Récit de la course : Marvejols - Mende 2006, par totote01

L'auteur : totote01

La course : Marvejols - Mende

Date : 23/7/2006

Lieu : Marvejols (Lozère)

Affichage : 1640 vues

Distance : 22.4km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

23 autres récits :

Semi marathon Marvejols/Mende

SEMI MARATHON DE MARVEJOLS/MENDE




A faire un CR sur le semi du Marvejols /Mende, j’en profite pour raconter un week-end sportif.

En effet, avec Cathy, nous voulions faire ce semi depuis un bout de temps. Un pote m’avait fait envie en me racontant ses deux ou trois participations et Cathy avait entendu parler de cette course de légende.

Puis l’idée nous est venue de regrouper la course et les vias ferratas se trouvant pas trop loin de la région. A faire de la route, autant en faire un peu plus et se faire plaisir dans deux sports différents. On décide donc de faire deux vias le samedi, le semi le dimanche matin et la dernière via l’après midi en repartant.

Cathy avait déjà programmé une rando de cinq jours dans la Vanoise, et zut.. sa dernière étape tombe le samedi… Qu’à cela ne tienne, elle lâchera tout son groupe et fera en solo l’étape du samedi avec celle du vendredi…Et oui, pas le choix… Mais je ne me fais pas de soucis, elle a de la ressource la copine…

Le vendredi 21 au soir, nous partons de Meximieux vers 22h30, direction Montpellier. Cathy est crevée, elle en a plein les jambes… mais a aussi des images de montagne plein la tête. Nous arrivons à St Sériès , tout à côté de la 1ere via. C’est un endroit apparemment bien calme en bordure du Vidourle, il y a juste un chien ou deux qui aboient et qui finiront bien par se taire lorsqu’on ne fera plus de bruit. Nous finissons de planter la tente à 2h du mat et c’est bien contentes qu’on se laisse choir à l’intérieur.







AHHH dormir maintenant……







Ben non.. le Vidourle cache dans ses berges des grenouilles qui nous offrent un concerto en stéréo, et voilà que ça croasse de tous les côtés !!! et les chiens qui s’y mettent eux aussi.. ils doivent être une meute pour faire un bazar pareil !!! Ma parole c’est à celui qui fera le plus de bruit !!! Enfermez les chiens et qu’on nous serve les cuisses de ses amphibiens avec de l’ail et du persil !!!

Infernal…

Jusqu’à 4h du mat me dira Cathy le lendemain. Enfin peut- être plus mais c’est à cette heure là qu’elle pense avoir fermé l’œil. Donc réveil un peu difficile le matin, on a une de ces têtes.. on dirait qu’on a fait la java toute la nuit…

Bon, ptit dèj’ rapide et nous nous engageons sur la via. Bien costaud celle là, les bras vont tirer demain, mais pas le temps de traîner, il faut filer sur Millau où nous attend celle du Boffi. Un repas de pâtes froides fera l’affaire avant d’effectuer la via. Beaucoup moins physique mais plus de marche d’approche et de retour et il fait très très chaud….

C’est vers 17h30 que nous rejoignons Mende où l’on récupère les dossards, puces et tickets pour pouvoir rentrer dans le lycée technique où nous allons passer la nuit. Au moins il n’y aura pas de grenouilles ni de chiens, juste un coureur qu’on aura pas vu ( couché et levé après nous) mais on s’est dit pourvu qu’il ne ronfle pas….sinon on le mange à quelle sauce ?

Malgré le monde présent il n’y a pas d’attente, l’organisation est au top, les formalités accomplies, nous flânons dans les stands, assistons au défilé des nations représentées, impressionnant tous ces pays qui ont fait le déplacement ! Puis balade touristique dans les rues de Mende.










Nous allons poser nos affaires au dortoir, ça fait drôle j’y étais pensionnaire il y a.. hou la.. plus de 20 ans.. déjà… Nous reprenons la voiture et nous allons nous faire cuire des pâtes en pleine campagne.
Menu : pâtes aux sardines à l’huile. Pas mauvais.

Le lendemain, réveil à 6h30, le colocataire s’est fait discret toute la nuit (il valait mieux pour lui…). Nous prenons une des navettes vers 7h30 qui nous mène à Marvejols où nous prenons un petit déjeuner en attendant l’heure du départ.









Cathy au départ



Et nous nous rendons sur l’esplanade et c’est là que je ressens toute la mesure de la course, yahou !! y’en a du monde !! environ 3500 personnes !! on va pas se mettre trop sur le devant, nous restons dans le dernier sas, celui des plus de 2h. Vingt minutes à patienter sous les platanes, il fait presque frais à l’ombre… 9h pétantes et hop c’est parti.











Le départ se fait en marchant, puis tout doucement la foulée s’accélère, et c’est en trottinant que nous sortons de Marvejols, les spectateurs sont là, à nous encourager ( ça promet..) , et ils seront présents sur tout le trajet !!! C’est aussi à ce moment là que je me rends compte de la chaleur, fini la fraîcheur des arbres, c’est une chape de plomb que l’on prend sur la tête…c’est pas possible… il doit faire 30° à l’ombre…

Et on attaque directement par la grimpette du col de Goudard (1023m), 8 km d’ascension non stop, 8 km ou tout ira mal, 8km à pester, à râler, à me demander ce que je fiche là, que je serai mieux à la rivière plutôt que de courir sous un cagnard pareil, qu’on a pas idée de faire une course en plein mois de juillet. Vivement cet hiver qu’on aille courir dans la neige !!!

En fait, ce sont plein de petits détails qui m’ont pourri la vie durant ses premiers kilomètres. Déjà, il me faut toujours une dizaine de km pour commencer à me sentir bien, pas d’échauffement avant, alors normal. Ensuite je suis partie avec le camel bac, accessoire inutile sur ce semi, les ravitos sont nombreux et on peut prendre une demi bouteille d’eau à chaque fois et courir avec ne s’avère pas encombrant. La petite gène de la tendinite me rappelle aussi à son bon souvenir, faut tenir 22 bornes sans douleur…Puis ayant mis une brassière, je me dis que les lanières du sac à dos vont me blesser… pfff… j’aurai pu y penser plus tôt… J’ai aussi deux débuts d’ampoules contractées sur les vias avec les chaussures de marche, elles ne vont pas me déranger mais j’y pense car je ne les ai pas protégées, et tiens je me souviens! j’ai pas coupé les ongles aussi…quelle nouille !!!
ARGGH c’est quoi ce bruit !!!! C’est pas vrai… on dirait que c’est ma première course !!! quelle andouille !!! pourtant je le sais qu’il faut enlever l’air de la poche à eau !!! je me dis que si je bois tout rapidement je solutionne le problème, sauf que j’ai mal dilué la poudre énergétique… la pipette est bouchée… j’aspire comme une malade sur l’embout, pfff ça épuise, il fait trop chaud et ça grimpe...
Et c’est pas fini, deuxième bruit, avec le floc floc survient un chlac chlac, j’ai dans le sac la boite d’anticrampe, et les cachets se baladent joyeusement dans leur boite... Heu.. là je ne vais pas tous les avaler..

Quand je vous dis que tout va mal…

Et je peste et je râle !

Cathy m’a lâchée dans les 5 premiers kms je pense, je ne la reverrai qu’à l’arrivée. Elle ne s’est pas arrêtée de courir dans le Goudard !! alors que moi je ne me prive pas de marcher, ouf ! je franchi le col, le public est toujours là, chaleureux, encourageant. Enfin de la descente, j’allonge la foulée, oups !! quel barouf !!! certains coureurs se retournent avant que j’arrive à leur hauteur… Ben oui, c’est moi !! j’arrive et je fais du bruit…Y’a même un clown qui se propose de me vider le camel… Ben non, à force d’aspirer, elle s’est débouchée la pipette, alors je vais la boire ma mixture !

Et là, je revis, je ne râle plus, je me sens en forme, ça y est l’échauffement est terminé, j’oublie mes petits tracas et profite de l’ambiance. La pente m’entraîne, je me laisse glisser, sans forcer, c’est facile, ça descend tout seul, même pas mal aux jambes. Mais je m’endors, je fini par oublier que c’est une compet’ et je suis souvent obligée de me ressaisir pour accélérer un peu. Il faudrait que je m’accroche à quelqu’un, mais je n’y pense pas. Je reste dans un ronronnement, j’ai bien le temps d’arriver à Mende, il doit faire 40°, ça chauffe trop pour accélérer et se faire mal.

Voilà que se profile à l’horizon le deuxième col, les Chabrits (960m), on va y aller tranquillou, j’alterne marche et course. Celui-ci passe mieux, et je peux maintenant plonger sur Mende. Un coup d’œil au chrono, 2h05 de course, faut que je termine sous les 2h30. Ha ! ça motive d’avoir un objectif, et allez ! floc ! chlac ! floc ! chlac ! poussez vous s’il vous plait !! heu… pas la peine de demander, on s’écarte naturellement, sympa…

L’arrivée est digne de celle d’une étape du tour de France, des barrières sont disposées 700m avant, des deux côtés de la route. Le public est toujours présent et soutient tous les coureurs, je termine en sprint, enfin je double du monde, alors je dois aller vite…enfin… il me semble…













La barre sous les 2h30 est atteinte, mais quand même 2h28mn31s pour faire 22,4 km. Bon l’année prochaine 2h15. Hé Hé !!!, je passerai devant Cathy qui termine en 2h17…

L’après course se déroule comme d’habitude, grignotage au ravito, douche froide (finalement c’est bien les courses d’été…), et bière en terrasse. Mais il ne faut pas que l’on traîne, le retour sur Lyon nous attend, ainsi que la dernière via du Puy des Juscles au Pertuis. Pas physique, heureusement, plutôt ludique même, mais une petite marche d’approche et de retour nous re-dégourdi bien les jambes.

Il n’y a plus qu’à prendre rendez-vous pour la 35eme édition, ce semi restera finalement un très bon souvenir, malgré tous les désagréments du début de course… mais l’an prochain, je saurai…





















4 commentaires

Commentaire de L'Castor Junior posté le 05-09-2006 à 22:49:00

Ah, ça valait le coup d'attendre ;-)
Merci, floc, pour ce beau, chlac, récit...
Nous étions dans l'Oisans à cette date, et je confirme que les températures étaient absolument terribles. Chapeau donc pour cette perf' !
A+
Cédric

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 07-09-2006 à 22:19:00

Wouha ! Bravo Michéle !
Le semi ne te suffisait pas, fallait que t'en rajoutes !
Des via ferrata, nan mais j'te jure !
Ou trouves-tu toute cette énergie ???
Quel beau récit ! Merci
Noëlle

Commentaire de l'ourson posté le 01-04-2007 à 12:06:00

Merci Totote01 pour ce CR bien rigolo ;-) et ces zoulies photos qui mettent bien dans l'ambiance de cette course de légende !!... J'ai déjà hatte d'y être et j'espère que les Kikoureurs y seront nombreux pour nous y retrouver, n'est-ce-pas Nono l'Escargot ?!! ;-)..

Commentaire de lulu posté le 01-04-2007 à 22:35:00

Des vias pour s'échauffer et comme récup !, J'avais encore jamais vu ça !!!!
Bravo..

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !