Récit de la course : Marathon de Cheverny 2007, par tribob

L'auteur : tribob

La course : Marathon de Cheverny

Date : 1/4/2007

Lieu : Cheverny (Loir-et-Cher)

Affichage : 1281 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

Marathon de Cheverny le 01-04-07



3h04'19 - 112/1392 (1610 au départ)

 

 

 

 


Dimanche 1 avril 2007

Le réveil sonne à 5h45, un peu tôt pour un dimanche matin, marathon oblige.
J'ouvre la porte d'entrée, soulagement, il n'a pas gelé cette nuit et il ne pleut pas (Jeudi il neigait et vendredi il tombait des averses).

Petit déjeuner identique à tous les jours, je ne change pas les habitudes.

6h15 : 145 kms, 1h30 de route pour se rendre à Cour Cheverny, pays et château de notre héros de bande dessinée, Tintin.

Le trajet se déroule sans encombre malgré l'épais brouillard. Je réussi à me garer sur un des parkings du château, à proximité du départ.

8h00, 1 heure avant le départ de la course, je m'alimente avec un des gâteaux énergétiques de ma diététitienne personnelle, à savoir un "mueschoco".
J'hésite dans ma tenue, gants ou pas, manches longues ou pas. Je choisis manches longues sans gants, choix qui sera judicieux, il y a eût un beau soleil, mais beaucoup de vent, et un peu frais dans les grandes parties boisées.07-04-01-Marathon-de-cheverny--4-.jpg

Direction la remise des dossards : bien organisé, rien à dire pour les lots, le traditionnel tee-shirt en coton, une bouteille de vin, sympa, et la médaille au finisher.

Un petit tour dans le village marathon, puis retour à la voiture pour préparer le matériel.

8h30 : un petit détour au petit coin pour "clôturer les affaires à régler".

8h45 : je me dirige vers la zone de transition en attendant qu'on nous ouvre les grilles menant au château.

8h50 : ouverture des grilles, un petit clin d'oeil au château (la visite est à faire, c'est sympa).
Dans la foule des coureurs, je me situe au milieu du peloton.

 

9h00 : départ de la course, dans la cour du château, le revêtement est en gravier. 1er kilomètre serein, en 4'53.

Dans le village de Cour Cheverny, j'aperçois "Dom", un collègue de boulot. Il est loin devant, je n'essai pas de le rattraper de peur de me griller. Il court mieux que moi, mais j'aurai bien aimé lui dire bonjour.(je le retrouve à l'arrivée).

J'ai un vieux sweat sur moi pendant 4 kms, histoire de me réchauffer.

 

 

5ème kilomètre en 22'38, tout va bien je gère.

Il n'y a pas beaucoup de spectateurs en dehors du village de Cour Cheverny (on est pas à Paris).
La course est en deux boucles, avec de grandes parties boisées et bitumées et de grandes lignes droites avec des faux plats montants.

10ème kilomètre en 44'40 (13,62 km/h).

Je suis au dessus de mes prévisions. De plus, je me sens bien : dilemme, j'accèlère ou je maintiens mon allure. Je n'ai pas droit de me mentir, je ne vais pas en garder sous la godasse, j'augmente le rythme. Ca sera un bon test pour l'Ironman de Nice, avec la natation et le vélo, j'aurai les sensations de fatigue des derniers kilomètres.
Et c'est partie pour la remontée infernale, je ne vais pas me faire doubler une seule fois de toute l'épreuve, motivant

15ème kilomètre en 1h06'13, je garde le rythme.

Le ciel est bien ensoleillé, mais frais à l'ombre et en plus il y a pas mal de vent, je suis bien content d'être en manches longues.

Semi-marathon en 1h31'22 soit 14,06 km/heure.

L'ambiance entre concurrent est sympa, on discute entre nous, je cours quelques kilomètres avec différents groupes et coureurs, et je repars seul attraper le groupe suivant.

25ème kilomètre en 1h48'26 soit 14,06 km/heure.

Je garde le rythme, les kilomètres varient en fonction du revêtement, bitume ou sentiers, et de la déclinaison.

30ème kilomètre en 2h10 soit 13,91 km/heure.

Je suis toujours sous la base des 3 heures au marathon, dingue. Je suis en train de me dire que j'aurais dû partir peut-être plus vite.
Et là, pendant 5 bons kilomètres, j'accèlère. J'aurais peut-être dû en garder sous la semelle, histoire de "mieux" terminer les 4 derniers kilomètres, mais bon, on ne peut jamais savoir.

35ème kilomètre en 2h31'53, toujours sous la barre des 3 heures.

Mais il me reste encore 7 kilomètres à effectuer, je me dis que ça ne passera pas, c'est pas grave, j'ai une grosse marge de manoeuvre devant moi.

37ème kilomètre, mon rythme est moins rapide, ma foulée moins longue, je commence à baisser un peu la cadence. Je commence à avoir mal aux jambes, la cuisse droite me tire un peu, et après la gauche. C'est pas grave, je sais que je vais terminer. Je décroche le cerveau, je décide de ne pas m'arrêter malgré le mal de jambes et l'envie d'uriner, ça attendra.

Les derniers kilomètres se font en 4'45 de moyenne, rien d'affolant. Les derniers mètres se profilent, l'euphorie de la course et des spectateurs se créent et ça repart comme de rien pour franchir la ligne.

 

Je retrouve "Dom" à l'arrivée, 3H01'52 pour sa course, il est facile.

Je me ravitaille, me ballade un peu dans le village et passe devant le local des kinés. D'habitude je n'y vais jamais. Pourquoi pas ? il n'y a pas beaucoup de monde, je fais la queue. Je retrouve Dom, on discute pendant ce temps là.
Mon tour arrive : 15 minutes à se faire masser, le top.

Retour à la voiture, coup de téléphone à la petite famille, à Jacquos (au prochain marathon, tu as intérêt d'être de la partie.....) pour annoncer que j'ai abandonner, je me sentais pas bien. Tout le monde plonge (Jacquos a un peu tiqué) : poisson d'avril oblige.

Je mange ma salade de pâtes et direction la maison.

Mon fils avait une compétition de Judo, d'où l'absence de mon staff technique aujourd'hui. Père et fils en compét, la mère a intérêt de suivre. Je le félicite pour sa belle prestation et médaille.

Entre athlètes, nous comparons nos médailles et commentons nos exploits.

Nous nous détendons dans un bon bain, puis massage par la coach, sérieux.

J'ai pas mal aux jambes et ne suis pas trop fatigué. Cool, car je dois poursuivre ma préparation de l'Ironman.

 

3H04'19 : satisfait du travail fournit à l'entrainement. Même si je me suis pas préparé spécifiquement pour le marathon et faire un chrono, la continuité et le volume de l'entrainement est profitable. Une cyclo de 150 le dimanche d'avant, puis un bon volume d'entrainement la semaine et un marathon, le bilan est positif.

C'est de bonne augure pour Nice, MAIS, il faut garder la tête sur les épaules, ne pas s'enflammer, ni griller les étapes, je viens juste de faire une des trois épreuves.

A méditer


Moyenne : 13,74 Km/h

10 kms 00:44:40 13,62 Km/h
20 Kms 01:27:06 14,37 Km/h
Semi-marathon 01:31:22 14,06 Km/h
25 kms 01:48:26 14,06 Km/h
30 kms 02:10:00 13,91 Km/h
40 kms 02:53:52 13,65 Km/h

 


1 commentaire

Commentaire de calimero posté le 22-09-2007 à 22:55:00

Bravo pour ta course, ton temps serait pile poil ce que je veux faire à New York le 4 novembre!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !