Récit de la course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km 2010, par rcou

L'auteur : rcou

La course : Les Gendarmes et les Voleurs de Temps - 32 km

Date : 23/5/2010

Lieu : Ambazac (Haute-Vienne)

Affichage : 896 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

29 autres récits :

Le récit

 

J'avais fait depuis le début de l'année des Gendarmes et des Voleurs un de mes gros objectifs de la saison. Je me disais que j'avais largement le temps d'arriver au top. Finalement j'arrive en bonne forme en Limousin, légère prise de poids dans les dernières semaines précédentes.

Au gîte que nous avons réservé nous sommes accueilli par un soleil de plomb, une foultitude d'animaux et des hôtes très sympathiques. Ils ont bien sûr entendu parler des Gendarmes et des Voleurs et me conseillent de partir assez tôt.

Le lendemain matin, lever à 8h donc, petit déjeuner assez copieux (bien oui il n'y aura pas de repas de midi) puis nous prenons la route depuis Nouic jusqu'à Ambazac, 45 min de routes boisées et vallonées.

 Arrivée sur place nous croisons les coureurs du 10km qui viennent de partir.

Une fois la voiture garée, je récupère mon dossard. La foule est déjà là et le départ approche. Je m'habille de pied en cap, je me trouve plutôt pas mal mais selon ma chère et tendre je suis au sommet de ma beaufitude. vdm :-)

Je descend dans le champ pour prendre position car celà va partir très vite. Il fait déjà très chaud.

Le décompte est lancé, les cavaliers s'élancent puis les coureus à leur tour, et en effet celà part sur une allure cross.. et je ne suis pas en reste. Les deux premiers km sont faits à plus de 15km/h on m'annonce 58ème. Je passe au 5ème km en 20min30, je souffre déjà de la chaleur. Le rythme est trop rapide pour moi et dès la première côte et bien je marche. C'est à ce moment que je passe à côté du concurrent handisport tracté par ses copains dans cette côté, nous échangeons quelques mots. pour l'instant ça a l'air d'aller. de nombreux concurrents me passent à cet endroit mais je sais que la route est encore longue et mon objectif est d'arriver entier.

Vers le haut de la côte nous passons au 10ème km mon chrono affiche 47min depuis le départ. S'ensuit une phase de parties descendantes et roulanbtes qui sont très agréables, je peux dérouler sans trop de soucis et surtout profiter à leur juste valeur des encouragements et des magnifiques paysages. Quelques coups de culs viennent s'immiscer, j'y marche et court selon la déclivité et j'arrive au ravito du 15ème km en 1h12. Je bois, je bois, je ne cesse de boire et celà aurait dû m'inquieter.

Je suis assez à la peine dans les côtes suivantes et je ne troittine plus qu'à la marge dans les pentes. Dans un virage après un moment d'inattention je bute contre un caillou et m'étale de tout mon long. En montée faut le faire quand même mais bon me voilà bien couronné au niveau des genoux. J'atteint le 20eme en 1h42, je voulais faire 2h45 et je comprend vu le profil restant que celà sera difficile.

Juste après le 20ème une bonne montée nous attend, j'y perd pas mal de temps en mrchant, puis la descente me permet de récupérer et d'envoyer de sorte que j'attend le 25ème en 2h10. Je croise Nathalie Vasseur au ravitaillement, elle a l'air en difficulté, elle terminera tout de même au courage. Je sors du ravitaillement, j'ai la pêche un peu trop peut être. J'augmente un peu le rythme et je bute contre un nouveau caillou déclenchant crampes mollet et cuisses. Aïe Aîe Aie. Je bois toute l'eau que j'ai sur moi et je peux ainsi trottiner quelques km jusqu'au prochain ravitaillement avec les encouragements des spectateurs. Là à nouveau je bois tout mon saôul même les bénevoles s'en "étonnent. Après une dernières descente nous arrivons à la montée de la chapelle...

 J'avais beaucoup lu sur ce site sur ce moment particulier de la course. La réalité dépasse le récit, je vous laisse imaginer, 31 km d'effort, près de 3h, 30°, la fatigue, la douleur, les crampes et d'un coup vous avez des centaines de spectateurs qui vous encouragent, en vous appelant par votre nom (inscrit sur le dossard). Malgré toutes mes douleurs j'augmente le rythme dans les escaliers pour les gravir dans une ambiance digne du tour de France. C'est vraiment magique. Arrivé en haut je souffle un peu puis emprunte le faux plat descendant vers l'arrivée, je tape dans les mains des gamins et puis c'est enfin la ligne. J'en termine 159ème en 2h55min39sec. Mais ces quelques centaines de mètre auront été le champ du cygne et je peux ensuite à peine marché à cause des crampes puis des courbatures.

Mais quelle course exceptionnelle!!!  Vraiment rien à dire sur le balisage, les ravitaillements, le départ...

 

3 commentaires

Commentaire de NikoSA posté le 25-05-2010 à 18:18:00

Merci pour ton super commentaire...je termine 2 minutes derriere toi, et moi aussi j'etais rincé à partir du 26eme kilo ou une crampe m'empechait de courir à un rythme soutenu!
Mais comme tu dis, la montée des marches de la chapelle est tjs aussi magique avec ces incroyables encouragements!
Bonne récup
A+
Nicolas

Commentaire de CROCS-MAN posté le 25-05-2010 à 19:03:00

Et oui c'est vraiment une Super course.Bravo pour ton chrono et merci pour le récit.

Commentaire de Pat'jambes posté le 26-05-2010 à 00:06:00

Bravo pour ta course sous cette chaleur.
Effectivement, cette montée des marches fait partie de mes meilleurs souvenirs de course à pied.

Bonne récup'

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !