Récit de la course : SaintéLyon 2021, par BouBou27

L'auteur : BouBou27

La course : SaintéLyon

Date : 27/11/2021

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1320 vues

Distance : 78km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

559 autres récits :

Ma vrai Saintélyon

Le week end Saintélyon commença mal avec un TGV Paris-Lyon en 7h. Heureusement que Benman n’est pas très contrariant et nous a bien accueilli à 23h (surtout que le train a aussi changé de destination avec un terminus à Part Dieu et non Perrache), ainsi que toute sa famille (ou du moins, sa femme et sa fille que nous avons eu le plaisir de voir - ce qui semble exceptionnel).

Le samedi matin fut l’occasion d’aller chercher le dossard à la Halle Tony Garnier, de faire un coucou à Bert’ en parlant projets et de faire quelques emplettes. Je valide aussi ma côte ITRA mise à jour miraculeusement la veille avec la prise en compte de ma dernière course fin septembre avec une cote de 651 (très surestimée), me faisant passer largement au-dessus du seuil pour accéder au sas “performance” (632 pour 580).

Le samedi après midi, c’est une petite visite de Lyon avec un super guide touristique, suivi par une petite sieste, la nuit précédente ayant été un peu courte.

L’ami Arclusaz s’est ensuite invité au repas d’avant course pour nous emmener Mumu et moi à Lyon et déposer Benman à Tony Garnier pour qu’il prenne la navette vers Sainte Catherine afin de disputer la Saintéxpress.

Sur la route, juste avant d’arriver sur Saint-Etienne, il a commencé à neiger, une neige épaisse comme du velour. Mais Arclu ne perd pas la trace, perdu le sentier, malgré un véhicule zigzaguant sur l’autoroute pendant de nombreux kilomètres.

Arrivé sur site, nous croisons quelques kikourou dont Remi kirikou, Mazouth et ArnaudB. Arclu, lui, connaît tout le monde et tape la discut. Dire qu’il hésitait à venir !

à 23h et quelques, tout le monde se précipite vers la sortie, poussé par les annonces du speaker. Ca bouchonne un peu vu qu’il n’y a qu’une seule porte et qu’elle est commune pour passer dans la zone “Performance” dans le premier sas. Que c’est agréable de ne pas attendre 2h dans le froid pour être bien placé au départ !

A 23h25, il recommence à neiger rendant ce départ féérique. J’ai l’impression que tout le monde attendait cela. On check dans les mains des concurrents autour. Un bisou à Mumu et c’est parti (je n’ai pas vu Arclu pour son bisou).

 

Le départ est relativement rapide. 

Je me suis fait un roadbook rapide avec le fantôme de livetrail (qui est souvent à l’ouest) en visant le temps que donne betrail.run avec ma cote de la montagn’hard. Soit une arrivée à Lyon en 9h. Mais ce n’est pas trop ce RB que je vais suivre.

Le plan de route était:

  • Réguler une fréquence cardiaque de 135 bpm, ce qui est un peu plus de 75% de ma FCM, ce que je pensais pouvoir tenir sur 9h

  • Arrêt minimal aux ravitaillements

  • Bien réguler sa température pour ne pas trop transpirer et finir frigorifié par le froid 


Mais au bout de 10 minutes je vois bien que 135bpm est beaucoup trop bas. Je suis plutôt à l’aise à 140bpm. J’espère que je ne suis pas trop optimiste en partant trop vite et en devant le payer au ⅔ de la course.

Les premières côtes ne sont pas très raides et sur bitume. Elles sont courables sans que le cardio ne monte au dessus de 145. Je me fais un peu dépasser par certains forçant l’allure, mais je garde mon rythme “tranquille”.

Comme annoncé, il y a un rétrécissement du chemin à 5km due à une tranchée au bord d’un chemin. Il faut marcher un peu car cela bouchonne mais cela ne dure pas très longtemps.

Les premières descentes, faciles, permettent d’envoyer. Je lâche le frein étant plus à l'aise qu’en freinant, même si le cardio s’emballe un peu.

Kilomètre 10, la première vrai côte en chemin. Je marche. Autour de moi, tout le monde court encore. Je perds quelques places, mais respecte mon plan de route: au dessus de 145bpm, je marche. En dessous de 135, je reprends la course.


Le ravitaillement de Saint Christo arrive assez vite en 1h44 pour 1h51 au RB. Je prends juste un thé et le bois rapidement en marchant.

Avant, j’ai déjà mangé 2 barres de pâte de fruit, toutes les 45 minutes environ. C’est la nuit et le corps n’est pas très habitué à manger à cette heure là. Il faut un peu s’obliger sinon c’est le risque d’une hypoglycémie quand la sensation de faim arrive, trop tard.

Il me semble qu’à ce moment-là, la neige retombe, un peu fort. Je n’ai pas du tout froid. Même un poil trop chaud aux bras avec mes manchettes, mon haut chaud, et ma veste légère de pluie. Mais je ne peux rien enlever sans tout enlever, sans parler de ce satané chasuble qui complique tout. Je régule ma température en jouant avec les fermetures éclairs de mes différentes couches (j’aime les tshirts avec zip). Ainsi que les gants que j’enlève souvent, ainsi que le bonnet, parfois remplacé par la casquette.

Je continue de marcher dans les montées, et à envoyer dans les descentes. Le cardio est donc plus élevé en descente qu’en montée, mais il est relativement stable.

Je me fais donc doubler dans les montées, et je double dans les descentes, mais aussi sur le plat (je relance assez bien en haut des côtes, ayant récupéré). Au global, je gagne des places. Pendant de nombreux kilomètres, on va faire un chassé croisé avec un qui a un haut parleur avec de la musique. Pas très forte pour ne pas gêner, mais cela se remarque ! Dans chaque côte, il me dépasse, et dans chaque descente, je le dépasse. Sinon, c'est le grand silence dans le peloton, juste perturbé par quelques annimations bien sympatiques:


Je me tords la cheville droite sur une descente pourtant facile, mais grâce à la vitesse, il n’y aura aucune conséquence.

D’ailleur, sur quelques descentes techniques, je sais que si je ne suis pas à l’aise en suivant le rythme du coureur précédent (ce qui ne sera jamais le cas), il faut que j’accélère. C’est parfois un peu olé olé dans la caillasse, mais ça passe beaucoup mieux.


Le ravitaillement de Sainte Catherine met du temps à arriver ! J’avais prévu 1h36 sur cette section, mais je vais mettre 1h41. Je reprends un thé et repart en marchant en le buvant.

Je me force un peu a boire de l’eau régulièrement mais elle est bien froide dans les flasques et le ventre n’aime pas trop cela. Au total je ne vais boire que dans les 600mL du litre que j’ai pris au départ.

Cela commence à devenir plus difficile. Et là où la montre servait plutôt à me freiner pour ne pas passer au dessus de 145bpm, elle sert plutôt à me faire repartir dans les côtes pas très fortes et qui ne permettent pas d’avoir un rythme élevé en marchant.

En plus, il y a quelques passages verglacés il me semble sur cette section qui aurait pu finir les fesses par terre, mais j’ai réussi a me rattraper à chaque fois.

Elle est quand même bien longue cette section avec ses 12km et plus de 400m de D+ en deux parties. Je perds encore du temps sur le roadbook sur la section à St Genou. J’y suis exactement dans l’horaire du roadbook, donc le gain sur la première section est perdu.

Je commence à avoir quelques doutes.

Au ravitaillement, je mange un peu plus en prenant du fromage et du saucisson (ou plutôt en enfournant). Je prends aussi une soupe pour la route, mais je la trouve pas assez salé alors que c’est ce que je recherchais.

Bref, je repars avec de gros doute, mais en sachant que le roadbook ralentit lui aussi. Qui vivra verra. Au moins, en consultant livetrail, je vois que je gagne des places à chaque section. C’est encourageant.

A partir de Saint Genou, on dit qu’il suffit de rouler jusqu’à Lyon car cela ne fait que descendre ! Mais bon, les coups de cul font mal. Il faut sans cesse relancer pour ne pas se laisser entraîner dans un faux rythme.

Cela doit être dans cette section que DavidSMFC me reconnait et que l’on fait quelques kilomètres ensemble. Cela lui permet aussi de changer la batterie de sa frontale qui ne va pas tenir jusqu’à Soucieu.

Je dois un peu partir devant avant le ravitaillement mais il ne pointe que 20 secondes après moi.

J’ai gagné 4 minutes sur le roadbook 9h. Je reprends espoir même si cela devient difficile. Je me raisonne facilement en me disant que c’est normal. Qu’il ne reste “que” 22km jusqu’à l’arrivée, et que si cela n’était pas difficile, c’est que j’aurais été trop lent. Mais bon, il y a quand même 2h40 encore au RB. C’est long...

Je prends un peu plus à manger en me faisant un sandwich pain fromage saucisson et avec un thé chaud. Et c’est reparti en quelques secondes en mangeant en route. Surtout que ce ravitaillement est à l’intérieur d’un gymnase et je ne veux pas prendre un chaud froid en restant trop longtemps à l'intérieur.

Jusqu'à Chaponost, il n’y a que 9 km, mais ils vont être bien long ! Je crois que je vais les compter les uns après les autres. Surtout qu’il y a une grosse descente au début, mais qu’ensuite, ce sont des petites côtes et du plat. Il faut courir, courir, courir…

Il y a de moins en moins de monde et il faut faire attention au balisage quand on ne voit aucune frontale devant. Je deviens aussi moins attentif à la trajectoire pour bien prendre la corde et ainsi éviter de faire le mètre supplémentaire.

Et puis cette arrivée à Chaponost. En longeant le parcours de ceux qui repartent pendant de trop nombreuses centaines de mètres. Ce n'est pas motivant !

A Chaponost, je bois 2 verres d’eau pétillante, me refait un sandwich et un thé à manger et boire sur la route. Il reste 12,9 km au roadbook. Il reste 1h45 pour l’objectif de 9h. Pour l'instant, la fréquence cardiaque moyenne est pile dans la cible pour chaque section. Ça doit pouvoir le faire. C’est même sûr que c’est bon. Je pense que quelques années auparavant, j’aurais calculé le temps au kilomètre à faire pour arriver aux 9h, et que le cerveau aurait lâché l’affaire pour faire le stricte minimum.

Mais là, j’ai mon rythme basé sur ma fréquence cardiaque moyenne à tenir. Je ne veux pas que sur la section elle descende sous les 140 en moyenne.

Alors je relance. Dès qu’en monté, je suis sous les 135, je relance. Dans les descentes sur le bitume, pas question de regarder la montre, il faut lâcher les chevaux. Ça tape, mais ça tient (je le paye ce lundi). Dans les descentes dans les chemins, il faut lâcher aussi et s’amuser. Je pense que ceux que je doublais a ce moment-là pensait que j’étais un relai (d'ailleurs, encore un problème avec ce chasuble. Un dossard sur le sac serait bien mieux pour repérer les concurrents). 

La montée de l’aqueduc est rude, mais je pousse. Je continue de doubler. 

Panneau 5km

La descente du l'accrobranche fut un mini kif, surtout le début un peu joueur.

Depuis un moment, il y a pas mal de marcheurs qui terminent la Saintéxpress.

Un de la LSTL me double dans la petite remontée du parc de la Mulatière que je fais en courant.

Je le reprends (et pas que lui) dans les escaliers que je descends marche par marche avec une bonne cadence.

Je connais le contournement pour descendre sur les quais, je ne suis pas démoralisé. La Saône est haute. On remonte sur le premier pont. Le second pont. Je passe les panneaux kilométriques, mais le dernier est assez long.

J’entre enfin dans la halle et franchis la ligne en 8h34’39”.

15 minutes de gagné sur le RB sur le dernier tronçon et une fréquence moyenne de 142 bpm en donnant (presque) tout sur la fin.


Je pense que ce fut une course parfaite ! Un rythme constant du début à la fin. L’impression d’avoir tout donné. Et des arrêts express (si même peut-on parler d’arrêt) aux ravitaillements. Comment aurais-je pu faire mieux ? 


arrivée

resultat


Merci aux nombreux bénévoles (sauf celui au carrefour avant la descente sur l’aqueduc qui a refusé de donner la direction de la course).

Merci à Arclusaz de nous avoir conduit à Saint Etienne et d’avoir ramené Mumu à Lyon (même si ce qui se passe à Sainté doit rester à Sainté).

Et surtout un grand merci à Benman pour sa générosité.

Les Lyonnais sont quand même au final bien sympas.

11 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 29-11-2021 à 23:46:30

Pour faire mieux, il faudra prendre une casquette blanche ! encore bravo pour ta progression de ses dernières années et pour maintenant ta régularité dans la performance.
C'est carrément bien !

Commentaire de Grego On The Run posté le 30-11-2021 à 07:03:11

Bravo à toi. tu m'as précédé de 15 minutes mais tu m'étais passé de devant dès la première portion avant St Christo. Merci pour tes courtes vidéos qui me fait revivre cette formidable nuit.

Commentaire de BouBou27 posté le 30-11-2021 à 09:03:04

Merci. tu a fais un super finish en me reprenant 5 minutes sur les 20 à Chaponost !
C'est vrai que cette nuit était formidable. Ca change de 2019 ;)

Commentaire de Khioube posté le 30-11-2021 à 14:24:21

Sacrée course, bravo ! Tu as manifestement eu raison de faire abstraction des coureurs qui doublaient et de t'en tenir à ton cardio !

Commentaire de Mazouth posté le 30-11-2021 à 16:54:36

T'aurais quand-même pu le faire à 145bpm hein, feignasse ! Nan j'déconne, bravo pour ce super chrono tout en maitrise ;)
Et vive le thé dans les bidons pour réchauffer l'eau, c'est la clé !

Commentaire de BouBou27 posté le 01-12-2021 à 09:29:22

peut être, peut être pas !
première fois que je gère autant au cardio. La prochaine fois je mettrais une alarme

Le thé dans le bidon, j'y ai pensé, mais je n'ai pas voulu perdre du temps. Et comme ne ne buvais pas beaucoup, ce n'a pas été trop grave

Commentaire de JulioK1 posté le 02-12-2021 à 11:39:22

On sent une sacré expérience dans la gestion de course. Super chrono qui laisse envieux bon nombre d'amateurs.
Et un très bon récit bravo.

Commentaire de BouBou27 posté le 02-12-2021 à 17:21:34

Merci Julio. C'est étonnant parce que je n'ai pas du tout l'impression d'avoir une "sacré expérience" dans la gestion de course (toujours ce syndrome de l'imposteur).
Mais après réflexion, oui, j'apprend un peu plus chaque fois, et suis capable de donner des conseils. Ca doit être ça l'expérience !

Commentaire de DavidSMFC posté le 03-12-2021 à 17:01:28

Encore bravo pour cette course très bien gérée, merci pour le coup de main au changement de batterie de la frontale et ravi d'avoir partagé quelques minutes de course à tes côtés ;-)

Commentaire de BouBou27 posté le 03-12-2021 à 17:51:07

Comme dit Julio, j'ai un peu plus d'expérience (3ème STL). Ca viendra ;)

et moi, j'ai pas eu a changer de batterie

Commentaire de Benman posté le 04-12-2021 à 23:20:45

Bravo. Tu as fait une course très aboutie et le décris très bien, et c'était un régal de partager cet avant et après course avec vous.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !