Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2009, par GrandSteaKikour

L'auteur : GrandSteaKikour

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 28/6/2009

Lieu : St Pierre De Chartreuse (Isère)

Affichage : 1062 vues

Distance : 76km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

72 autres récits :

Le récit

Ce grand duc me fait rêver depuis longtemps et depuis que je connais le parcours - vraiment exceptionnel - j'y pense presque tous les jours. C'est donc, un peu comme pour d'autres Kikous l'Objectif number One de l'année.
C'est donc décidé, je me fais un vrai programme d'entraînement avec l'appui du livre de Monsieur Heubi et de Madame Agnès (merci Agnès !! même si j'ai pas suivi le programme à la lettre, il m'a bien servi !).

Bon, programme un peu chamboulé pour raison de double entorse, puis de paternité, puis de varicelle ... Mais tenu à peu près dans son esprit avec une belle saison de ski de rando et deux courses préparatoires : le trail des Glaisins et le trail du Nivolet revard ; deux courses un peu galères : l'une trop courte (j'en ai chié tout comme le rapace) l'autre trop roulante (si, si Badgone, je ré-insiste).

Ayant toujours mal au dos et une tendinite quand je cours sur le plat, je suis resté assez nul en course à pied ; c'est mon gros point faible que je décide de trouver une solution : ostéo + podologue : c'est un miracle !!!! avec ma semelle de compensation, je retrouve des sensations jamais eu auparavant et peut enfin travailler de l'endurance fondamentale sur le plat.

J'arrive donc au Grd Duc avec l'impression d'avoir travaillé un peu plus sérieusement que l'année dernière.

Il n'empêche que c'est la première fois que j'aborde une course avec de l'appréhension, l'incertitude de venir à bout de notre oiseau à plumes ... Qui plus est, ça va être la première fois que je vais avoir la famille sur place à me soutenir, mon père habitant La Diat, juste sous Saint Pierre - ça motive un max, mais ça met un peu la pression aussi ...

Ma stratégie de course est arrêtée : dans les montées, maintenir du 750-800 m à l'heure (j'ai même acheté un altimètre que je vais prendre en course pour la première fois !!) ; dans les descentes, comme j'ai appris que c'est là où l'on peut perdre pas mal de temps : ne plus traîner et relancer constamment et sur le plat .... grosse appréhension surtout sur celui qui suit le col de Bellefont : essayer de maintenir une foulée à 10km/heure comme répété moulte et moulte fois à l'entraînement. Sur le papier ça fait bien, mais sur le terrain, je ne sais pas du tout ce que cela va donner ...

Je décide aussi d'utiliser au minimum les bâtons. Je rejoint sur ce point exactement la réflexion de Samontetrop sur le post concernant les bâtons, à savoir que sur un trail long l'utilisation de bâtons fatigue beaucoup l'organisme, qu'un rythme soutenu mais pas excessif sur les montées ne justifie pas forcément l'usage des bâtons en montées et que les relances sur les parties roulantes sont beaucoup plus aisées sans bâtons qu'avec.
Conclusion : je n'utiliserai les bâtons que sur deux portions : montée du Grand Som et montée du Charmand Som. Après coup, je ne regrette absolument pas ce choix !!


Le jour de la course arrive donc.

Briefing la veille qui me permet de retrouver des têtes connues au Nivollet : supersteph, sanggi et de voir d'autres Kikous fameux dont je mélange encore les noms et pseudos - veuillez m'en excuser ....

Coucher à 20h30 après un plat de pâtes et levé à 2h00 pour un nouveau plat de pâtes accompagné par un steak de tofu ... que je mets environ 45 minutes à mastiquer ; retour au pieu et levé à 4h15 pour avaler une petite tartine grillée et un yaourt au soja.

Je tartine ensuite mes cuisses et mollets d'arnica et monte à Saint pierre accompagné par mon père et par ma belle-soeur (courageuse, car elle a fait la fête toute la soirée ...).

 

arinca
tartinage matinal d'arnica

 

 

Y'a déjà tout plein de monde, je suis sur-excité et trottine un peu dans le village ce qui me permet de voir les coureurs en pleins préparatifs, voir s'ils prennent la frontale (finalement je ne la prendrai pas) ou s'ils partent direct en T-shirt (je vais virer mon manches-longues juste avant le départ -> l'air est déjà tellement agréable).

Passage au SAS et c'est parti.

 

paupau

 

Avec PauPau ma belle soeur

 

 

kéké

 

Grd Steak Kéké

 

Dans les premiers mètres, je suis dans l'écoute de mes jambes : alors, lourdes ou palourdes ?? PALOURDES !!!! chouette, les sensations sont bonnes !!! Je croise le Kéké qui m'indique que Samontetrop qui est juste devant nous est un super lièvre, mais qu'il va finir dans les 20 .... c'est tentant, mais étant tellement dans l'incertitude, je décide de suivre mon rythme sur toute la course.

La première partie jusqu'au col de Bellefont, je la connais bien et sais qu'elle ne présente pas de pièges. C'est donc dans un bon rythme que je monte tout en surveillant mon alti pour ne pas me cramer .. ouille ... 1200  m à l'heure ... un peu vite là, non ??!! je lève le pied et profite de ce moment de course où, tout frais, on est encore en pleine jouissance de la marche forcée. Je me fais doubler par la petite féminine qui arrivera 2ème  et qui trottine avec des foulées bondissantes : drôle à voir, mais apparemment efficace !!

Dans la traversée des Hauts-plateaux, je descent bien et double un peu sans trop forcer. Petite frayeur : je me prends une branche dans l'oeil et paume une lentille .... damned, je suis bigleux mais heureusement prévoyant et me mets une lentille de rechange qui me restait dans le sac. J'ai eu chaud !!!

Arrivée au col de Bellefont en 2h30. Tip top. La vue est vraiment grandiose. Bien dans mon corps, je ressens un plaisir intense. Cet instant est magique et restera en moi un bout de temps je pense.

La descente de la combe, je la savais longue, mais je m'oblige à garder un bon rythme et à reproduire mes foulées de footing ; il me faut absolument bouffer du kilomètre avant que je ne sois trop fatigué et avant que la chaleur ne soit trop forte. La descente se passe bien et j'enquille la petite montée vers Saint Phil dans le même rythme.

Arrivée à St Phil, y'a du public et ça fait chaud au coeur. Sanggi me mitraille de photos : ça y'est, je suis un héros - bon, on se calme, je suis juste un KikouKikour qui croise un autre KikouKiMitraille !!!! Tout comme pour le Kéké, il a été une vrai mère pour moi en me servant à boire et en me remplissant mon dos de chameau ! être soutenu comme ça dans une course fait vraiment un bien fou, merci encore Sanggi !!!

 

 

 

st phil 1

 

 Arrivée st Phil - photo Sanggi

 

 

bon frmton

 

  mmmmh du salé !!!! - photo Sanggi

 

papasteak

 

 PapaSteak - photo Sanggi

 

Mon père et ma belle-mère sont également présents et me demandent déjà si je veux continuer .... ils ont les pettoches pour moi et ça me touche.

Sanggi me dit que Samontetrop est à 10-15 minutes devant .... mmmmmh, alors, je vais le chercher ce lièvre ?????

C'est reparti, le terrain monte enfin plus raide, je suis soulagé que la partie roulante soit finie ; elle a quand même duré près de 15km ; c'est la limite pour moi !

La montée au Grand Som est assez rapide car la pente est forte. Après un petit passage pas terrible dans un pierrier (où je croise vous savez qui ???? LE BOSS ; oui, himself !! c'est marrant, car c'est la première fois que je le croise, alors forcément de manière si inattendue dans un lieu si peu hospitalier, c'est quand même caucasse ! - salut à toi mathias et merci encore pour tes encouragements !), le sentier devient sympa et la vue se dégage. Les organismes commencent alors à montrer des premiers signes de fatigue. Sur les derniers mètres, je tire un peu la langue et suis content de descendre de ce côté du Grand Som que je ne connais pas encore. La descente est casse gueule et c'est là que le défilé des relayeurs commence. Je dois dire que j'étais assez impressionné de voir débouler ces gonzes à toute allure dans cette descente raide et glissante : chapeau ! C'est pas le lieu pour se payer une cheville, car bonjour l'évacuation : c'est un vrai trou à rat !!
La descente sur Saint Pierre je la connaissais en grande partie et je me suis fais plaisir à la descendre dans un bon rythme, hâte d'arriver à Saint Pierre et retrouver ma petite et ma compagne.
L'arrivée à Saint Pierre était très chouette, je me suis cru en fin de course tellement les applaudissements étaient nourris, mais non, ce n'est qu'un avant goût, la vrai arrivée n'est que dans 30 bornes !! 

 

 

 

st pierre

 

Plus que 30 bornes -  photo sanggi

 

8h20 pour cette portion ... je suis content ; dans mon objectif haut, je visais 8 heures. C'est donc Tip Top. Sanggi me matraque à nouveau et me rempli à nouveau mon dos de chameau ; il négocie même pour moi auprès des contrôleuses médicales pour que je puisse être pris en charge plus rapidement : je trépignais sur place et ne comprenais pas trop bien comment était organisé l'ordre de passage des coureurs .... Pas très Zen le Grd Steak sur ce coup !

 

belle croix

 

 Grand Steak et Belle Croix Rouge à l'oeuvre ... - photo Sanggi -> mais pourquoi de dos ???

La jolie Croix Rouge me donne enfin mon laisser passer et je file vers la dernière grosse difficulté, le charmant Charmant Som. Et là, c'est bizarre, mes jambes refroidies par l'attente, l'ordre des coureurs modifié (je ne reconnaissais plus les coureurs devant et derrière moi alors que je faisais du yoyo avec les mêmes coureurs depuis le début, chose qui me motivait bien ...), je sens le coup de moins bien arriver. Arrivé à la Diat ma famille m'attends et m'accueille, mais malgré mon sourire, je sens que ma course va basculer. Quelques bisous après et vêtu d'un short et de chaussettes tous propres, les premiers lacets s'annoncent.

 

 

family

 

 Arrivée à la Diat avec SteakFamily

 

Et ces lacets, comme d'autres l'ont déjà écrits dans leurs récits, et bien ils n'avancent pas !!!! De dieu, du 500 m à l'heure et les D+ qui se traînent, qui se traînent. En plus, y'a aucune tête de connue autour de moi, que des relayeurs à 5 tous frais ... je me demande où se trouvent les solos ....
La montée est donc pénible jusqu'au collet. A partir de là, la pente se redresse et avec joie, je vois mon rythme et la sensation de monter revenir. Mon beau-frère m'attend au sommet et déboule avec moi jusqu'au ravito où attend le reste de la clique.

 


 determine

balade

 Cabane Charmant Som - je l'aurais, je l'aurais cet emplumé !!!!!!

 

Changement de T-shirt, changement de chaussures (XT-wings au lieu des XA-pro) et troisième remplissage de mon dos de chameau. Plus que 20 bornes ... hum ça fait quoi ça, 2h30, 3h, 4heures, j'en sais pas grand chose. Seul objectif : arriver le plus vite possible, c'est la seule solution pour en chier le moins longtemps, parceque là, je le savais bien, ça va devenir dur et il va falloir serrer les dents.

Très bonne ambiance au col de Porte (même si ça sentait la fin de course, tous les relais ou presque étant déjà passés...). Le jus revenais un peu et la montée à la cabane est finalement vite passée.

 

porte

 

Col de Porte

 

 

Le sentier ensuite pour contourner le Chamechaude est extra ; malgré ma fatigue, j'arrive à bien avancer et à trouver du plaisir à courir .... trop cool car inespéré. Un Kikou relayeur me double et me fait une petite tape amicale à l'épaule ; il est tout frais - quel contraste ! La suite, c'est--à--dire les 12 derniers Kilos consistant à monter et à descendre tout le long, était très casse-patte. Sur les 10 derniers Kilos il y avait des balises à chaque Kilo. Mais que le temps paraissait long entre chacune d'elle .... Les 6 derniers kilomètres je les ai fais avec un autre coureur qui était dans le même état d'esprit et de fatigue que moi. On a papotté, on s'est encouragé et ça nous a fait du bien et tenir jusqu'au bout. Les deux derniers kilomètres : que du bonheur. Ca y est, tu sais que tu vas arriver, rien ne peut t'arriver, tu l'as fait. Les larmes me viennent alors aux yeux, l'émotion est forte, les mains dans la main nous franchissons la ligne.14h13 de course. Il n'y a déjà plus grand monde à l'arrivée, mais ce n'est pas grave, l'aventure était intérieure.

 

 

arrivée

 

 Grd Steak + BelleSteak + MicroSteak à l'arrivée

Cette course a représenté beaucoup pour moi ; elle est l'aboutissement d'un rêve, elle est aussi mon temps d'adieu à Séverine notre Gazelle Kikou. Au trail des Aiguilles Rouges nous avions couru ensemble près de 40km et j'ai eu le plaisir d'être à mon humble niveau son lièvre pour le podium Féminin ; nous avons connu ensemble, respectivement, un de nos plus beau moment de trail. Ce Grand Duc, je l'ai couru avec elle d'un bout à l'autre ; je me suis promis d'aimer chaque mètre, quelque soit la difficulté et la douleur rencontrées ; je voulais aussi amener Gazelle une seconde fois sur le podium F et j'y suis parvenu.


gazelle

 

Souvenir de l'arrivée au TAR 2008 avec Gazelle - photo Badgone




L'organisation du Grd Duc est très pro d'un bout à l'autre, bravo !!
Les bénévoles nombreux et enthousiastes : Merci !!

Merci pour m'avoir lu !




6 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 04-07-2009 à 00:59:00

chapeau tout simplement et merci pour l'hommage à Severine !! beaucoup d'humilité !

Commentaire de Génep posté le 04-07-2009 à 12:09:00

Superbe récit, on ressent bien ta motivation et surtout ton envie de finir ce défi.

Chapeau GrandSteaKigrimpe :)

Commentaire de the dude posté le 04-07-2009 à 22:09:00

Un grand bravo a toi pour cette première gérée a la perfection.
On a l'impression que ça été presque facile:-)

Bravo aussi pour ton récit plein d'émotions, c'est d'ailleurs une impression générale qui se dégage de bcp de récits à propos de ce Grand Duc, finishers ou non, on dirait bien que cette course est à part pour la majorité des coureurs.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 05-07-2009 à 00:04:00

Merci énormément pour ce bien beau récit.
Et respect à toi d'avoir été finisher en solo !!

Commentaire de @lex_38 posté le 06-07-2009 à 08:51:00

Bravo Grand Steak!
Je t'ai doublé auu début de la montée sur le Grand som et tu étais encore frais comme un gardon!
Tu as tenu jusqu'au bout et pour un temps plus qu'honorable! Respect!

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 06-07-2009 à 13:58:00

Bravo pour ta course réalisée avec courage.

Chapeau!

Avec de belles photos en plus

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.59 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !