Récit de la course : Raidlight Trail Trophy - 22 km 2007, par Gazel

L'auteur : Gazel

La course : Raidlight Trail Trophy - 22 km

Date : 28/1/2007

Lieu : St Genest Malifaux (Loire)

Affichage : 3323 vues

Distance : 22km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marlhes nous voilà !

Dimanche matin, 07h45, je passe prendre en voiture mon ami Norbert, avec qui j’ai franchi le pas pour m’inscrire et courir mon premier trail hivernal. Après avoir suivi la route aux bords enneigés depuis St Etienne, nous arrivons sur Marlhes (code postal 42660- 1400 habitants). Le rassemblement des coureurs se fait dans le gymnase du village, un grand et lumineux bâtiment, dont les baies vitrées permettent de voir l'extérieur et la montagne avoisinante.

Les 3 files d’attente pour retirer son dossard (inscrits du jour, inscription incomplète et inscription complète) sont inégales : ceux qui ont déjà payés sur le site internet de raidlight doivent compléter leur inscription ; à cette heure-ci, 1/2h avant le départ prévu de la course, c’est la file d’attente la plus nombreuse. Ce sera la cause du décalage du départ des 2 courses à 9h20.
Les derniers préparatifs administratifs et vestimentaires effectués, nous nous dirigeons sous l’arche gonflable du départ. Le temps est nuageux et relativement froid, mais comme nous sommes à 940 m d’altitude, cela est normal. Les coureurs se pressent les uns les autres, cela permet de lutter contre le froid tout relatif , les organisateurs en haut d’une estrade parlent dans un micro, mais le son ne parvient pas jusqu’à nous, on n’arrive juste qu’à les voir s’exclamer, que peuvent-ils donc dire ? Je ne le saurai jamais…
Un revolver apparaît à la main de la jeune femme en blouson rose, et pan, le départ est donné : nous commençons par un tour du village, avant de démarrer le premier chemin enneigé et en cote : c’est le début de la queue leu-leu dans une brume, pas à pas.


Les passages sur des chemins plus larges et où la neige est plus tassée sont l’occasion de doubler. L’ascension continue. Je lâche au fur et à mesure mon co-équipier Norbert, qui m’avait encouragé à partir devant. « A chacun sa course », de toute manière, personne n’est seul sur ce parcours ! La traversée de bois, où les arbres sont chargés de neige et de givre, est superbe, et parfois en passant, nous fouettons les branches avec la tête …les premiers ont du recevoir leur dose de neige sur le bout du nez.


La bifurcation entre les parcours du 22 et du 33 km apparait, mais je n’hésite pas : pour mon premier trail, je prends le petit parcours, je me suis équipé un peu à la dernière minute, avec des chaussures de marche légères mais basiques, recouvertes de mini-guêtres à la cheville. (j’avais couru une seule fois avec, 8 jours avant, sans neige, et au bout de 12 km, mes pieds avaient chauffé et j’étais passé à deux doigts d’avoir des ampoules). Le soleil est là, nous franchissons quelques cours d’eau ou de zones marécageuses aux bords des pâtures, mais l’ensemble du parcours est constitué de neige fraiche, non mouillée ni gelée : super !
Le ravitaillement à St Régis du coin est bienvenu, je remplis mes poches de pain d’épices et je prends du chocolat et un verre d’eau. Par contre je ne prends pas le temps de tester le saucisson ni la soupe. De toute manière, j’avais pris dès le départ 2 pates de fruits et 2 barres de pates d’amande, avec un bidon d’Isostar.
Je poursuis la course, et je m’arrête peu après pour prendre une ou deux photos.


J’enlève mes gants et mon bonnet de temps en temps, en l’absence de vent et quand le soleil m'y invite avec ses rayons chauffants: mes cheveux peuvent ainsi sécher. Nous faisons une boucle autour du sommet où se situe une antenne et des secouristes près de leur jeep. La pacrours monte, descend ; je suis dans un petit groupe qui va à une bonne allure, la neige est profonde, le chemin étroit s’enlace autour d’arbres petits, il faut s'assurer de bien suivre les pas du coureur de devant, plusieurs fois ma trajectoire vacille, mais je ne tombe pas.


Nous entamons la dernière descente après avoir coupé une route et salué quelques spectateurs. Là, le bonheur grandit avec la vitesse dans un chemin en descente neigeux. Je suis comme un gosse qui fait la course, je double quelques coureurs, je vais trop vite, je le sais car le chemin est parfois ‘piégé’ avec des grosses roches et que je peux me tordre la cheville, mais la joie m’enivre et l’ivresse m’aveugle.
Nous arrivons sur la dernière portion, une route mouillée par la fonte de neige, et nous accélérons, je me fais doubler, mais je double aussi, je me mouille les pieds et les jambes, j’aperçois le grand gymnase et termine la course, heureux. Moins de 2h50 !

Une fois à l’intérieur, je constate que sous mon coupe vent, mes deux épaisseurs sont trempées, je fais quelques étirements, puis je retrouve Norbert qui a fini quelques minutes après moi. Comme moi, il est enchanté, il se désole de n’avoir pas accéléré avant, car il dit avoir encore des forces en réserve. Moi cela m’a suffit, et même si l’envie est très forte de revenir l’année prochaine sur le long parcours, je sais que c’est une autre paire de manches de faire 33 km dans ces conditions. On se change, on récupère les lots qu’on n’avait pas eu le temps de prendre avant la course, et on prend notre plateau repas : pates avec cèpes pour moi, Norbert prend celles avec du saumon. Tout cela nous réconforte, on discute avec un organisateur d’une future course trail dans le Vercors, qui est à sa première édition : il en fait donc la promo. Les derniers arrivants du 33 km, après plus de 4h30 d’effort, surgissent dans le gymnase, les traits tirés, mouillés : cela me parait déjà loin, et presque étrange de les voir comme cela . Bravo à eux !
Nous repartons peu après, car je dois accompagner mes enfants à une compétition de judo l’après-midi. Nous sommes tous les deux conquis par cette belle course, et nous reviendrons !

5 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 05-02-2007 à 20:41:00

Récit bien sympathique et de très belles photos. D'ailleurs, comment pouvait-on raté ses photos sur ce super trail avec le temps magnifique et la neige !!! j'espère que cela t'a donné le goût d'y revenir !!
Mustang

Commentaire de raideur69 posté le 05-02-2007 à 23:20:00

Avé Gazel,joli ton CR et tres belles photos.
Cest sympa de me prendre en photo de dos,et oui le bonnet sur la 1er photo.
Tu n'as pas osé nous dire un pti'bjr.
A+

Commentaire de Baobab posté le 06-02-2007 à 09:32:00

Merci !
Avec ces très belles photos, au mieux tu nous fait passer une bonne journée, au pire...tu nous contrains à venir l'année prochaine !!!! Splendide !

Commentaire de Gazel posté le 06-02-2007 à 23:22:00

C'est vrai, je n'ai pas beaucoup de mérite pour ces photos, les lumieres, la neige et les arbres m'ont énormément aidé. Tant mieux, car je n'avais pas trop de temps à y consacrer, ceratines ont été prises sans s'arréter...
Si j'avais mémorisé que les bonnets orange venaient de kikourou, je vous aurais salué, mais à ce moment là, je n'y étais vraiment pas; ça sera pour la prochaine fois !

Commentaire de maudymaud posté le 06-02-2007 à 23:31:00

Qu'est ce que je suis fiere de mon grand frere! et jalouse des paysages. Qu'est ce que je fous dans cette grande ville polluee de Londres? Bravo a toi, a Norbert et a tous les autres!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.47 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !