Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2010, par laulau

L'auteur : laulau

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 4/7/2010

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 2184 vues

Distance : 72km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

91 autres récits :

Le récit

Trail du Tour des Glaciers de la Vanoise  4 juillet 2010

 

Bon ! par où commencer ? Il y a  tellement à dire pour décrire ces 2 jours en Vanoise.

Rendez-vous à Chambéry où « Picos de Europa » m'embarque direction Pralognan. On fait une arrivée fracassante à « Pralo » puisque l'orage gronde déjà fort et ça bastonne bien sur les sommets environnants. On rencontre Mic31 avec qui on papote un peu puis direction le camping pour monter la tente avant que la pluie n'arrive. On est un peu inquiet sur la météo du lendemain mais au briefing de 18h, ça s'annonce pas si mauvais que ça, ouf ! Repas tranquille dans une pizzeria avec mic31, oslo et Picos de europa...enfin tranquille...façon de parler puisqu'en tant que Pyrénéen,  je me fais gentiment chambrer par les Savoyards à l'accent si surprenant !

Ce matin, je me suis levé à 4h, demain ça sera 3h15 donc il est temps d'aller se coucher.

depuis le camping avant d'aller dormir

.Je me demande à quelle sauce je vais être mangé, mon objectif premier est de finir car je ne suis pas un habitué de ces distances et de ces temps de course, mon dernier trail avec du kilométrage remonte à Février à Gruissan mais c'était 50km hors montagne. Je me suis entraîné certes mais pas non plus de manière très méthodique !

Enfin, beaucoup d'interrogations avant le départ. En plus, grande spécialité chez moi, j'ai oublié la poche à eau à la maison et Picos de Europa, mon ange-gardien, me prête 2 bidons.

5h du mat, il fait beau, la journée s'annonce belle.

photo mic31

C'est le départ et très vite, ça monte fort. Pour la première fois, j'ai pris des bâtons, on remonte dans le bois puis sur les pistes de ski de Pralognan. peu à peu, on dépassse les dernières remontées.

 

J'essaie de monter sans trop forcer mais pas mal de coureurs me dépassent régulièrement. Ils marchent plus vite que moi. j'ai beau me dire que la journée va être longue, ça m'inquiète un peu. Voilà l'arrivée au lac des vaches avec ce passage si célèbre, on passe au pied de l'Aiguille de la Vanoise, le glacier de Grande Casse est devant nous...c'est magnifique.

 photo mic31

Le premier ravito est là après 1h25 , 1100m+ et seulement 7km de course. Je m'y arrête un moment. ce qui est dommage dans une course, c'est qu'on ne profite pas vraiment de la montagne. Le lieu est superbe, calme aux premiers rayons du soleil. Je repars tranquille vers le refuge de l'Arpont, passage devant le blockaus puis sur le névé pentu où le gars devant moi prend largement son temps.en tenant la main courante installée. j'ai beau lui dire que ce n'est que de la neige, mes paroles ne le rassure pas ! Un beau pierrier typiquement pyrénéen nous oblige à poser la main de temps en temps sur le rocher. De nombreuses cascades, des traversées de torrents, la vue lointaine sur la vallée de Termignon et les sommets frontaliers avec l'Italie, les petits glaciers des Dômes de Chasseforêt et de l'Arpont juste au dessus de nous, c'est magique...Je dis au gars qui m'accompagne de profiter du paysage car dans quelques heures, on ne regardera plus que nos pieds...(je ne croyais pas si bien dire !). Déjà, des coureurs baissent sérieusement de rythme. Enfin, le refuge de l'Arpont arrive.

 photo mic31

Je me ravitaille un peu, reprend de l'eau et hop, je file vers Plan-Sec. Je ne pensais pas que je trouverais cette section si longue, ce sentier en balcon n'en finit pas, j'ai l'impression de contourner la Savoie en entier. On peut courir quasiment tout le temps mais les premières sensations de fatigue se font sentir et mon rythme faiblit. je me fais rattraper, doubler mais quelques-uns ont les mêmes soucis que moi. je me rassure comme je peux ! On surplombe de magnifiques falaises calcaires, j'y devine des belles colonnettes de calcites et de beaux murs bleus, tout pour faire vibrer le grimpeur...que j'étais. J'avance toujours, j'en ai un peu marre. Hé dire qu'on n'est même pas à la moitié. y'a pas à dire, il va falloir que je me  botte le cul pour aller jusqu'au bout. Descente sur un petit sentier puis traversée de pistes de ski où des parapentistes décollent. Je me dis que c'est pas possible, faut quand même que je sois débile alors qu'eux profitent des ascendances pour s'amuser comme des petits fous.. Enfin arrive le sympathique refuge de Plan-Sec . Les bénévoles sont très sympas, encourageants. il ferait bon  buller au soleil. mais je suis en mission...continuer, finir. Je suis déjà assez loin des 10h30 envisagés les jours précédents la course. Aaargh ! il faut contourner les lacs alors qu'on voit le col de Barbier en face. Mais finalement, la section Plan-sec - Orgère passe plus vite que prévu. La montée après le pont de la Sétéria (j'ai le road-book sous les yeux) se fait sous la chaleur mais elle passe bien et la traversée vers le col du Barbier aussi. je suis suivi comme mon ombre par un gars - comme mon ombre, façon de parler, il est 2 fois plus grand que moi -. Avant la descente vers Orgère, On admire une bergerie 3 étoiles en passant à côté d'un troupeau de brebis. Les brebis basco-béarnaises de chez nous sont nettement plus belles avec en plus un sacré caractère (j'ai bien dit les brebis !!). S'en suit une belle descente raide dans les pins où les cuisses chauffent et commencent à sentir le cramé sur la fin. Mais heureusement, de nombreux randonneurs nous encouragent avec vigueur. L'arrivée au refuge d'Orgère dans un petit écrin de verdure avec de superbes bergeries rénovées est bien agréable mais je pense déjà à la suite et à la fin. Je m'encourage et me motive pour la suite. Je suis 55ème à  Orgère où je passe vers 13h50 me semble-t-il, bien en retard sur mon tableau de marche prévu mais totalement irréaliste avec mon niveau ( du moment j'espère) Un gars annonce que le gros morceau de la journée arrive avec le Col de Chavière (2896m) 1000m+ et de la neige sur les derniers 200m de dénivelé ! Du coup, je remange et m'étire un peu. Je suis plutôt fatigué mais cela reste correct.

Le départ est très raide dans la chaleur. Je finis de machouiller du pain d'épice, ça fait une espèce bouillie collante qui ne passe absolument pas. J'en suis presque à vomir avant de recracher tout ça. Cela fait rigoler le mec qui me suit, qui aussi s'est déjà fait avoir avec ça !

Dans cette longue montée, plusieurs gars me doublent, mais heureusement pour le moral, j'en double 2 ou 3. On voit au loin des petites taches foncées sur la neige, ce sont des coureurs qui arrivent au col de Chavière.

photo mic31

J'essaie de ne penser à rien, juste d'avancer mais j'ai déjà en tête l'interminable descente pour rejoindre Pralognan. Je suis un peu mieux sur la fin du col, sûrement la neige que j'aime beaucoup.

 photo mic31

Enfin le col, dans le brouillard. Les CRS m'indiquent de descendre vers la droite...et je pars vers la gauche ! Il n'y a pas que le col qui est dans le brouillard. Très vite, on rejoint la neige, je m'enfonce souvent et dans une pente plus soutenue, je descend  les fesses dans la neige. On suit les gros cairns entre les pentes de neige. Au loin, j'aperçois le grand  refuge de Péclet-Polset. A ce dernier ravito où les gens sont toujours aussi souriants et sympathiques, je suis 58ème...et je ne regarde plus la montre. Je suis déjà dans un autre monde temporel ayant déjà dépassé depuis longtemps le temps passé maxi sur un trail (8h30)

C'est parti pour cette longue, longue, longue, longue, longue, longue, longue partie finale. Je cours doucement mais je cours,

 

 dans la descente finale (les bâtons m'embêtent bien !)

j'en double quelques-uns mais plusieurs me doublent aussi dont la 3ème féminine qui semble bien à l'aise encore ! Une marmotte traverse la piste 10 mètres devant moi puis s'arrête pile, j'arrive sur elle à pleine vitesse (8km/h), va-t-il y avoir collision ! Non heureusement j'arrive à freiner, elle s'avance un peu et me regarde passer ! sauvages les marmottes ici !

Arrive enfin le hameau des Prioux puis la dernière descente dans les bois et sous une petite averse. Je passe devant ma tente (pas ma tante !)au camping de  Pralo (je deviens local !) Puis la rue centrale avec beaucoup d'encouragements qui réconfortent. Enfin la ligne d'arrivée, 11h46, 56ème.(mais à plus de 3h du premier !)

 

Hé bé voilà, j'y suis arrivé, je ne savais pas trop si j'en étais capable., finalement oui ! Il me faut un peu de temps pour me remettre d'aplomb car je suis bien fatigué.

 Alors que je me suis demandé plusieurs fois ce que je faisais là durant cette journée, avec un peu de recul et pas mal aux jambes plus que ça , c'est vraiment un souvenir extra.

Trail à recommander : les paysages grandioses, la gentillesse des bénévoles aux ravitos, les promeneurs et les randonneurs encourageants avec entrain, une organisation générale très bonne, du monde mais pas la cohue.

Maintenant direction le grand raid des Pyrénées et ses 80km pour 5000m+ fin août, y'a encore beaucoup de boulot mais ce TGV m'a aussi rassuré.

10 commentaires

Commentaire de mic31 posté le 07-07-2010 à 23:58:00

Excellent la marmotte spectatrice, c'est vraiment bizarre les Alpes ;-)
Pour les bouillies qui collent dans la bouche, quand ça m arrive avec du fromage par exemple, je bois une gorgée d eau, le tout se liquéfie et ca passe tout seul.
Bravo pour ta course, t'inquiètes pas pour le GRP, tu es prêt. A une prochaine fois, c'était bien sympa Pralo.

Commentaire de Jay posté le 07-07-2010 à 23:58:00

bravo pour cette belle course et ce récit bien imagé. Tout semble bien s'etre passé, bonne prépa pour fin aout . Bonne recuperation ,
Jay

Commentaire de fulgurex posté le 08-07-2010 à 00:18:00

bravo pour ta course 'sans préparation digne de ce nom'.
Sur la photo, dans la longue longue descente vers l'arrivée, le petit point rouge derrière toi, c'est moi. Si j'avais su, on aurait fini ensemble.
A une prochaine, certainement dans les Pyrénées ;o)

Commentaire de Berty09 posté le 08-07-2010 à 01:21:00

Bravo t'as bien assuré la course! C'est quand même du lourd. Bonne chance pour la suite.

Commentaire de Francis31 posté le 08-07-2010 à 07:17:00

Ouah, en pleine forme le Laulau!!! C'est une bien belle course que nous a fait et un résultat final qui te laisse augurer un beau classement au GRP !!!
(On se verra sur la ligne de départ parce qu'ensuite, je ne chercherai pas trop à suivre ton allure de lièvre pyrénéen ).

Commentaire de blob posté le 08-07-2010 à 08:44:00

superbe perf ! Heureusement que tu y allais sans prépa ;-)
Content en tout cas de t'avoir croisé (au départ uniquement), et bonne continuation pour le GRP
à +

Commentaire de grumlie posté le 08-07-2010 à 18:41:00

Merci Laulau pour ton récit et bravo pour ta course. Bonne récup et j'imagine déjà le GRP que tu vas faire avec un entrainement "méthodique"...
A bientôt à Cauterets.

Commentaire de picos de europa posté le 08-07-2010 à 22:31:00

A chacun son tour d'être spectateur-photographe!
Contente de t'avoir rendu service, je te devais bien ça. Les bidons m'auraient manqué, vu comment je picole, si j'avais couru le tour de l'Aiguille, mais c'est sans regret que j'ai opté pour un tour-rando à la fraîche. Ainsi, j'ai pu buller 2 h dans ces paysages fabuleux au col de la Vanoise et observer marmottes... (fastoche!) bouq'tins...et jolies fleurs. Même si j'aurais tendance à préférer faire le tour des glaciers en 2 jours, je ne serais pas mécontente de parvenir un jour à boucler une telle course. Mais je vais d'abord m'attaquer au TAR!
Merci pour ton joli récit teinté d'humour et agrémenté de très belles photos!!
Après cette belle perf' (si, si) te voilà rassuré pour le GRP, où je suis sûre tu te surpasseras sur ces sentiers que tu connais si bien.

Commentaire de Ben64 posté le 11-07-2010 à 17:36:00

A la bourre comme d'hab, mais je tenais à te dire que j'ai bien aimé la Vanoise, à travers ton récit. Bravo pour ta "longue, longue, longue" course! Dis-moi, c'est moi ou la marmotte te regarde d'un air "regarde la tête qu'il a celui-là". Par contre, elle n'a pas de papier d'alu, elle ne doit pas bosser pour Milka...
Allez, bonne récup!

Commentaire de maï74 posté le 14-07-2010 à 14:57:00

Et bé ça, c'est du super récit ! J'adore le coup de la marmotte, c'était peut-être celle de l'office de tourisme ? ;-))
J'ai retrouvé beaucoup de ma course de 2009 dans ton récit, et j'aime ce qu'il en ressort : l'amour de la montagne, et les yeux grands ouverts sur ce superbe itinéraire... Le top quoi !
Bonne récup, je suis sûre que tu vas être super bien au GRP !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !