Récit de la course : 100 km de Steenwerck (Open) 2009, par Fidji

L'auteur : Fidji

La course : 100 km de Steenwerck (Open)

Date : 20/5/2009

Lieu : Steenwerck (Nord)

Affichage : 897 vues

Distance : 100km

Matos : j'étais juste habillé, et j'avais aussi un porte bidon et des runnings aux pieds

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Steenwerck 2009 et 2008 aussi un peu

Voila il fallait bien une première je tente de vous partager ma prose pour ce premier CR, pour une course qui a été pour moi le premier objectif principal en course à pied.

 

Dans un premier temps retour en arrière (la théoriquement y’a plein d’image qui défile super vite pour qu’on ne voit rien mais c’est le principe)

Décembre 2007 : me voila au ski (de fond) en famille près de morbier dans le Jura, c’est pour moi un retour vers des sport d’endurance. J’ai du mal sur le plat et en montée par contre en descente c’est pour freiner mes 113 kg que c’est difficile.

Je joue depuis 3 ans 2e ou 1er ligne de rugby en universitaire et je cours de temps en temps 20’ pour le travail de fond.

Donc revenons-en dans le Jura, vu ma difficulté à me mouvoir je décide de perdre du poids, en gros une 10aine de kilo pour l’année serai pas mal.

Puis arrive février et v’la que je me fixe un objectif « un peu fou » le 1er mai je serais à Steenwerck pour tenter les 100 kilomètres.

Je passe les débuts à l’entrainement assez progressif, et donc le 30 avril à 29h je suis sur la ligne de départ à peu près confiant. Au final j’arrête au bout de 11h sur TFL au 62e km déçu mais bon rendez vous est pris pour l’an prochain mieux préparé.

Je zappe un peu le reste de cette année de découverte ou le bilan est mitigé : sur 4 courses 2 arrêts prématurés. Bref il me reste pas mal de chemin.

 

Décembre 2008 début de la préparation pour l’objectif n°1 rendez-vous le 20 mai pour les 100 km.

Une préparation qui se passe pas trop mal, parfois dur de trouver la motivation de chausser les running après le travail mais bon.

En avril arrive les courses de préparations : Randonné pédestre liévinoise ou 54 km départ minuit pour me tester en course de nuit. Puis semaines plus tard 43km sur la diagonale des futs pour voir comment les jambes résistent à ce qui est pour moi un bel enchainement..

Derrière viens la récup puis quelques footing dont quelques-uns de 20 bornes pour faire tourner les jambes.

 

Arrive le grand jour : j’ai eu du mal à dormir la nuit d’avant la petite sieste l’après-midi fut bien petite. Bref j’arrive un peu fatigué mais très motivé.

Le temps de recroiser des têtes connues et de discuter un coup avec 19h arrive le départ est lancé Je croise après 3 km Zeb (c’est bien les maillots jaune  pour se reconnaitre) qui viens courir le lendemain, et ch’ti lolo qui à l’air de s’amuser sur son vélo.

. Je n’ai que deux choses en tête un lue ici « la course commence au 60e », et ce que m’as dit et répété ch’ti grincheux « Au départ quand tu as l’impression de courir doucement, bah tu freine, et la bah tu cours déjà trop vite ».C’est donc pas évident de trouver son rythme au milieu des personnes qui partent pour 20 ou 40 km, j’essaye tout doucement de me mettre dans ma bulle. Premier tour difficile donc moralement ou je cours sans rythme mais je sais bien que ca va passer.

A l’attaque du 2e tour (km23) je suis toujours frais donc tout va bien, un 2e tour qui passe aussi sans encombre en alternant course et marche pour ne pas fatiguer trop vite. Les premiers me doublent a 5-6 bornes de la fin du tour ca fait plaisir de voire Guislain, Jérôme (Embrunman) et Manu (Manuplaya), je ne les avais pas croisé au départ. Un tour à la salle des sports 42,3e kilométre la porte de l’ultra est franchie ;).

J’en profite pour changer de chaussettes et chaussure je découvre une première petite cloque, je la perce mais jusque la tout va bien. Je croise Ch’ti lolo qui attaque le 4e tour en accompagnateur.

 

Début donc du 3e tour toujours en alternance course et marche, tout se passe bien j’aime beaucoup la portion entre le ravito 1 la croix du bac et le 4 au crampon, il y a régulièrement un spot sur la route dont 1 éclaire des arbres, et c’est super beau !!!!

Arrivé au crampon (56e) ca commence a être un peu dur, premier coup de mou je marche un bon 4 bornes avant de me remettre à trottiner, les jambes sont un peu raide. A l’approche de l’arrivée les premiers me redoublent, Ouaouh ils sont vraiment impressionnants.

Un tour de plus de bouclé j’arrive a autant que l’année dernière en 1h30 de moins et en sacrément meilleur état (comme quoi l’entrainement ca paye). Le temps d’un petit massage aux mollets sur le conseil de Jérome et Manu. Me voila reparti avec des jambes nouvelles. C’est du BONHEUR tout va bien j’ai déjà couru 70 bornes, ca devrait passer. La fatigué aidant je dois faire une erreur (de jeunesse) ayant tout les voyants au vert, je pars surement sur un rythme trop élevé entre le 65e et le 75e je dois tenir la moyenne la plus élevée depuis le départ Dans cette portion je double ma maman qui arrêtera (sur mon conseil) un peu plus loin. Arrivé au Crampon (toujours la) re coup de barre. En sois je suis allé trop vite avant et je le paye. Zeb me double par la pour lui c’est le premier tour de la  course du jour.

Donc marche,… Et la c’est jusqu'à la salle au 81e.

Je regarde le chrono et j’aperçois que niveau régularité bah en fait ca va :

1er tour (23km) 3h20

2e (19,despoussières) 3h00

3: 3h00

4: 3h10 (maudit coup de barre)

 

Bon la c’est vraiment dur les pieds commencent à chauffer, j’ai l’impression que la marche me fait avoir des ampoules à cause des frotements.

Petit massage (celui la a fait plus de mal que de bien à mon goût, je m’alimente un gros coup, passe les pieds à la Nok rechange de chaussure et chaussettes.

Me voila à l’attaque Ch’ti grincheux qui me lance « Toi, tu vas au bout » d’un air autoritaire.

Je repard donc mais pas vraiment convaincu de finir, juste partir parce que si je reste plus longtemps je sais que je ne repartirais plus.

Et donc j’attaque surement les 16 km les plus dur que je n’ai jamais fait, au départ le temps de chauffer les muscle je marche (juste assez pour que les ampoule aient bien perlées). Et quant les muscle re-répondent je ne peut plus courir à cause des ampoules.

Vous connaissez les chaussures à amorti coussin d’air bah la l’amorti était intégré au bonhomme, c’était un Fidji Ampoule Max,…

Pendant ses km je passe par tous les sentiments, émotions. Je peste sur les pelotons de cycliste qui ne se décalent pas. Bref ca va pas je me traine a 5 km/h.

Mais bon je serre les dents en faisant le décompte des km. A la blanche il reste 96km (certains m’on dit qu’à partir de la c’était que du bonheur bah non toujours pas,… A chaque borne passée un sourire puis retour à la grimace. Enfin les 500 derniers mètres (même pas le dernier km) les yeux au ciel, je chiale comme un gosse. C’est gagné, c’est fini, plus jamais ca ;).

Sur les 200 derniers métres je serre un grand coup les dents et je me remet à courir (première fois depuis 20 bornes) et je passe la ligne HEUREUX.

 

Voili, voilou 18h07 un temps qui ne demande qu’a être amélioré ,…

Beaucoup de rencontre que je n’ai pas replacé dans le récit je ne sais plus forcément ou j’ai vu tout le monde. Beaucoup de kikourou,… les UFO,… et tous les centbornards ou ceux qui ont tenté Steenwerck cette année.

Merci à tous pour les conseils lu sur le forum qui m’ont aidé à ce résultat.

Rendez-vous pour de nouvelles aventures (quand les ampoules seront guéris.

6 commentaires

Commentaire de ArnaudP59 posté le 23-05-2009 à 09:47:00

Félicitations à toi, je t'ai vu à l'attaque du 4ème tour, lorsque j'attendais aux massages, tu paraissais fatigué et je n'aurais pas parié sur ton passage au 100èmme ;)

Vraiment impressionné de ta performance.

Commentaire de Rag' posté le 23-05-2009 à 20:53:00

Bravo à toi. Le bonheur que tu as ressenti à l'arrivée est proportionnel au temps passé et aux douleurs endurées. J'aimerais tant ressentir ce bonheur... Avant cela, je dois en chier pendant 100 kms en 2010.
Félicitations et profite de ce petit nuage de bonheur avant de redescendre parmi le commun des mortels.... non cent-bornards.

Commentaire de francois 91410 posté le 23-05-2009 à 22:37:00

ton récit et la description de ta progression sont très impressionnants. Résumer 100 km en quelques lignes ne doit pas être évident. Respect. Moi qui ne suis qu'un modeste marathonien...

Bonne récup, en attendant le prochain objectif

Commentaire de chtigrincheux posté le 05-06-2009 à 05:45:00

Tu a encore des conseils à prendre et à suivre ....

Ton fichu caractère t'a permis d'aller au bout de toi même et te prouve à toi même tes capacités.
La vie est différente à présent bien venu dans mon monde,notre monde.

Commentaire de Hay-David posté le 25-06-2009 à 07:52:00

Sacré ténacité! Belle preuve d'un moral d'acier malgré les couleurs par lesquelles tu as du passer : vert de rage, rouge de douleur, gris de doutes, et enfin sur un petit nuage tout rose... :o)

Félicitations et bienvenue dans le monde des centbornards!

Reste maintenant à te préparer plus longuement afin d'y prendre plus de plaisir ;o)

Commentaire de Epytafe posté le 20-05-2010 à 10:39:00

Tu vas vraiment en vacances à Morbier....?

T'es un mec bizarre toi ;-)

Content de t'avoir recroisé !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !