Récit de la course : Saintélyon 2009, par julsocks

L'auteur : julsocks

La course : Saintélyon

Date : 6/12/2009

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1855 vues

Distance : 69km

Objectif : Terminer

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Le récit

Coureur de marathons (3h12) et semi-marathons (1H27), la saintelyon est ma premiere course ultra et mon premier trail. Objectif : finir et si en forme accrocher la saintelyon de bronze en 8h20. 

Bonjours les Kikous. J’espere que vous aurez plaisir a lire mon tout premier CR. J’ai beaucoup appris des CR que j’avais lus avant la course, alors voici un juste retour d’ascenseur. Long compte rendu mais bien separe en sections donc vous pouvez lire que ce qui vous interesse.  

 

LA DECISION DE PARTICIPER 

La premiere fois que j’ai entendu parle de la course, je pense que c’était il y a pres de 10 ans quand un ami stephanois me raconte qu’il existe une course de nuit entre Sainte et Lyon tellement longue que certains coureurs s’endorment dans les fourres. Il y en a qui ne savent pas quoi faire de leur temps libre… hein ? 10 ans plus tard, Fabien un ami d’ecole m’envoie un mail anodin. « tiens, ca te dirait de courir la Saintelyon avec moi en relais ? » Les annees avaient passe et la course a pieds était devenu mon sport de predilection. Je reflechis deux jours et je lui reponds, banco on la court ensemble mais on fait tout le parcours. Fabien me repond la semaine d’apres… OK. Nous voila 2. A deux c’est bien mais a trois c’est beaucoup mieux. Je commence a en parler a mon compatriote d’entrainement a Londres (oui j’habite a Londres, je ne vous l’avais pas dit ?). « Ecoute Eddy j’ai une course du tonner pour toi qui aime bien les trucs extremes. Apres notre marathon de Londres, notre Marathon de Berlin et notre Vasalopett, tu ne vas pas me lacher sur celle-ci !!! » Cela a pris quelques mois a le convaincre mais il n’a pas pu resister. C’est qu’il aime bien le challenge le garcon. Il fallait qu’il finisse l’annee 2009 en beaute quand meme, apres une Vasalopett, 1 Tri longue distance, le marathon de Londres et un Embrunman dans la meme annee. Et oui Eddy c’est un gars qui en a sous la chaussure :) Nous voila 3, l’equipe est prete, mais pas question de faire un relais, si on y va c’est pour courir toute la course ! 69km, meme pas peur, enfi si un peu quand meme.   

 

PROFIL DES COUREURS  

Fab Fabulous

C’est le gars du coin. Les monts du lyonnais c’est son terrain de jeu. Quelques marathons dont le marathon du Mont Blanc (6h00) sous la ceinture il fera egalement parler son experience trail. C’est le seul qui en ait. Par contre comme il a la chance d’avoir déjà un jolie petitte famille, le temps d’entrainement lui sera difficile a trouver. 

Ironman Eddy

C’est lui qui a le plus d’experience de la bande. De nombreux marathons, encore plus de triathlons et 2 Ironmans dont l’Ambrunman (chapeau bas) et pour finir un petit 100 bornes dans le sac a experience. Comme il dit si bien, « tout est dans le cuisseau ». Il est egalement mon binoeme d’entrainement a Londres. On court au moins une fois par semaine ensemble. 

Moi-meme

Je me suis mis a la course a pieds il y a assez peu de temps. Je pense que j’ai commence a courir serieusement en 2005. C’est un challenge personnel. Je n’avais jamais été bon en course a pieds a l’ecole. Premiere course officielle, Marathon de Londres, je finis avec un tres honorable 3h27. 2007 Marathon de Paris je voulais faire 3h15 et moins mais le chaleur me pose quelques problemes, je finis en 3h17. 2008 Marathon de Berlin celui ou les gens viennent pour faire un temps. Je me fixe 3h12, et j’arrive en 3h12 exactement, bien content J. Entre temps je fais 2 semi-marathons en 1h28 /1h27. J’ai un peu d’experience sur route mais zero experience de trail ni d’ultra. Gros challenge cette Saintelyon. Mais la course a pieds c’est comme ca, ca devient une vrai drogue, j’ai toujours envie d’aller plus loin, repousser mes limites. Je pense bien les trouver sur cette course.  

ENTRAINEMENT

Je cours tres regulierement depuis 3 ans. Regulierement pour moi c’est 2-3 sorties par semaines (35/40km) entre deux epreuves et 5-6 sorties par semaines (60-100km) quand je prepare une course. En general, j’en fais 3 par an avec pour chacune un entrainement soutenu sur 2, 3 mois. Cette annee j’avais accroche la Vasalopett (90km de ski de fond dans le froid suedois) en 12h00 et le semi-marathon d’Edimbourg en 1h27. La Saintelyon sera ma 3eme et derniere epreuve de l’annee. 

Je commence a augmente mes seances d’entrainement debut Septembre. Je ne suis pas d’entrainement specifique pour l’instant car je pars en vacances dans deux semaines. Je reprendrai en suivant l’entrainement officiel fourni sur le site. Je pars deux semaines en trek au Vietnam donc. Vacances sportives mais pas vraiment de possibilite de courir, et puis les vacances c’est les vacances non ? Par contre je me rappelle de bons exercices de denivele, dont l’un avec plus de 1800 marches a gravir. De retour a Londres debut Octobre, je commence l’entrainement serieusement. Je suis donc l’entrainement officiel sans faire les seance de velo, je le remplace par des seances de course. Semaine type, de la VMA, du seuil, du fartleck une sortie coline et bien evidemment la sortie longue. Le tout sur 8 semaines. Je vais courir principalement sur route avec mes chaussure de course et au moins une sortie plus chemin avec chaussure de trail que je porterai durant la course, histoire de les faire un peu. Tout se passe bien, a part pour faire les deniveles indiques, a Londres ce n’est pas tres facile de faire 1000m D+ D-. 

En semaine 3 je realise que le kilometrage hebdomadaire est un peu leger (70-75km), hummm… je commence a lire les CR. 1 Kikou felicite son frere pour avoir termine alors que’il ne faisait que 70km par semaine. Je decide d’augmenter le kilometrage. Je monte a 86km la semaine suivante puis a  99km en semaine 5 le peak d’entrainement. J’ai fait une demi saintelyon (34km) sur chemin en sortie longue. J’ai trouve un parc avec assez de denivele. 10km de moyenne, pas mal mais ca n’a pas été tres facile. J’aurais pu difficilement garde le rythme sur une duree plus longue. Semaine 6, je me demande si j’ai fait assez de foncier. L’entrainement est bcp base sur des seances de qualite… Je lis des CR qui me disent que les seances de qualites ce n’est pas si utile pour cette course.

Humm… on verra bien et chacun a sa theorie de toute facon. Toujours est-il que les seances de qualite font leur effet, je suis en forme cette semaine. J’explose mes records sur une sortie seuil. Je mets 20sec de moins a faire mon tour de St James Park (00:08:00). En forme donc mais dimanche coup de moins bien. J’emmene Eddy dans le meme parc ou j’ai fait mes 34km la semaine derniere. Les flocons d’avoine de sont pas bien passes, je tire la patte, j’ai l’estomac retourne. On s’arrete apres 18km, on était parti pour 25. L’apres midi je me sens pas bien du tout, je dors. Le lendemain, impossible d’aller au boulot. Encore tres barbouille. Gros coup de fatigue a 2 semaines de l’epreuve… aie ! J’y vais molo le reste de la semaine pour me reposer, mais c’est pas la grande forme. Je fais quand meme le programme prevu. L’entrainement se termine, voila plus qu’a faire du jus. J’ai plus de temps pour regarder les CR et voir quelques videos sur Youtube. J’ai de plus en plus envie d’y etre mais dans le meme temps l’epreuve commence a me faire de plus en plus peur. Ca a l’air hard core quand meme. On verra bien J  

MATERIEL

On se pose bcp de question par rapport au materiel. Je ne pense pas qu’il y ait une seule bonne reponse. Tout depend de chacun. J’ai vraiment vu de tout. Du guerrier qui ne porte casimement rien, si, peut etre une mini ceinture bidon, jusqu'à la tortue qui porte toute sa maison sur son dos. Pour ma part, j’aurais pu enlever pas mal de chose mais j’ai prefere etre prudent comme c’était ma premiere fois, juste au cas ou. 

Chaussures – j’ai couru avec des chaussures dites mixtes mais plus trail je pense, les Gel Trabuco de chez Asics. Un peu lourde mais bon grip dans les chemins ce qui donne confiance surtout dans les descentes. Bon amorti donc pas trop de probleme sur la route. J’ai vu de tout encore une fois, trail et route, mais peut etre un peu plus de trail. Certains partent meme avec les deux et change de chaussures a St Genoux. 

Frontale – encore une fois tout depend de chacun, si vous etes devant ou derriere avec le gros du peloton mais dans tous les cas, je pense qu’il est bon d’investir dans une bonne lampe. J’avais la Tikka XP, bien mais parfois un peu juste dans les descentes techniques surtout quand on est tout seul sur le chemin. Pas besoin de piles de rechange si votre temps est compris dans la duree d’autonomie de votre lampe. Ca tombe sous le sense mais comme je suis d’un naturel prudent j’en avais pris quand meme. 

Combien de couche ? – Je ne suis pas frileux quand je cours mais je voulais prevoir au cas ou je devais abandonner, histoire de ne pas avoir froid. Je suis parti avec une seule couche, un T-shirt manche longue legerement double polaire. Il faisait 6°C quand on est parti et j’ai rarement eu froid. J’ai porte une polaire et une veste legere dans mon sac pour rien. Gant et bonnet obligatoires par contre, il fais assez frais tout en haut. En bas, j’avais un calecon d’hiver remonte aux genoux car plus en bas j’avais des chaussettes de compression. Si vous ne les avez pas encore adoptees, foncez ! C’est absolument magique. J’ai regrete de n’avoir pas pris les compressifs pour les quadriceps. 

Boisson et alimentation – Je suis parti avec 1,5 litre de boisson energetique, 2 barres energetiques et 8 gels. Au final j’ai mange une barre et 5 gels et bu mes 1,5l un grand gobelet d’eau a chaque ravito et un remplissage de poche d’1 litre d’eau. Ma strategie était de rester sur le liquide energetique jusqu'à St Genoux (34km) en prenant un peu d’eau au ravito puis passer aux gels. Les barres solides etant prevues pour les gros coups de pompe. Je ne prends jamais de solide quand je cours d’habitude. Attention aux ravitaillement – il n’y a pas de gobelets que l’on peut prendre a la volee comme sur un marathon. Au depart de la course, on vous donne un grand gobelet en plastique qu’il faudra garder jusqu'à la fin, sinon pas possible de boire sauf si on remplit la poche ou un autre recipient. Tres bien niveau environnement mais moins bien si on ne veut pas trop perdre de temps aux ravitos. Les espaces ravito sont petits donc si on est dans les premiers pas trop de probleme mais si on est dans le ventre moux du peloton, ca coince. J’ai entendu dire que certains avaient du attendre 10 minutes pour remplir leur Camelback. Il y a pas mal de chose a manger (bananes, pates de fruits, chocolat, pain d’epices…) encore une fois quand on passe dans les premiers. 

 

OBJECTIF

Toujours difficle de se donner un vrai objectif quand c’est une premiere fois. Je navigue un peu a l’aveuglette. On s’est dit que d’abord il va falloir finir puis si on finit ca serait pas mal d’aller chercher la saintelyon de bronze en moins de 8h20. Apres avoir lu quelques CR je vois que le rythme de la saintelyon gosso modo c’est rythme marathon moins 3km/h. Ca me donne pour ma part du 10km/h. Ca fait du moins de 7h00 pour boucler l’epreuve, c’est impossible mais peut etre 7H30 et voire possibilite d’aller titiller la saintelyon d’argent a 7h20, mais la il va falloir etre en forme. J’imprime un plan du parcours avec les temps d’un kikou qui a fini en 7h24, juste pour info, oui juste pour info. On est pas du tout competitif dans le groupe J. L’objectif realiste c’est la sainte de bronze. 

 

AVANT COURSE

Ca y est c’est le jour J. Comme toujours, j’ai l’impression d’avoir des douleurs de partout. Mais la ca n’a pas l’air d’etre une blague, j’ai mal au genou quand je monte les escaliers… C’est dans la tete tout ca… On a perdu notre chauffeur pour cause de maladie donc nous prenons le train pour St Etienne depuis Lyon. On arrive au parc des expositions vers 20h30. On ne prend pas la bonne porte et nous voila a… une foire aux bœufs. Non ca doit pas etre la. Ca y est on arrive au bon endroit, les gens ressemblent plus a des coureurs. On retire les dossards, pas trop de monde nickel. Petite frayeur pour Eddy. Sa licence triathlon ne serait pas valide ?? Il se rend rapidemment au bureau « litiges », bien organise tout ca. Fausse alerte, ca licence est acceptee.  Maintenant direction la pasta party.

On arrive comme des fleurs au hall C mais pas de pasta party. Je demande a un benevole qui disitribue du pain d’epice aux coureurs affames, « c’est termine, on a distribue les 1000 repas ». Ah ok ben on était pas au courant de la limitation. Fabien avait déjà plus ou moins casse la croute dans le train, Eddy se dit que ses gateaux energetiques qu’il a cuisine lui-meme feront l’affaire. Me voila donc seul a m’aventurer dehors pour aller chercher quelque chose a manger. Je vois un McDo au loin, parfait je vais pouvoir manger des frites. Bon je ne suis pas le seul evidemment et apres 45 minutes d’attente je reviens avec mes frites. Il commence a pluvioter. Ah non, la meteo a dit ciel clair. Arretez ca tout de suite !! 

Finalement pas le temps de faire une petite sieste. On se change tranquillement , on met son sac dan le bus. Petite astuce, faites le vers 22h30 car apres il y a la queue. 23h00 l’heure approche, je prends mon petit imodium comme avant chaque course longue. J’aime etre tranquille de ce cote la. Pareil que pour les bas de compression, l’essayer c’est l’adopter. On rencontre les collegues de Fabien. On discute un peu. Je demande a l’un « et toi tu vises combien ? », il me repond « 6h30 », ah oui d’accord… il a un tout petit Camelback. J’ai l’impression d’avoir mis des briques dans mon sac a cote. 23h15 – on se rend dans l’aire de depart.

Ca y est on y est. On se place pres mais pas trop. On se fait des blagues, on prend des photos, l’ambiance est bonne. Une collegue de Fabien, Roxanne, veut faire un bout de route avec nous. On partira a 4 finalement. Elle nous lance :-         il faut partir rythme semi marathon au debut pour eviter les goulets d’etranglement quand on attaque les chemins.-         c’est combien pour toi ?-         12km/h sur chemin.-         Ouh ca me semble un peu rapide on a prevu d’y aller molo au debut 10-11 pas plus. 23h55 – tout le monde allume sa lampe et leve les bras au ciel, c’est la tradition, c’est beau, tres beau. On fait partie d’un evenement vraiment special. J’aime bien cette sensation. 00h00 – c’est parti…  

LA COURSE  

Etape #1 – St Etienne – Saint Christophe en Jarez – 16km 

Le peloton part tout doux. L’objectif est de ne pas perdre de membre du groupe avant le premier ravito. On discute pas mal, on continue les blagues. C’est bizzare, il n’y a que nous qui parlons. Personne ne se connait ou est-ce que tout le monde economise son souffle ?? On court tranquillement et on s’eleve tout doucement. Ca monte a partir du 6eme km. Jusque la on est a 11km/h, parfait. On est dans la foule, on double, on se fait double, on prend plaisir. On echange les impressions. Eddy me dit « 11km/h, c’est parfait, tu verras on sera a la meme vitesse sur les quais de Lyon ». Je lui reponds qu’il est tres optimiste et que c’est tres improbable.

A ce moment la, je ne sais pas qu’il a raison et que je finirai a pres de 11km/h sur les quais, mais ca c’est pour plus tard. Ca monte donc mais toujours de la route. On avait dit que dans les montees on allait marcher. Premiere montee un peu raide, certains coureurs marchent déjà. Je regarde Fab, Eddy, personne ne ralentit. La deuxieme montee arrive, la plus de gens marchent, nous, on continue a courir. Je lance :-         eh les gars on est pas sense marche dans le montees -         pas celle-ci sinon on y arrivera jamais.-         Ok pour moi » Eddy avait raison, il aurait été bcp trop prudent et contre productif de marcher dans ces premieres montees. En plus on est tout frais alors on y va. On passe au Sorbier, ca monte quand meme pas mal. L’entrainement cote nous aide a passer tout ca sans trop puiser dans les reserves. Ma strategie tout le long de la course a été de ne jamais me mettre dans le rouge, meme dans les montees. Fab a la forme et Eddy est puissant quand le pente devient importante. Je les laisse prendre quelques metres quand ca monte trop dur puis je le rejoins. 9eme kilometre, voici la terre et la nuit.

Plus de lampadaire cette fois-ci. C’est super sympa de voir toutes ces lucioles. Un vrai serpent lumineux a l’avant et a l’arriere. On est tojours ensembe avec Eddy et Fab. Roxanne doit etre un peu derriere. Elle soufflait bcp pendant les premieres montees en ville. Dans la premiere descente chemin, Fabien lache tout et nous fait apprecier sa technique, il va vite le garcon, bon ben je le suis et je prie pour ne pas glisser. Ca tient pas mal ces chaussures. Eddy se laisse en general distancer dans les descentes mais il laisse parler la puissance pour nous rattraper quand ca remonte. Fabien mene le train, j’entends le souffle d’Eddy derriere moi. On prend le rythme marche quand la pente est trop forte , ca repose c’est bien des que l’on peut on court a nouveau. On attaque… est-on parti trop rapidement ?? 2eme 5km couru en 9,3km/h les montees se font sentir mais on lache tout en descente. On passe le col de la Gachet. Il y a une bonne alternance route/chemin, c’est varie, c’est bien ca me plait enormement et courir avec les copains il n’ a rien de mieux. 3eme 5km couru en 9,7km/h on est vraiment pas mal pour l’instant. On arrive a Saint Christophe exactement dans les memes temps que notre Kikoureur : 1h34. Ca nous donne le moral. J’avais l’impression qu’on était parti tres vite mais finalement on est juste sur nos objectifs. On a pas mal grimpe et je resens l’envie de manger du solide meme besoin que lorsque je fais de la rando. 

Passage en 1h34 , meme temps que mon kikou.   

 

Etape #2 – Saint Christophe en Jarez - Moreau – 22km On sort du ravito avec Eddy, on s’apercoit un peu plus tard que Fabien n’est plus avec nous. Bah il va nous rattraper dans les montees. En parlant du loup, montee de l’hopital, tres raide. Ca aide d’etre grand, je passe pas mal de monde en montee, c’est encourageant. J’ai pris une technique un peu particuliere mais qui marche bien. Je me casse bien en deux et j’allonge le pas au max. Un peu plus tard, quelqu’un me tape dans le dos, c’est Fabien, oh super, il est de retour. Rien n’aurait pu me faire plus plaisir a ce moment donne. 4eme 5km couru en 9km/h on se donne bien, bon rythme malgre les cotes et la marche mais mine de rien, marcher permet de se reposer. Sur une portion montante, Eddy s’eloigne, 2, 3, 5m hors de question de se laisser distancer a ce moment de la course, je fais un effort pour raccrocher les wagons.  On arrive tous ensemble bien groupe a Moreau. Je ne sais pas si on est dans les temps le kikourou n’avait pas parle de son temps a Moreau il va falloir attendre St Cathrine pour faire un point chrono. Passage au ravitaillement, on se regarde et cette fois-ci personne ne s’arrete. 

Passage en 2h13  

 

Etape #3 – Moreau – Sainte Catherine – 28km 

Encore un petit poil de montee jusqu’au point culminant et on attaque la descente. Je me sens pas trop mal. Au debut de la descente Fab s’arrete pour un pipi.-         « A toute, tu nous rattrappe-         Ok pas de probleme » On ne reverra pas Fab pendant un petit moment. J’ai été longtemps devant je commence un peu a fatiguer ca devient dur, je demande a Eddy de prendre un relais. C’est incroyable comme avoir des jambes connues devant soit peu aider. Super relais d’Eddy on garde le rythme. 5eme 5km couru en 10,6km/h, ca descend et on deroule a fond. Fab nous rejoint avant la grande descente pour rejoindre Sainte Catherine. On parle un peu on decide de s’arreter 2 minutes pour qu’Eddy puisse prendre 2 verres de coca. Il en avait gagne un deuxieme apres son super relais. Niveau temps on est bien on passe en 2h46 

Passage a 2h46 - , on a pris 6 minutes a notre cher Kikou.    

 

Etape #4 Sainte Catherine – St Genoux 34km 

Au ravito comme d’hab j’attrape un peu a manger et un verre d’eau a la volee et je marche pour engloutir tout ca. Je sors tranquillement de la tente, me mets sur le bas cote un peu plus loin pour faire un pipi. Pas de Fabien n’y d’Eddy, pourtant c’était un grop pipi. J’attends encore 30 sec, rien. Il faut combien de temps pour boire 2 verre de coca ? Qu’est-ce que je fais ? Sont-ils déjà passes ? Aie aie aie gros dilemme. Je ne  peux pas attendre de trop car ca va me casser les pattes et je me sens bien, je veux pousser un peu. Un dernier coup d’œil, aller je me mets a courir tranquillement. Il y a une grosse montee, il vont bien me rattraper, je suis moins fort qu’eux dans ces parties. Quelques coureurs me depassent, non ce n’est pas eux. Mince, je me dis tout de suite que je vais devoir courir seul a partir de ce moment, si on se retrouve ca sera du bonus. On a tenu jusqu'au premier tier sans se perdre c’est déjà pas mal. 

Ce que je ne sais pas a ce moment la c’est que Fab n’était pas au top sur la descente de Saint Catherine, il a du se mettre dans le rouge pour nous rejoindre par 2 fois et il a un petit coup de moins bien. Eddy l’a attendu au ravito. Ils sont repartis ensemble et au moment ou Eddy dit a Fabien, « regarde Julien est la », il se prendre une barriere dans le cotes de plein fouet. Ouie Ouie Ouie ! (Eddy a encore mal deux semaines apres la course). Ils repartent apres quelques minutes mais Eddy doit ralentir car le choc a fait tres mal et il laissera Fabien partir vers le 40eme. Pas de chance ! Je suis tout seul, je passe des coureurs, j’entends « la il va falloir gerer ». Je me sens vraiment bien, est-ce normal ? Je ne me pose pas trop de question et je me donne dans la montee qui arrive. J’essaie de courir un maximum mais je gere, pas d’efforts inutiles. Tout d’un coup une fusee me double, c’est le premier relais.

Ca y est on s’est fait rattraper. 6eme 5km fait en 9,1km/h je ne passe pas en dessous des 9km/h dans les sections de montee, c’est bien. On descend, le bois d’Arfeuille ne doit pas etre loin. Subitement, on tourne a droite, c’est l’entree du bois. C’est touffu, la descente se passe super bien, pas si pentue ni technique. Le bois d’Arfeuille, la fin d’un mythe ? Je m’en étais fait toute une montagne. Avec le cote de Sainte Foy c’était un de ces endroits un peu magiques que j’avais imagines spectaculaires avoir lu tant de CR.  Faut dire que le sol n’est pas trop gras bizarrement. Je continue a doubler, seul les relais me double, ca doit etre un bon signe. A partir de St Genoux une dizaine seulement me doubleront en plus des relais. A chaque fois que je me fais depasser je regadre le dossard, si c’est rouge ca va, c’est un relais, si c’est noir je regarde si je peux prendre sa roue. Dans le bois d’Arfeuille je me fais doubler par une ballerine, elle, il en fait,  reste a vue. Mon objectif est de rester a distance, aller aller on pousse dans la descente. Avec la prise de risque c’est les chevilles qui trinquent, quelques fois les pierres se derobent sous la chaussure et la cheville tourne. Aie ! les chemins sont petits il faut bien gerer les depassements. 

A la sortie du bois, la ballerine marche, a non tu ne peux pas me faire ca. Tu est sense me donner du rythme. C’est pas grave, je regarde devant a la recherche d’un nouveau lievre. Arrivee a Saint Genoux. Le ravito est dans une sorte de grange assez petite. Oh surprise, il y a un tas de monde qui se repose, qui s’etire. Qu’est-ce qu’ill attendent il y a une course a finir J. On sent que la course est dure pour certains. Les mines ne sont pas a la fete. Je fais un point sur mes 1,5l de Lucozade, il en reste 33cl a vu d’œil, ca ira bien jusqu'à Soucieu, apart une grosse montee c’est que de la descente. Par contre je prends un gros verre d’eau et le premier gel qui me tombe sous la main. Il est cafeine, c’est une premiere. Pas decu, il va me donner une sacree peche. En partant je regarde un peu derriere mois. Pas d’Eddy, pas de Fabien. Bon, je continue. Au niveau chrono j’ai decide de ne plus regarder les temps du kikou, je fais ma course, je sens que je suis bien. 

Passage en 3h44 – j’ai encore repris 4 minutes au Kikourou, je suis 10 minutes devant. Ca y est je n’ai jamais couru aussi longtemps de ma vie. 

 

Etape #5 St Genoux – Soucieu en Jarrest 45km Apres une petite descente on grimpe a nouveau. 7eme 5km en 10km/h. Passage au 35eme, je me dis qu’il va falloir gerer car le mur marathon frappe souvent ici et ca monte… Apres cette mega montee descente de 11km, il faut allonger, laisser rouler, manger du km sans trop se fatiguer. Je passe devant le panneau « 30km de l’arrivee » au 39km. Il doit etre vers 3h58 . Je fait un rapide calcul, si je continue a courir a 10km/h je suis sous les 7h00, incroyable. Mais je n’y crois pas car j’ai encore 30 bornes a faire. Mais le plus dur est fait au niveau denivele. Dans tous les cas la Sainte d’argent est en vue, allez on continue. 8eme 5km en 9,3km. Ca prend en compte la mega montee donc c’est plutôt pas mal. Je tiens pour l’instant. On arrive a la distance du marathon et apres pour moi c’est l’inconnu J J’arrive a soucieux je fais le tour du terrain de sport. Je sais que je dois remplir ma poche. Je defais mon sac tout en courant, j’arrive sous la tente, j’attrappe une bouteille d’eau. Je me mets 1litre. Allez ca ira bien. Je prends un gel et je repars. Par rapport a St Genoux il n’y avait presque personne sous la tente. 9eme 5km en 11,2km le plus rapide depusi le debut, c’est bien j’engrange de precieuses secondes voire minutes qui me seront tres precieuses si je veux maintenir 10km/h de moyenne malgre les cotes a venir. 

Passage a 4h34 , je reprends 6 minutes au kikou, je suis maintenant 16 minutes devant.   

 

Etape #6 Soucieu en Jarrest - Beaunant 57km

Le quadri ont bien travaille dans la descente et ils commencent a me taquiner. Je sais qu’il y a encore de la descente, je relance. Et avec un bon petit gel ca ne peut qu’aller mieux non ? J’arrive au passage du Garon autre passage apparemment technique, ben bof pas plus que le reste de la course, par contre ca remonte tres fort apres le passage du petit pont sur 2 km. Je passe au panneau plus que 20km avant l’arrivee. Je me dis que c’est moins qu’un semi marathon, il va y avoir du plat et de la descente, je me conditionne, je me dis qu’on sera vite au 18 puis 15eme et apres on se rentre a la maison. Les km semblent de plus en plus long. Je regarde ma montre. J’ai bien tenu le rythme. Il doit etre 5h56, si je continue a 10km/h je serai sous les 7h00, j’ai du mal a y croire, je ne m’emballe pas mais je commence a croire que la sainte de lyon est dans la poche. Ca fait du bien au moral. 10eme 5km en 9,5km/h, la montee du Garon a fait mal, mais on est pas si loin de 10km/h Encore une montee a Chaponost au 52eme, arreter avec ces montees SVP, elles font de plus en plus mal. La vitesse moyenne diminue en consequence et mes 7h00 sont a risques…

Je garde confiance et je les attaques du mieux que je peux. C’est tout ce que je peux faire. Les passages moyennement raides ou je courais au debut de la course, je dois maintenant marcher pour me reposer. 11eme 5km en 10,4km/h pas mal malgre la montee de Chaponost. J’arrive au ravitaillement de Beaunant, j’ai trouve la technique pour ne pas enlever mon sac. J’arrive a attraper mon gobelet en etirant un peu le bras. Je prends un verre d’eau. A nouveau verre d’eau et gel, il a plus de mal a passer donc je cours un peu en meme temps. J’en prends plein le nez. J’ai vu le panneau St Foy un peu avant, on doit y etre. Ca ne manque pas. A la sortie, elle est la, juste devant nous. Mon deuxieme lieu mythique de la Saintelyon. Cete fois-ci je ne serai pas decu J 

Passage en 5h43, je reprends 11 minutes sur mon kikou, j’ai 27 minutes d’avance maintenant. J’ai reussi a maintenir mon rythme. Ne me demander pas comment.   

 

Etape #7 - Beaunant – Lyon Centre 63km

J’entame la cote de St Foy en marchant des le debut, je finis mon verre d’eau et mon gel, je range le tout et je commence a allonger le pas. Ca monte dur, apres 1km de montee la pente devient plus douce. Je suis ma startegie de course dans les cotes, je recommence a trotinner. La mes quadri qui me faisaient mal depuis un certain temps, deviennent aussi dur que de la piere, la mechanique est coince , plus possible d’avancer meme en marchant… Le corps dit NON. C’est un peu douloureux mais j’ai plus l’impression que qu’un baton coince les rouages. Je m’arrete, je pense au 7h00 aie, je suis peut etre chocolat. Je commence a m’etirer. Debut de crampe que j’evite de justesse. Bravo Julien, tu n’avais meme pas etire le bon muscle. Je reste la 1 minute puis je recommence a marcher tranquilement.  Je prends un peu d’eau, oh ca ne marche plus ou quoi ? Mercredi, je n’ai plus d’eau. Va falloir tenir 4km sans eau. Ca redescent, ouf ! Ca va mieux, les jampes repartent. Ouf, je suis soumage mais je ne sais pas combien de km elles vont tenir.

J’ai passe le panneau des 10km, il est 5h56 je suis encore dans le coup pour les 7h00 et la Saintelyon d’argent est sans doute dans la poche. 12eme 5k en 9km, le moins rapide depuis le 4eme ou il y a les deux montee de St Christo et de l’hopital. La montee de St Foy a fait tres mal mais on est encore dans le coup. La descente sur Lyon fait mal mais au moins je sais que j’allonge et que les kilometres defilent. Ca descend mais on longe le coteau et ca parait interminable. Je suis seul sur le parcours, je me retourne de temps en temps pour verifier que je ne me suis pas trompe de chemin. Je vois des coureurs, c’est rassurant.  J’ai mal et je sais qu’a un moment il va falloir remonter sur Fourviere. C’est la nouveaute du parcours. Je sens que les crampes ne sont pas tres loins… Allez allez il ne faut pas y penser. 

Ca descend bien mais un peu plus loin j’apercois la fameuse cote. Je ne peux eviter de lacher un « oh p***** ». Une cote en arcodeon. Il y en a deux parties bien raides. Faut pas se poser de questions. Je profite de l’elan pour monter la premiere partie en courant. Je marche sur la deuxieme. Ouf bientôt fini, les 7h00 sont a porter de main. Je prends le virage et la horreur je vois que la cote continue sur 100 metres. Allez faut s’accrocher la… J’arrive au bout on me lance « allez allez c’était la derniere cote ». ca fait du bien au moral a defaut de faire du bien aux jambes. Plus que 8km de descente et de plat. On se rentre a la maison maintenant. J’arrive au dernier ravito, la rue est sombre etroite et raide… aie aie aie. Ca y est on est dans le centre de Lyon, je decroche mon gobelet, juste un verre d’eau et un gel, ca tiendra bien 6 bornes et pas le temps de remplir la poche, j’ai les 7h00 qui m’attendent. A ce moment la j’y crois a 80%, j’ai 5 minutes d’avance au moins. Je le sens bien.   

Passage en 6h25 

 

Etape #8 - Lyon Centre – Palais des sports 69km Je passe la Saone. Ca y est on est vraiment dans le centre de Lyon. Je reconnais certains endroits. J’ai habite 3 ans a Lyon. Je n’etais pas revenu depuis 7 ans et je ne pensais pas revenir de cette belle facon. Lyon se reveille, plus que 5km, une bouchee de pain. Tout se passe bien jusqu'à Perrache, « plus que 4 km » nous lance-t-on. 13eme 5km en 10,6km, la vache j’en ais encore sous la semelle. Je prends le pont puis on tourne a gauche, escaliers puis les quais. J’en avais entendu parler mais 4km de quais pour finir, c’est l’enfer. C’est tout droit, peu varie, je souffre. La je ne cours qu’au mental. Je compte tous les 500m. 3,5km, 3km, 2,5km. Quoi, encore 2,5km ?

J’en peux plus la. Mais je sais que je suis sous les 7h00. Je n’arrive pas a retrouver la peche pour aurant. Il y a quelques coureurs du matin qui nous encouragent. Ils savent d’où l’on vient, ca fait super plaisir. Je vois le palais des sports, 1km, le dernier km bon sang, faut le savourer. 500m je manque de mourir etouffer par la fumee des torches allumees.

 On rentre dans le palais des sports. Ca y est c’est la fin. Je regarde ma montre, elle indique 6:52:55. 7 minues en dessous des 7h00. Je suis 220eme. Je realise ce que je viens de faire. Comme toujours apres les marathons, je laisse l’emotion me submerger, j’aime bien ce moment ou on laisse tout aller, j’ai vraiment l’impression de profiter a 100% de cette arrivee. Un benevole me retire la pusse, « alors tu as fait le temps que tu esperais ? », je lui reponds, « non pas vraiment au depart j’etais parti pour 8h20» J 14eme 5km ou plutôt 4km cette fois : 10,8km. J’arrive pas a croire ce que j’ecris la. J’ai fait les 4 derniers km a pres de 11km en ayant 65km et 3,000m de deniveles dans les jambes. Ne me demander pas la recette, il ya juste des jours comme ca ou tout se passe bien.   

 

APRES COURSE 

Je reste un peu dans l’aire d’arrivee, j’en profite… Petite douche. Je fais la queue du cote des kines, je vois passer Fab. Bien content de le voir. Il finit en 7h40 et decroche la saintelyon de Bronz haut la main. Il me raconte l’accident d’Eddy. Je suis un peu en soucis mais je sais qu’il finira meme en marchant sur les mains. Il a un moral a tout epreuve.  Je sors du Kine je vois arriver Eddy, qui se tient les cotes. Ouh la la ca a l’air d’etre douloureux. Il grimace. « Tu as fais 40km avec une telle douleur ? ». Je suis tres impressionne.   

 

BILAN 

Plus que positif, je pense que c’est mon meilleur souvenir course jusqu'à present. Cette course, elle est incroyable. Courir la nuit c’est tout autre chose. Si vous hesitez encore, n’hesitez plus inscrivez-vous aujourd’hui, vous ne le regreterez pas.   Nous, on se reinscrit pour l’annee prochaine. 69km dans la nuit, meme pas peur.  

10 CONSEILS POUR FINIR

1- faites la course en individuel

2- faites la course avec quelques amis, c’est une course a partager

3- l’entrainement officiel a bcp porte ses fruits pour moi

4- investissez dans une bonne lampe frontale

5- courez avec une montre GPS. Ca motive de voir les km qui defilent et ca passe le temps de faire le point regulierement

6- je n’ai eu aucun probleme a courir la longueur en chaussure de trail, bien plus stable en portions chemin a mon avis.

7- preparez-vous mentalement, c’est encore plus important que pour un marathon

8- alimentation et hydratation reguliere surtout quand on a l’impression d’avoir fait un bon effort, par exemple a la sortie d’une montee.

9- ne jamais se mettre dans le rouge, des que la pente est trop raide pour courir, n’hesitez pas a marcher meme pour 5, 10m juste avant la bascule.

10- faites attention aux barrieres qui trainent sinon, vous allez avoir une excuse pour la refaire l’annee d’apres J

JULIEN

11 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 22-12-2009 à 09:55:00

bravo pour ta course magnifiquement gérée!!!!

Commentaire de Pierrot69 posté le 22-12-2009 à 16:42:00

Tu avais vu large pour l'objectif ;)
Bravo pour ta course et ton récit!

Commentaire de millénium posté le 22-12-2009 à 20:48:00

très belle course , et récit interessant et complet . Bravo.
Manque plus qu'une rencontre avec les kikous lors de l'AAB et ce sera PARFAIT .

Commentaire de MaBourseAMoi posté le 22-12-2009 à 20:49:00

Récit impressionnant par sa qualité et ses détails.
Merci pour tout cela

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 22-12-2009 à 23:49:00

Que dire... Quel chrono ! Quelle aventure ! Et ca me donne envie, moi qui hésite à tenter le mode solo !
Merci pour ton récit, génial !!

Commentaire de patcap21 posté le 25-12-2009 à 09:04:00

Bravo pour ta gestion de course, c'est une superbe première, merci pour le CR.

Pat

Commentaire de Mamanpat posté le 28-12-2009 à 09:18:00

Eh j'ai failli croire que tu allais faire toute la course facile à 11km/h !!!
Rassurée mamanpat de voir que tu en as quand même bavé comme tout le monde !!! ;-)

Un grand bravo à toi et chapeau bas pour le chrono !
Manque plus que l'AAB pour que ta perf soit complète !!!

Commentaire de tidgi posté le 29-12-2009 à 18:45:00

Bravo pour ta perf ! Et pour tes premiers pas dans un ultra...-marathon...

Commentaire de Cédric74 posté le 04-01-2010 à 22:07:00

Impressionnant !! Bel effort!

Merci pour ce récit.

Commentaire de zwiling posté le 18-01-2010 à 15:03:00

Salut Jul'

Bravo pour ce beau CR. Je viens seulement de poster le mien. Merci encore de m'avoir trainé dans cette merveilleuse galère. A l'an prochain pour la sainté d'argent pour moi et la sainté d'or pour toi.

Zwiling (Fabien)

Commentaire de zwiling posté le 18-01-2010 à 15:04:00

Salut Jul'

Bravo pour ce beau CR. Je viens seulement de poster le mien. Merci encore de m'avoir trainé dans cette merveilleuse galère. A l'an prochain pour la sainté d'argent pour moi et la sainté d'or pour toi.

Zwiling (Fabien)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !