Récit de la course : Marvejols - Mende 2016, par -Syldenis-

L'auteur : -Syldenis-

La course : Marvejols - Mende

Date : 24/7/2016

Lieu : Marvejols (Lozère)

Affichage : 626 vues

Distance : 22.4km

Objectif : Se dépenser

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

23 autres récits :

Dimanche à la montagne

En montant mon programme 2016, j'avais envisagé de courir un semi ou une distance approchante. Comme je ne souhaitais pas courir trop loin de chez moi, 2 courses pouvaient convenir : Marseille-Cassis ou Marvejols-Mende.

Mais Marseille-Cassis, c'est mission quasi-impossible pour un coureur "loisir" de trouver une place, sauf peut-être en rachetant un dossard à prix "d'ami" à quelqu'un qui, curieusement, semble ne pas avoir eu de problème à s'en procurer un. Ca ressemble un peu à de l'arnaque ou à de la magouille et je ne souhaite pas entrer dans ce jeu là.

Ce sera donc Marvejols-Mende, présentée comme une course de légende avec son parcours atypique (mais il est où le plat ?) qui promet l'enfer aux participants. Mais moi l'enfer, connais pas, et puis faut pas exagérer. Quand même !

Pour l'entrainement, ce sera un plan semi-marathon, agrémenté de quelques bosses. Le problème c'est que des bosses, à Paris ou à Nîmes, ce n'est pas ce qu'on trouve le plus. Mais c'est pas grave, je suis Savoyard d'origine, alors des bosses, je sais ce que sais... sauf que la dernière que j'ai montée, ça doit remonter à près de de 20 ans quand même. En plus ma préparation a été perturbée par un gros rhûme attrapé début juillet et qui m'a embêté pendant une dizaine de jours (rien attrapé de l'hiver et il faut que ça m'arrive début Juillet, GRRRR).

Le 15 Juillet, je propose à mon épouse (et à mes chiens) d'aller faire une petite reconnaissance du parcours ; et hop, direction Marvejols. Premières impressions : ça risque de bouchonner au départ ; ne pas se griller dans le faux plat qui mène au pont des écureuils, virage à droite et... mais ça grimpe, même en voiture. Et après le sommet, ça descend autant que ça a grimpé de l'autre côté. Ca va faire mal aux papattes de derrière. En bas du col, ça a l'air moins compliqué. OK ça grimpe un peu, mais ça devrait passer... Sauf qu'on s'est trompé de route. Grâve erreur.

Le 23, départ pour Marvejols, récupération du dossard, petit tour dans Marvejols, et légère déception. Le centre est joli, mais il n'y a pas d'animation particulière. D'après quelques locaux, il parait que les finances municipales ne sont pas florissantes et qu'il faut serrer les boulons du tiroir-caisse, ceci expliquant celà. j'avoue que personnellement ça ne me dérange pas trop, mais vu le monde que la course draine, c'est peut-être quand même une occasion manquée (sauf pour les Mendois semble-t'il).

Donc, direction l'hôtel, diner, dodo et c'est dimanche.

On assiste au départ des marcheurs (à 8h) et après un petit échauffement et un peu d'attente dans le sas et "quelques notes" de musique folklorique pour patienter (l'intention était sympathique, mais curieusement a déclenché chez moi quelques mauvaises pensées vis à vis des musiciens).

A 9h, bang ! Comme prévu, ça bouchonne sur les 2 premiers kilo. Au moins, ça évite de faire monter le palpitant trop vite. Jusqu'au pied du Goudard, ça va. La montée se passe assez bien. Je ne marche pas et je double pas mal de monde. Mais c'est dur et je suis content de voir arriver le village de Goudard et son replat qui me permet de terminer le col sur un bon rythme. Dans la descente, j'essaye de ne pas me faire embarquer par la pente. Je suis autant doublé que ce que j'ai pu doubler dans la montée. Mais comment il font pour descendre à cette allure sans avoir mal. Sur la dernière partie de la descente, il y a quelques portions où la pente devient moins importante et j'essaye de relancer. Aïe, j'ai mal aux cuisses et je commence à penser que la 2ème moitié de la course va être difficile. Le faux plat avant la montée de Chabrit se passe tout de même assez bien, puis arrive la côte (que je n'avais pas reconnu donc). Je sens arriver le coup de moins bien et je prends rapidement la décision de marcher une première fois, ce qui me permet de ne pas trop perdre de vitesse. Je reprend la course, marche de nouveau, puis reprend définitivement la course à quelques centaines de mètres du sommet. La lecture de quelques comptes-rendus passés m'a incité à prendre rapidement cette décision de marcher, qui au final était sans doute la bonne. Merci les anciens.

Du bas du col, jusqu'au sommet de la côte, j'ai apprécié le positionnement des ravitaillements, et le fait de disposer d'eau en bouteille proposé par des bénévoles bien organisés et efficaces (merci à eux). Globalement, bravo aussi aux concurrents qui se séparent de leurs bouteilles et tubes de gel, sur l'étendue de la zone prévue à cet effet. Ca change de certains comportements que j'ai pu constater sur d'autres courses.

La descente sur Mende se passe correctement et il n'y a plus qu'à serrer les dents dans le dernier faux plat (bosse ?) d'arrivée (mais enfin, elle est où l'arrivée).

Au final, mon temps très légèrement inférieur à 2h10 me satisfait compte tenu du déroulement de la course et est conforme à ce que j'avais pu lire comme envisageable par rapport à un semi classique (grosso modo +20%).

Je pense également que j'ai manqué un peu d'entrainement en bosse, mais je ne vais tout de même pas faire un stage en altitude pour ce niveau de "performance".

En conclusion, si je n'ai pas assez de recul pour dire que le MM est une course de légende, il est certain qu'il s'agit d'une course particulière et qui mérite un minimum de respect et de sérieux pour l'appréhender.

Maintenant, un peu de repos et place à la préparation du marathon de Florence fin Novembre.

3 commentaires

Commentaire de hpat77 posté le 27-07-2016 à 16:48:34

Bravo !
C'est une course de légende par son historique (course sur route ouverte aux féminines et aux non-licenciés en 1973, http://www.ot-mende.fr/article/marvejolsmende-lhistoire-dune-course-de-legende).

Commentaire de hpat77 posté le 27-07-2016 à 16:50:22

http://www.ot-mende.fr/article/marvejolsmende-lhistoire-dune-course-de-legende

Commentaire de -Syldenis- posté le 28-07-2016 à 22:27:12

A minima c'est une course avec une histoire. Certaines choses ont évolué dans le bon sens, heureusement.
Merci pour ce rappel.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !