Récit de la course : Marvejols - Mende 2007, par Pilate

L'auteur : Pilate

La course : Marvejols - Mende

Date : 22/7/2007

Lieu : Marvejols (Lozère)

Affichage : 1706 vues

Distance : 22.4km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

23 autres récits :

Le récit

Bonjour à tous,

Par où commencer...

YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!
Pardonnez moi, fallait que ça sorte...

Ce week end une des plus belles courses que j'ai faite, week end idillique.
Parti le dimanche matin à 6h30 (Aïe) à 9 (3 coureurs et 6 spectateurs, merci à eux) on arrive à Marvejols à 8h15.
Petit rituel d'avant course, retrait des dossards, petit échauffement dans la fôret en compagnie des Kenyans, Ethiopiens et autres et c'est déjà l'heure de se placer au départ.



Avant le coup d'envoi un petit rappel des faits, mon père (Le Président) me devance à chaque course depuis près de 8 ans maintenant... Notre dernière confrontation à Lattes fut rude et j'ai malheureusement échoué dans ma tentative à une malheureuse seconde.
Une course comme Marvejols Mende est à priori faite pour les vieux baroudeurs, personne ne parie un euro sur ma victoire, moi même non plus je dois bien avouer. J'ai tout de même un infime d'espoir au vu de mon entraînement ces dernières semaines.

Nous voici donc sur le départ, je me place à côté de mon père mais nous sommes plutôt loin des permiers, ça va bouchonner. J'aperçois bièvement dans le sas élite Stéphane Diagana, cotoyer des personnalités dans un sport de masse, il n'y a que la course à pied pour nous offrir ça :)
Il est 9h00, c'est parti!!! Comme prévu ça bouchonne dès le début à l'amorce d'un rétrécissement pour passer un petit pont étroit. Les 400 premiers mètres, dans les ruelles étroites de Marvejols, sont effectués en plus de 3 minutes... Pas de panique, c'est que le début.
Au petit jeu du dépassement mon père est apparemment plus doué que moi, je le vois s'éloigner petit à petit. Toujours pas de panique, c'est dans ma stratégie de course, partir cool et gérer l'effort jusqu'au bout.
Les kilomètres suivants, en plat – faux plat montant, au milieu des vertes prairies de la Lozère sont abattus en 4'20'', je me sens bien, je n'arrête pas de doubler et je croise plein de gens que je connais. Toutes ces personnes m'annoncent que mon père est déjà loin... Le doute s'installe, est il en super forme? Tant pis, je continue ma course comme prévue sinon je vais me griller avant l'heure.

On est au 5ème kilomètre, les choses sérieuses commencent, c'est le début de l'enfer comme l'indique les inscriptions sur le bitume (Avec un panneau «poste de secours à 500m», ça met en confiance!!!) 4Km d'ascension jusqu'au Goudard sur une pente de 8% en moyenne. Je suis meilleur que mon père dans les côtes, je pense pouvoir refaire une partie de mon retard. Après 2 kilomètres d'ascension je le voie, il n'est pas très loin!!! Au kilomètre 8 je n'ai plus que quelques mètres de retard et je voie zakkari sur son vélo qui m'encourage. Juste après je croise ma chérie, ma mère, ma soeur et ma belle famille venues nous encourager, ça fait plaisir de les voir.



Pas tout à fait en haut du Goudard, je double mon père qui visiblement peine dans la difficulté, je dois être 30 secondes plus rapide que lui au kilo. Quelques mètres après l'avoir doublé on retombe sur une centaine de mètres de plat, mon père en profite pour repasser devant, avant de rattaquer la partie montante finale jusqu'au goudard ou je le redouble.
Veritable partie de chassé, croisé, mon père repasse devant à l'amorce de la descente longue de 5km. A mon grand étonnement l'écart reste stable. Je sais qu'il ne faut pas trop forcer, une descente c'est très traumatisant pour les muscles.

Je ne sais plus exactement où, je crois au début de la remontée en faux plat, je profite du ravitaillement pour repasser devant mon père. Psychologiquement je trouve qu'il est plus facile d'être derrière son concurrent direct que devant, je ne sais pas s'il va s'accrocher ou pas vu que je n'ai pas l'intention de me retourner. Je continue donc ma course comme je la sens.

Entre le 15ème et 16ème kilomètre je me fais doubler par deux collègues de club, j'en profite pour prendre le train en route. Entre le 16ème et 19ème kilo on attaque véritablement la deuxième difficulté du jour, Chabrits!
Je m'accroche comme je peux à mes collègues mais ils sont trop rapides, je ralentis le pas. A la moitié de la côte je sens que j'ai encore le jus nécessaire pour arriver jusqu'au bout mais j'ai une barre dans le mollet droit, je m'arrête donc par 2 fois pour marcher quelques mètres. J'en profite pour me retourner, mon père doit être à 30 secondes, il me voit marcher, psychologiquement ça doit être bon pour lui.
On traverse donc Chabrits avec ses spectateurs et son groupe de musique amateur, on est enfin arrivé au bout!

Dernier ravitaillement et c'est reparti pour 3 kilomètres de descente jusqu'à Mende, l'arrivée est au bout!!! La crampe n'est pas loin mais je m'accroche, mon père est meilleur descendeur que moi, je dois tout donner, malgré le mal de jambes j'abat les 3 kilo en 4'00'' chacun. Peut avant le dernier kilomètre je me fais doubler par Nathalie Bouet, mon père est du même niveau, il ne doit probablement pas être loin. Sur le coup j'ai pris un gros coup de bambou sur la tête, s'il n'est pas loin et que je termine ce dernier kilomètre en montée comme les 2 éditions précèdentes (à la ramasse...) il terminera à tous les coups devant moi.

Arrive enfin le dernier kilomètre, montée finale jusqu'à la place du foirail à Mende, les rues sont emplies de spectateurs, ça motive. Chaque mètre que je fais, je n'ai qu'une envie, m'arrêter marcher un peu... mais je repousse toujours de quelques mètres et finalement, beaucoup plus rapidement que dans mes souvenirs je me suis retrouvé à franchir la ligne d'arrivée!!!

Sur le coup je n'y crois pas, je n'ai pas pu arriver avant mon père, il a dû me doubler sans que je le vois! 30 secondes passent, puis 1 minute, toujours pas de père... 1 min 30... 2 minutes...
15 ans de course à pied défile dans ma tête, toutes les confrontations, ma première course avec lui, les plus belles, les plus serrées, les plus dures... 8 ans que je ne l'ai plus battu...
2 minutes 15 plus tard et c'est l'explosion de joie, mon père franchit enfin la ligne d'arrivée!!! Pur moment de bonheur, victoire attendue depuis si longtemps et victoire si inattendue sur cette course mythique.
Joie mélée d'une pointe de tristesse pour mon père, 3 enfants qui partent du nid familial en 2 mois, l'ainé qui le bat à la course à pied, dur dur... Mais je sais que c'est dans l'adversité qu'il s'améliore, je ne m'en fais pas.
Le plus dur pour moi maintenant c'est de confirmer, de belles batailles s'annoncent.



Je termine donc ce Marvejols Mende avec le chrono de 1h53'02'', soit 23 minutes de mieux que mon ancien record qui date de l'année dernière!!! (Non non je ne me suis pas doppé! Cette année j'ai juste évité de faire la fête la veille)
Enfin, cerise sur le gâteau, je m'empare du record familial de l'épreuve pour une dizaine de secondes...

Sur la place du foirail je croise zakkarri, bigout66 et moumie avec qui je discute quelques minutes et ensuite direction le restaurant avant de rentrer chez moi, content de mon dimanche, en espèrant en vivre beaucoup d'autres comme celui là!!!



Ma prochaine course c'est à Vic la guardiole dès samedi soir, je sais que ce n'est pas très sérieux mais Vedas Endurance court pour la bonne cause. On court pour une association qui lutte contre le Sarcome des tissus mous (1% des cancers) (
http://www.grafs.fr/) le frère d'une adhérente en est malheureusement atteint.




PS: N'oubliez pas le 23 septembre les foulées d'automne à Saint Jean de Védas(cf la fin du récit de la galopade du Méjean)


YEAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!
Ca fait vraiment du bien lol

10 commentaires

Commentaire de bigout66 posté le 24-07-2007 à 09:01:00

Salut Pilate,

ça y est tu l'as eu enfin!!!
Et avec ça tu établi le nouveau record familial.
Le président a du souci à se faire pour les prochaines élections lol.

En tous cas, j'ai été ravi de te rencontrer.
Félicitation pour ta gestion de course sur une épreuve plus dure que je ne m'y attendais.

@+ ;-)

Commentaire de cedre posté le 24-07-2007 à 12:23:00

bravo à toi mais aussi au président....
Il faut rester humble dans la victoire ;-)
Dommage de pas s'être croisés.....
a+ (aux foulées de St Jean en tout cas....)

Commentaire de calimero posté le 24-07-2007 à 19:22:00

Quelle chance et quel défi de lutter avec un père de ce niveau et qui plus es Pésident!!
Tu as réussi, bravo!!
Superbe chrono, j'avais mis 1h54'56 en 2005, quelle progression en un an, dis moi comment tu as fait? Si tu continue, en 2009 tu gagnes!!

Commentaire de moumie posté le 24-07-2007 à 19:54:00

Un grand BRAVO

C'est un plaisir de voir ta joie d'avoir battu ton père en plus avec plus de deux minutes et sur une course vraiment pas facile. félicitation

J'ai été ravie de vous avoir rencontré avec Zakkarri.

Bravo également au Président,

Pour notre plus grand régal, vivement la prochaine confrontation :-)))

A bientôt

Commentaire de zakkarri posté le 24-07-2007 à 20:45:00

YEEEAAaaaahhhhhhh Pilate !!! tu l'as eu !
c'est vraiment chouette pour toi, depuis que tu batailles...
Tu as fais la course parfaite, et je me vois dans ta gestion de la course, bravo !
Et tu t'ameliores de plus en plus, c'est bon ça pour la suite !
allez a bientot !

Commentaire de la panthère posté le 25-07-2007 à 12:21:00

bravo à la famille... ya plus qu'à se venger.... (je parle pour le papa....)merci pour ce beau CR

Commentaire de titifb posté le 25-07-2007 à 18:50:00

Salut Pilate !
BRAVO à toi pour ta course...Mais ne te réjouis pas trop tôt tu as remporté une bataille, mais tu n'as peut-être pas gagné la guerre !!! Néanmoins, c'est quand même un signe, et puis quelquefois l'élève dépasse le maître et quand le maître, c'est son père, c'est une page qui se tourne...un peu de l'enfance qui s'éloigne...

Mais quel duel ! Fameux.

Commentaire de Le président posté le 27-07-2007 à 07:07:00

AUDACES FORTUNA JUVAT.
(La fortune sourit à ceux qui osent)
Tout est dit. Bravo mon fils.
QUALIS PATER, TALIS FILIUS.
(Tel père, tel fils)

Commentaire de Say posté le 30-07-2007 à 23:52:00

Chalut

Premier objectif atteint : battre ton père et en plus sur une des plus belles courses de France! Alors maintenant, à quoi vas tu t'attaquer?

1h53? Pas mal dis moi...

A peluche

Coli

Commentaire de l'ourson posté le 07-08-2007 à 19:54:00

CR bien émouvant... Merci Pilate et j'ai pris bonne note des 23' d'amélioration du chrono en 1 an !! Epoustouflant et très encourageant pour le lecteur et modeste coureur que je suis avec ses 2h12 ;-))) Bravo et si le Président veut bien nous faire un p'tit CR.....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !