Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2008, par Génep

L'auteur : Génep

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 29/6/2008

Lieu : St Laurent Du Pont (Isère)

Affichage : 1435 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

72 autres récits :

Le récit

Grand Duc (Chartreuse) – DUO : 42 km et 2750  D+


Avant de commencer mon compte rendu, je vais tout de suite planter le décor avant ce départ à 6h depuis St Laurent du Pont.

Retour en arrière donc, samedi soir bringue de fin d’année avec les collègues de l’école : apéro un peu chargé (pas trop quand même), un petit foot avec le fils de ma collègue, fin de soirée à 1h 30, arrivée avec Sandra à 2h15, réveil à 4 h soit 1h 45 de sommeil.

La bouche pâteuse au petit matin, le ventre ballonné, je n’ai pas faim pour « déjeuner ». Le cardio est biensûr en plus beaucoup trop haut par rapport à d’habitude. Ca promet pour mon premier trail long de la saison !

Je décide quand même de voir le départ des solos à 5h, il le mérite pour leurs 80 km et quasiment 5 000 D+ (plus que le Mont Blanc donc …).

 

5h30, je retrouve Arnaud et Cyril qui comme moi vont faire le premier relais.

Dans ma tête, je pense partir en dedans, et voir ce qu’il se passera.

 

6h, dernières consignes de course et c’est parti ! Je table sur 5h de course en forme moyenne.

Première montée jusqu’au col de la Ruchère soit 10 km et 1217 D+. Belle mise en jambe.

Trois coureurs prennent la tête dont Arnaud. Au lieu de rester sagement au cœur du petit peloton, je fais vite l’effort pour revenir sur le petit groupe.

 

C’est parti vite mais les jambes répondent, on verra.

Je fais toute la montée avec Arnaud mais nous modérons sagement notre allure pour rester 5 et 6ième. Cela nous donne raison puisque nous reprenons deux coureurs avant de remonter sur Bovinant (300 D+).

Jambes toujours bonnes finalement mais où ça coince, c’est que je n’ai pas faim et que je suis ballonné. Et ça va, je le sais, je vais le payer.

 

Nous attaquons ensuite la longue et technique descente sur Pierre d’Entremont soit 1 000 D- en 10 km environ.

Les bâtons me soulagent, je perds quelques mètres sur Arnaud mais je suis le rythme. Puis crampe au mollet droit au 15 ième km, déjà !! 

 

J’enrage, je m’étire rapidement, je sens qu’elle revient, je m’étire, je bois et je repars sans souci. Mais Arnaud  est devant désormais.

 

Arrivée à un point d’eau au dessus de St Pierre, je vais bien, je descends bien même, l’adrénaline de cette mésaventure sûrement et j’envoie du bois avec les bâtons. Les solos me regardent bizarrement !

J’aperçois Arnaud en contrebas, j’allonge sans trop, la route est longue encore. La traversée de St Pierre est géniale, cloches, grosse ambiance ! Je saute le ravito, j’aimerai revenir sur Arnaud régulièrement pour garder notre belle cadence.

 

Je vois toute joyeuse équipe du club en solo : Eric, Pepe, Olivier et Julien. Ils semblent tous bien, je discute quelques temps et je repars.

 

Mais ça coince vite dans la montée sur le Désert : plus de jambes, au bout de 20 km c’est déjà dur. Je double les solos à une allure nettement inférieure. J’essaie de boire et manger, mais dur dur.

 

Le passage le plus difficile est l’arrivée sur le plateau du désert, ce faux plat est interminable, je n’avance pas, j’attends très impatiemment le ravito pour recharger les batteries et surtout prendre 10 min pour souffler et manger.

 

D’ailleurs, je me suis fait doubler par un ou deux duos.

Au ravito, c’est vraiment le désert dans ma tête, pas d’envie, le moral en berne, les jambes HS, bref la berezina.

Julien que j’avais doublé à St Pierre et qui est en solo arrive juste après. Il est super bien et je pense sérieusement à stopper là. Ca serait peut être raisonnable.

 

Mais Ringo attend son relais, je n’ai pas envie de me faire chambrer et surtout Julien me remotive. Je lui dis quand même de repartir devant.

 

Allez, j’y retourne, je ne suis pas là pour cueillir des champignons ;). Cette pause m’a finalement fait du bien malgré les premiers mètres très difficiles. Le fait d’avoir mangé m’a légèrement requinqué, je reviens sur Julien, puis je passe devant pour reprendre un rythme correct à défaut de soutenu.

 

Je reviens même sur le 4ième duo, on fait une bonne partie ensemble et les montées sont ce qui me convient le mieux, je passe devant à mon rythme.

 

Avant de débuter la montée sur le Mont Joigny ( 600 D+ environ) , je rejoins la joyeuse équipe d’Athlète Endurance (Arthur, Jérôme et Manu).

Ils semblent en forme !

 

C’est la difficile montée sur le Mont Joigny qui se profile avec notamment un final costaud.

 

Je souffre comme tout le monde en silence, un silence chartreux finalement. Mais que c’est beau là haut ! La Chartreuse est vraiment un massif à part, nous voyons le massif de la Lauzière, nous redescendons sous le Granier avec ses superbes parois rocheuses.

 

Cela me fait oublier quelque peu les jambes qui vont à vraiment à reculons en descente, à une vitesse de 7,5 km/h. Faible !

Epernay est désormais proche mais se fait désirer !

Dans le dernier kilomètre, j’arrive à trouver un second souffle, je relance et la chaude ambiance du village m’aide bien ! Une ambiance digne du Tour, c’est aussi un peur pour ça qu’on court !

 

Je passe le relais à Ringo en 4ième position en 5 h 53 juste devant Cyril qui est revenu très fort !

Content d’en finir et de donner la possibilité à Ringo de faire sa course. Je l’encourage puis je retrouve Arnaud et d’autres solos du club au ravito (Toto, Guillaume et Patrick).

Enfin, j’arrive à manger !!

 

Nous irons voir ensuite le Grand Duc avec Arnaud à St Pierre de Chartreuse où Marie et Ringo font une belle course. D’ailleurs, Ringo semble avoir les jambes pour le podium même si ce n’est pas important.

 

Ensuite, direction l’alpage du Charmant Som où Marie assure vraiment mais où Ringo aurait du logiquement passé devant.

Etonnant… Le temps passe et personne en vue. Ringo s’est fait mal au ménisque dans une descente et a sagement stoppé sa course.

 

Retour à St Laurent du Pont, je récupère assez bien, place désormais au Défi de l’Oisans avec rando course en Juillet pour tenter d’être prêt et de finir de Défi !

 

Bravo à tous les solos qu’ils aient abandonné ou non (moins de 100 coureurs à l’arrivée !), aux bénévoles et organisateurs qui ont réservé un parcours très difficile mais superbe !

2 commentaires

Commentaire de Arno_SMAG posté le 02-07-2008 à 19:05:00

Sympa ce grand duc ! Vivement l'oisans maintenant !! Bon faudra que tu dormes un peu pour être en pleine forme !!

Commentaire de Coach Cyril posté le 03-07-2008 à 12:09:00

Bravo a toi Benoit !!!!

merci pour ton récit, je revis le parcours !!

Manqué pas grand chose pour que je revienne sur toi !!!

au Plaisir !!

Cyril

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !