Récit de la course : Raidlight Trail Trophy - 21 km 2009, par claude41

L'auteur : claude41

La course : Raidlight Trail Trophy - 21 km

Date : 25/1/2009

Lieu : Marlhes (Loire)

Affichage : 1747 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

RAIDLIGHT TRAIL TROPHY – 21 Km

 

J’aime bien les trails hivernaux surtout quand ils sont blancs ! J’ai déjà participé deux fois au trail blanc de Serre Chevalier  et en 2008 j’étais allé jusqu’à Font Romeu pour le trail Blanch’. Je savais qu’au RTT la neige n’était pas garantie (voir l’édition 2008) mais bon, on a eu de la chance.  

Nous sommes 3 du club à participer (Yves et Régine, ma femme, sur les 42 km) et moi sur les 21km. Victime d’un gros coup de mou après les Templiers, j’ai pris 1 mois de repos, puis j’ai recommencé doucement en décembre, mais sans trop de motivation. A la mi-décembre, je me fais une contracture au mollet droit, re-arrêt de 15 jours. Début janvier je recommence doucement à trottiner, je n’effectuerai que 5 sorties avant le RTT.

 

Nous arrivons samedi, nous avons loué un gîte à 3km de Marlhes, dans un petit hameau au bout d’une petite route ne menant nulle part ailleurs. Retrait des dossards, passage par une charcuterie renommée de St Genest pour le plein de saucissons et autres spécialités, retour au gîte, il neige ! Inscrits à la pasta party de St Régis du Coin, nous hésitons devant les difficultés liées à la couche de neige qui recouvre maintenant bien la route. Finalement, on ne prend pas de risques et on se fait une platée de spaghettis à « domicile ».

 

Dimanche matin, la situation ne s’est pas améliorée, si le temps est superbe, la route est bien enneigée, on envisage même de rallier le départ à pied ! Juste au moment de prendre une décision, un gros bruit : le chasse neige arrive et nous rend une route propre comme un sou neuf, ouf ! Ce n’est pas chez nous que ça arriverai (en Sologne) ! A Marlhes, c’est l’ambiance des grands jours, 1 200 coureurs dans un petit village, forcément ça se remarque. Rencontre avec quelques Kikous, nous saluons Badgone et Martinev dèjà concentrée sur sa course. A 9h15, Régine et Yves s’en vont pour 42 km, franchement avec cette neige, je les plains.

 

9h35 ou un peu plus, je ne sais pas, c’est à nous. Je me place comme d’habitude dans les derniers, je suis, là d’abord pour retrouver du plaisir, profiter du spectacle enchanteur des Monts du Pilat, d’autant que le soleil est déjà là. Il me faut un peu de temps pour franchir la ligne de départ, mais que vont représenter ces secondes perdues à l’arrivée ? La longue cohorte des coureurs s’ébranle dans Marlhes, les choses sérieuses commencent dès la sortie du village, les premiers sont déjà en haut de la première bosse. Evidemment, gros ralentissement pour se faufiler dans un petit sentier encore rétréci par la neige. Les appuis sont difficiles, fuyant et il faut être vigilant. Pour le moment, tout va bien, je reste sur un rythme pépère. A mon tour, j’arrive en haut de la première bosse, je me retourne, oh la la, peu de coureurs derrière. Bon, va falloir se secouer le cul, mais c’est difficile de doubler. Alors je reste dans la file, le rythme me convient bien. Lors de rares passages plus larges, j’essaie d’accélérer pour doubler, mais tout le monde accélère ! La montée vers St Régis montre une impressionnante file de coureurs. Je gagne quelques places en zappant le ravito. J’ai juste une ceinture avec un bidon et deux barres de céréales, mais ça me suffit. Bonne montée dans les sapins recouverts de neige, c’est splendide, bizarre, quelques coureurs viennent d’en face, sûrement une erreur de parcours !

Toujours dans une file, j’essaierais bien de passer mais l’effort est trop gourmand en énergie, toujours prendre son mal en patience. J’en profite pour attaquer ma première barre, avant d’en prendre un coup de … Une petite gorgée d’Isostar, et je profite encore d’un petit espace pour gagner 2 ou 3 places. Je suis étonné de mon état de forme, je ne pensais pas être aussi bien. Je retrouve de la motivation, de l’envie, le désir de me faire un peu plus mal, tout ce que j’avais perdu depuis Les Templiers. En haut, on a de magnifiques vues sur les Alpes, mais il vaut mieux regarder où l’on met les pieds, car ce ne sont que trous, plaques de glace et dévers. Encore une bonne montée et on attaque la longue descente sur St Régis et le 2ème ravito. Dès le début de la descente, je sors de la trace, évidemment je brasse gros, mais je passe une grosse file, je rejoins la trace et je m’affale lamentablement la g…. dans la neige, je me relève prestement, enfin prestement !!!! J’imagine les commentaires derrière !

J’effectue une descente tambour battant, avec à nouveau quelques déboulés, cul par-dessus tête, je me régale. Je ressemble à un bonhomme de neige, j’en rigole tout seul. Incroyable le nombre de participants peu rassurés dans les passages un peu plus abruptes. Je remonte sur St Régis, je remplis le bidon, pour ne pas me trouver à court. Dans la montée qui suit, j’alterne la marche et le petit trot. Je mange ma dernière barre de céréales. Maintenant, il y a moins de monde, J’entends une course effrénée derrière moi, c’est Benoit Laval, qui déboule vers l’arrivée, il est d’une facilité ! Un grand merci M. l’organisateur pour l’organisation parfaite de ce trail.

Derniers efforts, dernier kilomètre, je suis à fond, je ressens des sensations oubliées depuis un bon moment. Que c’est chouette quand on est bien, quand le plaisir est au rendez-vous de l’effort. C’est sûr, dès notre retour je reprends l’entraînement sérieux, et pour la Piste des Seigneurs, je serai prêt à aller au bout de la nuit.

J’en termine en 3h18, même pas fatigué, enfin, si un peu.

 

Juste le temps de retourner au gîte pour une douche bien chaude et réparatrice, je reviens pour assister à l’arrivée de ma petite femme, surpris de la voir si tôt, mais le parcours des 42 s’est transformé en 32. Malgré son grand âge, elle va encore bien, 2ème V2 en 4h59' et une belle récompense. Yves est dèjà arrivé, en pleine bourre le gars Yves en ce moment, 181ème en 4h45'37

Une bonne tartiflette pour terminer cette belle journée, et en prime je fais connaissance de Mathias le concepteur du site Kikou, vraiment une belle journée !

 

1 commentaire

Commentaire de philkikou posté le 02-02-2009 à 22:52:00

Bravo pour la course et le plaisir qui transpire du compte-rendu ... mais chuuuut (e) !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.46 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !