Récit de la course : Raid Le Puy - Firminy 2019, par Jedj

L'auteur : Jedj

La course : Raid Le Puy - Firminy

Date : 17/11/2019

Lieu : Le Puy En Velay (Haute-Loire)

Affichage : 410 vues

Distance : 69km

Matos : Chausures mi trail (Hierro NB), sac hydratation 2 flasques 300ml, ss couche termique, polaire légère et veste coupe vent, buff tete plus cou

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Du Puy à Fiminy à la pleine lune sur la neige

Raid Le Puy Firminy – 16 Novembre 2019

 

Je crois que je tombe amoureux de cette course à l’ancienne qui est une sorte d’éloge du temps suspendu.

Deuxième édition pour moi et quelle belle édition ! d’abord de la neige sous la pleine lune qui a donné de somptueux paysages et de très belles images et un accompagnement par les copains et copines du club EASC St Chamond qui à pieds, en voiture, avec parfois une seule basket ou simplement la tête rouillée issue du duvet, m’ont fait une team assistance de grand malade.

 Après je suis pas un spécialiste mais il me semble qu’il y avait des kilomètres et du dénivelé en plus par rapport à l’année dernière avec des passages différents juste après Beaux et surtout entre Monistrol et Chapelle d’Aurec. Je ne sais pas trop car ma montre a buggué après Beaux pour redémarrer au Km 36 ….


Si je commence par le début, un peu frustré par l’édition 2018 et son brouillard et une prépa dégueulasse, je retente l’affaire en 2019 avec une vraie prépa après un premier semestre 2019 hâché par les blessures avec comme seul objectif de plus profiter de la course en étant moins dans la souffrance après Monistrol, et quand même un sous objectif de faire mieux en chrono.

Là-dessus une team assistance qui déchire se met en place et je racole un pote qui court pour de vrai (il finira 16eme …. Comme le classement de l’OM en fin de saison -private joke-).

Nous commençons par une pasta party à la maison où seules les pâtes n’étaient pas réussies puis en voiture transfert à Firminy près de la caserne des pompiers pour récupérer nos deux cartons et monter dans les bus. S’ensuit un transfert tranquille où je dors quasiment jusqu’au Puy. A la descente du bus vers 23h le temps se confirme frais sans plus dans les zero degré, mais bien humide ce qui m’avait marqué l’année dernière tout le long du parcours.

Le départ se fait à 100m du bus au stade de Rugby, on se change très doucement dans les vestiaires où il y a un peu de place restante (nous étions dans le dernier bus, il me semble en avoir vu 3) – la team assistance est à 4 au départ et vient en voiture. Nous reposons nos sacs qui repartent au Puy en navette un peu après 23h30 ne sachant pas trop jusqu’à quelle heure on peut les laisser. Et puis on monte à la buvette du stade pour se mettre dans l’ambiance et retrouver la team - on croise pas mal de têtes connues du club et un représentant des Pommes, on doit faire une bonne dizaine de photos avec la complicité du photographe de La Commère 43. Et on redescend sur la ligne de départ 5 minutes avant le départ pour le briefing : en gros allez y cool ça glisse, y a de la neige et des ornières. C’est vrai que le jeudi précédent le départ il y a eu un bon épisode neigeux qui a laissé pas mal de traces.

Et ca part le long de la rivière sur une sorte de chemins « parcours santé » goudronné avec pas mal de neige dure et de verglas donc plutôt rythme cool. Mon plan est de prendre le rythme de l’année dernière jusque Monistrol puis profiter. Et ca commence plutôt bien avec le premier ravito où j’arrive dans le chrono souhaité et sans piocher car c’est pas les endroits les plus sympas de la course avec pas mal de bitume. Je prends le temps de papoter et de grignoter un pain au chocolat avec thé (il parait que c’est la tradition de ce ravito ….), et puis de papoter à nouveau car ça sert à rien d’avoir une assistance si c’est pour ne pas en profiter. Odile est prête pour faire le tronçon jusqu’au prochain ravito de Coindet (le fameux local poubelle) et elle m’accompagne ou plutôt on profite ensemble de magnifiques champs de neige sous la pleine lune et elle manque se vautrer ! j’ai failli assister mon assistance ….

Coindet peu d’arrêt normalement car le ravito est peu fourni et pas abrité mais cette année je papote avec les copains et copines avant de reprendre la route sans Odile qui retourne au chaud puis une belle montée casse pattes dans la neige boueuse. J’attends Beaux avec impatience car je commence à avoir faim et cette neige me freine un peu. Les derniers kilomètres de chemins avant la salle du ravito se passent bien et je double toujours quelques coureurs régulièrement sans effort violent. Au kilomètre 30 le ravito de Beaux est assez grand et bien approvisionné mais il est glacial, l’année dernière j’avais regretté y être resté longtemps car j’avais mis quelques kilomètres à me réchauffer. Là c’est pas pareil, la team est là donc je profite avec une soupe avec fromages et thè. Recharge de flasques et je repars au bout de 20 minutes bien gelé, ca vallonne pas mal dans des chemins et pas mal de routes mais je ne reconnais pas le parcours de l’année dernière (à cause du brouillard en 2018 ?). Après une montée bien raide, je retrouve la team en train de pioncer dans la voiture j’hesite entre leur faire peur et faire un signe…. Finalement j’ai du les réveiller en regardant avec la frontale car Marc jaillit de la voiture enfin il parait selon les récits ultérieurs car il s’emmele dans son duvet, perd une chaussure, met sa frontale à l’envers et ne trouve pas son bonnet … on va dire que en terme de jaillissement il est plus près de Jeanne Calment que de Usain Bolt …. Bref ca nous fera marrer longtemps, il me rattrape dans la descente sur Beauzac où je gère bien en rattrapant un groupe assez nombreux. On arrive au ravito de l’espace à Beauzac (Confolens), célèbre bar de bouliste où t’as juste envie de commander une pression même à 6 du…. Je prends mon temps pour papoter une nouvelle fois alors que la plupart des autres coureurs entrent et sortent assez rapidement, il faut dire qu’ensuite il fait froid. Marc se sent d’attaque pour continuer avec moi à moins qu’il n’aie pas envie de retourner sous les quolibets à la voiture et ca tombe bien car ce tronçon de remontée jusque Monistrol est assez pénible.

Monistrol où je ne suis plus dans mes chronos espérés en 7h25 (depuis Beauzac c’était assez évident d’ailleurs…) mais avec une bonne forme pas trop de casse musculaire malgré une bonne fatigue. Ce ravito au 50eme est le top avec pas mal à manger et boire, il fait raisonnablement chaud et j’en profite pour changer les trois couches du haut ainsi que les chaussettes et renoker en constatant des ampoules. Je laisse ma frontale a la team (nickel pas eu besoin de changer de batterie).

Marc est chaud pour continuer jusqu’au bout, même si on va pas vite il va quand même s’enfiler dans les 30km comme ca …. Il est bâti pour faire le parcours total l’année prochain ! Cloe a attendu le jour pour se jeter dans le bain et s’engage avec nous guillerette et fraîche avec le prochain ravito de La Chapelle d’Aurec avec une belle montée qui ne vaut pas celle de La Fayette certes mais pompe pas mal de jus de même que ces chemins en single bien glissants et boueux que je n’avais pas vu l’année dernière. Vite fait bien fait avec un sandwich au saucisson au ravito de la Chapelle, on continue à trois au son de la cloche de la team qui devient célèbre au fil des kilomètres et maintenant que du bonheur jusqu’aux crêpes où on doit retrouver les deux derniers de la team Gilles et Severine. La descente sur la Semène est pas plus dure que l’année dernière mais bien sympa, en revanche sur la remontée je pioche pas mal au bruit de la cloche et accompagné de la team désormais au complet. On suspend le temps au ravito des crêpes, ca discute ca discute mais bon va falloir y aller à un moment non ? allez zou tranquillou pour la dernière bosse avant la descente sur Fraisses qui commence pas très bien sous les crampes mollet ,un peu de patience et les boosters abaissés ca va passer, puis la dernière montée où on grignote quelques coureurs pour finir à la Kipchogue avec les experts Semi Gilles et Severine qui se mettent en éventail pour gagner en aspiration, bref je finis comme un sagouin pour débouler en trombe dans la salle sans même m’arrêter sous l’arche. Un temps officiel de 10h58 le temps de m’excuser honteux d’avoir doublé après l’arche deux coureurs. Vite à la bière, puis une deuxième et une troisième avec la troupe au complet avant d’attaquer le saucisson dans le coffre de la voiture … mais je suis pressé car s’il est bientôt midi je dois attaquer ma journée de père de famille, une autre histoire …..

Quant à cette course, probablement encore une belle histoire à revivre l’année prochaine avec la team. 

Encore merci à toute la team : Odile, Marco, Cloe, Elodie et Gilles et Severine!!

7 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 20-11-2019 à 15:13:15

Merci pour ce récit bien détaillé !

Par contre, il n'y a en fait qu'un seul changement par rapport à l'année dernière, entre Monistrol et La Chapelle où on abandonne la route au milieu des 4km de plat descendant jusqu'au Pont Tranchard, pour prendre un chemin sur la droite, qui doit rajouter quelques centaines de mètres et quelques dizaines de mètres de D+. Mais c'est tout.

Après Beaux, c'était par contre exactement pareil. Marrant en passant que tu aies eu froid au ravito de Beaux car, perso, j'y ai eu diablement chaud...:-)

Commentaire de Jedj posté le 20-11-2019 à 15:35:40

le brouillard l'année dernière m'avait mis complètement dedans mais pas tout à fait alors :)! Beaux je me suis vraiment pelé car la porte est pas fermée juste une bâche et tu vas certainement plus vite ca t'aère avant d'arriver à la salle!

Commentaire de ivanov posté le 20-11-2019 à 21:53:29

Merci encore pour l'invitation, toujours sympa de pouvoir rentrer sur Lyon, petit dej McDo et se coucher avant que tu passes la ligne d arrivee

Commentaire de Jedj posté le 20-11-2019 à 22:20:03

:) je suis content pour toi pour une fois que tu finisses une course ....

Commentaire de Mazouth posté le 21-11-2019 à 12:09:16

Merci pour ce récit sympa :)
C'est vrai qu'il ne fait pas super chaud à Beaux. Dimanche en y restant 15 min je trouvais que ça allait, mais il y a deux ans quand j'ai bâché là-bas, j'y suis resté 3h avant de pouvoir être rapatrié à Firminy, et je m'y suis vraiment pelé à la longue.
Par contre le ravito dont je suis vite sorti c'est Confolens parce qu'il y faisait trop chaud.

Commentaire de Jedj posté le 21-11-2019 à 15:41:24

c'est gentil ! l'année prochaine on essaye de faire un bout ensemble ? Beaux je ferai un arret rapide - Confolens j'aime bien à condition d'avoir des jambes pour trottiner en sortant ce qui était le cas cette année.

Commentaire de Gibus posté le 14-12-2019 à 14:24:29

Bravo, LPF éloge du temps suspendu

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !