Récit de la course : Landes et Bruyères,Cap d'Erquy-Cap Fréhel 2010, par Le Lutin d'Ecouves

L'auteur : Le Lutin d'Ecouves

La course : Landes et Bruyères,Cap d'Erquy-Cap Fréhel

Date : 1/5/2010

Lieu : Erquy (Côtes-d'Armor)

Affichage : 1958 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

ERQUY SOIT QUI MAL Y PENSE

 
De retour en Bretagne
 
 
 
 
Ben oui, deux mois sans retourner en Bretagne, je ne pouvais pas tenir. Alors, quand Vincent m'a proposé de m'héberger chez lui (photo ci-dessus) avec mon épouse non loin du cap Fréhel, pour aller ensuite courir le trail d'Erquy, j'ai dit oui tout de suite. 
 
 
 
 
Vincent, c'est lui,  l'exact opposé d'un Lutin. C'est dire s'il ne manque pas de qualités dont celle de tolérer mes péroraisons perpétuelles un weekend complet. Quelle constance !
 
Vincent a déjà à son actif le Marathon des Sables et la Diagonale des Fous. Il prépare l'UTMB et de tout cela il ne se vante pas comme je le ferais à sa place. 
 
Il m'a fort gentiment proposé de courir le trail "Landes et Bruyères" à un rythme cool; de l'entraînement qu'il dit. Ça tombe bien ce sera ma quatrième compétition de suite et je commence à avoir les amortisseurs qui grincent...
 
 
******
Laissant ma Josette à Erquy où elle va courir le 14,9 km, nous sommes emmenés par une navette à Plévenon d'où vont démarrer les 1000 coureurs du 32 km.
 
Sur place, peu de kikous hormis le jeune et sémillant Massia qui vient nous trouver.
 
 

 
Ce sympathique gamin a eu le front de me poutrer à la course Entre deux "O" à Caen. Je le salue cependant chaleureusement avant de lui piquer subrepticement une mèche de cheveux avec laquelle je confectionne rapidement une petite poupée vaudou que je larde aussitôt avec les épingles à nourrice qui tiennent mon dossard. On verra bien si ça marche...
 
A cinq minutes du départ, nous nous insérons dans la foule où le rouge domine. Une invasion de Kikous ? 
 
Non, avec nous il y a  170 jeunes élèves de première année de l'école militaire de St Cyr auxquels le colonel a dit : "Ce samedi, pas de permission ! Vous courez un trail de 32 bornes et les dix derniers seront de corvée de chiottes. Rompez !"
 
Tous ces jeunes ont l'âge de mes enfants et je m'inquiète un peu pour eux. Le trail est une discipline assez exigeante et cela nécessite une préparation spécifique.
 
 

Je constate aussi que parmi ces futurs cadres de l'armée de terre, il y a tout un tas de jeunes filles fort agréables à regarder. Je mets mes mains dans mes poches. Zut ! Je n'ai pas de poches !

 

Départ cool de Plévenon. Euh, ben non, pas cool car Vincent m'emmène à douze à l'heure derrière les jeunes Saint-Cyriens qui détalent comme des lapins. Va y avoir de la casse !

 

 

Nous effectuons d'abord quatre kilomètres de campagne en partant vers l'est.

 

 

Nous débouchons ensuite non loin du Fort La Latte que je photographie à la volée car j'ai peu de temps pour m'arrêter vu le rythme et le nombre de quidams qui poussent derrière.

 

 

C'est ainsi que je vais faire environ 80 photos; le bras tendu, un oeil sur l'écran et un autre sur le sol, histoire de ne pas me vautrer. Ça aussi c'est du sport !

 

Quand j'écris "nous débouchons", je veux dire, "nous bouchons" car dès notre arrivée sur le sentier des douaniers, ça grippe un peu et je peux avoir quelques secondes de récupération...
 
 
Direction, le Cap Fréhel et ses falaises de granit rose culminant à 70 m au-dessus de la mer. Le terrain est technique et la vue superbe. 
 
 

Malgré le nombre important de coureurs, le rythme finit par s'accélérer. Il faut dire que nous sommes dans la première moitié du peloton. Pour des gars qui voulaient courir en touristes...
 
Derrière moi, j'avise une jeune militaire qui est presque aussi jolie que ma fille à moi. Nous allons finir par faire connaissance car le Lutin n'est pas timide et surtout terriblement bavard. Elle s'appelle Camille et va faire une superbe course.
 
 
Joli minois... je ne parle pas du binoclard du premier rang ! 

 

Pour le moment, je me dois de suivre Vincent qui court peinard pour lui,  c'est à dire presque à fond pour moi. On passe ainsi le cap et son phare.

 

 

Divers passages dans  des landes et des sous-bois nous amènent sur des terrains plus aisés où je peux discuter un peu avec Camille à propos de ses études et de sa présence dans ce trail.

J'ai la surprise de l'entendre dire que quoi qu'il se passe, elle n'abandonnera pas car dans ce monde d'hommes qu'est l'armée, les filles sont facilement des cibles dès qu'elles montrent une quelconque faiblesse. Machos les militaires ? Eh les gars, on est en 2010 !

Malgré les montées et les plages traversées sur du sable parfois bien mou, nous restons toujours sur une base de 10km/h, ce qui veut dire que nous atteignons régulièrement le 12 sur le plat. Mine de rien, Camille remonte petit à petit toutes ses camarades de bataillon.

 

 
Après Pléhérel, je retrouve Massia que nous doublons aux environs de la moitié de la course.
 
 
 
 
Le jeune gars, à Caen, m'avait dit : "Tu te débrouilles bien pour ton âge..." avant de me poutrer d'au moins cinq minutes. Le doubler me fait autant plaisir que si je passais mon ami le Mustang. Le mauvais esprit, ça fait du bien...
 
 
 

Tout ça me redonne des jambes et, tout en restant à un bon dix de moyenne, nous commençons à rattraper des jeunes militaires dont une sympathique armoire normande avec qui je taille un bon bout de gras.

 

Tiens, je croyais que Vincent était grand !
 

Le gars va faire le yoyo avec nous car il commence à chauffer un peu mais il nous confie qu'il a un but : terminer devant la petite Camille qui n'est pas loin et qui s'est hissée à la première place féminine de son groupe.

Nous arrivons ainsi au niveau de la commune de Sables-d'or connue pour son immense plage dont nous n'empruntons malheureusement qu'une petite partie.

 

 

Bon, le trail en Bretagne étant ce qu'il est, nous montons et descendons quand-même sans omettre les fameux escaliers qui  avaient si bien pimenté le Trail Glazig.

 

 

Eh bien, malgré toutes ces montagnes russes, le Vincent continue à  me mener à dix à l'heure. Une horloge, ce mec !

 


Il ne reste plus qu'une falaise à grimper avant de se retrouver sur le cap d'Erquy. Le rythme soutenu et mon peu de fraîcheur se font sentir. Je commence à perdre un peu d'huile et à avoir le radiateur qui fume mais je tiens quand même. Après tout, comme dit Vincent, il faut prendre ce trail comme un entraînement... cool !

 

 

Quelques kilomètres avant la dernière descente, alors que nous courons sur un terrain très technique, je vois un V2 au sol, tout de suite entouré de jeunes soldats qui viennent à son secours. Braves petits.

Pour faire le Lutin, je dis en ricanant à mon compagnon que ce gars au sol, ça fera un V2 de moins devant moi.

Krabardaf ! Moins de trente secondes après, je trébuche sur un rocher et je fais une démonstration de chute de judo en me relevant aussitôt. Même pas mal ! Enfin, si ! J'ai le genou qui saigne, une main écorchée et la hanche endolorie mais je fais le fier. Pas question de me tordre de douleur par terre en appelant l'armée française à la rescousse !

D'ailleurs, l'armée française, elle est moins fraîche et nous passons pas mal de jeunes qui couinent et claudiquent.

 

 

Je suis un peu tapé et je termine gêné par ma hanche qui m'empêche de descendre vers Erquy à ma vitesse. Un gars, voyant ma foulée,  me demande même si je suis blessé  et je lui réponds "Non, je suis seulement vieux !"

 

 

Un peu plus tôt, j'avais dit à Vincent, par pure bravade, que j'aimais terminer les courses au sprint, histoire de bien vomir sur la ligne d'arrivée...Voilà que pour me faire plaisir, il me prend au mot et il me pousse littéralement à m'exploser dans les cinq cents derniers mètres. Nous arrivons parmi une importante foule chaleureuse. On est en Bretagne.

Nous occupons la 465 et 466 ème place sur 1000 partants en 3h13. Pas mal la balade de santé, Vincent !

Derrière nous, le jeune déménageur arrive fort content mais les traits un peu tirés.

 

 

Deux minutes après nous, Camille arrive en 3h15, première de son groupe de filles et 1ère espoir féminin. Je la félicite et lui demande de faire une photo souvenir...

 

 

Elle est bien jolie et bien fraîche... ce n'est pas le cas de tous ses copains :

 

 

Je retrouve ma Josette qui a bien négocié son trail de 15 bornes en 1h39 malgré les bonnes grimpettes.

Une douche plus tard, nous allons manger les premières moules-frites de la saison à Dinan. Puis c'est le dodo avec les pattes qui crient.

Un bilan ? C'est un trail superbe très bien organisé au balisage parfait. L'ambiance est bretonne, donc géniale. Je ne peux que le recommander.

Mon bilan personnel : Aucune fraîcheur à cause de l'enchaînement des compétitions. J'ai couru au-dessus de mes moyens en causant tout le temps et en prenant des tas de photos. J'ai même réussi à me faire mal en tombant et j'ai fait un sprint dans le coma. Rien que du normal.

Ma Josette est très contente de son trail et termine bien plus fraîche que son Lutin de mari.

Vincent, le coureur zen, va courir le marathon du Mont Saint Michel la semaine prochaine pour continuer sa préparation UTMB.

Le Mont Blanc, mon Vincent, il va le bouffer tout cru en août !

 

Il ne nous reste plus qu'à dire au revoir à la Belle Bretagne.

 

 
 
 

 

 

16 commentaires

Commentaire de frankek posté le 05-05-2010 à 21:56:00

merci pour cette jolie ballade...elle est bien belle la Bretagne. ça fait un bout de temps que je n'y suis pas allé.

Commentaire de fulgurex posté le 05-05-2010 à 23:02:00

Moi, quand je vais en Bretagne, il pleut et il n'y a pas de jolies filles! Je suis jaloux!
Quand j'étais jeune (hé oui!) j'ai fait 6 mois à St Cyr, et je ne me rappelle pas qu'il y avait des filles...pffff
J'espère que tu n'es pas trop blessé. Car n'oublie pas: il y a l'Affrontement du 6 juin!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 06-05-2010 à 06:40:00

BRAVO Thierry, encore une Super ballade et un excellent récit. Soignes toi bien.

Commentaire de Klem posté le 06-05-2010 à 10:06:00

En plus des jambes tu as bon gout pour les filles je vois. Bravo pour ta course, Ah si la Bretagne était plus proche. tu as de la chance d'avoir couru ce magnifique trail

Commentaire de la panthère posté le 06-05-2010 à 10:56:00

encore une belle course à découvrir.......
merci pour ton récit! et à bientôt!

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 06-05-2010 à 11:08:00

Magnifique récit et photos!

ça me donne envie de retourner en bretagne!

a+

Commentaire de Françoise 84 posté le 06-05-2010 à 12:24:00

Et bien, tu es infatigable!!! Ne reste plus qu'à voir l'ostéo pour réparer le bonhomme...
Dis donc, les petits St Cyriens n'avaient pas l'air d'avoir beaucoup de matos avec eux, que font leurs entraîneurs??
Bravo à Josette qui s'est bien débrouillée (à quand ses récits?!).
Allez, bonne récup et gros bisous!

Commentaire de robin posté le 06-05-2010 à 14:55:00

Fulgurex n'aie crainte pour le 6 juin. Le Lutin a tellement la crainte de se faire poutrer qu'il s'oblige à faire des stages commandos avec Saint-cyr !

C'est vrai qu'elle est belle la Bretagne !

Merci pour le C.R. le Korrigan , enfin le Lutin quoi !

Commentaire de co14 posté le 06-05-2010 à 16:40:00

Faute d'avoir le Lutin avec nous sur le 14.9km, c'est avec Mario (sans son petit vélo) que nous avons parcouru ce super paysage breton, mario et ses longs discours, Mario et ses vidéos, Mario et ses photos.
Vivement que je fasse le 32km, pour voir le Lutin. MERCI pour ce récit, ces photos, un 30 bornes que je me suis promise de faire...
un petit coucou à Massia, et bravo à ta Josette...au plaisir

Commentaire de RogerRunner13 posté le 06-05-2010 à 17:08:00

Incorrigible le Lutin...... merci pour le récit et après ce trail "commando" n'oublies pas de récupérer un peu.

Commentaire de fabzh posté le 06-05-2010 à 19:24:00

Excellent le lutin et en plus il recommence de à se vautrer c'est bon çà , le lutin qui fait des courses lambda c'est moins drole;-)
le récit parfait (comme dab)

Et Massia ??? tu lui a rendu les 5 min de caen?

Bravo

Commentaire de LtBlueb posté le 06-05-2010 à 22:09:00

joli titre de course, superbes images et récit fort instructif !!! dis moi le lutin , t'as quand même pas laisser la délicieuse Camille repartir avec tous ces sauvages ? :)))

Commentaire de titi61 posté le 07-05-2010 à 20:42:00

super recit,comme d'hab. bravo pour ce trail.soigne toi bien.en esperant que ta hanche ne te penalise pas pour les futurs epreuves,dont champfremont demain.

Commentaire de francois 91410 posté le 07-05-2010 à 22:43:00

Tiens ! Saint Lutin au milieu des Saint Cyriens ... As-tu invité la petite Camille le 6 juin ?

Commentaire de Land Kikour posté le 08-05-2010 à 10:49:00

Au moins, tu as des yeux et et tu sais t'en servir, je reconnais qu'il y a parfois de bonne raisons de courir :-))
Merci pour le récit toujours très sympa.
A bientôt,
Olivier

Commentaire de breizhman14 posté le 08-05-2010 à 11:49:00

La bretagne est bien belle, et les St Cyriennes sont pas mal non plus :-)
Merci pour ton récit, et à bientôt l'écouvien!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil de kikouroù - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !