Récit de la course : Raid Le Puy - Firminy 2014, par snail69

L'auteur : snail69

La course : Raid Le Puy - Firminy

Date : 23/11/2014

Lieu : Le Puy En Velay (Haute-Loire)

Affichage : 706 vues

Distance : 67km

Objectif : Pas d'objectif

23 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le bonheur d'ouvrir la porte en alu du CLCS

Tout le monde a entendu parler du Baby Blues qui touche les jeunes mamans. Mais on ne parle pas assez du Runner Blues !!!

J’en ai traversé un quelques semaines après la SaintéLyon de l’an dernier. Cette course mythique s’est pourtant incroyablement bien passée après m’y être investi  comme rarement je l’ai fait, quel que soit le domaine. Une prépa exigeante, des recos vécues avec le groupe OFF à Lyon, une belle collecte de dons pour le Centre Léon Bérard, le soutien et les félicitations de mes proches. Au final, une vague incroyable d’émotions mêlées qui m’a installée sur un nuage jusqu’à deux semaines après cette fameuse nuit.

Puis le nuage est doucement redescendu laissant place à un sentiment de grand vide, à de nombreuses tergiversations sur de prochains défis, à de l’indécision sur les courses que je voulais programmer. Bref, plus l’envie après avoir tout (trop?) donné. Et je n’ai quasiment pas couru pendant deux mois.

Alors, à partir de mars, j’ai laissé cette année 2014 se dérouler sans programmation, mais avec un principe : ne refaire aucune course que j’avais déjà faite, afin de découvrir de nouveaux tracés et de nouvelles ambiances. Et c’est ainsi que l’envie est progressivement revenue sur des trails ne nécessitant pas de grosses prépa, sur des formats entre 25k et 40k qui me vont très bien.

C’est à la fin de l’été que s’est imposée l’idée de cette fameuse Le Puy-Firminy. Une course qui me semblait parfaite pour vivre autre chose. En rentrant de vacances, j’ai lu tous les CR et surtout, j’ai visionné la vidéo de Gilles pour laquelle j’ai eu un vrai coup de coeur.

Si la STL a son Arclusaz, la LPF a son Bubulle. Des ambassadeurs qui vous emmènent dans le sillage de leur amour pour une course. C’est un plaisir de lire leurs messages sur le fil dédié (que chacun a d’ailleurs ouvert en 2014), leurs conseils sont précieux mais surtout : leur envie est communicative. Merci à vous deux. Vraiment.

Me voilà donc inscrit à la LPF. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ma prépa n’a strictement rien à voir avec celle de la STL de l’an dernier : beaucoup moins de volume et aucune analyse du parcours. Je mise avant tout sur le foncier et sur une certaine fraîcheur physique. Je n’en parle que très peu autour de moi. Tant est si bien qu’à deux semaines du départ, j’ai un gros doute sur ma capacité à boucler ces 66 km, ma deuxième plus grande distance de tous les temps tout de même. 

Et finalement, voilà la nuit N qui arrive, avec toujours ce plaisir, simple et sincère, de partager ces moments avec des kikoureurs. Même si je préfère courir seul pendant une course, j’aime savoir que des kiks sont là, devant le plus souvent. C’est un moment de partage d’un même tracé que chacun vit à sa manière, avec ses capacités. 

Ma stratégie de course est simple : garder le nez sur le cardio pour ne pas dépasser 155 et ne pas trainer aux ravitos.  Je décide d’aborder la course en 10 segments de 6,7 kms et de croiser ça avec les nombreux ravitos. J’ai vraiment aimé faire ces petits calculs mentaux égrainés tout au long du parcours.

J’adore ce principe d’une course sans dossard ouverte aux fusées comme aux randonneurs. Après 2 ou 3 kms, je me retrouve derrière un coureur avec un pantalon en jean, des baskets flambants neuves, une polaire et un sac à dos assez balèze !!! (c'est sûr qu'il n'a pas lu le fil STL sur Kikourou !!). Pour ma part, avec une température de 13°c, je suis parti en T-shirt manches courtes et avec les manchons de bras de la Val’Lyonnaise, que je descends ou remonte au gré du vent et des variations de température. Quel régal de courir si léger sur une course de nuit ! Les conditions sont extraordinaires, mais moi aussi, je ne peux m’empêcher de penser que ces températures ne sont quand même pas normales.

Le peloton s’est bien vite étiré mais jusqu’à Beaux, je cours toujours avec d’autres coureurs dans mon champ de vision. Je fais le yo yo avec 2 binômes. L’un des deux est très discipliné en marchant à chaque montée, l’autre est un peu fou fou et j’avoue ne pas bien saisir leur tactique. Un arrêt express au contrôle de Malrevers, un zap complet du deuxième ravitaillement que je croyais plus près. Juste avant celui-ci un petit groupe de spectateurs est sorti de leur maison pour s’aligner au bord du chemin. Je leur claque la main au passage et ils me crient en retour leurs encouragements. Voilà ces petits moments que j’adore et qui font la course !

 

Je continue et je vois le panneau Beaux et là…j’ai un gros doute. J’étais persuadé que ce point stratégique était au 40 ème km. J’ai presque honte : je ne suis pas digne des CR de Bubulle ! J’entre dans la salle et tombe sur Philippe59 qui s’apprête à repartir. Psyko est également là ?!?! P’tain mais j’ai super gazé, moi…sauf qu’en fait, il a décidé, depuis 25‘, de stopper ici car le plaisir n’est plus là avec des douleurs aux jambes. Et c’est vrai que les cuisses commencent à se faire sentir après seulement 28 km. Le bitume est responsable bien sûr mais également un manque de volume et d’exercices spécifiques lors de ma prépa, abordée en dilettante. Mais bon, globalement ça va bien !

Avant de partir, Psyko me rappelle combien il s’agit d’être économe en énergie dans la fameuse descente qui s’annonce. Ca, je ne l’avais pas oublié. Et effectivement, même en mode « je préserve mes jambes », cette descente de Beaux est longue….très longue. La température baisse également au fur et à mesure des mètres de D-. 

Depuis que j’ai quitté Beaux, je cours seul, les espaces s'étant bien creusés. Le binôme sérieux est bien devant, le binôme fou fou est derrière. Ca y est, je suis vraiment au coeur de ma Le Puy - Firminy, dans ma bulle, vivant pleinement ces moments rares et précieux de solitude et d’introspection. Chaque kilomètre pèse un peu plus sur les cuisses et si le cardio reste stable, il m’impose néanmoins de ne plus courir du tout sur les portions de D+.

Me voilà finalement au ravitaillement de Confolent, dans cette salle où trônent de nombreux trophées ramenés par les boulistes du coin. Comment ne pas aimer ces petits lieux de vie, ouverts spécialement pour nous à des heures indues, par des bénévoles peu expressifs mais qui ont su répondre présents et portent le souci que vous ayez à boire et à manger. Je reconnais bien là, la Haute-Loire, département de mes racines maternelles auxquelles je suis si attaché.

Je retrouve à nouveau Philippe59, mais également le binôme de coureurs sérieux. J’aime bien retrouver ces visages de ravito en ravito. Je prends un thé chaud et remplis ma poche à eau. Je gagne en expérience : j’ai bien bu depuis le départ !

A partir de maintenant, j'aborde ma plus longue distance de l’année. Après ces 5 minutes d’arrêt, les jambes me font comprendre qu’elles seraient bien restées à Confolent ! Ma Garmin aussi visiblement, car elle perd le contact satellites pendant quelques minutes. Au Pont du Lignon, j’ai un doute sur le chemin à prendre. Bref, j’en ai un peu marre et j’ai déjà hâte d’arriver à Monistrol ! Au Puy, Bubulle nous avait indiqué qu’il y a une longue ligne droite à l’entrée de cette ville et…pour être longue…elle est longue ! Descendre de chaque trottoir est une petite souffrance supplémentaire. Un boulanger ouvre son rideau Clin d'œil. J’en peux plus et je trouve que Firminy est encore bien loin (une 20aine de kilomètres). Si ailleurs, la course commence à Soucieu, ici, elle commence à Monistrol ! J’arrive péniblement jusqu’au ravitaillement et qui est là ? Philippe 59, encore et toujours. Et celui dont je ferai la connaissance dans quelques minutes : Jean-Michel. En revanche, le binôme sérieux semble avoir pris le large…

Bon, que faire ? Ma règle d’or est de ne pas trainer au ravito, mais là, je suis vraiment cuit. Alors je décide de faire un truc fou : je prends un bol de soupe et je m’assois ! Quel bonheur ! Je prends le temps de savourer ce bouillon aux vermicelles. Je complète cette pause avec mes propres victuailles: du saucisson très maigre et du comté. Et en dessert : du paracétamol pour, je l’espère, soulager un peu les cuisses.

Après 11 minutes de pause, je repars. Quelle horreur ! J’ai deux poteaux à la place des jambes mais heureusement la sortie de Monistrol se fait sur un faux plat légèrement descendant. Et foulée après foulée, je sens qu’il se passe quelque chose…je subis de moins en moins pour finalement, retrouver des jambes prêtes à en découdre à nouveau. C’est à ce moment que me dépasse Jean-Michel, qui m’interpelle à la vue de mon buff kikourou. On échange quelques mots, il remet ses écouteurs et file !

Mais au fait !...moi aussi, j’ai de quoi écouter ma playlist de la mort qui tue (concoctée l’an dernier pour la STL), d’autant que j’ai mon nouveau sac RL, super bien pensé pour l’usage d’un lecteur MP3. Et là, c’est magique ! Musique + cuisses en meilleure forme = grosse envie de finir en beauté!

Quel plaisir de voir le jour se lever alors que nous sommes partis à minuit ! C’est une belle récompense de vivre ces instants de quiétude en pleine campagne, d’autant que le panorama et le tracé sont vraiment sympas avec de bonnes portions de chemin. Je me régale. La portion jusqu’à Lafayette via la Chapelle d’Aurec, où je ne m’arrête quasiment pas, a vraiment été agréable avec en point d’orgue la descente trail vers La Semène où je talonne à nouveau Jean-Michel après avoir passé Philippe 59 qui a du mal en descente (pas facile de s’entrainer au dénivelé dans le département du Nord).

A l’heure où un couple d’agriculteurs s’affaire devant une étable, j’arrive à Lafayette. Ici, c’est les crêpes et il est hors de question que je n’en prenne pas une ! Jean-Mi est là, Philippe59 nous rejoint. Et puisqu’on m'en propose une 2ème : je l’accepte bien volontiers ! 

Une montée, une bonne descente et nous voilà sur les hauteurs de Firminy !  Bon, c’est bien beau de trainer à manger des crêpes mais si je veux accrocher les moins de 9 heures, il va falloir s’y employer même si les cuisses se font à nouveau douloureuses !

En bas de la dernière descente, alors que l’on rentre véritablement dans les rues de la ville, je dépasse un coureur à une vitesse dont jamais je me serais cru capable après 64 km, d’autant plus que ce n’est désormais que de la montée pour rejoindre le CLCS.

J’aperçois la caserne de pompiers, vire à gauche sur ce boulevard de la corniche, descends les escaliers (en repensant à la vidéo de Gilles), passe l’arche et j’ouvre la porte en alu du CLCS, symbole d’une arrivée pas comme les autres d'une course pas comme les autres.

Y a du monde là-dedans et quelques personnes m’applaudissent. 8h53 à ma montre, 8h55 sur mon carton ! Je suis très content de ce temps, moi qui avait bricolé un roadbook en 9h30 et qui ne pensait vraiment pas faire mieux.

Je m’assois pour envoyer quelques textos et j’assiste à l’arrivée de quelques coureurs dont Philippe59. Le rituel de ces arrivées est assez savoureux : lorsque la fameuse porte s’ouvre, une personne de l’assistante lance, en sifflant, un appel aux applaudissements…qui sont plus ou moins nourris.

J’échange quelques mots avec mes compères de la veille : Etienne (Bip bip) et Jean-Phi (Monsieur Plus!). Un regret: ne pas croiser Bubulle pour le saluer et le remercier. 

Voilà, j’ai vraiment bien fait de m’inscrire à cette Le Puy-Firminy. Merci le CLCS, merci les bénévoles: ne changez rien ! Cela restera un de mes plus beaux souvenirs de coureur.

Mon conseil pour ceux qui souhaiteraient s’inscrire : gardez une dernière dose de mental et un soupçon de condition physique pour rejoindre, et surtout revenir, des douches !

23 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 29-11-2014 à 06:51:43

Non mais vraiment qu'est ce qui t'a pris
D"aller courir à Firminy
.....
https://www.youtube.com/watch?v=UeYY9s6X7yY

Si on se demandait pourquoi, là on a la réponse. Magnifique CR (comme d'hab) avec plein de perso, plein d'humain, plein d'amour des gens, plein de vrais beaux passages littéraires.
Courir, c'est pas seulement mettre un pied devant l'autre le plus vite possible, c'est surtout ressentir des choses en sachant pourquoi on est là. Merci David.

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 18:45:43

HI HI HI ! Je ne connaissais pas cette chanson des Wampas ! T'es décidemment plein de ressources !

Commentaire de Jean-Phi posté le 29-11-2014 à 09:05:10

Sans regarder le lien d'Arclusaz je découvre qu'il aime les Wampas !!
Bon c'était un plaisir de te voir et de voir ton plaisir à l'arrivée. Tu as fait une course d3 folie explosant tes prévisions. La non préparation te réussit super bien ! Bravo. Comme toi, le blues après la course m'envahit. C'est pour cela que l'on reviendra !

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 18:48:23

Plaisir partagé ! Une course de folie...Faut quand même pas exagérer mais c'est vrai que je suis très content de la façon dont tout cela s'est passé. Merci Jean-Phi !

Commentaire de bubulle posté le 29-11-2014 à 13:08:52

Il a tout compris à LPF, David. Je suis super-content que tu y aies trouvé exactement ce que je sais qu'on y trouve quand on ose venir, quand on ose défier les 50 bornes de bitume.

Eh oui, le lever du jour sur les plateaux, c'est magique (pour un peu, je ralentirais pour en profiter à nouveau, maintenant). Eh oui, la course commence à Monistrol. Eh oui, le moment de solitude sous le grand viaduc de Pont de Lignon, on ne l'échangerait pour rien au monde. Eh oui, la ligne droite de la mort est vraiment de la mort. Eh oui, les crêpes, c'est le pied.

Je ne vais pas trop fort en faire la pub (j'aurai l'air fin si j'ai 20 candidats) mais l'aller-retour l'an prochain, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 18:53:54

Merci Christian, ton commentaire me fait extrêmement plaisir. L'aller et retour ? vade retro Satanas ! Mais déjà, faire l'aller de jour en OFF, pourquoi pas...Enfin, en OFFxOFF, car la LPF c'est dejà un peu un OFF.

Commentaire de Cocorosinette posté le 29-11-2014 à 14:02:42

Quel beau CR, pas comme les autres, finalement à l'image de la LPF. Quelle photo : le temps n'a pas de prise sur la LPF. Pour un peu, je serais tenté de m'y inscrire un jour.

Bravo pour ta gestion de course.

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 18:58:04

Merci ! Ce que j'ai oublié d'écrire dans mon CR, c'est que dans ma playlist en mode aléatoire, la chanson de Mickey 3D, Johnny Rep, a démarré à 2 km de l'arrivée !

Commentaire de Kirikou69 posté le 29-11-2014 à 15:08:24

Superbe CR, j'ai bien aimé l'expression "bénévoles peu expressifs " : c'est vrai que les alti-ligériens sont peu expressifs mais ils ont le cœur sur la main.

Bravo pour ta course malgré ton faible volume d'entrainement : C'est sur que je la ferai un jour s'il le faut en marchant.

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 18:59:48

Cela m'aurait vraiment fait plaisir de prendre le départ ensemble. Mais c'est sûr, tu n'as pas d'autre choix de la faire !

Commentaire de philippe59 posté le 29-11-2014 à 23:12:28

Magnifique CR, (je serai bien incapable de faire passer autant d'émotion personnelle). On s'est en effet croisé à nombreuse reprise aux ravitos, et ta régularité, et ta gestion de course ont eu raison de mon inexpérience de la distance et surtout comme tu l'as dit de mon habitude de la platitude du Nord! En tout cas, très belle course, un grand moment dans ma petite vie de coureur! Une délicieuse (et douloureuse...) Madeleine pour ma part.
Et merci à toutes les personnes qui ont su nous rendre ce moment si particulier et agréable.

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 19:02:35

Merci Philippe ! Oui, c'était bien cool de se croiser si souvent ! Tu as vraiment bien fait de venir au restau avec nous. A bientôt peut-être.

Commentaire de psyko posté le 30-11-2014 à 09:24:13

Bravo Snail pour avoir fini la course avec peu de volume d'entraînement et ta gestion de course.
Je n'ai pas pu testé ces fameuses crêpes de Lafayette, à refaire donc l'année prochaine juste pour ça.

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 19:18:10

Merci Etienne pour ton message et pour tes encouragements à Beaux. J'ai été impressioné par la sérennité avec laquelle tu avais pris la décision de stopper. A bientôt j'espère.

Commentaire de psyko posté le 01-12-2014 à 16:50:41

Merci ;)
On aura peut-être l'occasion de se voir sur des trails en 2015. Je suis déjà inscrit à l'Ice Trail Tarentaise (le 37km) et la Maxi Race. Pour le reste, je réfléchis mais il y aura sûrement l'Urban Trail de Lyon et quelques courses dans la région lyonnaise.

Commentaire de franck de Brignais posté le 30-11-2014 à 15:25:52

Merci pour ton partage David. Mais bon sang, ça confirme bien que l'année prochaine ma "nuit l'hiver dehors" se fera bien plus au Nord Ouest que d'habitude, j'ai hâte de découvrir cette nouvelle magie !!
Bonne récup', au plaisir de te croiser de nouveau !

Commentaire de Arclusaz posté le 30-11-2014 à 15:46:58

Franck, faut réviser ta géographie. Tu seras certes plus à L'Ouest mais aussi plus au....Sud ! et après, on s'étonne que les colis se perdent..... On ne se verra donc pas à la STL2015 mais bon, c'est pour une bonne cause...

Commentaire de bubulle posté le 30-11-2014 à 18:08:01

Tant qu'à faire, du coup, Arclu, tu devrais viendre aussi, non?

Commentaire de Arclusaz posté le 30-11-2014 à 18:20:10

Une partie du concept me plait bien : perdu la nuit au milieu de nulle part, ça, c'est fait pour moi !
Mais, il y a vraiment trop de bitume et.... c'est trop près de la STL (je suis incapable d'enchainer d'ailleurs seuls des grands malades en sont capables !!!!!!).

Allez, peut être dans quelques années.....

Commentaire de franck de Brignais posté le 03-12-2014 à 20:30:37

Sacré bon sang... quelle erreur... je pense savoir ce qui est à l'origine de cette "confusionnusse", ce qui m'a "induit d'erreur". Mais comme je ne veux pas être désagréable avec des gens du 42, je ne dirai pas que c'est surement à cause d'un climat qui ressemble plus à celui du Nord que celui du Sud... Toutes mes "désoles".
(Ce n'est que de l'humour... cette région est superbe !!)

Commentaire de snail69 posté le 30-11-2014 à 19:24:20

Alors s'il y a bien quelqu'un pour qui la LPF est faite, c'est bien toi Franck !

Commentaire de cedrine posté le 01-12-2014 à 07:40:01

bravo pour ta jolie course et ce beau récit. je suis impressionnée par une telle perf, la distance me paraissant inatteignable pour ma part qui rêverai déjà de pouvoir faire un semi! mais ton récit donne quand meme envie de s'orienter un jour vers une course comme ça qui doit te laver le corps et l'esprit en courant à la fois seul, la nuit, en foret, sur chemins, avec pour autant le soutien des organisateurs, des habitants...

Commentaire de cedrine posté le 01-12-2014 à 07:40:13

bravo pour ta jolie course et ce beau récit. je suis impressionnée par une telle perf, la distance me paraissant inatteignable pour ma part qui rêverai déjà de pouvoir faire un semi! mais ton récit donne quand meme envie de s'orienter un jour vers une course comme ça qui doit te laver le corps et l'esprit en courant à la fois seul, la nuit, en foret, sur chemins, avec pour autant le soutien des organisateurs, des habitants...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !