Récit de la course : Prologue Raid INPG 2010, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : Prologue Raid INPG

Date : 27/3/2010

Lieu : Fontaine (Isère)

Affichage : 1002 vues

Distance : 34km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

Prologue Raid INPG 2010

Prologue raid INPG 2010

 

Présentation :

34km, 1200m D+

  • Montée VTT jusqu’au Ball-Trap - 3 km
  • Boucle à pied – 4 km
  • Reprise des VTT jusqu’aux Guillets, hameau de Saint Nizier du Moucherotte 12 km
  • Boucle à pied – 8 km
  • Reprise des VTT (fin de la montée puis descente finale vers l’arrivée) 7km

 

 

 

 

 

 

 

 

But : Cette épreuve permet de classer les concurrents sur les compétences physiques. Seules les 30 meilleures équipes seront selectionnées pour participer au Raid.

65 équipes ( de 5 concurrents avec au minimum une fille) au départ en "contre la montre", toute les 2 min.

        

          Tout commence par un mail d’Olivier, un membre de l’équipe des « chauds patates » menée par Gaëtan (Petit Nuage), qui s’est blessé à l’épaule et qui ne pourra pas participer au prologue. Il me demande donc de le remplacer, ce que j’accepte avec grand plaisir.

           Normalement le dimanche j’ai le marathon des Saisies (ski de fond), mais comme ça fait 2 semaines qu’il fait 20°C et que déjà le marathon des Glières le dimanche précédent a été une catastrophe par rapport à la qualité de la neige, je préfère me rabattre sur une activité de « saison » : VTT et trail.         

           Le petit « hic », c’est que ça fait 15 jours que je tousse et surtout 7 jours que j’ai une sinusite (raison pour laquelle je n’ai pu accompagner mon père dans l’enfer des Glières)… Enfin, ça va mieux depuis 2 jours, mais du coup mon entrainement est « nul » depuis 2 semaines. Ayant fait une bonne perf à ma dernière compet, j’ai quand même confiance, et puis comme expliqué au début, il y a une fille dans l’équipe, je ne devrais donc pas être le maillon faible ;-)… non, non, non , je ne suis pas mysogine :-D           

           Après ces 2 magnifiques semaines printanières , les températures chutent soudainement la veille de la course, et il neige le vendredi sur le haut du parcours. Le samedi, ça caille toujours autant et il pleut , on nous annonce encore la neige sur le haut du parcours… Aïe aïe aïe !!

          L’équipe est au complet ce samedi matin au départ. Je fais la connaissance de mes partenaires : Hélène, Thomas et David. Gaëtan gère son petit groupe à la perfection, il ferait un très bon manager ;-)

          Je croise aussi l'ami nicnic38 qui fait parti d'une des équipes "RAID74", j'en profite bien sûr pour le taquiner et lui mettre un peu la pression !

 

           10h33, c’est  notre tour et on attaque comme des brutes.  En fait ça commence par une montée sur une petite route très raide en lacet pendant 3 – 4km et on la fait au taquet. Chacun notre tour on pousse Hélène de manière à garder une vitesse élevée malgré le pourcentage de la montée, et le cardio monte haut.  L’ambiance est bonne, on s’encourage en permanence, ce raid s’annonce bien.  Au moment d’arriver à la partie course à pied, on remonte déjà 2 équipes. Je prends légèrement de l’avance pour enfiler mes baskets à la place de mes chaussures de vélos, et on enchaine sans trainer sur la course à pied. Là encore on reprend 2 équipes. On est au taquet, je pousse Hélène en montée pendant que Gaëtan la tire avec un élastique.  Thomas me relaie ou alors reste devant à lancer des conneries, quel boutentrain . Bref, le rythme est soutenu, la pauvre Hélène gère avec merveille cette pression qu’on lui met sur les épaules, elle a jamais le temps de souffler tellement y a toujours quelqu’un pour la relancer.

         

          On repart sur le VTT , la partie la plus dure puisqu’on va faire maintenant quasiment tout le dénivelé, et le rythme reste le même. On double encore 2 ou 3 équipes. Gaëtan, dans une forme exceptionnelle tracte la miss avec un tendeur pendant toute la montée. Malheureusement elle crève après un passage dans un long tunnel obscur, pas évident à négocier en vélo lorsqu’on ne voit pas où on roule. 5 minutes pour réparer la roue, on en profite pour se ravitailler, surtout que David commence à être dans le rouge et on repart à fond à fond à fond . On rattrape encore 3 ou 4 équipes, la montée est très difficile, l’adhérence est très mauvaise à cause de la boue, le vent se rajoute à la pluie et on commence à avoir froid. Sur le haut, on se retrouve même dans un mélange pluie-neige. David craque et disparaît derrière. On retourne le chercher avec Thomas, en le poussant à deux, on remonte Gaët et Hélène. Puis on arrive à la deuxième course à pied.        

          Au changement on passe encore quelques équipes. Ca fait du bien de courir un peu, surtout pour David qui est un EXCELLENT coureur. Il se refait une santé très rapidement et encourage le groupe. Thomas lui continue à sortir des blagues à 2 balles qui nous font bien marrer . Ce serait bien qu’il fatigue un peu pour voir s’il l’ouvre toujours autant ;-). Quant à moi, je rencontre ma première difficulté : à la première montée à pied, je sens mes 2 cuisses qui se durcissent, des crampes apparaissent… Ou la la, je m’inquiète, je n’ai pas envie de bloquer l’équipe à cause de ça… je prends un rythme cool, et me cale derrière le groupe, surtout ne pas tendre les muscles, on souffle, on se détend… Pourtant je me suis très bien alimenté pendant tout le raid, je pense donc que c’est la reprise du VTT et de la course à pied (et oui, je n’ai fait que du ski de fond et du ski rando cet hiver). Bref, j’ai les jambes dures, mais j’arrive à suivre l’équipe, pour l’instant pas de blocage, par contre je ne peux plus aider pour pousser Hélène. Thomas nous gratifie sur la fin d’un magnifique plongeon dans une flaque, le fou rire ! Par contre je termine cette course à pied très inquiet par rapport aux crampes même si pour l’instant je limite la casse.

        

            On reprend les VTT pour un dernier morceau de montée où on double encore des équipes, on arrive plus trop à compter, mais une bonne vingtaine sur l’ensemble de la course. Il fait froid, très froid , cette reprise en vélo est difficile pour tout le monde, les mains sont gelées également, et pour moi, les crampes toujours en attente : dans les montées raides pleine de boue, où on lutte pour ne pas mettre pied à terre, j’ai vraiment les cuisses dures. Mais les tremplins de saut à ski de St Nizier sont rapidement là, ne reste que la descente. Malheureusement le froid commence à être vraiment TRES difficile. Hélène semble pour la première fois en « difficulté ». Mais une pause de 30 sec suffit à la requinquer… Impressionnante . Et on est parti pour une des descentes les plus longues dont je me souvienne : non pas qu’elle était vraiment longue, mais surtout que ce n’était tellement pas agréable, que je n’attendais qu’une chose : arriver. La ville de Grenoble semble si loin, là-bas, tout en bas. Le vent à la descente est glacial, et les doigts gelés, je ne sens même plus mes poignées de freins. En plus la descente est très technique avec une bonne pente, beaucoup de boue et des cailloux glissants. Malgré ces difficultés, on descend les uns derrières les autres et on avance. Vers la fin, Thomas nous gratifie à nouveau d’un magnifique soleil dans un passage où peu de personnes ont du le tenter sur le vélo. Il se fait mal, mais son mental est impressionnant, il sort toujours des blagues vaseuses  et continue la descente. C’est finalement le moment d’en terminer, un sprint final pour passer la ligne en haut d’une route, enfin pour les autres, parce que moi, si je force plus fort, mes jambes se bloqueront instantanément par les crampes. 

          On termine vraiment très heureux de notre course : on a vraiment tout donné, je termine ce raid sec, je ne m’y attendais vraiment pas. Un grand bravo à notre féminine qui m’a impressionné par sa résistance physique et mentale (oui, oui, fallait les supporter les blagues de Thom, et puis, essayez, vous, de boire en rigolant).

         On est 4e en 3h29 !!!! YEAAHHH !! 2 équipes du raid 74 sont devant nous, en 3h23 et 3h28. OUUUU, la 3e place n'était pas loin !!!! Accroche toi Nicnic, ça va être chaud pour le raid !! ... Bon même si je suis finalement un peu déçu d'avoir pu contribuer à la qualification de l'équipe sans pouvoir aller au raid, ça m'a mis l'eau à la bouche. Les premiers ont survolé l'épreuve en 3h08... respect.

          On est recouvert de boue de la tête au pied, on ne distingue plus les couleurs des vélos, et c’est à peine si on se reconnaît entre nous. On file donc se ravitailler au super ravito (encore bravo à l’orga, ce prologue est excellemment bien géré), un coup de jet sur le vélo et je rentre à la maison. 

 

Dimanche : « petite » récup avec Gaëtan en montant au Pic de la Belle Etoile en ski de rando, on s’arrêtera quand même 200m (déniv) avant l’arrivée car la visibilité se dégrade. Par contre la descente est magique, la neige est d’une skiabilité parfaite. 

9 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-03-2010 à 22:54:00

C'est marrant, j'ai un collègue qui la souvent fait et j'ai revécu ses histoires à travers ton récit ! D'ailleurs il m'avait emmené souffrir, pardon, courir, au départ du prologue donc je vois très bien le pourcentage de départ !

Enfin ça reste vraiment élitiste, je souffre vraiment pour la pauvre nana qui est dans le dur voire très dur plus de 3h durant !

Chapeau en tout cas, bonne chance pour le D-Day !

Commentaire de nicnic38 posté le 29-03-2010 à 23:39:00

bah bah bah... 34km et 1200m D+... c'était juste un échauffement...
Mon petit Davidou... va vraiment falloir que tu mouilles le maillot si tu veux être a la hauteur lors de nos prochaines confrontations...

bien sympa de t'avoir croisé ;-)

Commentaire de Petit Nuage posté le 30-03-2010 à 08:40:00

Merci pour ton super récit davidou!
On a passé un super moment samedi!
Promis l'an prochain tu seras un membre officiel de l'équipe ;)
en tout cas tu as un super niveau (c'est pas nouveau). On va te faire honneur sur le raid, ne t'inquiète pas, le raid74 c'est que du flan! :)
à bientôt pour de nouvelles aventures!

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 30-03-2010 à 14:07:00

Bravo David et toute ton équipe pour votre course!

Tu étais exactement sur mon terrain d'entrainement (les Vouillands pour ne pas les citer!) Plus difficile qu'il n'y parait!

A+

Commentaire de le_kéké posté le 30-03-2010 à 20:19:00

Il paraitrait d'après un grand dont le pseudo finit en nic et commence en nic, que le niveau de ce prologue était vraiment très faible, ils ont eu le temps de faire un arrêt barbecue et une pause ramassage d'escargot et en plus ils sont devant vous? Peux tu confirmer ?

Commentaire de nicnic38 posté le 30-03-2010 à 23:58:00

Non non pas encore d'escargot... ni de champignon...

Par contre de la bonne boue bien collante... j'ai des jambes de déesse ce matin ;-)

Commentaire de flapi38 posté le 31-03-2010 à 23:23:00

Encore bravo Davidou, au regret de ne pas t'avoir croisé au départ, car j'étais venu encouragé le frérot.

Y a pas à dire, depuis qu'il traine plus son boulet, il envoie du gros. Je vais essayer de t'arranger le coup pour une revanche sur le ROA 2010 ^^

Ca nous permettra aussi d'assister à l'arrivée du kéké sans attendre la fin de l'aprem ^^

A une prochaine, et bonne récup

Commentaire de caro.s91 posté le 02-04-2010 à 15:33:00

Rien qu'à te lire, j'en ai mal aux jambes!!! En tout cas bravo à toute l'équipe:)

Caro

Commentaire de Petit Nuage posté le 11-03-2011 à 17:15:00

Ca fait plaisir de relire ça, à 3 semaine du prologue 2011...
David, t'es mort? :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !