Récit de la course : Semi-Marathon des Pyramides 2005, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Semi-Marathon des Pyramides

Date : 6/3/2005

Lieu : La Grande Motte (Hérault)

Affichage : 2421 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Que de monde !

Temps sec et ensoleillé mais il n'a pas gelé. Par rapport à d'autres régions, ne nous plaignons pas car nous avons de la chance de courir dans ces conditions à la Grande Motte ce dimanche 6 mars.

Arrivée un peu "serrée" vers le parking, comme d'habitude. Les dossards:assez rapide. L'inscription était faite. Accueil des plus corrects. Je cherche le numéro de Phil 34 , un ami du net,sur la liste. 1090. On verra bien si je le trouve dans cette foule qui s'épaissit partout, sur les parkings, les trottoirs, les rues....Mon petit scotch, mes ciseaux pour "Sport Diabète" sur le dossard puis massage des cuisses au Musclor 2, dans la voiture car dehors, à l'ombre, c'est quand même un peu juste.10h:c'est parti pour l'échauffement et le pipi d'avant course. Direction la ligne de départ. Petit trot, sans gants.Ai-je bien fait? Et sans sweat par dessus la tenue longue (et le T-shirt). Le soleil brille, mais un petit vent souffle.Dans le "village animation", je remarque un couple avec une feuille dans le dos:"Irina, 21 mois, dépêche-toi, nous t'attendons". Sans doute un couple en attente d'une adoption à l'étranger. Pays de l'Est? Ce serait tant mieux pour eux. Je connais le problème. Ce n'était plus évident, depuis quelques temps....
Ca y est, nous sommes"sous les ordres du starter". Tiens, le dossard 1009 mais pas 1090!Je suis calme. Pas le genre à sortir ces vannes à tue-tête: "Il a passé la nuit a bouffer. Du couscous et plein de trucs. Et à boire. Que du whisky...C'est bon le whisky, pour les artères... ". C'est le départ. En marchant, bien sûr. On peut être entre 2000 et 3000 ? Alors ça continue de parler. "Au marathon de Monaco, yavait le Prince Albert. Alors j'ai levé les bras et je lui ai dit:A tout à l'heure! Et amène ta soeur..."!.

Ca joue très serré. Des lents barrent le passage. Faut slalomer. A bonne petire allure. Sans forcer, bien sûr.Arrive la bifurcation à droite, vers le 21.Les veinards du 8km, ils vont à gauche! Alors nous longeons la plage du Grand Travers en direction de Carnon. De la route. Toute droite.Ravito du 5km. Je ne prends rien. Puis ça déboule de derrière. Par paquets de 10. J'ai quand même dû partir un peu vite si tout ce monde me rattrape. Au 8è, je sens que ça plafonne. Glucose au 10è. Carnon et son marché. Quelques curieux viennent voir. Puis direction le canal du Rhône à Sète. Chemin de terre et cailloux. Et là, le vent froid de trois-quart face se fait sentir. Je ne transpire pas. Le côté gauche du visage est bien froid. J'aurais dû mettre le sweat. Et ça continue de passer sans que je puisse "prendre l'abri" comme à vélo, ni m'accrocher.Les jambes s'alourdissent. Je sens que les 6 derniers kilomètres vont être pénibles. Encore un glucose au 15è, pour la route...! Il y avait du plus consistant dans ma banane mais c'est quand même pas un trail comme dimanche prochain à St Guilhem le Désert. A droite vers la Grande Motte, enfin! Mais, encore le chemin de la plage. Je garde mon train mais il y en a encore des plus frais qui me passent.Même un jeune papa qui pousse le bébé devant lui! Chapeau! Il y en a bien 200 qui m'ont passé ainsi depuis le 8è. Tout le contraire des courses cyclistes (mais je n'ai plus 20 ans!), quand je finissais fort et me permettais de démarrer à la fin....!

Enfin la dernière ligne droite! La plus longue et le chrono, bien en vue (j'aime): 1h48mn 35s. Faut pas se plaindre. Je m'attendais à pire.

Il fallait moins de 2H pour les qualifications au France vétérans 3 !

Arrivée avec station par trop longue dans le froid du sas d'arrivée. Pourquoi ne pas mettre plus de couloirs avec tant de coureurs? Je ne comprendrai jamais. Tout cela pour récupérer une puce! Le T-shirt, c'est au car podium, plus loin. Le ravito, à côté. Vite, jus d'orange et pomme. Et au soleil!Près des bateaux et yachts luxueux.Un Perrier et direction la voiture. Bien incapable de "traîner" ainsi après l'arrivée. Et pour quoi faire? Essuyage. Habits secs et à la maison !Retour à 13h10. Une heure de retard pour la piqûre d'insuline du midi. Je me croyais"bas" en glycémie mais non:1,89g.10 unités de Mixtard et repas quand même, puisqu'il est prêt et que les ordres de ma chère et tendre sont là:"Mange"!!!

Bilan: le soleil est toujours là; je n'ai pas vu Philippe 34, ni personne d'autre de connu, d'ailleurs, dans toute cette foule.Le temps:demi- satisfaction. La place? Peu importe la centaine...Dimanche, le trail de la "Sauta Roc"? S'il fait beau. On verra bien .Je le connais. Mais il faudra avoir récupéré. Mais j'ai toujours 21 bornes dans les jambes. Pas si traumatisées, finalement.Mais elles ont 60 ans chacune, quand même ! Sportivement, à vous.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !