Récit de la course : Trail du bout du monde - 32 km 2008, par Mustang

L'auteur : Mustang

La course : Trail du bout du monde - 32 km

Date : 6/7/2008

Lieu : Plouzane (Finistère)

Affichage : 2719 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Trail du Bout du Monde

Le trail du Bout du Monde

 

Après une soirée bien sympathique dans une pizzéria du Conquet avec toute la bande et une nuit calme, c’est le départ pour Plouzané. Cette fois, j’ai pris mes précautions et, avec le plan de Mappy,  j’ai bien repéré l’adresse du départ à Ty Coz.  Tu parles ! A part deux fermes  à l’endroit indiqué, nous  ne trouvons  pas  le vélodrome. Bon, et bien, c’est comme  l’an dernier, il faut se renseigner. J’avise  un autochtone qui  jogge ; ce dernier m’indique  où se trouve  le fameux vélodrome.  Nous  y arrivons donc vers 9h15. GGO, Zabou, Allain et Béatrice y sont déjà arrivés  par la navette et se gèlent depuis  un bon moment. 

 

 

 

                                                      Zabou, GG0, le Lutin, Mustang et Riah50

Le Lutin et moi sont aux couleurs de Kikourous. Nous sommes  bien les seuls ! Les autres sont au TGV ???

 

 

 

 

C’est l’avant dernier -trail du challenge Salomon avant le Canigou ; le peloton est relevé !

 

 


 

Le temps n’est vraiment pas terrible : un ciel  bien gris et beaucoup de vent. GGO  nous apprend qu’il ya  un changement de  programme. A cause des conditions météo, l’arrivée  ne s’effectuera pas  à la Pointe Saint-Mathieu. Les explications seront données au briefing de départ. En attendant, nous  nous  mettons  à l’abri et  j’en profite  pour manger des  madeleines et boire  un café bien chaud que l’organisation a  préparés  à l’intention des coureurs.  C’est  un vrai plus.

Le site est étonnant. C’est donc  un vélodrome encaissé mais pas de cyclistes ! Pourtant, ils  ne sont pas  loin. Hier, le départ du Tour de France avait  lieu à quelques  kilomètres d’ici, à Brest ! Pour faire sérieux, je suis GGO et sa Zabou pour  un petit tour d’échauffement sous un petit crachin.L’heure du départ approche et  nous descendons dans  la fosse du vélodrome.  

 

 

                                                       Y en a qui arrosent la piste!
 

L’organisateur explique que  le parcours est  modifié et que  l’arrivée se fera ailleurs. Malheureusement, je n’entends  pas  le lieu d’arrivée. Mais ce changement rallonge le parcours d’environ 4 km, alors les  organisateurs ont raccourci le passage dans  le  petit  bois et c’est tant  mieux, car  je  n’avais pas aimé ce  passage  l’an dernier. Cependant, je me  prépare mentalement à accomplir  une distance dans  les 40 km. Je suis assez détendu.

 

 

 

C’est le départ avec  quelques  minutes de retard. C’est surprenant, nous sommes face  à un talus qu’il faut gravir  presque sans élan pour effectuer un tour dans la fosse  puis c’est la sortie  par  le tunnel sous la piste. Je suis dans  le dernier quart du  peloton avec Allain (Riah50) et Le Lutin. Nous partons  très tranquillement  pendant que GGO se  porte en avant.  Nous  poursuivons  par  un petit chemin encaissé qui nous ramène sur  le parking  herbeux. Nous traversons ensuite des quartiers  pavillonnaires. Au bout d’un peu  plus de 3 km, nous passons devant  la zone de  départ de  l’an dernier. Le  passage dans  le vallon boisé ne va  tarder. Allain a  pris  le  large. Je suis surpris  le Lutin est encore derrière  moi. Serait-il enfin devenu raisonnable ? Je crains que  oui ! Enfin, il se  porte  à mes côtés. Nous commençons à gravir  les pentes raides du vallon qui rappellent  un peu celles d’Auffargis, pour  les redescendre aussitôt.  Je  m’arrête  pour  pisser et laisse donc partir  Thierry. Comme prévu, le passage dans  le  bois a été abrégé et nous débouchons sur la  plage et c’est  un vent en furie qui nous accueille ! Eh bien, ça  promet  pour la suite ! Nous grimpons sur la corniche. La  vision de  la  mer est impressionnante. La  mer  moutonne particulièrement et les  vagues s‘écrasent sur  les rochers. Je commence  à  être  bien chaud. Je me suis pas particulièrement couvert, juste  un  maillot  à grosses  mailles sous  mon t-shirt Kikourou et un running. Ce maillot à mailles a  le  mérite d’écarter de ma peau  le t-shirt qui va se tremper de sueur. Ainsi avec le vent, je  n’aurai pas de sensation de froid ! J'ai compléter  mon équipement avec des  manchons. Mes nouvelles Adidas me donnent satisfaction. J’ai de bonnes sensations. Depuis  le  bois,  j’ai entrepris une  longue remontée du peloton. A aucun moment, je  me ferai dépasser  par  un coureur et, tout au long du parcours, je vais doubler des concurrents !

Le  parcours est vraiment spectaculaire. A un moment, on contourne un curieux ensemble, fait de deux  immenses rails de béton à flanc de falaise, certainement  un édifice  militaire. Tout  le  long du  goulet, ce  ne sont que  blockhaus allemands et  fortins en tout genre.  Le chemin est  pourtant  bien au-dessus de  l’eau bouillonnante mais, par  moment, le vent  nous envoie de  l’écume sale. Bientôt, j’aperçois  le  phare du Minou.

 

 

                               ( photo organisation)

La vue sur le  phare est saisissante.  Le ciel est  à l’image de  la mer  ou le contraire, tout de gris furieux ! Et  nous devons  aller  au bout du  phare par  le passage  pavé qui ressemble à un long serpent de  pierre au-dessus des éléments déchaînés ! A  l’entrée du passage, des bénévoles assurent  le  pointage. Je croise Le Lutin  puis Allain. Des plots orange séparent très symboliquement l’étroite chaussée pavée jusqu’au phare qu’il faut contourner. Certains se donneront pas la peine d’aller jusqu’au phare ! Ils ont eu tort, à la fois,  pour avoir triché et pour s’être  privé du moment  le  plus étonnant du parcours ! Contourner le fanal, protégé uniquement de la mer furieuse par le parapet valait le voyage !  Je repars dans  l’autres sens et rejoins  le parking. Mireille et Béatrice  immortalisent  le  moment ! Je rassure  ma Mireille sur  mon état. Je suis  bien. Ensuite,  il s’agit de grimper  un escalier bien raide pour atteindre  la corniche.

 

 

 
GGO après le phare du Minou 
 
 
 

 

Je continue  à doubler des concurrents sur ce chemin qui épouse étroitement  la côte escarpée. Je passe Allain.  Par moment, le vent est tellement fort que je retire ma casquette rouge que j’ai vissée sur ma tête de peur qu’elle ne s’envole. De même, le vent fait battre violemment mon dossard. Je le plaque d’une main contre ma  poitrine. Puis, vers  le vingtième-et-unième kilomètre, le parcours  nous amène sur  les  plages, une  puis  une deuxième pour reprendre ensuite de  la hauteur. Quelques  petits bosquets de  pins nous abritent un peu du vent. Là, la piste s’éloigne dans la lande pour nous faire replonger ensuite vers la plage du Trez-Hir à Plougonvelin. C’est encore un excellent moment de ce trail. Courir sur le sable  mouillé, contourner les rochers, avec ces coureurs espacés ! 

 

 

 

 

 

                         Zabou tout en ténacité

 

 

 

 

 

 

 un kikou   sur la plage!

 

 

 

 

C’est le ravitaillement conséquent du parcours. Pendant que  je donne  une gourde  à remplir  à un bénévole, je  me restaure avec des  bananes et du coca, comme d’habitude. Je suis au km25.  Je  m’attarde  peu  et repars.  Après  un escalier, c’est une rue  montante où certains marchent. Je  préfère  maintenant courir un maximum. Je connais  le parcours. Je traverse encore  un quartier puis  la  piste  oblique vers  la gauche vers  une construction militaire que  je contourne pour retrouver  la côte. J’ai accéléré  mon rythme, je double de  plus en  plus de coureurs qui commencent  à ressentir de  la fatigue. Les  parties en escaliers sont  nombreuses. J’ai atteint   la zone du parcours que  nous avons reconnue hier. Je peux donc évaluer exactement ce qu’il me reste  à parcourir jusqu’à la Pointe Saint-Mathieu, cependant mes craintes sont  pour  la suite. Va-t-on vers  Le Conquet ? En discutant avec  un coureur, celui-ci m’apprend que  nous retournons vers Plougonvelin par  la campagne. Bientôt, j’aperçois le  phare. Je  me fais vraiment plaisir ! Depuis quelques temps, je suis  à la  lutte avec deux VH2 ! J’en passe  un, puis  le deuxième mais ce dernier  ne se  laisse pas faire et reprend  le  meilleur sur  moi ! Des spectateurs  nous saluent. Tout  le  long du parcours, il y en aura eu beaucoup et qui n’étaient pas avares de  leurs applaudissements ni de leurs encouragements. Je  longe  l’enclos des  moines et file vers  la campagne. Il reste donc  un peu  moins  de 4 km à parcourir par un chemin en léger faux-plat montant. Les  lignes droites sont  longues et détonnent  après le parcours tourmenté de la côte. Mais la pente  légère va avoir raison des dernières forces de certains concurrents dont  mon VH2 de tout  à  l’heure que  je passe !  Un signaleur m’indique que  l’arrivée est  proche. En effet, j’oblique  à droite et je contourne  le terrain de foot !

 

 

                                                                 Le Lutin tout content d'arriver!

 

 

                        arrivée d'Allain

Joël est  là sur ma droite  pour  m’encourager. Dans  les  gradins, Josette et Brigitte qui en ont fini avec le 15km,  sont  là, elles aussi. Au bout de  la ligne droite, Mireille  m’attend avec l’appareil  photo. Dernier coude à gauche  puis une dizaine de  mètres et c’est  l’arrivée ! Je suis très ému ! Le Lutin est tout étonné de  me voir arriver sur ses talons. GGO est là, je tombe dans les bras de Zabou, tout  à ma  joie d’avoir accompli ce magnifique trail dans de si bonnes conditions  physiques. Certes, mon rythme était moins élevé que l’an dernier mais quel bonheur d’être là ! Mon GPS indique 39,01 km pour un dénivelé + de 410m que j’ai parcourus en 4 h 09 mn.

 

 

 

L’organisation a été parfaite. Dans le gymnase où s’est replié le village de la course, l’ambiance est animée avec la Fanfarnaum. Le repas d’après-course est très bon et très copieux. La décoration du t-shirt est particulièrement originale. Tout a contribué pour que ce soit la fête totale ! Même les éléments naturels ont rendu le parcours encore plus grandiose. Si vous ne savez pas quoi faire l’an prochain, le premier week-end de juillet, allez au Bout du Monde!

 

 

 

16 commentaires

Commentaire de taz28 posté le 09-07-2008 à 22:06:00

Il y en a des choses à lire ce soir ;-)
Je viens de dévorer le récit du Lutin, et tu déposes déjà le tien !!!
Vous avez bien profité de l'air iodé apparemment, tu as fait une bien jolie course mon Philippe !!

Merci de nous en avoir fait profiter, j'aime décidément bien le phare du minou !!

Bisous mon Mustang

Taz

Commentaire de agnès78 posté le 09-07-2008 à 22:28:00

un grand BRAVO pour ta superbe course philippe! Et un grand merci pour ce superbe récit plein d'émotions et si bien écrit... beaucoup de bonheur et de partage de ce côté là de la france aussi ce dimanche... décidément, la course a quelque chose de magique... Encore merci
Grosses bises en attendant de te rencontrer, bientôt j'espère...
agnès

Commentaire de JLW posté le 09-07-2008 à 23:01:00

Vous êtes bien beaux toi et le Lutin dans le T shirt kikourou ! Merci à tous les deux pour ces 2 récits qui me donnent bien envie de me déplacer lors de l'une des prochaines éditions.

Commentaire de DJ Gombert posté le 09-07-2008 à 23:11:00

Joli récit, tout en iode, cela avait l'air de fouetté sérieux. Content que tu tiennes la dragée haute au (présomptueux) lutin.

En tout cas, tu es prêt pour un OFF en Provence par temps de Mistral ;-)

Commentaire de breizhania posté le 09-07-2008 à 23:13:00

superbe récit décrivant bien cette course dentesque, je t'ai vu quelques instants mais n'ai pas pu suivre ton superbe train de sénateur! bravo!
(photo cadeau de ma compagne http://img413.imageshack.us/img413/1691/mustang1nq2.jpg
le mustang au passage de la chapelle de la Trinité)

Commentaire de Jihem posté le 09-07-2008 à 23:25:00

En trois points, comme dans les réunions importantes !
1- Qu'elle est belle ma Bretagne quand elle pleut.
2- Le vélodrome, tu connais les sensations du vélodrome ?
3- Faire sa course en remontant les coureurs de devant, c'est aussi une belle sensation

Chapeau Philippe(tu permets que je t'appelle Philippe ?) !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-07-2008 à 23:30:00

Merci à toi Mustang pour nous avoir emmenés à ce trail somptueux. Vivement qu'on se fasse un nouveau trail ensemble !

Commentaire de _azerty posté le 10-07-2008 à 06:39:00

Bravo Philippe

C'est manifestement un tres joli trail auquel vous avez participé. un jour peut-être.

Et puis entre nous, je sais bien que tu as laissé gagner le lutin parce qu'il est plutot du style boudeur et pleurnichard.

A bientôt
Domi

Commentaire de kikidrome posté le 10-07-2008 à 07:30:00

Dommage que ce soit si loin, ce trail a l'air magnifique et tu a fait un super récit... çà change de Crest comme météo ! La photo avec le phare est vraiment exceptionnelle ! Bravo à la photographe !

Commentaire de francois 91410 posté le 10-07-2008 à 09:51:00

merci pour cette bouffée d'iode et d'oxygène :
ça fait du bien quand on lit ça de Paname ...

Commentaire de BENIBENI posté le 10-07-2008 à 11:22:00

"La voile claque au vent, le Renard...." Encore un magnifique récit de notre brouteur d'avoine prefèré ! C'est une date qu'il faut retenir, l'année prochaine j'y serai !

Commentaire de Françoise 84 posté le 10-07-2008 à 15:43:00

Et bien, Kikourou était bien représenté au bout du monde...! Bravo messieurs de votre lutte contre tous ces éléments déchainés!!! Gros bisous à Mireille et toi!

Commentaire de la panthère posté le 10-07-2008 à 16:11:00

chapeau! rond bien sûr.....
bravo, les kikous se sont bien battu contre les éléments déchainés, bonnes vacances!
à battu on met un s ou pas? (c'est les vacances...)

Commentaire de Olycos posté le 11-07-2008 à 13:03:00

Merci....
Sympatique récit...
Tu as raison c'est une course à faire absolument...

Commentaire de gdraid posté le 12-07-2008 à 11:38:00

Merci Mustang, pour ce récit dynamique, dans cette magnifique région pluvieuse et ventée, du bout du monde.
La Bretagne, rivalise à jamais, de beauté avec la Normandie !
Bravo pour ta course de 39km à plus de 9 km/h, dans un site souvent difficile ...
JC

Commentaire de Stéphanos posté le 12-07-2008 à 19:04:00

félicitation pour ta course(en grande forme!), et ton c.r. qui me donne vraiment envie de faire ce trail, dans cette belle région qui est la Bretagne.Je garde un trés bon souvenir de vous lors de votre passage en drômardêche! steph

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !