Récit de la course : Le Grand Raid du Mercantour 2009, par Le Bulot

L'auteur : Le Bulot

La course : Le Grand Raid du Mercantour

Date : 20/6/2009

Lieu : St Martin Vesubie (Alpes-Maritimes)

Affichage : 1308 vues

Distance : 104km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Trail du Mercantour

 

J’ai du mal a relater ma course mais il faut que je raconte se que j’ai vécu durant ces 21h13 de joie,de doute et de tristesse.

  

Au camping j’ai rencontré beaucoup de kikous et vous savais ou j’en ai rencontré le plus ??? Aux toilettes,

 C’est bizarre comme ce lieu si personnel habituellement c’est transformé en espace de rencontre, d’échange, à chaque fois que j’y vais hop un kikou !!!!!!!! le dingo, le papy ……enfin tout ceux qui avait à faire……….

    

4h00 Wiily et moi sommes décidé a vaincre le Mercantour, mais à notre rythme c'est-à-dire que nous nous trouvons au fond du stand de départ. Vous situez le rythme ??? Perso j’ai un tromastime rotulien qui ne me lâche pas depuis l’ardéchois en mai et pour Willy c’est son 1er trail Montagne, il est habitué aux longues distances mais sur route, Alors prudence.

 

Nous trottinons sur les 3km de bitume puis sortons nos bâtons pour la 1ere montée »Colmiane » Willy monte en tête et mon genoux tante de trouver un rythme qui lui convienne. Je ne part pas dans l’idée de péter un score mais plutôt de finir. (en moins de 20h si possible).

 

1er ravito on est chaud , pas fatigué et tout va bien j’ai hâte de me retrouver en altitude un café et du fromage et on y retourne.

 Col de Barn 2457 mètres et enfin les 1er neige , Je profite , le soleil tape, qu’est ce que l’on est bien. Willy par contre n’aime pas la neige sans les skis, il a passé toute la décente avec une italienne à eux deux ils ont animée une bonne dizaines de gamelles.

 

Allé on traîne pas : en petite foulée jusqu’au  ravito 2 »Boeron » Nous nous pausons 5 minutes car le « pas de Lard » nous ouvre ces voies et elles sont raides.

 

 

Je donne un rythme assez rapide mais pas trop environ du 650 - 700métres / heure mais willy commence a avoir les jambes fatiguées nous ferons donc une pose au dernier arbre avant le col. Surtout que les derniers D+ sont en neige .

 

 

Une vue superbe , pour profiter nous admirons notre parcourt durant 2 bonnes minutes histoire de dire que l’on est pas venu la pour ne pas profiter du paysage , c’est une course, oui, mais Lundi on bosse alors on en veut pour notre sueur.

 

Bon allé direction la Madone, la liaison est vite faite. Nous prenons un bon gros bol de soupe du fromage et des amuses bouches il est 12h30 et j’ai grand faim……….

  

Un organisateur nous averti qu’il y a des orages de prévu pour l’après midi , je me dis qu’avec mon coupe vent ça ira bien………………

Nous ressortons de la Madone il fait toujours beau et attaquons 2 cols dont je ne me souviens plus le noms. Le 1er col au Km 42 se passe très bien, on voit bien un ou deux nuages mais le temps de faire la transition vers le 2éme col le temps se couvre et le morale de Willy avec, Durant l’attention du 2éme col il me fait savoir que ça ne va pas du tout. Je ralenti fortement le rythme pour finir les 100m de D+ qui reste.

 

 col du 45km

 

Au col nous passons un coup de fil à nos femmes respectives et puis repartons vite car en regardant en direction de la vallée des merveilles un brouillard énorme nous happe.

  col du 42 km en néige

Et ça loupe pas on se ramasse un orage de grêle monstre, des grêlons gros comme l’ongle pour se rassurer nous restons en petit groupe bien tranquille, mais le mauvais temps ne redonne pas le morale à Willy et la descente l’a plutôt achevé, il est trempé et commence a avoir froid à cause de la fatigue.

 willy

 

Il me confirme à la vue du ravito qu’il arrêtera ici et je ne cherche pas à l’en dissuader. C’est la que je rencontre « Papy » qui a un problème a une cuisse et qui décide d’en rester la il repartira sur St Martin avec willy. Sur le coup je m’en veux de ne pas insister pour que willy continu, il a pausé des congés exprès pris l’avion pour la 1er fois etc… un petit sacrifice financier quoi !!!!........

 

De mon côté comme la pluie redouble et que mon coup vent coupe le vent mais pas la pluie je demande aux organisateurs un sac poubelle.  Avec je me bricole un poncho qui m’évitera d’attraper froid. Il est 16h00 et Vêtu de mon sac poubelle je part à l’attaque 1200D+ de la valette et des 18 Km qui me séparent de la madone avec mon maillot manche longue et mon K-way au font du sac. Quelle est longue cette ascension je me fait reprendre par un trentaine de personne , arrivée sur la 1ére épaule le vent vient nous fouetter, le sommet et le retour sur madone est très dur le vent redouble et la grêle revient en plein visage. Il me faudra 5h00 pour faire 18 Km !!!!!!!!!!

Il est 21h00 et j’arrive à la madone, je me change immédiatement maillot manches longues, k-way, chaussette sèches !!!  une soupe , du fromage et on y retourne mais horreur quand je veux allumer la frontale plus de piles et j’en ai pas de rechange je demande aux coureurs présent s’ils n’ont pas des pilles c’est immédiatement qu’un coureur m’offre 3 piles OUF !  Merci à lui.

Bon donc je ressort et au moment de repartir je ressent un vent froid aux jambes je fait 100métres et décide de retourné au refuge pour mettre mon collant long, il n’y a plus que 14km a faire mais il va faire nuit et je me dis que l’on risque de retrouver la grêle et le vent au sommet alors pas de risque ………..Bien il est 21h15 et j’attaque le « Piagu » tout se passe bien sur la montée  et c’est la que je me suis aperçu qu’il y a des inconscients plus bas dans les Z de la montée je vois un concurrent sans frontale qui monte éclairé par celle de son collègue juste derrière !!!!!!!!!!!!! plus loin sur un névé un autre concurrent au lieu de le contourné veut coupé au plus court et ça ne loupe pas il glisse et se retrouve en bas du névé rien de grave bien sur mais SI…..

Bon le nuit c’est installée il est 22h15 quand j’aperçois pour la 1ére fois les lumières se St Martin, Dieu qu’elles sont loin. Et d’un coup j’aperçois montant du village le feux d’artifice , Vue de Haut c’est moins spectaculaire mais cela fait passer le temps, j’aperçois maintenant les frontales qui montent droit sur piagu , le vent revient , mais cette fois je l’ai dans le dos, c’est toujours moins désagréable. A ce stade de la course je suis bien personne ne me double et je ne vois plus de frontale derrière moi. Mais avant d’arrivé au sommet j’entant l’orage qui gronde de plus en plus fort je me dis qu’il ne faut pas traîné je croise les 2 bénévoles du sommet, ils me félicite pour m’encourager mais je leur retourne le compliment car il faut être très courageux pour rester là sans bouger durant des heures………….

 

Bon je suis sur l’arrête du piagu et il ne me reste que la descente a faire, mais le brouillard s’épaissi la grêle commence a re-tombé dru et je n’aperçois pas toujours les balises et c’est le nez parterre pour suivre les traces que je progresse, sur ma droite les éclaires se font de plus en plus présent mais ils sont localisés sur les cimes de rogués,de la léche et du Mercantour , Vite !! il faut que je fasse vite le vent souffle fort la grêle revient vite et je me dit que dans la forêt je serais à l’abri mais la descente n’est pas évidente je pose même les mains parterre pour désescalade certains passages , ne voyant rien nuit+brouillard je préféré assurer.

Arrive enfin la foret OUF le vent se calme et les grêlons sont éparse , enfin je rattrape 5 concurrents et st martin arrive enfin , juste avant la ligne « la sourie » fait une petite photo et je passe la ligne en 21h13 . Boudiou que ce fut long .

     

A nos 3 amis

   

Le bulot

8 commentaires

Commentaire de pouf_le_coureur posté le 27-06-2009 à 19:43:00

Encore un bravo au Bulot,
Les conditions ne sont pas toujours optimum.
Mais tu as toujours de bonnes réserves.
Je te proposes du repos et de venir m'encouragé à la CCC.

Jeanbé

Commentaire de Joe One posté le 27-06-2009 à 19:49:00

beau récit.. belles photos....

je t'ai sûrement croisé à tel ou tel endroit.... mais je n'ai pu voir tout le monde...

A bientôt

Commentaire de Bon_bé_Ya+K posté le 28-06-2009 à 13:14:00

Joli récit qui me fait vivre la dernière partie que je n'ai pu (voulu) faire depuis le relais des merveilles n'étant pas équipé pour... d'autant plus que nous avons du arriver quasiment ensemble au relais des merveilles.

PS : joli photo du Pas de Ladres ;-)

Commentaire de JLW posté le 28-06-2009 à 16:24:00

Merci le Bulot.
Nous nous sommes croisés recroisés plusieurs fois tout au long du trail et je pense que tu as du me dépasser dans la dernière descente que j'ai fait à 0,005 km/h tout en tombant 3 fois.
Je passe la ligne d'arrivée 5mn après toi.

Commentaire de Mustang posté le 28-06-2009 à 23:17:00

récit impressionnant, surtout pour les non-dits

Commentaire de Sprolls posté le 28-06-2009 à 23:24:00

Bravo pour ta course dans les conditions dantesques de la fin de journée et de la nuit que les photos rappellent bien.

Commentaire de Papy posté le 29-06-2009 à 11:33:00

Salut le Zanimal... ;-)

Belle tenacité, il en fallait pour finir.

Tu la jeté ou ton sac poubelle ? ;-)

Il nous manque la classique vidéo du Bulot ! :-)

Bonne récupération !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 29-06-2009 à 18:31:00

Il fallait le faire !!!! Respect Bulot !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !