Récit de la course : Trail du Petit Ballon 2014, par christ-off

L'auteur : christ-off

La course : Trail du Petit Ballon

Date : 16/3/2014

Lieu : Rouffach (Haut-Rhin)

Affichage : 637 vues

Distance : 25km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Chronique d'une course mal engagée

Depuis le temps ce n’est que la 2eme fois que je vais  en Alsace pour courir dans ma région natale, profitant de notre passage pour aller voir Bo-Papa, je sélectionne cette course à coté de la maison.

Ce trail je ne le connais pas, mais il me semble à ma porté, malheureusement pour moi cela ne se passera pas comme je l’avais escompté.
Après une inscription par internet en décembre dernier, j’oublie un peu l’histoire et les semaines passent.

Arrive le jeudi, je prépare mon sac en veillant à ne rien oublier : ni habits chauds ni habits froids, montre, chaussures .
Le vendredi après-midi avec la petite femme nous prenons la direction de Colmar, le trajet se fera sans encombre et nous en profitons pour manger dans un restaurant avent d’arriver chez Bo-Papa.

La journée se passe entre visite de quelques magasins et l’arrivée des beau-frères pour fêter le double 7 du patriarche.

Ne pas oublier d’aller chercher le dossard sera la mission de cette fin d’après-midi.

Arrivé sur place nous trouvons facilement à se garer et cherchons la salle des sport. Y’a qu’a suivre les autres personnes que je dis à ma femme.

Dans la salle on sent tout de suite que c’est une affaire qui roule : tableaux avec les inscrits à l’avance et les tables qui donnent les dossards.
Je me présente à la table et là, la personne me demande mon certificat médical :

Moi :"mais je l’ai envoyé avec mon inscription ,

On me répond "allez voir la personne qui s’occupe de litiges informatiques" 

Ce monsieur me dit que je n’ai pas pu envoyer mon certificat par rapport à mon inscription et que sans certif je ne peux  courir et que bla bla... , bref passons j’ai oublié mon certificat et  c’est de ma faute tant pis pour moi.
Repassant devant les tables, une personne me demande pourquoi je ne cherche pas mon cadeau, je lui explique que je n’ai pas de certif et que le monsieur ne veut pas que je coure demain. Attendez on va trouver une solution et finalement j’ai trouvé sur mon ordinateur mon certif en pièce jointe que j’ai pu envoyer au club organisateur.

Merci à eux pour avoir trouver une solution à mon problème.


Le lendemain matin j’arrive à 8 h dans le centre de Rouffach pour me garer, j’ai le temps, le départ de ma course n’est qu’à 10h du matin.

Mais j’aime bien arrivé à l’avance pour me garer facilement et regarder le départ du 50 km.

J’en profite pour chercher ma bouteille offerte par le club organisateur et retourne à la voiture pour me préparer en attendant le départ. Je discute avec mon voisin de parking qui me dit qu’il fait le 50km, puisqu’il n’a pu participer à la Sainté-Lyon à  cause d’une blessure faite 3 semaines avant le départ. Je lui souhaite une bonne course et il s’en va prendre le départ.


De mon coté après un petit échauffement pour voir le début du parcours je reviens vers la ligne d’arrivée où les cadors sont déjà en place (le 25 km compte pour le championnat national). Je me glisse un peu à l’arrière à environs 7m de la ligne de départ.
Naturellement tous ces coureurs me doublent allégrement et déjà on attaque un chemin vicinal, d’ailleurs à part quelques centaines de mètres au départ ainsi que quelques routes de liaison et le dernier kilomètre avant l’arrivée ,nous ne verrons pas le bitume.

Au bout du 3eme kilos ,je fais un arrêt technique, je me dit que la course va être longue et je repars suivre le long flot des coureurs d’un seul coup tous le monde est arrêté sur le chemin (une descente pentue sur une monotrace bloquent les coureurs) au moins 5 minutes de perdue pour rien.

Après le chemin remonte et on aperçois le Petit Ballon enneigé (lieux du crime pour le 50 km) au 10 km nous atteignons le 1er ravito accueillis  par des cors de chasse.

2 minutes pour boire un peu de boisson énergétique pas mauvaise et quelques morceaux de pain d’épices et zou continuons notre course. A ce moment là mes pieds commence à me faire souffrir et je me dit que ça va être long  jusqu’à l’arrivée.

On passe dans une forêt, le sentier est en faux plat montant mais aujourd’hui j’ai pas de jus, je n’arrive pas à relancer et pourtant après coup, je pense que c’est surtout sur ce genre de chemins que j’ai perdu du temps.
Nous commençons à entendre des bruits de civilisation et le clocher d’une église qui sonne. Nous sommes proches du 2eme ravito soit au 16km du circuit.

Deux verre de boissons énergétique offerte par une sympathique bénévole et je repart pour finir mon chemin de croix.

Pourtant les difficultés sont derrières nous, mais beaucoup de gens commencent à être bien entamés.

Juste avant d’arriver au dernier ravito qui est juste un point d’eau, une superbe descente sur une route goudronnée fini de m’achever les genoux ( tiens je l’avais oublier celle là) avec une montée pas forcement facile derrière.

Un petit single avant une descente à travers les vignes nous permettent d’admirer la ville de Rouffach, encore un petit kilomètre sur une route goudronnée où j’en profite pour doubler quelques coureurs  et je passe sous l’arche d’arrivée en 3H03mn bien loin de mes 2H45 escomptés.
Un tee-shirt et une bouteille d’eau offerte finiront cette matinée bien fatigante.

Je retourne à la voiture  et rentre chez Bo Papa pour récupérer la petite femme et rentrer sur Vienne.


Bilan de cette course :

Courir dans le massif vosgien c’est pas facile, Le circuit est sympas et c’est bien organisé par un club réputé,mais quand je vois que le 1er arrive en 1H33 et le dernier arrive en 4h43 (v4) Il y avait quand méme un sacré niveau.

Je paye aussi un manque évidant d’entrainement dans le D+ et le D-,par rapport au semi d’Ozon c’est pas pareil j’ai eu moins l’envie .
Bon pour les Coursières, je réfléchis encore si je m’inscris, parce que ce matin je suis un peu déçu par ma performance et ça me contrarie.
 
 



5 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 17-03-2014 à 21:44:05

Une progression, ce n'est pas linéaire, ça passe par de grande perf (Ozon) et des jours moins bien : bon, ça c'est fait, tu es débarrassé, n'abandonne pas ton projet des coursières.

Il te faut maintenant traduire sur les chemins tes bonnes dispositions de routier...si tu veux faire du trail (mais la route, c'est bien aussi, à toi de choisir !)

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-03-2014 à 21:48:20

Tu découvres c'est normal. Tu progresses bien il reste maintenant à franchir les étapes une à une. Celle ci en est une. Je dis bravo car pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude encore des trails tu t'es attaqué à un bon morceau. En effet ce trail a servi plusieurs fois à des manches de championnat de trail. Pas de regrets à 1voir, apprend de ta course, récupère et place à la suite. Bravo !

Commentaire de christ-off posté le 17-03-2014 à 21:52:31

Encore une fois, j'entends bien la voix de ta sagesse légendaire.Pour les Coursières j'ai encore le temps pour réfléchir.
A+ sur un off

Commentaire de lalan posté le 18-03-2014 à 06:03:57

Y a des jours avec et d'autres sans.... Il faut faire avec. Courage , bonne récup.

Commentaire de poucet posté le 18-03-2014 à 20:19:13

Il faut positiver. Même si ta perf n'est pas celle que tu espérais, tu as pu participer et terminer à une trés belle épreuve, une reference dans le calendrier trail. Et ç'est déjà bien.
Les Coursières c'est également une trés belle organisation. C'est un super objectif pour repartir s'entrainer. Vas y !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !