Récit de la course : Trail des Glaisins 2010, par Tercan

L'auteur : Tercan

La course : Trail des Glaisins

Date : 3/4/2010

Lieu : Annecy Le Vieux (Haute-Savoie)

Affichage : 977 vues

Distance : 30km

Matos : Porte bidons Salomon. Chassures XT Wings

Objectif : Se défoncer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Glaisins

Le trail des Glaisins, c'était mon tout premier trail en 2008.
Depuis j'ai fais l'édition 2009 et je suis inscrit cette année encore.
Ce sera donc ma 3ème participation en 3 ans.
J'y retourne chaque année parce que j'adore cette course, elle propose une distance et un dénivelé qui est vraiment parfait pour un début de saison, le parcours est superbe avec notamment une ultime descente magnifique, les bénévoles sont toujours souriant est disponible et surtout, les bénéfices sont reversés chaque année à une famille qui se trouve dans le besoin financier suite à une maladie d'une de leur enfant. Après ELA en 2008 et Charlotte en 2009, c'est donc pour Lolly que nous courerons cette année. Le tout est orchestré de main de maître par une personne très agréable à côtoyer et qui respire la bonne humeur et la générosité : Jean-Marie FONTANA.

Bref tout cela mis bout à bout font que j'ai décider d'y retourner cette année, mais cette année j'irais sur ce parcours en tant que premier objectif 2010 (le second étant l'UTMB fin Août).
Qu'est ce que cela change finalement ??? Pas mal de choses en fait : un entrainement qui à pour seul but de nous amener le jour J dans les meilleures conditions, une optimisation de mon poids, une hygiène de vie repensée 2 mois avant... bref préparé en tant que réel objectif et non pas en tant que 'trail d'entrainement'.

Le trail fait 29km pour 1550D+/-, en 2009 j'avais mis 4h19.
Pour 2010 le parcours ne change quasiment pas (30km 1515D+/- au final) mais je me dis que je tenterais de faire 3h40... Pour cela je me planifie un plan spécifique sur 9 semaines, un plan très axé sur les séances au seuil et VMA pour augmenter ma vitesse de base et tenter d'accrocher cet objectif un peu fou (ça fait tout de même 15% de temps de moins que 2009 :)).
Seulement, début février, je doit faire avec une tendinite (ou quelque chose s'en approchant) et donc mon début d'entrainement est fortement entâché.
Bref, je revois mon objectif à la baisse mais en restant sur un objectif 'difficile' pour moi : passer sous les 4h (soit 19mn à gagner sur 2009 ce qui sur 4h est vraiment pas gagné d'avance).

Avec moi, mon frère et mon beau-frère. Pour mon beau-frêre ce sera le premier trail.

Sur la ligne de départ, je vois entre autre Florent et Manu, plus pas mal d'autre kikoureurs.
Je reste avec Flo avec comme objectif de le suivre sur le départ, je sais qu'il à un niveau nettement au dessus du mien, mais je pense que je peux le suivre sur le départ... sans en être vraiment sûr... on verra bien :)

Départ -> Premier ravitaillement

Le départ est donc donné à 8h00, avec Flo on est plutôt en milieu de peloton, un peloton d'environ 400 personnes.
On à décider de partir assez vite parce que le tracé nous fais passer dans un bois assez rapidement, et que dans ce bois chaque année ça bouchonne pas mal à cause de passage étroit et relativement 'casse-gueule' :)
On double donc pas mal de personne et avançons à un bon rythme qui doit pas être bien loin de mes vitesses tenues lors des séances au seuil. Il y a pas mal de portions de relance, de montées courte mais on maintient un effort similaires sur le 2-3 premiers kilomètres.
On arrive donc dans ce fameux bois, et... ça bouchonneMoins que d'habitude parce qu'il y a moins de monde devant, mais ça bouchonne un peu quand même... l'an prochain il faudra mieux se placer sur la ligne de départ.

Cependant, dès qu'on peut relancer on relance.
Pour être honnête, pour ma part je me contente d'essayer de ne pas perdre Flo, mais il lâche jamais le moindre mètres le bougre... il relance toujours et j'ai l'impression qu'il le fait en toute facilité. Moi je suis, mais je dois déjà pas mal me faire violence pour ne pas baisser un peu le rythme... et on est au km 6 :)

On sort du bois et attaquons la montée sur le premier ravitaillement.
Je regarde ma montre Garmin et elle m'annonce qu'on à 50m de retard sur mon 'partenaire virtuel' que j'ai programmé en 3h55... ben dis donc... c'est pas gagné si à ce rythme je suis en retard.
Le départ de la montée n'est constitué 'que' de montée courable... et bien évidement Flo courtPfffff son chiant ses coureursBref je le suis.
Puis on arrive sur une portion qui monte un peu moins et Flo accélère, là je ne peux pas le suivre, je vais exploser dans 2km si je continue... je le laisse donc partir devant en le gardant en mire à environ 50m devant.
Le ravitaillement arrive, je vois Flo qui ne s'y arrête pas, juste un verre et il file.
J'y arrive à mon tour, rempli mon bidon d'eau, bois un verre de coca en prends un petit morceau de pain d'épice que je mange en marchant.
Moins de 30sc d'arrêt sur ce ravitaillement et je repars, bien entamé, mais je sais que maintenant la montée commence vraiment et que de devrait réussir à récupérer un peu.

Premier ravitaillement -> Lachat -> ravitaillement de Verbin

Bizarrement je ne vois plus Flo alors qu'il est normalement juste devant, je pense qu'il y a peu de chance que je le rejoigne... et ça se confirmera : je ne le reverrai plus.
Je commence par manger une 'couille de boeuf', recette proposé par Eric d'UltraFondu. En gros c'est des fruit sec et des oléagineux réduit en purée et malaxer en boule. J'espère que cet apport d'énergie me sera bénéfiques pour cette montée.

Je monte en forçant bien sur les jambes et les bâtons afin de garder un bon rythme, tout en essayant de me reposer un peu, ça normalement je sais faire.
Je double quelques personnes mais beaucoup moins que d'habitude... faut dire qu'habituellement je ne suis pas placé dans cette partie du peloton, là ça monte fort.
Je regarde mon alti et je suis en moyenne entre 17 et 19 m/min ascensionnel.
Une fois passé les 1000m d'altitude la neige fait son apparition comme l'an dernier.
ça passe encore assez bien, je récupère un peu.
J'arrive au col du Barman ou il faut relancer encore avant d'accéder au sommet.
Puis le dernier raidillon et c'est enfin le sommet.
Globalement, contrairement à l'an dernier, je n'ai pas eu de bouchon dans cette montée, j'ai pu aller à mon rythme tout du long.
Sur cette montée j'ai pris de l'avance sur le 'partenaire virtuel' qui est maintenant 100m derrière moi.

J'attaque directement la descente. Descente sur laquelle je me relâche un peu dans le but de détendre les muscles en vue de la suite.
Cette descente est très très boueuse, pas mal de gens chute ou avance à tâtons.
Pour ma part, pas de calcul : je file droit dedans et essaye d'anticiper mes pas à l'avance.
ça me réussi pas mal puisque j'arrive au second ravitaillement en ayant maintenu mon avance sur le partenaire virtuel.

Arrivé au ravitaillement, je bois un verre de coca, rempli mon bidon et prends 1 abricot sec. Je repars aussitôt, encore une fois moins de 30 secondes après y être arriver.

Ravitaillement de Verbin -> dernier ravitaillement.

En partant du ravitaillement, la descente continu, je l'avale très rapidement et double pas mal de monde.
Puis on attaque la partie en bitume qui permet d'attaquer la seconde montée.
Environ 1-2km de plat en bitume que j'avais subit en 2008 et 2009.
Cette année, j'ai un objectif, donc je me force à courir à bonne allure.
Je sens que les jambes commence à avoir du mal, mais j'opte pour la même stratégie qu'à la SaintéLyon : je maintient le rythme et je passe en mode 'ça passe ou ça casse'.

J'arrive au pied de la montée et je repasse en mode marche rapide... 2 pas plus tard ça tiraille méchamment au niveau des mollets -> je suis au bord des crampes... aie...
Je croque un sporténine, m'hydrate bien et essaye de m'étirer les mollets dans la montée, en marchant. ça passe petit à petit. J'en profites pour manger ma deuxième 'couille de boeuf'.
Cette deuxième montée est très difficile puisqu'il faut sans cesse courir, dans des faux plat montant pour finalement remarcher dans des parties trop raide pour enfin recourir... ça s'enchaine comme ça durant toutes la montée et c'est très usant.
Vers le milieu, les ischios sont maintenant au bord des crampes, ça tiraille... je suis mal.
Mais je reste dans mon mode 'ça passe ou ça casse'... je maintient le rythme en essayant de modifier la foulée, l'amplitude, la velocité, ... et ça passe encore une fois.
En maintenant un bon rythme je prends pas mal d'avance sur le 'partenaire virtuel', ça aide à ne pas lâcher malgré les crampes qui se font de plus en plus dur à gérer.
J'arrive au dernier ravitaillement et là encore je ne m'arrête pas : remplissage du bidon, un verre de coca et je file 30sc après être arrivé.

Dernier ravitaillement -> arrivée

Il reste maintenant à finir la montée avant d'attaquer l'ultime descente.
Je repars donc en maintenant un bon rythme et vlan ce coup-ci c'est les 2 quadriceps qui menace de cramper. Les 2 en même temps se contracte et ne se relâche plus... il me faut attendre 4-5sc en les tapotant pour qu'il se relâche... la fin s'annonce dur dur.
Je re-croque un sporténine et poursuit jusqu'au sommet, pas mécontentant d'attaquer maintenant la descente.

J'arrive à bien avancer dans cette descente, les crampes semble m'avoir oublié, puis j'arrive sur une traverser de pierrier,  l'endroit même ou l'an dernier on avait croiser Manu avec Didier, Manu était assis entrain de gérer des crampes. Et bien à ce même endroit vlan une crampes au mollets m'oblige à m'arrêter, heureusement elle ne se déclenche pas entièrement.
Je m'hydrate encore et encore et poursuit... j'ai des doutes que je tienne jusque l'arrivé, ça fait maintenant pas mal de temps que les crampes menaces, elles vont bien finir par arrivée tôt ou tard...
Mais je reste fidèle à ma stratégie : elle ne sont pas encore là... alors je continue... ça passe ou ça casse...

J'arrive sur la plus belle partie du parcours : la descente sur Annecy avec vue intégrale sur le lac... magnifique, vraiment magnifique !!!

Sur la fin de la descente, Philippe (Jaguar Blanc) me double, il était inscrit sur le petit parcours qui à la même fin que le grand. Je n'essaye pas de le suivre, il est bien meilleur coureur que moi et il à 15 bornes de moins dans les pâtes... et de toutes façon j'en serais bien incapable.

Et voilà, je suis à l'altitude de Annecy... mais la fin n'est pas encore là, on doit remonter une petite côte de presque 100D+ encore.
Je l'attaque en forçant sur les bâtons, mais j'ai maintenant les triceps en feu très douloureux... décidément, il n'y a plus grand chose de valide sur le bonhommeBon ben ce sera sans bâtons avec des mollets, des quadriceps et des ischios au bord des crampesNickel :)

J'en fini et attaque maintenant les 3-4 derniers kilomètres sans jamais relâcher l'effort.
J'ai 1km d'avance sur mon partenaire virtuel, ça va le faire !!!

J'appelle ma femme pour lui dire que j'arrive sous peu. et range mon iPhone dans mon porte bidon en oubliant d'attacher mon coupe vent avec l'elastique du porte bidon. Mon coupe vent tombe sans que je ne m'en rende compte... mais heureusement pour moi une traileuse le voit et me la redonne, merci à elle.

Je fini donc avec l'ultime partie difficile de ce parcours : un morceau en forêt dans la boue encore et toujours elle :)
ça devient dur dur et je sais que les crampes sont vraiment là maintenant... elle vont venir sous peu c'est inévitable...

J'arrive finalement et retrouvant ma femme et ma fille... et ce coup-ci je fini avec Camille.
On court tout les deux, elle est contente, je suis ravi...

ça fait 3h51 qu'on est parti... j'ai donc mis 28mn de moins que l'an dernier (11% de moins en temps) je suis super content. Ma technique du 'ça passe ou ça casse' à une fois de plus payer... mais de peu ce coup-ci :)

Je franchit donc la ligne et m'arrête. Je vais voir ma femme et baaaaammmm ça pète de partout dans les jambes, ishcios, quadri et mollet s'en donne a cœur joie, ça crampes à la pelle et de partout. Je suis obliger de m'assoir et de subir, mais même assis ça crampes de partout.
Heureusement ça ne dure que quelques longues minutes... mais ce coup-ci je suis vraiment passé pas loin de la correctionnelle :)

Mon frère fini également en améliorant sa marque 2009 de quasiment 10 minutes.
Mon beau frère fini son premier trail, comme prévu il en a baver, mais il n'y pas lâcher et fini son premier trail
Flo fini 10mn devant moi.
Manu lui était là en promenade, il a tchatcher tout du long visiblement :)

Voilà voilà, objectif atteint.
Prochaine course samedi prochain avec les 6h de montée non-stop sur le salève... mes quadri ont déjà peur :)

Maintenant, place au prochain objectif 2010 -> l'UTMB...

3 commentaires

Commentaire de jième posté le 05-04-2010 à 13:44:00

Notre ami tercan est toujours égal à lui même. Lorsqu'on commence à lire ses récits pas question de diagonale, on va jusqu'au bout. C'est un excellent narrateur.
Pour ma part, j'ai passé en votre compagnie en ce 3 avril 2010 une très bonne journée sur ma ligne d'arrivée. Du stress il est vrai par quelques lacunes le vendredi à la remise des dossards et l'histoire des ecotasses. Le temps aussi m'a empéchait de dormir et du coup la "bonne mère" à exhossait mon souhait.
Pas de pluie et de nombreux participants au départ. Le bonheur quoi!!!
Un grand merci à toutes et à tous, vous avez ensoleillé cette troisième édition du trail des glaisins.

Grosses bises d'un président heureux.

Jième

Commentaire de millénium posté le 06-04-2010 à 06:37:00

que dire sinon BRAVO l'ami tercan !
Belle progression , et quel courage....Chapeau

Commentaire de rapace74 posté le 07-04-2010 à 07:08:00

bravo cyril pour ta perf!!!! a samedi sr le saleve
ne fais pas ta methode ca passe ou ca casse sinon tu va encore me foutre une tôle ;-(((
manu

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !