Récit de la course : Marathon de Cheverny 2010, par ETRURIEN

L'auteur : ETRURIEN

La course : Marathon de Cheverny

Date : 11/4/2010

Lieu : Cheverny (Loir-et-Cher)

Affichage : 696 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Faire un temps

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

Le récit

Et voici venu le temps du deuxième marathon.

 

J’ai commencé la course à pied en 2006 et il a fallu attendre 2009 pour attaquer cette difficulté avec mon inscription au marathon de Lyon.

Hélas ! annulation une semaine avant la course !

 

Après cette déception, partielle car je m’étais blessé, je suis donc rabattu sur un 50km afin de commencer d’entrée par dépasser le seuil psychologique de la distance.

 

Ce chemin pris dans le Morvan fut long et douloureux avec du dénivelé en veux tu en voilà !

Par contre un réel sentiment de satisfaction.

 

Le deuxième essai fut le bon avec un dossard gagné pour le marathon du Lubéron en octobre 2009.

Très mal préparé je suis parti à l’allure cardio pour le faire et ce fut un bien agréable voyage sur un parcours pas du tout fait pour la performance mais pour le plaisir.

 

Avec 3h52’ au compteur j’ai donc décidé de m’attaquer à diminuer celui-ci pour voir un peu si j’en étais capable.

 

Je me suis donc dirigé vers le marathon de Cheverny à taille raisonnable avec ses 1200 coureurs attendus.

 

Après un entraînement sérieux mais largement perfectible j’organise donc mon petit week end entre Loire et Cher.

 Lors du retrait des dossards je croise Hellaumax qui se remet doucement de l'écotrail en faisant meneur d'allure 4h30, logique non! Toujours souriant.  

Sur la ligne le jour du départ j’ai à peine le temps de m’échauffer et de m’insérer entre le drapeau 3h15 et le premier de 3h30.

Pas trop de conséquence avec seulement quelques secondes de perdues.

 

En effet, mon objectif inavouable m’accroché aux 3h15, un kikou.

 

Je m’élance et remonte tranquillement le groupe étau celui-ci étant parti sur des bases élevées lors des 5 premiers kilomètres.

Pour le reste je m’accroche à ce rythme et par contre je casse ma préparation « alimentaire » en prenant le sirop de glucose aux ravitos, en plus de l’eau, alors que j’avais des gels sur moi…..

Les gels vont me manquer à la fin !

J’ai donc laissé mon cerveau au vestiaire en trouvant même le moyen de passer devant le groupe pour être seul aux ravitaillements.

 

A partir du 25ème je sens les cuisses qui brûlent dans les descentes en sous bois lors des passages sur chemin. A partir du 30ème le cerveau devient une option et je m’accroche comme je peux au groupe.

35ème c’est la souffrance et notre drapeau qui accélère (il arrivera en 13km/h pile) c’est la longue dérive ma vitesse s’effrite.

Le passage dans le chai au 38ème me marque alors qu’il impose seulement deux petits virages.

Dorénavant nous avons le vent de face et alors que j’essaie de me reprendre cela me scie les jambes.

Dans la dernière ligne droite ma douce m’encourage tout en douceur car elle me sent à la dérive j’ai d’ailleurs cette phrase pour la postérité « putain, je n’en peux plus, j’ai mal ».

De la prose comme on en fait plus !

 

C’est l’arrivé je sens que l’arrêt me fait tourner la tête, je dépassais difficilement les 11km/h sur les derniers hectomètres.

Direction le stand de secours pour prendre une couverture de survie et gavage de la bête à coup de coca, de bananes et autres expédients.

 

Il me faudra une bonne demi-heure pour reprendre doucement mes esprits.

 

Et pourtant après cette demi-heure loin d’être dégoûté je fais déjà la liste des points à améliorer et pense déjà à mes prochaines courses dont un marathon.

 

Une course agréable, des résultats affichés à vitesse expresse et un cadre sympathique, quelques échanges de course agréables et un effort qui bien que s’étant transformé en chemin de croix à la fin me laisse en tête plein de sensations agréables (moins en jambes trois jours après).

 

Egalement la possibilité pour les accompagnateurs de faire une randonnée de 10km en parallèle.

 

Et petite cerise sur le gâteau 3h20m41s.

9 commentaires

Commentaire de hellaumax posté le 14-04-2010 à 18:31:00

Bravo Cyril! Si je compte bien , tu as gagné une demi-heure depuis ton 1er marathon! et apparemment, tu as encore de la marge! en tout cas, c'était bien sympa de te revoir. A très bientôt

Commentaire de JLW posté le 14-04-2010 à 22:29:00

Pas mal du tout 3h20, cela augure de belles perfs pour la suite. Le marathon est une alchimie complexe avec certains paramètres qui nous échappent (météo, stress, emploi du temps, environnement affectif, métabolisme ...)
J'aimerai faire 42sec de moins ds 2 semaines à Sénart, c'est pas gagné !

Commentaire de shunga posté le 14-04-2010 à 23:13:00

Bravo ! Un peu galère mais 3H20 quand même. Rondement mené !

Commentaire de isopropylamine posté le 15-04-2010 à 09:34:00

Bravo à toi.

Si cela peut te consoler, même le meneur 3h15 en a bavé un peu pour terminer dans les temps, à cause du vent défavorable que tu mentionnes à juste titre.

Content de notre rencontre et d'avoir fait un bout de chemin avec toi néanmoins.

La prochaine fois, on arrive ensemble, c'est certain !

Juste une petite critique sur ton récit : je n'ai absolument pas "accéléré" au 35ème kilomètre ; la vérité - hélas - est que l'essentiel de mon groupe ne pouvait plus suivre le rythme dans les conditions difficiles de cette fin de course.

Bien amicalement et sportivement,

Commentaire de XBo posté le 15-04-2010 à 09:40:00

Bravo pour t'être accroché.

Tu progresse largement sur ta meilleure marque :-) et c'est ça qu'il faut retenir.

Apparemment, le marathon, est vraiment une école de l'humulité et de la persévérance par rapport au trail. Il va falloir que je m'y remette.

Sinon, tu parles de passage en chemin et de virages. Il est comment ce parcours de Cheverny : vraiment marathon bitumeux ou bien il tire sur la course "en forêt" ?

A+
Xavier

Commentaire de ETRURIEN posté le 15-04-2010 à 10:44:00

Le marathon est plutôt bitumeux mais à la campagne et il intègre 20 % de larges chemins blancs en forêt dont les trous sont recouverts de petits cailloux qui cherchent à rester accrochés à tes chaussures.

Un bon équilibre perf/plaisir.

Commentaire de caro.s91 posté le 15-04-2010 à 14:04:00

Si les marathons, c'était simple, je crois que cela se saurait! ;-) En tout cas bravo de ne pas avoir cédé dans l'adversité et pour le chrono des plus respectables :) 1/2h gagné, c'est impressionnant!
Caro

Commentaire de Goldenick posté le 15-04-2010 à 19:17:00

Bravo pour ta superbe perf'
Les derniers kilomètres étaient très durs pour tout le monde dimanche!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 15-04-2010 à 19:18:00

BRAVO pour ta super progression. Merci pour le récit.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !