Récit de la course : Semi-Marathon d'Argentan 2007, par Le Lutin d'Ecouves

L'auteur : Le Lutin d'Ecouves

La course : Semi-Marathon d'Argentan

Date : 6/10/2007

Lieu : Argentan (Orne)

Affichage : 2381 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Un semi pression SVP !

Cette année, je vais à Argentan en compagnie de mon gynéco, enfin… je veux dire que j’y vais en compagnie de Serge dont le beau métier est gynécologue obstétricien. Serge est une vieille connaissance de course à pied qu’au début de ma carrière de galopeur intermittent j’admirais pour sa vélocité et son style. Justement, il y a des années, lors de mon premier semi marathon, Serge m’avait superbement  fait comprendre qui était le chef en me mettant au moins dix minutes à ce même semi d’Argentan.

Cependant, ce n’est pas avec un esprit de revanche que je l’accompagne mais avec un réel plaisir de courir une compétition avec un camarade qui s’est fait plus rare depuis quelques temps à cause de la manie des parturientes d’accoucher n’importe quand, y compris le week-end.

Nous arrivons sous un soleil éclatant une demi-heure avant le départ et l’ambiance est là, et pour cause, il y a du monde : l’épreuve regroupe environ mille coureurs dont une forte délégation anglaise ; près de 800 coureurs feront la course en solo et les autres la feront en relais (10+11 km).

Comme d’habitude, je prends la bonne résolution de m’échauffer le plus tôt possible et je n’y arrive évidemment pas vu que, connu comme le loup blanc, le Lutin doit dire bonjour à un tas de monde dont les trailers d’Ecouves : Pascal, Ricounet, Ricounette, Chaton et Simone ainsi que les gars de Champfrémont reconnaissables à leur maillot bleu, sans parler de toutes les connaissances rencontrées dans la vingtaine d’épreuves que je dois bien faire dans le département chaque année. Il y en a même un qui n’a jamais compris le coup du Lutin et qui, à chaque fois qu’il me croise, m’appelle « Le Petit Poucet » !

 Les gars (et la fille) de Champfrémont

Enfin, le dossard ; là, c’est la classe car en plus du t-shirt technique que l’on recevra à la fin de l’épreuve, on a droit à une bouteille de cidre ainsi qu’à un clacos au lait cru. Ces deux produits du terroir ornais sont des pures merveilles (j’ai déjà tout sifflé) et je plains les pauvres kikous du sud qui ne connaîtront jamais l’ineffable sensation d’un calendos de tradition ornaise accompagné par un vrai cidre bas-normand. Malheureusement, pauvres amis éloignés, ce genre de produits ne franchit que rarement les frontières de la patrie du camembert (Camembert, pour les mangeurs de fromage cuit, c’est situé dans le nord de l’Orne).

 Bon, on s’échauffe ? Ben non, voici Loïc, un autre copain toubib (lui, il est chirurgien) qui part sous peu pour la Diagonale des Fous. Présentation de la petite famille de Loïc, il accompagnera sa belle-sœur puis son épouse qui courront en relais. Nom de d’là, on est à trois minutes du départ ! Je laisse mes amis  et me faufile dans la foule où je rejoins les maillots jaunes et noirs des filles de mon club. Je salue Marie-France qui me répond avec son légendaire sourire ainsi que Valérie qui est encore une fois vêtue de sa seyante brassière aux couleurs d’A3 Alençon.

Pan ! C’est parti pour un petit tour en ville, je connais la course, j’ai un kilomètre à faire rapidement pour bien me placer. 4’15’’ : caramba, encore raté ! Je suis déjà au-dessus du temps idéal pour faire moins de 1h30. J’avise un maillot orange familier, c’est celui de Francine, une licenciée de la Bayard d’Argentan qui a la particularité de courir à un rythme très proche du mien ; je sais que si je l’accroche, je pourrai faire un temps convenable. Imitant la bernicle suçant le rocher, j’aspire sans honte la foulée de la championne vétéran locale. Dans la foule, j’aperçois non loin le merveilleux fessier de Véronique, une autre championne locale mais las, la donzelle est de plus en plus forte, je ne la verrai que fort peu de temps et elle finira 3ème féminine en 1h29’50’’. Je me contente donc de suivre celle qui est encore quatrième féminine et dont la gestion de course est à ma portée. Nous sortons enfin de la ville pour pénétrer dans la campagne.

« Salut, Le Lutin ! » C’est Eric, un gars de Champfrémont qui me distance à tous les cross, il court tout en puissance et n’hésite pas à marcher de temps en temps pour repartir derechef à 15 à l’heure. Je connais mon Eric et je ne le suis pas.

Aunou le Faucon : 5 km et je passe en presque 21 mn. J’essaie de me relancer, j’ai encore l’espoir d’égaler mes 1h29’12’’ d’il y a deux ans. Au  détour d’un virage, je vois peint sur le sol : Vas-y Nono ! Damned, l’escargote est connue jusqu’ici ? Cette sommité de Kikouroù court-elle ici incognito ?

Je m’accroche, je m’accroche, 7ème kilo en un peu plus de 30’ ; c’est cuit pour descendre sous la barre de 1h30 !

Le port d’Aunou : où sont les bateaux ? Je rattrape Eric qui marche. Je ne m’y fie pas, le gars a de la ressource. Il me confirme cependant sa méforme et n’arrive pas à m’accrocher.

Nous arrivons au point de relais que je passe en saluant Bruno qui attend sa relayeuse Valérie. Aussitôt après, c’est le dixième kilomètre : 43 minutes bien entamées, je ne suis pas au top !

Un peu après le 11ème kilo, nous nous engageons dans la forêt de Silly en Gouffern pour quatre bons kilomètres de large route forestière. D’abord, ça grimpe deux kilomètres et je prends le relais devant Francine, je lui dois bien ça. L’air sylvestre et l’ombre redonnent de l’énergie au Lutin et je monte comme un cabri. Pour une fois, ma jambe droite ne me fait pas trop mal et je passe un bon nombre de concurrents.

Francine me suit et nous redescendons vers Argentan à une bonne vitesse. Le 14ème kilomètre est passé en 1h02, c’est correct.

Nous ressortons bientôt de la forêt. Et nous progressons dans la campagne argentanaise. Jusqu’ici, je n’avais pas encore souffert de la chaleur mais, la fatigue aidant, j’accuse le coup. De plus, les 16 bornes du Paris-Versailles courus six jours plus tôt se rappellent à mon souvenir. Francine me décroche, je commence à piocher. Il reste 4 kilomètres mais je n’ai plus trop de réserves. 

« Vas-y Susie ! » Je tourne la tête et je vois une superbe coureuse blonde et bronzée qui me passe à toute vitesse, avale la foulée de Francine puis la dépasse.

Là, le Lutin n'est plus frais  (photo Wilhelm Roussin)

La ville, je me relance mais je sens que je n’ai plus de jus. Je finis en roue libre en 1h34’25’’ trente-trois secondes derrière Francine qui termine 2ème V1. Mon passage de la ligne d’arrivée est salué par Gérard le speaker qui m’affuble du qualificatif de monument local de la course à pied. C’est trop Gérard ! Tu parles d’un monument ! Il se lézarde le monument.

Bon, ce n’est pas un drame, je n’ai pas la forme olympique cette année et j’entame ma troisième saison V2. Il faut faire avec !

Je bois un coca et attrape mon appareil photo pour mitrailler toutes les connaissances qui passent la ligne. Serge arrive presque dix minutes après moi. Il est en forme et très content de sa promenade. Nous attendrons jusqu’à 2h17 de course pour voir arriver hilares Loïc et son épouse.

 

La médecine alençonnaise arrive en force !

 

Demain matin, je ne ferai qu’ 1h 30 en forêt. Il faut que je récupère.

Hein ?  … un dix kilomètres ….  Quand ? Dimanche prochain ? Et c’est une première édition ! Ah ben, il faut supporter les bonnes volontés. J’irai peut-être si je n’ai pas mal.

Vivement le démarrage de la saison de cross que je me repose !

 

 

 

8 commentaires

Commentaire de Françoise 84 posté le 08-10-2007 à 22:20:00

La kikou du sud ( qui ne sait rien du camembert , mais ça peut s'arranger ? ) reste admirative devant la perf du Lutin ( dopé au cidre ? serait-ce plus efficace que le côte du Rhône ? ) . Bravo ! Et n'hésite pas à descendre vers chez nous , muni de ton ravitaillement !

Commentaire de Mustang posté le 08-10-2007 à 22:48:00

Ton récit est aussi coulant qu'un calendos au lait cru moulé à la louche !
Oui c'est vrai la brassière de Valérie lui va très bien!!
Bravo quand même

Commentaire de JLW posté le 08-10-2007 à 22:51:00

Eh le lutin, apres Paris Versailles (et un chrono sympa) tu enchaines les courses week end après week end et tu t'étonnes de pas être en super forme ? En plus tu t'échauffes pas, une gloire locale tu l'es certainement. Bravo pour tes 1h34 et j'ai adoré le "merveilleux fessier" de Veronique qui appréciera sans nul doute.

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 08-10-2007 à 22:52:00

Bravo le Lutin, heureusement qu'il y a les postérieures des
coureuses pour te motiver, sinon tu finirais dans le top-end ;-))
J'crois que je vais me mettre au régime Camembert + Cidre
plutôt que Champagne et Tang... Ca a l'air de bien te réussir.
Et je confirme, j'y étais pas, surement un(e ?) homonyme du coin !

Bises de Nono l'esc@rgot, la vraie !

Commentaire de titifb posté le 09-10-2007 à 07:49:00

"Ces deux produits du terroir ornais sont des pures merveilles (j’ai déjà tout sifflé) et je plains les pauvres kikous du sud qui ne connaîtront jamais l’ineffable sensation d’un calendos de tradition ornaise accompagné par un vrai cidre bas-normand. Malheureusement, pauvres amis éloignés, ce genre de produits ne franchit que rarement les frontières de la patrie du camembert"
Tu as raison l'Lutin et d'ailleurs au prochain OFF, n'hésite pas à venir avec un carton de chaque pour une dégustation ! Chez nous, c'est vrai, c'est plus PICODON et COTES DU RHONE ! c'est ça l'terroir...
Bravo quand même pour ta course : 1h34, ça ferait plaisir à certains Kikous je pense !

Commentaire de frankek posté le 09-10-2007 à 12:41:00

bravo le lutin,
je connais bien des produits miracles! j'ai eu l'occasion d'y goutter très souvent. c'est vrais que c'est bien bon!!! je te connais et j'aurais sans doute l'occasion de te rencontrer bientot pour parler de tes exploits sur kikourou!!!

Commentaire de hellaumax posté le 10-10-2007 à 18:25:00

Bravo le Lutin ! Franchement, j'aimerais bien faire ton temps sur Semi!
Et surtout c'est bien d'avoir mis des photos comme ça tout le monde peut voir que des fois, il fait beau dans l'Orne!

Commentaire de bigout66 posté le 11-10-2007 à 13:44:00

Salut le petit poucet lol,

ben moi je trouve que 6 jours après Paris-Versailles ton temps est très bon.
En plus tu as vu moults beaux fessiers que tu aurais d'ailleurs pu prendre en photo pour illustrer tes paroles qui mettent l'eau à la bouche au même titre que le cidre et le calendos lol.
Bon u peu de repos et notre jeune coureur que tu es retrouvera toute sa fougue !!!

@+ ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil de kikouroù - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !