d'un voyage en train, pourrais pas...
A ce propos court ou pas , la valeur d'un trail à mon sens ne vaut que par ce qu'on y trouve , et en paysages et en humain. Et concernant ce dernier point, l'UTV fait partie des plus chouettes à courir que je connaisse.

Commentaire de NRT421 posté le 20-09-2019 à 14:39:27

Je sens que ce cent (allitérons gaiement) va effectivement me taquiner. Mais comme il est peu probable que mes possibilités de prépa s'arrangent beaucoup d'ici-là, j'aurai(s) vraiment intérêt à l'aborder en mode JALBHAC, sinon c'est l'explosion assurée.
Je vais dire "au plaisir de rencontrer la très fameuse FWN à cette occasion". Et on verra ce qu'il advient.

Commentaire de coco38 posté le 20-09-2019 à 20:13:03

Bon ben génial... il a fait beau, tu as eu ton train et tu as vu la crème de kikourou (et Samontetro)... Il y a juste quelque chose qui cloche. TU ES PASSE TROP TOT AU PAS DE LA CLé !!
Nan mais l'an prochain tu fais le 100 comme ça je serai sur de te voir passer !
A+
JC

Commentaire de NRT421 posté le 21-09-2019 à 09:08:30

Mon SEUL regret (bon, avec le fait de ne pas avoir été présenté à la très charmante marraine de l'UTV :-D), t'avoir loupé à la Clé. Et pourtant je t'ai cherché et appelé. Le bénévole qui était alors en poste se souvient peut-être encore du zozo qui tournait en rond en hurlant : "Coco, où es-tu ? L'est pas là coco38 ?".
Alors à l'année prochaine ? MMMhhhh, à voir :-)

Commentaire de samontetro posté le 20-09-2019 à 21:03:25

Aussi fort au clavier que dans les baskets! J'adore! Pour moi qui ne voie le "côté course" de l'UTV que par vos récits c'est un régal de vous lire et de partager ces instants!
J'étais à l'arrivée pour ton finish, j'y ai aussi vu arriver la première féminine. Oui il y avait de l'émotion et c'était bien au delà de finir en tête. Un hommage qu'elle voulait rendre à un Monsieur du Vercors, son papa. C'est Maï74.

Commentaire de NRT421 posté le 21-09-2019 à 09:13:09

Oui, c'était émouvant cette arrivée de Maïlys. Elle a partagé cela publiquement avec beaucoup de simplicité et de sobriété.
Fort, simple, sobre : un peu la marque du Vercors, non ?

Commentaire de Xavhië posté le 22-09-2019 à 20:16:12

Beau récit, j'ai bien rigolé, content d'avoir fait ta connaissance... L'année prochaine, on se revoit sur la course adulte???

Commentaire de NRT421 posté le 23-09-2019 à 18:13:12

L'année prochaine ... grâce à vous tous, je commence à avoir le dossier "qui va bien" pour m'auto-convaincre que non vraiment, je ne peux pas dire non à tous ces gentils kikous. On verra ...
En attendant, je vous souhaite plein de superbes sorties avec Cap Bollène.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !