Récit de la course : Trail des Hautes Falaises 2009, par Mustang

L'auteur : Mustang

La course : Trail des Hautes Falaises

Date : 4/10/2009

Lieu : Sassetot Le Mauconduit (Seine-Maritime)

Affichage : 1803 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

19 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Sublime, forcément sublime

Le trail des Hautes Falaises

 

 

 


 

Ce samedi  4  octobre,  nous prenons  la route vers  le pays des Hautes Falaises. Ne  me dites  pas que ne connaissez  pas  au  moins un de ces charmants villages de ce  pays : Theuville-aux-Maillots, Angerville-la-Martel ? Non ? Vous connaissez au moins  St-Martin-aux-Buneaux ? Non  plus ? Allez,  je vous en donne  un dernier, Sassetot-le-Mauconduit ? Non ! Bande d’horsains !  Tous ces villages appartiennent au  pays de Caux. Nous, nous ferons connaissance avec Sassetot-le-Mauconduit !

Arrivée en  milieu d’après-midi et direction une ferme  pour  prendre  possession de nos chambres ! Le Lutin  et sa Josette seront hébergés dans  le camping-car de Riah50 !

D’emblée,  le  pays de Caux cause ! Les falaises ! Nous sommes venus  pour  ça ! L’impression est énorme !

 

 
certes, nous n'avons pas couru à Etretat  mais nous  y passerons  le soir (Photo Mustang)
 

 
 
L'échancrure des Petites Dalles  ( photos  Mustang)

 

La dernière fois que nous sommes venus  ici, c’était en 1999 pour  l’éclipse ! Noir total ! Un des  plus grands souvenirs  de  ma  vie !

Contraste, en arrivant pour  le dîner au restaurant le soir sur Veulette-sur-mer : au  premier  plan, des éoliennes, en arrière-plan  4 bunkers de  béton abritant des chaudières atomiques !

Bon, on commence  par la fin : les  moules-frites et  le vin blanc !

 

 

Dimanche  matin, 7h00, petit-déjeuner. Notre  hôte le sert d’habitude vers 8h30. De  bonne  grâce( ?), il s’est  levé  plus tôt  pour  nous, les coureurs. Je  lui ai raconté qu’aux Templiers en 2002, le départ de  la course étant  à 06h du matin, nos  hôtes  nous avaient servi le  petit-déjeuner  à 3h du matin ! Authentique !

Préparatifs fébriles  pour moi comme d‘habitude. Nous arrivons ensuite sur  zone vers 8h20. Déjà beaucoup de  monde. Je suis un peu surpris  par  le succès de ce trail. C’est  une bonne surprise  pour cette première. Il faut dire que nous sommes en Seine Maritime,  il y a du  potentiel. Dans  la cour de  l’école, beaucoup de  monde. Un café et des viennoiseries sont  offerts aux coureurs. Je fais la queue dans  la salle  polyvalente  pour retirer  mon dossard.  Joël  me  prête ses  lunettes  pour déchiffrer  mon nom sur  la  liste.  Première lecture, rien, moment d’émotion ! Enfin,  je trouve  mon  nom ! 33 comme  numéro !

 

 
Mustang  - Le Bulot - Le Lutin - Riah50 (photo Josette)

 

Photo avec  le kikou local, Le Bulot.  Puis c’est  un  pré-départ dans  le village  et nous rejoignons  la  ligne de départ dans  le  parc devant  le  château du  lieu. Beau  peloton  pour  les deux courses, là encore, beaucoup de visages  jeunes ! Euh,  les  pelotons  rajeunissent  ou c’est  nous qui vieillissons ?

 

                                         (Photo: Mireille)

 

C’est  le départ, tranquille ! Ce sera  une  longue descente, d’abord sur  une route  puis  dans  un chemin mi-sableux,  mi-herbeux, au creux d’un vallon,  un de ces  nombreux  vallons qui entaillent le  plateau vers  la  mer.  Dans  un premier  temps, je me suis détaché du Lutin et de Riah50. Dans ce  long faux-plat descendant, Riah50 revient sur moi et  me passe. Où est le Lutin ?? Normalement,  il devrait déjà  m’avoir collé 500 m dans la vue ! Non,  il digère son  petit-déjeuner,  me confie Allain. Mince,  il va  être en embuscade derrière  moi ! Il digère,  il digère !! Il vomit  peut-être déjà ?? Ou alors,  une bonne diarrhée ! Bon, ce  n’est  pas tout ça, nous arrivons  aux Grandes Dalles. Une  petite vieille dame  observe  derrière ses carreaux  le flot des coureurs. Etonné, je vois Allain(Riah50) sur la droite  pourtant  la rue est  barrée à intervalles réguliers par des  barrières sur lesquelles sont accrochés des  panneaux rouges  à droite  pour le 10 km et verts  à gauche pour  le 30 km. Non,  à la bifurcation,  il prend bien  à gauche. Les 10  km filent sur la droite. Euh, filent  n’est pas  le verbe exact,  ils s’enquillent  une  méchante  montée sur la falaise. La vue est saisissante. Je suis impressionné par  la  majesté des  lieux. La  plage des  Grandes Dalles est bordée  par  de hautes falaises d’une verticalité absolue. De  notre côté, après  un court chemin raide,  nous empruntons  une large allée en lacet au  profil  moins sévère dans  un  petit bois dont les senteurs d’automne s’exhalent. Je  me sens bien. Allain, devant, Thierry derrière. Nous sortons  du  bois sur le  plateau ! Et  là, le vent ! Le vent de face ! Pas  une  petite  brise, mais du vent ! Et  béee, 10 km comme ça  avec  un vent  méchant dans  le  museau, ça  promet ! La file des coureurs est déjà très étirée. Nous  cheminons sur  une piste au  milieu des chaumes  hersés  et des champs de betteraves.

 

 
Riah50 sur  les falaises (photo du lutin! et en  plus  il  prend des  photos!  )

 

Un temps, je cours de concert avec  un autre coureur. Perfidement, je  me  place  le  plus souvent derrière  lui mais  ce  n’est pas sa  taille de crevette qui  me  protège beaucoup des assauts du vent.  A deux  ou trois reprises,   des concurrents  nous passent rapidement. Mais comment font-ils ? Certes, j’ai du mal à avancer. Ce pourquoi je suis venu est sous  mes  yeux ! Nous courons  au bord des falaises, enfin pas au bord, mais suffisamment  près pour être saisi par  la  beauté des  lieux !

 

 
(photo Mustang)

 

Le temps  est gris, la mer est gris vert certes, mais les ocres des falaises apportent  la chaleur au  paysage. Parfois,  une saute de vent allège  la course.  Nous arrivons à la  plage de St-Pierre-en-port. C’est la  plongée impressionnante vers  la  plage.  Humm,  une  petit tour sur  la  plage. Oui, la  plage, enfin  là, les grains de sable sont  mahous !! C’est du gros galet de silex ! Sympa de courir dessus ! Enfin, ça dure qu’un court  instant et  on remonte  la  petite vallée.  Dans des escaliers, je  passe Riah50 à la kéké. Un  petit coup  à gauche  pour faire  le versant est,  puis redescente  pour remonter sur le versant ouest,  histoire de  garder  les  muscles chauds ! Et retour sur le plateau ! Fermez  la  porte,  il  y a  un courant d’air ! Celle-là, je  l’ai dite aux signaleurs –très nombreux- sur le  parcours. Cette fois-ci, nous courons au plus  prêt du bord. Le vent est toujours aussi tenace. Je  passe  le panneau  10km en 55 mn. Quelques coureurs devant  moi  m’incitent  à essayer de  gagner sur eux. Dans  un lacet,  je vois qu’Allain n’est  pas trop  loin derrière  moi mais pas de trace du Lutin. Une  légère échancrure, un coup de cul pour remonter  et  nous  obliquons sur Eletot. A  l’entrée du village,  des gamins  juchés sur  des  ballots de paille emmaillotés de vert nous regardent. Puis,  on repart vers  l’ouest sur un chemin de terre.  Un arrêt  pour attraper  un gobelet d’eau que je repose sur la table  après avoir bu. L’image des coureurs sur le  plateau  bordant  la  mer est sublime, forcement sublime ! Ici, ce  ne sont  pas les Vaches Noires mais Andréas et MD auraient aimé cette vision. Dernier  plongeon vers  la  mer.

 

photo du Lutin

 

La descente est toujours  impressionnante. Les vagues de  la  marée  montante déferlent sur les galets. Puis  la remontée éreintante dans  le vallon boisé. Je  passe quelques coureurs  mais d’autres me doublent. J’émerge sur le  plateau. C’est  le 15e  km, je suis en 1h25,  le rythme est bon. Nous revenons sur Eletot  par  un chemin inégal. Tantôt,  je cours  dans l’ornière droite, tantôt dans celle de gauche à l’instar d’autres devant  moi pour trouver  le  meilleur  terrain. Plus de vent de face, mais je  n’ai pas vraiment l’impression qu’il  me  pousse ! Je rentre dans Eletot,  du  public  pour encourager. C’est  le ravito. Un verre de coca, pas de  bananes  mais des  abricots secs. J’en prends quelques-uns. Mais je recrache  le premier que  je mange ! Immangeable ! Je  jette  les autres dans  une  poubelle. Nous quittons  le village pour regagner  les champs. L’allure est rapide sur le  plateau mais  nous ne tardons  pas  à plonger dans  un vallon boisé. Nous  y restons  un court  moment  avant  de remonter sévèrement par  la route. Je trottine d’abord  mais ensuite  je  marche comme les autres ! Je traverse  rapidement  Ecreteville-sur-mer. Je  passe devant  le  panneau 20 km en 1h 51 mn, bonne allure ! A  peine quitté  le village et  un champ traversé, c’est  une  nouvelle descente dans  un vallon étroit. En face, c’est la remontée,  un mur, un vrai  mur ! Un gars devant  moi y met  même  les  mains  pour avancer ! Moi, c’est les  mains sur les  hanches,  mais c’est dur ! En haut, les signaleurs, rigolards,  nous félicitent. Je repars doucement  pour calmer  le cœur. On repasse au sud  de St-Pierre-en-port.  Quelques champs à traverser  et nouvelle  plongée vers un vallon. D’habitude, je ne regarde  jamais derrière  moi. Je cours  ma course, pas celle des autres. Mais  là,  à la faveur d’un changement de direction dans  le  parcours avant de descendre, je  jette  un coup d’œil à droite sur les coureurs encore sur le  plateau. Et  là, j’aperçois  la silhouette familière du gnome en rouge. Merde,  il est  là.  Il reste 4-5  km avant l’arrivée. Je ne suis pas épuisé  mais cela  va être difficile de  lui résister. Nous  nous trouvons désormais sur le chemin du départ qui nous conduit aux Grandes Dalles. Bien sûr, dans  la descente, le Lutin a tôt fait de  me rattraper. Je  l’entends  parler avec  un coureur.  C’est son truc, ça,  il bavarde tout le temps, moi je suis  plutôt  du genre  taciturne ! Il revient sur  moi. J’y vais  à  l’esbroufe  pour voir  ce qu’il en est. Une  première relance, il décroche  un peu en râlant  mais  il revient, une deuxième,  il accroche en rigolant. Une troisième  pour  le  narguer mais  la teigne reste  à  ma  hauteur  puis me passe. Je  le vois  petit  à  petit  prendre des  mètres  alors que  nous rentrons dans  le  hameau .Au dernier ravito,  il passe sans s’arrêter, mesquin va ! Moi, je  m’y arrête  pour un verre de coca. Il a 20 à 30 m sur  moi comme  on oblique  à droite sur  le chemin  à l’assaut de  la falaise qu’ont pris  précédemment les coureurs du 10 ! Cette  montée, c’est l’explose-cœur. Doucement, doucement.

 


 

Tiens, des  photographes ! Ah, c’est NCAP, sourires !! Une  poignée de  main à Jean-Michel  bien à l’abri dans son poncho  puis c’est  la descente aussi  impressionnante que  la  montée, vers  les Petites Dalles.

 

 
(photo du Lutin  qui trouve  le  moyen de  prendre des photos  alors que  je suis  à ses trousses!)

 

Km25 en 2h19. Maintenant, c’est  une  longue remontée douce vers Sassetot. Le Lutin a  pris quelques centaines de  mètres  maintenant. Tant  pis.  J’ai été si souvent devant  lui, qu’une fois comme  ça, il va  être heureux !  Il faut savoir faire  plaisir. Ah,  le brave  garçon. Voilà, je rentre dans  le bourg. Un dernier détour  le  long de  la route  puis je  passe devant  le château où Joël  me prend en photo. Dans  le virage,  ce sont les dames. Je  prends  la foulée avantageuse devant elles

 

 
une  bien belle vue arrière!! (photo Mireille)

 

et  je cavale vers  l’arrivée au bout de  la rue  bordée  par les étals de commerçants. Thierry est  là avec son appareil photo. Voilà, j’en termine en 2h39 pour 28,5  km et 700 m de D+.

Un buffet somptueux  nous attend, offert  par  l'organisation  impeccable.

 

 

 

3e trail en 3 semaines !

 

 

Et comment  croyez-vous que cela se terminât?
 
 

 

 

et  une dernière  pour la route, un  petit Lutin rouge sur une  plage de galets au  pied de si hautes falaises!!!

 

 


 

19 commentaires

Commentaire de breizhman14 posté le 06-10-2009 à 23:05:00

Tu me ravis toujours avec tes récits bien tournés!! Et puis 3 trails en 3 semaines... c'est quoi la recette miracle???? A rrès bientôt à la Roche d'oëtre!!! (4ème trail en 5 semaines? c'est bien ça?)

Commentaire de francois 91410 posté le 07-10-2009 à 08:19:00

Au risque de se répéter, c'est une bien belle région, même sous le gris dominant. Le Pays de Caux gagne à être connu, même si ses habitants sont assez souvent fermés dans les campagnes ... je sais de quoi je parle, ma famille maternelle en est originaire !!

Merci de ce bol d'air, bravo pour ta course, même si tu t'es fait bouffé tout cru par le Lutin

François

Commentaire de CROCS-MAN posté le 07-10-2009 à 08:24:00

Monsieur,
Chez moi, les horsains ont les trouve dans la mer et ils ont plein de piquants lol.
C'est sympa d'avoir laissé gagner le Lutin, il me semblait déprimé ces derniers temps.
Et merci d'être rentrés dans le club des une course / week-end, on vous retrouve avec plaisir plus souvent.

Commentaire de jerome_I posté le 07-10-2009 à 08:50:00

Salut Mustang,

merci pour cette carte postale sportive, d'un beau weekend passé à la plage!!!

Jérome

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 07-10-2009 à 09:53:00

J'ai poutré le Mustang ! J'ai poutré le Mustang ! J'ai poutré le Mustang ! J'ai poutré le Mustang ! J'ai poutré le Mustang ! J'ai poutré le Mustang !

Mustang, dégonflé ! Viens courir à Bursard dimanche que je t'en remette une couche !!! Sinon, gare à tes fesses aux Roches dans quinze jours !


Bientôt sur vos écrans, le vrai récit du Trail des Hautes Falaises dans lequel le Lutin vous expliquera sa statégie.

Commentaire de robin posté le 07-10-2009 à 12:14:00

Ah c'est vrai , il y a l'esprit Trail ! Dommage autrement tu aurais pu essayer de jeter un lutin à la mer ! C'est vrai de temps en temps il faut le laisser passer ! autrement il va déprimer !

Sympa le CR, il donne envie d'aller découvrir ce pays de Caux !

Commentaire de Le Bulot posté le 07-10-2009 à 12:58:00

Bonjour,
bien beau recit et bien belle course et si j'ai bien tout compris , y a le lutin qui t'a POUTRE !!! pas grave, mais a l'arrivée il souflait tout ce qu'il pouvait.

Félicitation, j'ai été tres heureux de te rancontrer et j'espére bien te voir au Trail du Pays de Bray 2010 Le lutin peut en parlé, nous n'avons pas de falaises mais nous avons ...... surprise.

le bulot

Commentaire de Estive 73 posté le 07-10-2009 à 20:39:00

Merci, beau récit... qu'on aurait pu intituler "amor a la playa" ! Mais, bon sang, quand il t'a doublé, tu n'as pas eu l'occasion de le pousser du haut de la falaise !!
On attends la version B du feuilleton..

Commentaire de Dom 61 posté le 07-10-2009 à 21:41:00

Quelle santé,que de kilométres parcourus !
Merci pour ton C.R et les photos de ces superbes paysages !

Commentaire de titi61 posté le 07-10-2009 à 21:57:00

super recit tres tres bien ecrit avec des photos superbe. et les moules frites avec le vin blanc hum!...rien que pour ca cela me donne l'eau a la bouche .a dimanche a bursard

Commentaire de jepipote posté le 08-10-2009 à 08:18:00

obligé de t'arrêter au ravito pour que le lutin puisse pour une fois être devant.... respect mustang, la grande classe!!

Commentaire de nono_la_robote07 posté le 08-10-2009 à 09:22:00

Elles sont superbes ces photos. Cela donne envie de faire un petit tour en pays de Caux.
Merci pour le reportage et bonne continuation pour la suite des aventures. Vivement 5 ...

Commentaire de l'essuin posté le 08-10-2009 à 10:12:00

mon cher mustang,
certains outrages ne peuvent rester impunis, dimanche à bursard, je te poutre le lutin version haute défintion blue ray et son dolby surround...
En tout cas très beau récit.

Commentaire de RogerRunner13 posté le 08-10-2009 à 11:58:00

Tes récits sont toujours un super régal et je ne m'en lasse pas. Encore un bien bel endroit. Et le Lutin il a pas fini de raconter son exploit "poutrer Le Mustang, quel pied".

Commentaire de eric41 posté le 08-10-2009 à 15:28:00

Te décourage pas Philippe le prochain est plus court et Le Lutin ne te rattrapera pas.
Merci pour les belles photos et le CR.
Eric

Commentaire de Françoise 84 posté le 08-10-2009 à 16:26:00

C'est super de faire du tourisme avec toi, Philippe! Merci pour ce joli détour en bord de mer!

Commentaire de la mouette posté le 08-10-2009 à 18:12:00

Un Mustang toujours en forme et prolixe, merci pour ton récit!!

Commentaire de tounik posté le 09-10-2009 à 08:05:00

C'est très gentil à toi de ralentir pour laisser le gnome en rouge gagner de temps en temps. Il ne faudrait pas qu'il se décourage.

Merci

Commentaire de -loulou- posté le 09-10-2009 à 18:46:00

Beau duel, jeudi à l'entrainement le lutin était un peu fatigué..........
félicitations

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !