Récit de la course : Saintélyon 2009, par ced69

L'auteur : ced69

La course : Saintélyon

Date : 6/12/2009

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1350 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Saintélyon – l’histoire de la CAP à portée de main

La 2ème fois que je m’attaque à cette Saintélyon en solo.

 

Mais qu’est-ce qu’elle est dure !!

 

Cette année, après un Grand Duc bien géré fin juin, voilà mon deuxième gros objectif.

Sur la Saintélyon, le maître mot, c’est prendre du plaisir.

Après, j’espérais faire mieux que mes 8h35’ de l’année dernière.

 

Arrivée au Parc Expo un peu après 19h, retrait du dossard, test de la puce électronique. J’avale mon plat de pâtes et s’ensuit une longue attente de quasi 3h. Dehors, il ne fait pas froid, alors me voilà déjà sur la ligne à 30min du départ. Le départ reste quelque chose de sensationnel, d’unique. Surtout que j’ai l’honneur de me trouver à côté de Michel Delore, octuple vainqueur dans les années 70, avec lequel je peux échanger qq mots.

 

Contrairement à ma prudence de l’an dernier, je décide de partir assez vite. Avec le recul, très bonne stratégie car du coup, je n’ai pas eu le sentiment d’être englué dans la foule. Après les 1ers kilomètres « d’échauffement », c’est la meilleure partie de la course qui commence car on a encore du jus et qu’on prend son pied sur la succession de petites routes et de sentiers un peu boueux mais assez roulants. Je prends quand même le temps de me retourner dans une côte pour admirer le défilé extraordinaire et mythique des loupiotes.

Je passe à St-Christo en 1h31’ avec la bonne surprise d’avoir accès facilement au « buffet », je ne m’arrête pas trop et grignote dans la côte qui suit le ravito, sous les encouragements du public, merci aux suiveurs !!!!

La suite est un régal, je m’éclate, même si je sais que je vais un peu trop vite, mais tant que les jambes avancent, j’avale les kilomètres. Ste Catherine en 2h46’. C’est fois, je m’arrête quelques minutes pour manger un peu, et c’est reparti.

 

Dès les premiers kilomètres qui suivent Ste-Catherine, je commence à ressentir la fatigue. Les faux plats avant Arfeuille me semblent de plus en plus longs. La descente se passe bien, je suis assez prudent. A partir de là, je connais les chemins par cœur, ce qui me met un peu de baume au cœur. J’arrive dans la ferme qui fait office de ravito en 3h52’. Encore une fois, je suis assez satisfait de voir qu’il y a relativement peu de monde (surtout quand je lis les CR des kikoureurs qui passeront après…). J’essaie d’avaler un peu de salé mais c’est de plus en plus difficile. Mon estomac me crie après. Je crois que je vais me contenter de boire à partir de maintenant…

 

Jusqu’à Soucieu, je dis merci aux organisateurs d’avoir remplacé cette longue portion de route par des sentiers sympas qui ont seulement le désavantage de rallonger un peu le parcours… C’est quand je vois le panneau « 30km » que je prends conscience que la fin risque d’être vraiment dure. J’ai plus trop de jambes et l’estomac en vrac. Ca remonte un peu avant Soucieu (pente à 2%), ce qui m’oblige à marcher quelques minutes. Le ravito est en vue, 4h49’.

Je prends un peu de temps pour m’étirer : les mollets, les quadris. Je calcule : reste 23 ou 24km : j’espère tenir les 8km/h mais c’est pas gagné : je reste assez confiant pour une arrivée en moins de 8h. Allez, c’est reparti !!!

 

La descente me paraît longue, longue. Je parviens à garder un rythme qui me semble correct, je suis même plutôt bien juste avant de traverser le Garon. La remontée permet de récupérer. Par contre, après, c’est le grand vide. Une longue partie plate ou je n’arrive pas à relancer : je marche vite mais je n’arrive plus à courir. Je prends mon mal en patience et finalement je retrouve un peu de gaz pour traverser le petit parc. Je repense à mon calvaire de l’année dernière où j’avançais tant bien que mal ici même avec une tendinite au genou. Là, pas de blessure, donc tout va bien. Je positive un max.

 

Je gère tant bien que mal l’arrivée aux aqueducs en 6h14’. De nouveau un arrêt et 5 minutes d’alternance entre étirements et assis sur les escaliers.

La remontée de Ste-Foy est sympa : je sais pas pourquoi mais sur le coup, elle me fait penser à la montée du Grand Som lors du Grand Duc. C’est un tantinet plus urbain quand même… La descente et les relances dans Ste-Foy sont très dures et je me fais passer par des solos de plus en plus. La dernière remontée avant de traverser la Saône n’est pas très logique et n’apporte rien, à mon avis. Un nouveau ravito où je prends juste le temps de boire un verre. Restent 5km. Je suis vraiment frustré car j’espérais arriver dans un meilleur état de fraicheur, mais bon, il faut faire avec. Je n’arrive pas à trottiner jusqu’au pont que je traverse en marchant, je descends les escaliers en m’agrippant à la rambarde. J’arrive à relancer pendant 10 minutes sur les quais, juste avec la tête, mais de nouveau je marche. Je relève la tête et je me rends compte que le jour commence à se lever, le Rhône est magnifique. De plus en plus d’encouragements, ça sent l’écurie. Je finis au galop les 500 derniers mètres et franchis la ligne en 7h43’. Ouf, c’est fini !!!

 

Mais vivement l’année prochaine quand même.

 

Ced, un accro de cette course de tarés.

 

A+

7 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 11-12-2009 à 14:49:00

Même course
Même gestion
Même coups de mou

Mais c'est ma course que tu as décrite ????


Bravo à toi !

Commentaire de @lex_38 posté le 11-12-2009 à 15:53:00

Si tu voulais mettre moins de 8h35, c'est largement atteint comme objectif!!!
Bien joué!
Par contre je préfère 100 fois la montée du Grand Som que celle vers Ste Foy! C'est pas le même paysage!!!! lol

Commentaire de Belet posté le 11-12-2009 à 19:39:00

Merci pour ce récit.

Malgré le coup de mou, tu termine brillament ce second objectif de l'année. Comme quoi on peut se faire plaisir autant dans le coins reculés de la Chartreuse que sur un parcours plus urbain.

Arnaud.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 12-12-2009 à 21:38:00

Ben, c'était pas Soucieu, c'était Moucieu ! C'est là aussi que j'ai eu un gros coup de mou jusqu'à Beaunant... Bravo pour un excellent résultat.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 12-12-2009 à 21:38:00

Ben, c'était pas Soucieu, c'était Moucieu ! C'est là aussi que j'ai eu un gros coup de mou jusqu'à Beaunant... Bravo pour un excellent résultat.

Commentaire de l'ourson posté le 12-12-2009 à 23:31:00

Bravo pour ce joili chrono !!

L'Ourson_clap_clap_:-)

Commentaire de vial posté le 13-12-2009 à 18:07:00

jamais 2 sans 3
prépares toi bien pour 2010 !
michel

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !