Récit de la course : SaintéLyon 2019, par tidgi

L'auteur : tidgi

La course : SaintéLyon

Date : 30/11/2019

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 627 vues

Distance : 76km

Objectif : Terminer

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

544 autres récits :

LyonSainteLyon : La Decima !

5° thé chaud...
Bien que j’ai du mal à tenir la tasse sans trembler, il faut que je finisse de me réchauffer avant de ressortir de ce gymnase surchauffé. Sinon j'ai peur de rester coller sur place juste à la sortie...

Soucieu, 9h de course sur le retour (la Saintelyon donc !). Je relançais bien depuis St Genou mais le froid s’est insidieusement invité malgré ma propension à courir pour rester éveillé… et au chaud.

L’hypothermie guetterait-elle ?…



Petit retour en arrière.

Cette année, je me suis lancé un petit défi, à savoir enchainer 3 courses nocturnes de ville à ville, rare fois où ces 3 courses peuvent être faites dans la même année.

- Le Puy Firminy (69 km)

- Lyon Sainte Lyon (152 km), 2 semaines après. Objet de ce présent récit.

- Roanne Thiers (57 km), 1 semaine après


 

 

Cet aller retour de la Saintelyon retrouve son nom d’origine : LyonSainteLyon.

Pour ma part, je tente la 10° d'affilée, ce qui me vaut un article dans le Progrès 2 jours avant (moment de gloire éphémère).



Comptant finir sur un compte rond, je souhaite marquer le coup en faisant un peu de comm (à maigre échelle) avec ce logo (merci ma soeur)

 



C’est une formule officielle à présent. Près de 350 concurrents sont inscrits, on est loin de la vingtaine de déjantés qui se retrouvaient tôt le matin sur le lieu d’arrivée de la Saintelyon. Une autre époque.

Là, un dossard officiel nous accompagne :



L’accueil est néanmoins très cosy dans un coin de la Halle Tony Garnier ce samedi matin.


Plein de copains/copines dont une partie de mon asso « Lyon Ultra Run » aux manettes du bénévolat. Merci !


Des anciens de la 180 venus rempiler sur cette formule, dont Stéphane, et Philippe qui lui tente sa première.


Et même Cécile Bertiin / Barbie, venue en spectatrice le matin même.

 

Tout ce petit monde se dirige vers l’arche d’arrivée (de départ quoi !) et c’est parti sous la musique et les applaudissements : ça fait bizarre un départ aussi tonitruant ;-) L’émotion est là.


 


J’ai décidé d’accompagner Stéphane et Philippe sur cet aller. A papoter et trainer un peu, nous voilà bons derniers du groupe au bout de 2 km. Bon, va falloir recoller… Tape dans la main à Chris en passant...


 

Le côté intimiste des petits groupes tempère le fait que nous soyons plus nombreux. Le peloton s’étire très vite.

Je retrouve aussi Thomas, Christian, Romain.

Franck, JB, Bernard, Benoit assurent les meneurs d’allure (et pas serre-file). Le temps limite est de 13h. Il ne faut donc pas trainer car en Off nous faisions ce trajet entre 13 et 14h (certes en trainant à Ste Catherine).

Au fil des km, Phil est resté derrière et Stéphane est parti devant. Notre trio aura donc explosé à partir de Soucieu. Je me raccroche au groupe « Thomas » qui mène son groupe. En retrouvant Stéphane aux ravitos.

 

Les chemins sont plutôt secs. Cependant certaines parties nous inquiètent quand nous passerons au retour et quand la pluie et les nombreux pas auront miné le terrain…

Le temps est gris, il ne pleut pas… encore…


 

Que ce soit à Soucieu, à Sainte Catherine ou à Saint Christo, c’est sympa de retrouver les potes bénévoles (de l’asso ou pas). Une impression de faire çà en famille.


A Sainte Catherine :


A Saint Christo :

 

Nous arrivons à Saint Etienne en à peine plus de 11h avec Stéphane, Thomas, Romain, Christian, entre autres...

Jamais été aussi vite sur cet aller : la fatigue induite va se ressentir sur le retour !


 

Pas de resto du Flore cette année, nous avons droit à un endroit particulier, dans le gymnase qui accueille tous les partants pour la SainteLyon : repas, douche pour ceux qui veulent (pas moi, à l’ancienne !).


 

Comme à chaque AR, ce temps est mis à profit pour se changer et essayer de se poser un peu (mais je ne dors pas, impossible). Et se mettre mentalement dans la course du retour… avec la pluie qui nous tombera dessus. Un remake de l’an dernier… Pas cool !

 

Faire l’aller-retour nous donne un avantage : celui de partir dans le SAS élite (!) à 23h30.

Moins de temps pour se reposer mais l’avantage de ne pas trop attendre… et de faire le plus de minutes au sec, la pluie étant annoncée en milieu de nuit…

 

Rigolo de se retrouver en 3° ligne sur la Saintelyon. C’est bien la 1° fois (et la seule) que je suis aussi prêt de l’arche de départ…

Avec Stéphane, Bernard, Romain.


 

Le départ est donné alors que j’ai juste le temps d’allumer ma montre.

On se perd de vue aussitôt avec les amis.
Je me mets de côté pour laisser passer les avions, je pensais être plus à la rue dans le flot de ce premier SAS. Je me fais doubler mais les jambes relancent plutôt bien, du coup je trouve un rythme assez rapidement. Et je mets de suite dans ma bulle du coup...

Chaque km au sec est un km gagné ! Alors on profite… Le nouveau détour avant d’atteindre Sorbier est plutôt sympa : vue sur la ville illuminée.

La pluie s’invite au bout d’une heure de course ! Puis s’intensifie progressivement.

 

Je me souviens avoir pris froid l’an dernier en arrivant vers St Christo, et avoir quitté rapidement le ravito… en courant. Cette année, il fait plus chaud mais je ne traine pas pour autant. 2h15  de course.

 

Cette année, le dénivelé est plus concentré, avec notamment une jolie montée sur les hauteurs de Moreau (c’est qu’on est descendu très bas juste avant).

 

A être dépassé régulièrement, je sais que je vais trouver les sentiers de plus en plus défoncés. J’étais loin du compte quand, avant d’arriver sur Sainte Catherine, nous sommes obligé de zigzaguer entre les flaques et surtout jouer dans la boue !…

Le ravito de Sainte Catherine est en plein air, comme l’an dernier. Nous pataugeons dans la boue entre les différents points d’alimentation, à l’abri eux. C’est la cohue et ça m’agace ! Je ne traine pas. Juste un thé chaud et une banane que j’arrive à attraper comme je peux. 4h45 de course. J’ai l’impression naïve d’être dans les temps 11h/12h. Mais crains d'avoir froid en remontant sur les hauteurs.

 

Aucun café depuis le départ de l’aller, alors que les autres années je comptais dessus pour rester éveillé. Mais je n’ai pas l’impression de basculer dans un demi-sommeil, comme lors des éditions précédentes. La pluie et les conditions dantesques y sont surement pour quelque chose : rester vigilant !

 

La traversée de St Genou se fait dans l’autre sens cette année, et une longue descente suit derrière : attention au… genou…

 

L’arrivée sur Soucieu signe un mode course imminent, comme à chaque fois. Je devrais me réchauffer, que nenni, je sens un froid latent.

A Soucieu donc, l’entrée dans le gymnase fait du bien après une longue portion à courir. Mais ce n’est qu’éphémère car la chaleur ambiante me fait douter sur mes capacités à repartir sereinement. Je sens le paradoxe d’un gymnase surchauffé, et moi qui suit en train d’avoir froid... Merdum !

 

Déboussolé sur le coup, j’attrape de quoi manger et (surtout) un thé chaud. Je suis un peu trempé sous ma veste de pluie.
Je n’ai pas de change. Juste la bonne idée d’avoir laissé dans le sac ma veste imperméable légère qui a servi à l’aller : elle va donc resservir au retour ! Et changement de chaussettes par la même occasion…

Je prends mon temps, thé chaud après thé chaud. Je croise l’ami Benoit qui a l'air d'aller bien.

Allez, je ne suis plus très loin, la 10° est dans la poche. Je ne peux pas (et ne dois pas !) m’arrêter là.

Il me faudra 5 tasses avant de vouloir repartir… En courant de suite à la sortie.

 

Bonne nouvelle : la pluie s’est arrêtée. Et ça c’est top pour le moral !

Il est 9h, arriverai-je à rentrer dans les 12h ? Il ne faudra pas trainer.

 

Alors je cours, je dépasse, comme souvent en fin de Saintelyon car le parcours me convient mieux. Hormis cette boue interminable…

Mais heureusement, il y a aussi moyen de laver ses pieds :

 

Chaponost, dernier arrêt. Vite ! Des pim’s !

La traversée du parc du Boulard est un régal pour les appuis

 


 

Plus loin, je rattrape Franck et Caro, cette dernière étant en train de boucler sa première Saintelyon (bravo !).

 

Pressé d’en finir, je ne fais plus que courir (hormis bien sûr les grosses montées et dans la boue...)

 

 

S’ensuivent alors :

-          La montée des aqueducs (classique)

-          Grego qui m’interpelle, mais que je ne reconnais pas sur le coup, désolé !

-          Sylvain, le shooter photo. Merci pour l’accompagnement sur le petit km…

 

 

 

Et bim, la ligne d’arrivée !

 

Ayé ! La DECIMA est faite : 10° aller-retour (un record mondial ?) et 11° Saintelyon.

 

 

La surprise : ma petite famille est venue pour l’arrivée… mais trop tard de 15 minutes.
Merci ! Faut jamais croire LiveTrail sur ses prévisions…

Je retrouve aussi Stéphane, Ludo puis Sylvain, Franck et Caro, et ewi avec qui nous partageons le brunch de fin de course.

 

 


 

 

Des conditions parfois apocalyptiques, mais cette édition ne sera pas plus dure que celle de 2012 avec neige et verglas, où j’étais arrivé bien plus fatigué.

 

Après le Puy Firminy (70 km) il y a 2 semaines, cette LyonSainteLyon est la 2° étape de la trilogie, avant la dernière que j’aurai à boucler 1 semaine après avec Roanne Thiers (57 km)… en récup ?

 

14 commentaires

Commentaire de coco38 posté le 12-12-2019 à 19:58:53

ça à l'air tellement facile ! Bravo quoi !... pour la 10ème et toutes les autres.
JC

Commentaire de tidgi posté le 14-12-2019 à 15:17:46

Merci JC :)

Commentaire de TomTrailRunner posté le 13-12-2019 à 12:07:04

Aussi fort que le Real Madrid quoi :)

Commentaire de tidgi posté le 14-12-2019 à 15:18:43

Manquait le ballon mais il m'aurait embêté...

Commentaire de wakayama posté le 13-12-2019 à 16:27:45

Ca parait très/trop simple et c'est pas bien ! Très impressionnant, un énorme bravo !

Commentaire de tidgi posté le 14-12-2019 à 15:19:04

Merci Fabrice, bravo encore à toi aussi

Commentaire de Mamanpat posté le 13-12-2019 à 16:36:38

The boss ! Bon t'arrête les conneries maintenant ? :-D
Des bisous mon Tidgi, t'es barrément balaise !

Commentaire de tidgi posté le 14-12-2019 à 15:19:39

Arrêter ? Euh....
Merci ma Pat, de grosses bises :)

Commentaire de Mazouth posté le 14-12-2019 à 18:13:31

Chapeau !

Commentaire de tidgi posté le 15-12-2019 à 17:55:11

Pointu ! :)

Commentaire de Benman posté le 15-12-2019 à 15:00:51

Ah oui, ça c'est beau. Et en plus, ça paraît tout simple. Bravo Thierry.

Commentaire de tidgi posté le 15-12-2019 à 17:55:39

Ben oui, rien de bien compliqué.
Merci !

Commentaire de chococaro posté le 15-12-2019 à 22:40:37

Bravo et respect pour cette impressionnante série. A te lire ça paraît tellement facile
que ça pourrait me donner des idées cet aller-retour. 😉 Merci pour le partage.

Commentaire de tidgi posté le 16-12-2019 à 21:22:55

Merci à toi !
Laisse toi tenter pour l'an prochain :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !